Samedi 07 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Diplomatie

Audience à l'Élysée : Comment Ouattara a court-circuité Macky

Single Post
Audience à l'Élysée : Comment Ouattara a court-circuité Macky

Il tenait à être le premier président africain reçu à l'Élysée après le départ de François Hollande. Alassane Ouattara aura usé d'un forcing pour être reçu par le président Macron, alors qu'une audience avec le président Macky Sall du Sénégal était déjà fixée.

"Jusqu'au bout le président Alassane Ouattara a insisté pour faire arranger l'agenda du président Emmanuel Macron et être le premier chef d'État africain à être reçu par le nouveau locataire du palais de l'Élysée", écrit le quotidien EnQuête+ qui parle de "forcing" du "grand-frère" et homme fort d'Abidjan, reçu finalement par le président Macron, dimanche dernier, jour d'élections en France.

Alassane Dramane Ouattara entendait rappeler son "rang" et n'a pas hésité à mettre la pression sur le nouveau secrétaire général de l'Elysée, le strasbourgeois Alexis Köhler, révèle le quotidien.

Le président de la première économie de l'Uemoa a finalement obtenu, d'Emmanuel Macron, un entretien d'une trentaine de minutes, et Macky Sall, reçu lundi, pour audience de plus d'une heure.

Les trois chefs d'État se retrouvent aujourd'hui à Berlin, en Allemagne, pour les besoins d'un somment du G20.


Article_similaires

81 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (11:53 AM)
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (11:58 AM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      .0.0.0
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (14:27 PM)
      esprit sous-développé ! quel intérêt d’être reçu en premier par macron ? croyez vous que ouattara a ce complexe ?
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (14:30 PM)
      senseneweb se fiche de nous avec cette information dégradante. un peu de respect pour vos lecteurs.
    • Auteur

      Gorgui Fair-play

      En Juin, 2017 (15:11 PM)
      information très subjective. et puis il ya quand même le droit d’aînesse par deux fois:
      l'âge du pr ivoirien le grand frère et ensuite le rang et le poids économique de son pays, " l'éléphant d'afrique" . donc bien vu, jeune macron qui apprends vite et bien.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (17:53 PM)
      selon les derniers statistiques (2015) de la banque mondiale la côte d'ivoire c'est 22,7 millions d'habitant pour 31,7 milliards de dollars de pib et le senegal 15,3 millions d'habitant pour 13,7 milliards. le senegal au plan économique représente 15,24% de l'uemoa contre 35,12% pour la côte d'ivoire qui vaut 2,07 fois le sénégal. avec les nouvelles ressources pétrolières et gazières, sur la base d' un scénario le plus optimiste, le pib du senegal pourra croître de 10 milliards de dollars et se retrouver au environ de 25,3 milliard de dollars toujours loin du pib actuel de la côte d'ivoire qui es t de 31,7 milliard de dollars. c'est dire combien est grand l'écart entre le 1er et le 2ème de la classe dans l'uemoa.
    • Auteur

      Verite

      En Juin, 2017 (20:32 PM)
      ou ils ont regardé les intelligents du continent africain, ceux-là qui appellent tout le reste des africains "niak".
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (22:23 PM)
      on diraut que ouattara rend compte a son superieur sur la gestion que ce dernier lui a confié.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (07:18 AM)
      macky se targue d'un prétendu leadership qui exaspère ses pairs de l'ouest africain. qu'il la joue modeste pour mieux surprendre ouattara et consorts
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (21:19 PM)
      mon dieu! vous vous rendez compte que quand macron parle, il dit ce que devrait dire le gros, et quand le gros parle, c'est comme s'il renouvelait ume allegence a un maitre..
  2. Auteur

    Senegal Pourri

    En Juin, 2017 (11:57 AM)
    Seneweb, arretez de supprimer mon texte. Vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. Ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

    Il existe une explication simple de la corruption au Sénégal: les bourses d’excellence.

    En octroyant des bourses d’excellence, l’Etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. Presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention Bien ou Très-Bien obtiennent une bourse pour partir en France, ou en Amérique du Nord. Ceux qui ont des mentions Assez-Bien ont aussi des bourses pour le Maroc, la Tunisie, ou l’Algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en France. Parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en Europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. Ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). Un exemple concret ? Sur les 30 candidats admis au concours de la Magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). En se référant aux résultats 2015 et 2016 du CFJ, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. Idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ENA dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. En envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, L’Etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. Ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, DAGE, ministre, Directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. Partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. Le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. Car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

    Il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. Le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. Il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. L’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de Dr. Avec Mention très honorable et félicitations du jury! Ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. Et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. Ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. Plus de 90% des professeurs de l’UCAD n’ont pas eu de mention au BAC. Ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. Comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « Maitre-assistant» ? Par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et ZERO publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir Professeur titulaire NUL, l’assistant nul n’y arrive pas.

