Lundi 26 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Culture

Ousmane Ndiaye Dago, Photographe, Graphiste-Designer « Mes Top-Models sont payés à 100.000F Cfa à L’heure »

Single Post
Ousmane Ndiaye Dago, Photographe, Graphiste-Designer « Mes Top-Models sont payés à 100.000F Cfa à L’heure »
Artiste sulfureux, exigeant mais surtout génial, Ousmane Ndiaye Dago a choisi le corps comme support de son œuvre. Mais photographier des femmes (presque) nues dans une société à presque 90% musulmane n’est pas chose aisée. Et L’artiste regrette le coté trop collet monté de ses compatriotes. Entretien !

Vous aviez quelque peu disparu de la scène, sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Je travaille sur une nouvelle collection. Cette fois-ci je photographie d’abord les modèles pour les peindre ensuite sur la toile. J’ai déjà réalisé une série de cent photos que j’expose en off pour la Biennale. Je suis également en collaboration avec beaucoup de sociétés de la place notamment la Cour Suprême, l’Unesco. Tous les logos que vous voyez, PMU, Fondation Youssou Ndour, CESAGn etc, c’est moi qui les ai conçus. Je suis graphiste-designer, c’est-à-dire que je crée des choses pour leur trouver une identité. C’est comme le vent. On ne peut pas le désigner, mais on peut le matérialiser à travers ce qu’il fait bouger. Beaucoup pensent que c’est un art simple, mais il y a certains domaines comme l’art ou nous n’avons pas le niveau. Il y en a beaucoup qui essaient de se faire un nom et que l’on voit à la télé, alors qu’au fond, ils ne représentent rien. Tout le monde et n’importe qui devient artiste. Tous ceux qui ont été renvoyés de l’école se muent en artistes aujourd’hui.

D’aucuns disent que c’est parce que vous aviez été activement recherché par la police suite à une affaire de viol que vous aviez disparu ?

Non pas du tout. Ces problèmes remontent en 2007. C’était l’affaire Mathiou. J’ai reçu la convocation de la police qui voulait m’entendre sur cette affaire parce que j’ai connu une des filles qui s’appelait Oumy Khairy. Mais quand j’ai été appelé à la police, je ne savais même pas de quoi il s’agissait en réalité. Par mesure de précaution, j’y suis allé avec un de mes neveux. On m’a reproché que la dénommée O.K. avait fugué et s’était refugié à mon atelier. Mais ce n’était pas vrai. Quand ils se sont rendu compte qu’ils se méprenaient, la famille d’O.K. m’a adressé une lettre d’excuse qui a été déposée dans le bureau du procureur. Mais comme les gens ne savaient pas ce qui s’était réellement passé, ils ont fait circuler toutes sortes de rumeurs. Je suis père de famille et des enfants même plus âgés que ces filles. Je n’avais aucun intérêt à fuir le pays. Je me suis dit que ce n’était pas la peine de divulguer cette lettre dans la presse. Très jeune j’ai été en Europe. J’ai posé comme mannequin et j’ai dormi dans les plus luxueux hôtels. Ce n’est pas de mon acabit de prendre des filles de force.

En tant que artiste-graphiste, quelle appréciation faites-vous du logo conçu pour le prochain sommet de la Francophonie à Dakar en novembre prochain ?

C’est moi qui ai fait la photo de couverture que vous voyez sur le site de la Francophonie, mais c’est un cabinet d’étrangers qui a conçu ce logo. Je trouve qu’ils ont passé à coté. L’idée de départ était que l’on prenne les cinq couleurs de la Francophonie pour les combiner à des symboles du Sénégal. Eux, ont utilisé les couleurs de l’Afrique uniquement, à savoir le vert, le jaune et le rouge. A leur place je n’aurais jamais pris comme symbole le lion, parce qu’il a déjà été utilisé pour le football. En plus, ce n’est pas original. Il y a tellement de lions en Afrique, les Indomptables, lions de l’Atlas, etc. Je pense que ce qu’on voit dans notre environnement immédiat comme le baobab ou une pirogue, ce sont ce genre de choses que l’on devait utiliser comme logo. C’est pourquoi j’ai choisi le mouchoir de tête pour la conception du site. Pour tout ce qu’il représente dans notre société. Quand nous étions petits, lorsqu’un invité arrivait à l’improviste la première chose que nos mamans faisaient était de prendre leur mouchoir de tête. Quand nous allions en guerre autrefois, c’est le mouchoir de tete que l’on nouait autour de la taille et en cas de victoire aussi on l’étalait par terre. Donc c’est un élément culturel dont on ne peut pas se départir.

Comment verriez-vous alors le logo ?