    Et les exemples sont plus que nombreux. LE SYSTEME EST TOUT SIMPLEMENT POURRI.



    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:00 PM)
    Nègreries
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:21 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
      66
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:01 PM)
    Speechless...
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:19 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      ++++
    • Auteur

      Yatt

      En Juin, 2017 (18:50 PM)
      c'est encore quoi ces âneries ?
      après avoir livré leur pays à la france des entreprises, c'est maintenant la course à l'audience du maître ?
      querelles de préséance maçonnique ? volonté d’être reconnu champion de la reptation ?
      c’est simplement une honte !!!
      maintenir ces gougnafiers au pouvoir est un crime contre l’humanité !!!
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:04 PM)
    ET COMME IL PASSE TOUT SON TEMPS A ROUPILLER COMME IL EST UN LION QUI DORT..............IL GROSSIT EHONTEMENT ET LE PEUPLE MAIGRIT LAMENTABLEMENT.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:08 PM)
      tant que nos chefs d’etat n'arriverons à se répéter cette question: "qu'est ce mon pays y gagne" avant de poser un acte, nous seront toujours dans cette situation lamentable ou nous sommes.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:08 PM)
      tant que nos chefs d’etat n'arriverons à se répéter cette question: "qu'est ce mon pays y gagne" avant de poser un acte, nous seront toujours dans cette situation lamentable ou nous sommes.
    • Auteur

      Yatt

      En Juin, 2017 (14:51 PM)
      nos chefs d’États se posent une et une seule question : qu'est-ce-que j'y gagne personnellement ?
      et subsidiairement qu'est-ce-que je fais perdre au pays que je dirige et à ses populations (pas mon pays, car ma nationalité est celle de mon maître) ?
    Auteur

    Fuck Seneweb

    En Juin, 2017 (12:05 PM)
    Seneweb, arretez de supprimer mon texte. Vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. Ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

    Il existe une explication simple de la corruption au Sénégal: les bourses d’excellence.

    En octroyant des bourses d’excellence, l’Etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. Presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention Bien ou Très-Bien obtiennent une bourse pour partir en France, ou en Amérique du Nord. Ceux qui ont des mentions Assez-Bien ont aussi des bourses pour le Maroc, la Tunisie, ou l’Algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en France. Parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en Europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. Ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). Un exemple concret ? Sur les 30 candidats admis au concours de la Magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). En se référant aux résultats 2015 et 2016 du CFJ, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. Idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ENA dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. En envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, L’Etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. Ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, DAGE, ministre, Directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. Partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. Le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. Car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

    Il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. Le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. Il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. L’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de Dr. Avec Mention très honorable et félicitations du jury! Ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. Et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. Ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. Plus de 90% des professeurs de l’UCAD n’ont pas eu de mention au BAC. Ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. Comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « Maitre-assistant» ? Par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et ZERO publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir Professeur titulaire NUL, l’assistant nul n’y arrive pas.

    Et les exemples sont plus que nombreux. LE SYSTEME EST TOUT SIMPLEMENT POURRI.



    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:06 PM)
    Moi cette queue me dérange , on parle même de court-circuiter, c'est un peu comme le conflit entre le Qatar et l'Arabie Saoudite , là il fallait ne pas provoquer la colère de l'Arabie, et là on crée un embouteillage chez Macron , doynawar !
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:21 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:08 PM)
    Si c'est vrai, cela change quoi pour les Ivoiriens et les Sénégalais ?

    Ensemble avec mon ami Dago, on dit : On s'en fout, oh!
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:17 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      .
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:17 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      .
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:18 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      ++++++++++++++++++++
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:20 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      +++++++++++++++
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:24 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
      +
    Auteur

    Lebaobaol Tigui

    En Juin, 2017 (12:13 PM)
    S'il vous plait enlever cette honte... C'est ça votre Enquête+? Vraiment Nunn xeuwma fugnu dieum avec vous. Des gens qui sont appellés a eveiller vous passez tout votre temps a raconte des enfantillages qui nous deshonnorent..............Raconter le premier le president français ça sert a quoi ? Vous étés vraiment minables........La. Cote d ivoire pays frère qui a actuellement des difficultés a resoudre dare dare vous pensez vraiment qu elle n a pas la priorité? Ou-bien vous pensez au on a inscrit sur la constitution française que le Sénégal qui doit être le premier a recevoir? Descendez sur terre....... .un intellectuel ne doit pas se faire petit ainsi......entre ces deux frères vous devez utiliser des mots moins insolents "court sircuiter" c'est trop bête. :ibit: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:17 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      ..
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:20 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      +
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:21 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      777
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:29 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:15 PM)
    Seneweb, arretez de supprimer mon texte. Vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. Ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

    Il existe une explication simple de la corruption au Sénégal: les bourses d’excellence.