J’aurai utilisé une pirogue ou autre chose, mais pas le lion. C’est nous-mêmes qui pouvons concevoir nos propres affaires, parce que nous maitrisons mieux notre environnement. Quand on prend un Chinois ou un Français pour notre logo, forcément on va passer à coté. Ils peuvent faire un dessin très dépouillé, mais qui ne répondra pas à notre identité.

Comment avez-vous été amené à réaliser ces séries de photos de femmes nues ?

J’ai beaucoup réfléchi avant de commencer à faire des photos et de les exposer. Je me suis rendu compte qu’au Sénégal si on expose des photos personne ne va les acheter. Le Sénégalais n’achète que sa photo ou celle de son marabout. C’est ce que j’ai compris et j’ai rusé en peignant mes photographies parce que je voulais trouver un moyen de vivre de mon métier. On me fait souvent que j’aime les femmes. Ce n’est pas moi, ce sont les Sénégalais qui aiment les femmes et qui le cachent. Donc, c’est pourquoi dans mes photographies j’ai pris la femme comme support. Mais je ne montre pas leur visage parce que je travaille comme le vent, il dessine mais personne ne peut le dessiner. C’est pourquoi mes photographies n’ont pas de personnalité, j’ai enlevé le visage et la peau. C’est abstrait. Ce sont des modèles vivant qui se dévêtent, je les enduis de charbon et de centre et ensuite je les photographie. C’est grâce à l’originalité de mes concepts que j’ai eu du succès à l’étranger. J’ai fait des lancements avec Porsche. J’ai des œuvres qui décorent les métros en Europe notamment à Naples. Il y a même eu un bouquin qui a été édité sur moi, « Femmes terre » traduit en trois langues.

Est-ce que vos peintures sont une manière de dénoncer l’hypocrisie des Sénégalais ?

Il n’y a pas de message particulier que je veux faire passer. J’ai juste trouvé un moyen de vendre et d’exposer mes œuvres à travers les photographies que je fais. Au Sénégal quand nous voyons une femme automatiquement, nous pensons à des choses obscènes alors que pour nous, ce corps est un modèle. Nous le recréons juste. J’ai dessiné pendant cinq ans les corps. Au Sénégal nous nous scandalisons pour peu. On montre la culotte d’une danseuse et tout le monde en parle. Alors qu’à la plage, nous voyons défiler une dizaine de filles en maillot de bain. Et personne ne dit rien. En 1974, Miss Kaolack qui s’appelait Thioro Thiam, était en maillot de bain et avait posé avec les mains levées en signe de victoire. Nous courrions tous derrière elle. Presque tous les marabouts étaient en vie, personne ne s’en est offusqué pour autant. Mais aujourd’hui il suffit que l’on photographie Mbathio en petite tenue pour qu’on crie au scandale. L’hypocrisie a atteint son paroxysme.

Comment êtes-vous arrivé à faire poser des femmes à demi-nues dans une société à 90% musulmane ?

C’était très difficile au début avec les femmes. Même quand on demande à une prostituée de poser en modèle, elle vous insulte. Personne n’acceptait. Mais il y a eu une année ou j’ai connu des filles plutôt jeunes, entre 19 et 20 ans. Je leur ai expliqué mon projet et je leur ai dit que comme un docteur, qui a en face de lui des patients nus. C’est un travail que j’ai appris. Je leur ai dit que jamais leur visage ou leur sexe ne serait dévoilé. Et que dans un premier temps, si le travail ne leur plaisait pas, elles pouvaient déchirer les photos. Et cela n’empêcherait qu’elles soient payées à raison de 100.000FCfa de l’heure.

C’est si bien payé de poser en modèle pour Dago ?

On y met le prix. Et en Europe c’est encore mieux. Les filles sont payées à 1000 Euros toutes les dix minutes.

Quand vous dessinez ces corps, vous ne vous sentez pas perturbé par cette nudité féminine ?

Quand on entre aux Beaux Arts, le nu est la base de notre travail d’apprentissage. Ce sont les cours de modèles que l’on appelle anatomie artistique. Quand je suis en face d’un modèle et quelqu’un qui n’est pas artiste entre, il ne voit rien d’autre qu’une femme nue, mais pour nous autre qui avons étudié, nous ne sommes concentrés que sur le modèle et nous ne voyons rien d’autre. Tout est dans la pensée. Quand je photographie mes modèles, je regarde le fond, pas la personne qui est en face moi.