    En octroyant des bourses d’excellence, l’Etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. Presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention Bien ou Très-Bien obtiennent une bourse pour partir en France, ou en Amérique du Nord. Ceux qui ont des mentions Assez-Bien ont aussi des bourses pour le Maroc, la Tunisie, ou l’Algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en France. Parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en Europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. Ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). Un exemple concret ? Sur les 30 candidats admis au concours de la Magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). En se référant aux résultats 2015 et 2016 du CFJ, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. Idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ENA dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. En envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, L’Etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. Ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, DAGE, ministre, Directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. Partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. Le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. Car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

    Il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. Le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. Il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. L’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de Dr. Avec Mention très honorable et félicitations du jury! Ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. Et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. Ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. Plus de 90% des professeurs de l’UCAD n’ont pas eu de mention au BAC. Ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. Comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « Maitre-assistant» ? Par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et ZERO publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir Professeur titulaire NUL, l’assistant nul n’y arrive pas.

    Et les exemples sont plus que nombreux. LE SYSTEME EST TOUT SIMPLEMENT POURRI.



     :bip-bip:  :bip-bip:  :bip-bip:  :bip-bip: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:16 PM)
    Normal que les deux gouverneurs noirs de la france en Afrique qui administrent pour la France les deux principaux pays de l'UEMOA se bousculent pour rencontrer leur patron à l'Elysée.

    Kes senegalais et ivoiriens eux s'occupent de leur problèmes du quotidien.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:17 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.


      ++
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:19 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:19 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:19 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      ////////////
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:19 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      ////////////
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:23 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:23 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
      +
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:24 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
      +++
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:29 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:18 PM)
    Bien dit
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:18 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.
      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.
      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.
      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.
      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.

      ----------------
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (12:24 PM)
      seneweb, arretez de supprimer mon texte. vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.

      il existe une explication simple de la corruption au sénégal: les bourses d’excellence.

      en octroyant des bourses d’excellence, l’etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention bien ou très-bien obtiennent une bourse pour partir en france, ou en amérique du nord. ceux qui ont des mentions assez-bien ont aussi des bourses pour le maroc, la tunisie, ou l’algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en france. parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). un exemple concret ? sur les 30 candidats admis au concours de la magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). en se référant aux résultats 2015 et 2016 du cfj, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ena dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. en envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, l’etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, dage, ministre, directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.

      il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. l’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de dr. avec mention très honorable et félicitations du jury! ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. plus de 90% des professeurs de l’ucad n’ont pas eu de mention au bac. ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « maitre-assistant» ? par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et zero publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir professeur titulaire nul, l’assistant nul n’y arrive pas.

      et les exemples sont plus que nombreux. le systeme est tout simplement pourri.
      .
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:22 PM)
    Seneweb, arretez de supprimer mon texte. Vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. Ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.



    Il existe une explication simple de la corruption au Sénégal: les bourses d’excellence.



    En octroyant des bourses d’excellence, l’Etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. Presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention Bien ou Très-Bien obtiennent une bourse pour partir en France, ou en Amérique du Nord. Ceux qui ont des mentions Assez-Bien ont aussi des bourses pour le Maroc, la Tunisie, ou l’Algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en France. Parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en Europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. Ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). Un exemple concret ? Sur les 30 candidats admis au concours de la Magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). En se référant aux résultats 2015 et 2016 du CFJ, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. Idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ENA dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. En envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, L’Etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. Ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, DAGE, ministre, Directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. Partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. Le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. Car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.



    Il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. Le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. Il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. L’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de Dr. Avec Mention très honorable et félicitations du jury! Ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. Et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. Ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. Plus de 90% des professeurs de l’UCAD n’ont pas eu de mention au BAC. Ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. Comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « Maitre-assistant» ? Par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et ZERO publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir Professeur titulaire NUL, l’assistant nul n’y arrive pas.



    Et les exemples sont plus que nombreux. LE SYSTEME EST TOUT SIMPLEMENT POURRI.

     :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:22 PM)
    Seneweb, arretez de supprimer mon texte. Vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. Ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.



    Il existe une explication simple de la corruption au Sénégal: les bourses d’excellence.



    En octroyant des bourses d’excellence, l’Etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. Presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention Bien ou Très-Bien obtiennent une bourse pour partir en France, ou en Amérique du Nord. Ceux qui ont des mentions Assez-Bien ont aussi des bourses pour le Maroc, la Tunisie, ou l’Algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en France. Parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en Europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. Ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). Un exemple concret ? Sur les 30 candidats admis au concours de la Magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). En se référant aux résultats 2015 et 2016 du CFJ, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. Idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ENA dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. En envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, L’Etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. Ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, DAGE, ministre, Directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. Partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. Le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. Car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.