N’y a-t-il pas une forme de discrimination dans le choix de vos modèles. Les femmes que vous choisissez sont quelque peu parfaites avec des formes bien dessinées…

Je suis graphiste-designer donc je suis tenu de ne sortir que du beau. Ce sont les peintres et autres artistes qui peuvent se permettre de faire ce qu’ils veulent, mais pas nous. La première chose est de montrer des choses qui plaisent aux clients. C’est ce qui fait que mes modèles sont impersonnels et n’ont pas de visage. C’est clair qu’il y a une certaine discrimination parce que je choisis des gens dont je suis sur à 80% qu’ils plairont aux clients. Je travaille en fonction de ce qui plait aux gens. Mais si j’avais la liberté de choisir des modèles qui me plaisent, je prendrais des femmes aux formes généreuses.

Quelles sont vos relations avec Guigui qui chante vos louanges dans son dernier single ?

C’est une fille que je respecte beaucoup. Elle a un bon niveau. C’est pourquoi elle a réussi en deux ou trois mois à se hisser parmi les meilleures. Je l’ai connu à l’époque de Lissa, elle posait comme modèle dans le magazine. C’est une fille qui me ressemble beaucoup. Comme elle, beaucoup de gens me jugent sans me connaitre. Guigui quand je l’ai vu pour la première fois, je l’ai pris pour une fille quelconque. Je suis venu vers elle avec l’intention de la draguer, mais elle m’a bien remis à ma place (Rires). Et depuis, nous sommes devenus potes. Elle travaille actuellement dans une banque et prépare son doctorat. C’est une battante. Elle vit avec ses frères qu’elle gère seule. C’est une fille intelligente. N’est pas artiste qui veut. Et Guigui a l’âme d’une artiste. On a beau la critiquer, mais elle est dans la recherche.

Nouvel Horizon



affaire_de_malade

11 Commentaires

  1. Auteur

    Sun Boy

    En Mai, 2014 (21:58 PM)
    Un artiste qui maitrise bien son art, une chose rare au sénégal. Le bordel artiite doit apprendre sur lui pour se resaisir.
    Top Banner
  2. Auteur

    Pipo

    En Mai, 2014 (22:03 PM)
    Un mec qui paye un employé 100 000 de l'heure au Sénégal ça n'existe que dans les rêves ! Ce n'est même pas ce qu'il pourrait donner en un mois tout talentueux qu'il soit. C'est pour faire parler de lui ou faire r^ver la midinette. Que des branleurs !

    {comment_ads}
    Auteur

    Cisko15

    En Mai, 2014 (22:12 PM)
    bravo grand dago, comme on dit le chien aboie mais la caravane passe. felicitations pour vos magnifiques que j'ai eu l'occasion de voir. je vous connais depuis fass vous etes toujours resté le méme : humble accessible et genereux. combien de fois vous m'aviez à l'époque etudiant sans beaucoup de moyens, passé des fringues hors de prix quand je voulais sortir, vous ne me les reclamiez jamais je vous les rendais quand et pouvais revenir quand je voulais. merci Grand avec un G majuscule. bonne continuation et succés dans tout ce que vous faites.

    ibou.
    {comment_ads}
    Auteur

    Dooooffff

    En Mai, 2014 (23:20 PM)
    1000euros tous les dix minutes....mensonges bou dooy warrrrrr....wala fene bou reuy
    {comment_ads}
    Auteur

    Www.chelectro.com

    En Mai, 2014 (00:21 AM)


    P r o m o s u r l e s s m a r t p h o n e s A l c a t e l O n e T o u c h , n e u f s e t g a r a n t i e 1 a n ! www.chelectro.com
    Top Banner
    Auteur

    Mouma Bi

    En Mai, 2014 (06:41 AM)
    ki nopam you deug ndiyam yi kouko khol khamni il ment .100000 /heur ou 1000euro tous les 10mn (6000euros /heur .douli kessei .kestion d leurer et d pieger les filles :dedet:  :dedet:  :haha:  :tala-sylla: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Korr Guigui

    En Mai, 2014 (08:36 AM)
    Guigui laay weur sérieusement.

    Bou bayyè khèssal rekk ma feugg ba paré diappaléko.
    {comment_ads}
    Auteur

    Yaya

    En Mai, 2014 (10:04 AM)
    tu es le meillieur dago tu es un vrai pro,en plus dagua bari yeurmandé :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Critikien

    En Mai, 2014 (10:54 AM)
    Et après ?
    Top Banner
    Auteur

    Loal

    En Mai, 2014 (11:03 AM)
    EN REGARDENT SON VISAGE ON C K
    {comment_ads}
    Auteur

    Dégo Dara

    En Mai, 2014 (14:06 PM)
    pa bou tole ni yaw di wakh" je suis venue la dragé" méme si tu fait du bon boulot tu doit savoir que mague gua laisse cette fille en paix
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email