    Il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. Le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. Il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. L’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de Dr. Avec Mention très honorable et félicitations du jury! Ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. Et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. Ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. Plus de 90% des professeurs de l’UCAD n’ont pas eu de mention au BAC. Ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. Comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « Maitre-assistant» ? Par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et ZERO publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir Professeur titulaire NUL, l’assistant nul n’y arrive pas.



    Et les exemples sont plus que nombreux. LE SYSTEME EST TOUT SIMPLEMENT POURRI.

     :looney: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:23 PM)
    Seneweb, arretez de supprimer mon texte. Vous etes payes par le lobby des nullards que mon texte derange. Ce lobby des nullards qui ont peur des excellents citoyens, dignes et professionnels.



    Il existe une explication simple de la corruption au Sénégal: les bourses d’excellence.



    En octroyant des bourses d’excellence, l’Etat se défait de ses meilleurs élèves qui devraient prendre le destin du pays en main. Presque tous les bacheliers ayant obtenu la mention Bien ou Très-Bien obtiennent une bourse pour partir en France, ou en Amérique du Nord. Ceux qui ont des mentions Assez-Bien ont aussi des bourses pour le Maroc, la Tunisie, ou l’Algérie, ou bénéficie d’une aide s’ils réussissent à partir en France. Parmi les meilleurs qui partent, la majeure partie restent en Europe pour des raisons multiples : manque de rigueur dans l’administration sénégalaise, maraboutage des collègues nullards qui ne veulent pas qu’on les devance, lobbying des nullards qui leur ferment les portes. Ce faisant, il ne reste au pays que des étudiants avec un niveau moyen (environ 5%) et des nullards (environ 95%). Un exemple concret ? Sur les 30 candidats admis au concours de la Magistrature, seuls le 1er à une moyenne supérieure à 12/20 (12,35 plus précisément). En se référant aux résultats 2015 et 2016 du CFJ, on peut facilement imaginer que plus de ¾ des magistrats ont eu leur bac avec mention passable et ont été accepté au concours avec une moyenne à peine supérieure à 10/20. Idem, les meilleurs nullards restés au pays intègrent l’ENA dont à peine ¼ ont le niveau réel pour être haut fonctionnaire. En envoyant ses meilleurs éléments à l’étranger et en confiant l’administration aux nullards, L’Etat forme lui-même des arrivistes qui dans leurs plus doux rêves d’enfant ne se voyaient pas haut fonctionnaire. Ces nullards devenus magistrats, inspecteurs des impôts ou des douanes, DAGE, ministre, Directeur d’agence, etc. se goinfrent comme des affamés avec les deniers publics. Partout dans l’administration, les promotions se font par liens de parenté ou copinage. Le directeur de service ne veut être entouré que par des chefs de bureau nuls ou par des parents. Car sachant qu’il/elle est nul(le), il/elle ne veut pas avoir à ses côtés des gens plus compétents.



    Il y a des centaines de sénégalais qui ont obtenu leur doctorat dans de grandes universités avec des publications record et qui veulent rentrer au pays, mais les nullards restés au pays leur ferment la porte. Le recrutement des enseignant-chercheurs n’est pas du tout objectif. Il faut avoir un parent dans un ministère ou dans l’université pour être accepté. L’étudiant nul qui a passé 10 ans avec un nullard de professeur pour une thèse nulle (sans aucune publication) se voit attribué le titre de Dr. Avec Mention très honorable et félicitations du jury! Ce soi-disant docteur devient l’assistant du professeur nul. Et cela se poursuivra avec cet assistant nul quand il deviendra un professeur nul. Ce qui explique qu’il n’y a plus d’enseignement de qualité dans les universités sénégalaises, ni de publications, ni de recherche appliquée. Plus de 90% des professeurs de l’UCAD n’ont pas eu de mention au BAC. Ce qui montre qu’ils étaient déjà nuls à la base. Comment expliquer qu’un enseignant-chercheur puisse stagner toute sa vie au statut de « Maitre-assistant» ? Par ce que même dans un milieu universitaire pourri où avec quelques colloques et conférences sous- régionales et ZERO publication dans des «peer-reviewed journals», on peut devenir Professeur titulaire NUL, l’assistant nul n’y arrive pas.



    Et les exemples sont plus que nombreux. LE SYSTEME EST TOUT SIMPLEMENT POURRI.

     :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:32 PM)
    ah bon! ndékétéyo on jouait au concours du premier sous prefet d afrique qui va s agenouiller devant le gouverneur francais
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:41 PM)
    du n'importe quoi ,ce n'est que du commérage  :thumbsdown: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (12:41 PM)
    Moi , non je reste poli .........mon cœur saigne ! Qu'avons nous fait pour mériter de pareils dirigeants ?????
    Auteur

    Anonym

    En Juin, 2017 (13:06 PM)
    Bilay wakhatiko...lii mo méti...pffff
    Auteur

    Anonym

    En Juin, 2017 (13:06 PM)
    Bilay wakhatiko...lii mo méti...pffff
    Auteur

    Anonym

    En Juin, 2017 (13:06 PM)
    Bilay wakhatiko...lii mo méti...pffff
    Auteur

    Anonym

    En Juin, 2017 (13:06 PM)
    Bilay wakhatiko...lii mo méti...pffff
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (13:10 PM)
    FAUX DEBAT
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (13:15 PM)
    Ce débat est trop terre a terre.soyons plus responsable.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (13:20 PM)
    Voyons ! ce n'etait pas une course contre la montre,il faut etre serieux,vous allez faire encore jazzer les nationalistes assoifés d'infos de ce genre pour ruer aux brancards ,ce qui ne les empeche pas de courrir derriere des visas
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (17:10 PM)
      et les français ils ne courent pas pour venir en afrique de l'ouest ?
      ah oui c'est vrai ils n'ont pas besoin de visa pour venir en afrique de l'ouest,
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (13:26 PM)
    Moralité : un esclave en chef reste toujours un esclave. Quel est l'intérêt d'être le numéro 1 des esclaves.

    Vous devez avoir honte de publier de telles negrailleries.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (13:47 PM)
      tu me diras aussi quel était l'intérêt d'une esclave d'être la favorite du maître de la plantation ?
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (13:41 PM)
    Quel Honte des frères qui se battent pour être le préféré du papa colonisateur !!!!  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre:  :frustre: 
    Auteur

    Koffi Diop

    En Juin, 2017 (13:42 PM)
    Selon les derniers statistiques (2015) de la Banque Mondiale la Côte d'Ivoire c'est 22,7 Millions d'habitant pour 31,7 milliards de dollars de PIB et le Senegal 15,3 Millions d'habitant pour 13,7 milliards. Le Senegal au plan économique représente 15,24% de l'UEMOA contre 35,12% pour La Côte d'Ivoire qui vaut 2,07 fois le Sénégal. Avec les nouvelles ressources pétrolières et gazières, sur la base d' un scénario le plus optimiste, le PIB du Senegal pourra croître de 10 milliards de dollars et se retrouver au environ de 25,3 milliard de dollars toujours loin du PIB actuel de la Côte d'Ivoire qui es t de 31,7 milliard de dollars. C'est dire combien est grand l'écart entre le 1er et le 2ème de la classe dans l'UEMOA. Que Abidjan soit reçu avant Dakar est tout à fait logique

    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (13:46 PM)
    SENEWEB = SENEMERDE. rien que des âneries à longueur de journée pour montrer votre haine du président
    Auteur

    Petrole News

    En Juin, 2017 (13:53 PM)
    Vienne - Le groupe pétrolier et gazier autrichien OMV a annoncé mardi avoir finalisé la vente de sa filiale turque Petrol Ofisi, un des principaux distributeurs turcs de produits pétroliers, au géant suisse du négoce pétrolier Vitol, pour 1,368 milliard d'euros.
    Auteur

    Koffi Diop

    En Juin, 2017 (14:03 PM)
    Selon les derniers statistiques (2015) de la Banque Mondiale la Côte d'Ivoire c'est 22,7 Millions d'habitant pour 31,7 milliards de dollars de PIB et le Senegal 15,3 Millions d'habitant pour 13,7 milliards. Le Senegal au plan économique représente 15,24% de l'UEMOA contre 35,12% pour La Côte d'Ivoire qui vaut 2,07 fois le Sénégal. Avec les nouvelles ressources pétrolières et gazières, sur la base d' un scénario le plus optimiste, le PIB du Senegal pourra croître de 10 milliards de dollars et se retrouver au environ de 25,3 milliard de dollars toujours loin du PIB actuel de la Côte d'Ivoire qui es t de 31,7 milliard de dollars. C'est dire combien est grand l'écart entre le 1er et le 2ème de la classe dans l'UEMOA.

    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:03 PM)
    Vu dans JA

    Après avoir ouvert les hostilités contre le Qatar le 5 juin, voici que l’Arabie Saoudite veut obliger l’Afrique à rejoindre son camp.



    Si l’on exclut l’Égypte, partie intégrante de la coalition anti-Doha dès le premier jour et la Libye pour l’instant acéphale, pas moins de huit pays du continent ont d’ores et déjà obtempéré, sans enthousiasme il est vrai, aux ordres de Riyad : Mauritanie, Sénégal, Niger, Tchad, Gabon, Comores, Maurice et dans une moindre mesure Djibouti. On remarquera qu’il s’agit là d’États faibles ou/et en proie à des difficultés économiques, sur lesquels les arguments employés par les émissaires saoudiens ont eu un impact prévisible.





    PUBLICITÉ







    Ces arguments sont à la fois d’ordre financier, l’Arabie Saoudite ayant toujours privilégié l’aide directe aux chefs d’État par rapport à l’aide aux projets de développement ; d’ordre diplomatique – la force de frappe géopolitique du royaume wahhabite est incomparablement supérieure à celle du Qatar – mais aussi d’ordre religieux : le chantage à la distribution des visas pour le pèlerinage à La Mecque, répartis en fonction de quotas unilatéraux, est un moyen de pression devant lequel l’autoproclamé Gardien des Lieux Saints n’a jamais reculé.



    Les grands pays musulmans d’Afrique en retrait de la crise du Golfe



    On remarquera par contre que les grands pays musulmans d’Afrique, à commencer par le Nigeria, les trois pays du Maghreb central (Maroc, Algérie, Tunisie), mais aussi le Soudan et – pour l’instant – le Mali, ont pris soin de ne pas être partie prenante dans ce conflit, même si les Saoudiens ont de plus en plus tendance à considérer que qui n’est pas avec eux est contre eux. Comment ne pas leur donner raison ? Car si l’on peut sans doute reprocher au Qatar l’aide qu’il apporte aux Frères Musulmans de par le monde, il est évident que sur le plan du soutien à l’extrémisme religieux – et de sa pratique au quotidien – l’Arabie Saoudite est en quelque sorte la mère de tous les jihadismes. Il suffit pour cela de rappeler l’origine des kamikazes du 11 septembre 2001, celle d’Oussama Ben Laden et de se demander pourquoi, si Doha inspire et finance le terrorisme international, aucun pays européen ni les États-Unis ne l’a dénoncé auparavant.



    L’origine de ce bras de fer est évidemment ailleurs. Comme l’écrit Béchir Ben Yahmed dans « Jeune Afrique », « en réalité, le Qatar paie sa volonté d’indépendance » et son refus de la tutelle absolue que l’Arabie Saoudite entend exercer sur le Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Pour Riyad, le CCG est un instrument à son service et aucun de ses membres n’est autorisé à pratiquer une diplomatie autonome. S’il respectait ce diktat et se conformait aux règles édictées par son grand voisin, le Qatar ne serait que le numéro trois ou quatre du CCG, après le Koweït et les Émirats Unis. Une position de soumission dont la dynastie Al Thani ne veut plus depuis deux décennies, au point de transgresser ce qui aux yeux des Saoud est une ligne rouge : l’alliance avec l’Iran.



    L’Afrique n’a rien à gagner dans ce conflit



    C’est de cela dont il fallait « punir » ce petit pays, lequel a jusqu’ici réagi avec modération à ce qu’il faut bien appeler une agression – il est vrai que le rapport des forces, face à une Arabie Saoudite soutenue par le trio Trump – Netanyahou – El Sissi, a quelque chose d’écrasant pour un émirat dont la population autochtone n’excède pas 300 000 individus (2,5 millions avec les étrangers). Les autorités de Doha ont ainsi publié un communiqué officiel à l’intention des ressortissants des pays qui ont cru bon de rompre leurs relations diplomatiques : aucun d’entre eux ne sera expulsé, à commencer par les deux cent mille Égyptiens et les dizaines de milliers de Mauritaniens et d’originaires des pays du Sahel. « Au Qatar, les femmes votent, travaillent, conduisent, dirigent et la peine de mort n’est plus appliquée depuis 15 ans » explique un diplomate en poste à Doha, « les valeurs ne sont pas les mêmes qu’en Arabie Saoudite où elles restent médiévales, même si de vrais progrès restent à accomplir. Faut-il faire payer aux immigrés africains l’aboulie de leurs dirigeants ? La question ne se pose pas ici ». Une chose est sûre : dans ce conflit qui la dépasse, l’Afrique n’a rien à gagner.

     :interrogation:  :interrogation:  :interrogation: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:05 PM)
    Selon les derniers statistiques (2015) de la Banque Mondiale la Côte d'Ivoire c'est 22,7 Millions d'habitant pour 31,7 milliards de dollars de PIB et le Senegal 15,3 Millions d'habitant pour 13,7 milliards. Le Senegal au plan économique représente 15,24% de l'UEMOA contre 35,12% pour La Côte d'Ivoire qui vaut 2,07 fois le Sénégal. Avec les nouvelles ressources pétrolières et gazières, sur la base d' un scénario le plus optimiste, le PIB du Senegal pourra croître de 10 milliards de dollars et se retrouver au environ de 25,3 milliard de dollars toujours loin du PIB actuel de la Côte d'Ivoire qui es t de 31,7 milliard de dollars. C'est dire combien est grand l'écart entre le 1er et le 2ème de la classe dans l'UEMOA.

    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:06 PM)
    mais dites moi quand est ce que cela va t'il finir??? nom de Dieu
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:06 PM)
    je comprend pourquoi on les appelle niak
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:15 PM)
    Rien de surprenant je gouverne pour la france et par la france je suis un prefet installe grace a l'armee francaise l'autre dit je suis un prefet installe grace a la manipulation francaise de toute facon nous sommes redevables a la france si on veut garder nos postes, Les humeurs de nos populations ne comptent pas pour un sou
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:23 PM)
    ça ne méritait même pas une ligne.il fait comme si c'était un événement planétaire c'est lamentable avec nos journalistes.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:23 PM)
    soumision volontaire
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:25 PM)
    ON S'EN FOUT DE TOUTES FAÇONS C'EST DES LÈCHES CULS DE LA FRANCE,ILS SONT TOUS PAREILS,COURIR DÉRRIÈRE UN GAMIN DE 39 ANS,UNE HONTE
    Auteur

    Senegais

    En Juin, 2017 (14:28 PM)
    Les sujets chez le maitre...
    Auteur

    Lougatois

    En Juin, 2017 (14:28 PM)
    Alors pourquoi il n'a pas utilise ses biceps ,comme il l'avait fait dans un bureau de vote il y quelques annees ?





    -
    Auteur

    Iga Biva

    En Juin, 2017 (14:31 PM)
    Vous n'avez tous rien compris. Cette situation est très parlante. Cela montre encore une fois de plus qu'ente ceux qui voit, et ceux qui ne voit pas, il n'y a pas match. Sénégal "dou sen morom" sur tous les plans.
    Auteur

    Point De Vue

    En Juin, 2017 (14:39 PM)
    Franchement franchement c'est encore la honte généralisée et incommensurable chez les africains qui restent toujours des moutons de panurge chez les occidentaux. Ces audiences improvisées avec Macron montre l'obligation des noirauds de l'africain à venir renouveler leur allégeance au nouveau guignol français comme ça été toujours le cas. L'histoire du Vieux nègre et la médaille reste toujours d'actualité malgré l'évolution du monde.

    A quand l'indépendance des pays africains ?
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (14:57 PM)
    servitude volontaire

    rappelez l auteur du vieux nègre et la médaille

    on dirait ferdinand oyono, eza boto? Ah mes années de collège!
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (15:05 PM)
    https://www.facebook.com/Homelux-Senegal-1986604098293002/
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (15:09 PM)
    Ce n'est vraiment une information c'est nul
    Auteur

    Latdior2012

    En Juin, 2017 (15:15 PM)
    Qu'attendent les Chinois et Japonais pour se faire recevoir? Ils doivent trembler à l'idée de se faire ainsi doubler par la CI et le Sénégal!!! Tonneaux vides; aucune vision; aucune compréhension des enjeux et de l'avenir de leurs pays et leurs peuples!!!  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (15:25 PM)
    Senegal, cote d' ivoire, colonies de la France
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (15:53 PM)
    c'est ça le programme de l'opposition des chasseurs de poux : :contaan: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (16:07 PM)
    C'est de bonne guerre et ça montre qu'ils gèrent les intérêts de leurs pays et arrêtez de dire du mal sur la France même s'ils nous ont colonisé n’empêche c'est la France qui nous couvrent dans le concert des grandes nations.

    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (08:37 AM)
      de gaule disait la france n'a que ses interets et pas d'amis,donc ne protege aucun pays merci
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (16:39 PM)
    Courrir pour venir faire allégeance celà est "digne"des "sous préfets francophones" qui ont commencé le défilé devant leur nouveau père qui incroyablement est plus jeune que ses enfants obéissants.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (16:43 PM)
    seneweb rapporte une information qui est non sense. je veux bien croire qu on des idiots chef d etats, mais pas a ce point d etre aussi mentalement retarde pour faire la course chez macron.



    ou bien c est peut etre " le premier qui arrive baise, ma femme" hanaaa!! mbeulei  mbeulei  mbeulei   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (16:52 PM)
    Nous méritons notre sort..en 2012 même contre Wade je n'avais pas voté pour le maquis APR Benno car je savais ce qui allait arriver...un bon exécutant ne signifie pas un bon leader..Rectifier avec les législatives comme vous l'avez fait avait pour le référendum qu'ils ont réellement perdu. La majorité silencieuse dont nous faisons parti se fout des coalitions ( car apolitique) mais nous voteront même pour un homme de 100 ans rampant contre APR BENOO SEEDDO SENEGAL....ils le savent quelque soit la corruption, l'intimidation, la transhumance, BENNO sera à terre...grâce aux sans partis qui observent en silence la décadence éthique, morale, sociale, économique du pays depuis l’avènement des maquisards maquilleurs de l'APR

    Senghor 4 mandats, Diouf 3 mandats, Wade 2 mandats, le maquis APR fera 1 mandat..(c'est pourquoi il l'a rallongé)...4..3..2...1 courbe descendance à essence divine qu'il faut accepter dignement comme Sarko et Hollande..mêmes les saltigués ont vu cela..on s'en fous des partis politiques mais le peuple profond votera n'importe quelle coalition sauf APR BENNO..prenez l,argent mais voter Manko, Wattu, Touré, Sonko, El hadji Diouf, Gadio...sauf Benno et ses satellites cachées dans certaines coalitions

    Tous les socialistes authentiques voteront contre BENNO, les progressistes de l'AFP voteront contre Benno, les communistes authentiques de la LD, PIT, AJ voteront contre BENOO

    Vous avez perdu les élections et vous le savez ..les services secrets le savent
    Auteur

    Ams

    En Juin, 2017 (17:05 PM)
    Si la France n'était pas intervenu ,les terroristes qui avaient déjà envahi le MALI auraient rasé ce pays.

    C'est facile avec la parole la plume ou l'ordinateur . . .
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (17:23 PM)
    Macron devrait sous loué une chambre à Macky Sall à l’Élisée j'ai l'impression qu'il est tout le temps à l'étranger au lieu de rester et résoudre nos problèmes de sous développement
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (17:50 PM)
    Selon les derniers statistiques (2015) de la Banque Mondiale la Côte d'Ivoire c'est 22,7 Millions d'habitant pour 31,7 milliards de dollars de PIB et le Senegal 15,3 Millions d'habitant pour 13,7 milliards. Le Senegal au plan économique représente 15,24% de l'UEMOA contre 35,12% pour La Côte d'Ivoire qui vaut 2,07 fois le Sénégal. Avec les nouvelles ressources pétrolières et gazières, sur la base d' un scénario le plus optimiste, le PIB du Senegal pourra croître de 10 milliards de dollars et se retrouver au environ de 25,3 milliard de dollars toujours loin du PIB actuel de la Côte d'Ivoire qui es t de 31,7 milliard de dollars. C'est dire combien est grand l'écart entre le 1er et le 2ème de la classe dans l'UEMOA.

    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (18:17 PM)
    Macky et Ouatara sont les esclaves de la France
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (18:21 PM)
    Hey, les Sénégalais comprennent de plus en plus qu'ils faut faire des réformes maintenant pour écarter ces obligés envers la France du pouvoir. Dans l'interview d'Amadou Macktar Mbow à Sud, c'est ce travail que se sont attachées les Assises nationales d'accomplir. Dès lors, il n'incombe qu'aux masses de se mettre à niveau avec l'aide et l'assistance de la société civile patriotique. Les Sénégalais sont mûrs pour un changement qualitative de leurs existences dont ils entrevoient en ces temps malheureux oû leurs progénitures meurent dans les océans et déserts pour la quête d'une survie dans d'autres cieux
    Auteur

    Non Seneweb

    En Juin, 2017 (18:26 PM)
    Esprit sous-développé ! quel intérêt d’être reçu en premier par macron ? croyez vous que ouattara a ce complexe ?

    Senseneweb se fiche de nous avec cette information dégradante. un peu de respect pour vos lecteurs.

    seneweb rapporte une information qui est non sensé. je veux bien croire qu'on des idiots chefs d'état, mais pas a ce point d'être aussi mentalement retarde pour faire la course chez macron. NON et NON Respect pour nos chefs d'état et pour les africains!







    ou bien c est peut etre " le premier qui arrive baise, ma femme" hanaaa!
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (18:57 PM)
      c'est le fait meme de se rendre en france qui est indigne et honteux macron est allé rendre visiste au roi du maroc et pourtant les intérets de la france dans la zone uemoa sont 10 fois supèrieurs aux intérets français au maroc
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2017 (11:12 AM)
      en fait macron a déjà reçu le roi du maroc à paris.
      il ne s'agit d'une compétition ni entre les etats de la cedeao,
      ni entre la cedeao et le maroc. pour la france l'important est de garder son
      influence sur l'afrique de l'ouest et de freiner l'intégration ouest africaine.
      l'objectif de la france est d'avoir une afrique de l'ouest française comme à l'époque de l'aof.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (18:54 PM)
    Faux Alassane Ouattara n'a circuité personne sa visite est dans le meme registre de celle de Macky Sall niak Jom ils sont les hontes de l'Afrique de vrais leches-bottes élus grace à l'argent des lobby français

    ils sont venus en premier pour recevoir la nouvelle feuille de route de leur patron les petits sous-prèfets africains il a fallu un petit sifflement de Macron pour qu'ils accourent comme de petits chiens vers leus maitres pour comencer ils ont léché les souliers du jeune Macron jusqu'à ce qu'ils brillent en guis d'allégance il fallait comment Macky s'est mis à lécher les poussières oublièes par Ouattara la veille sur les souleirs de Macron c'est encore fini suivront Bingo Biya Sassou le prèsident du Bénin du Togo Macron n'aura pas besoin d'un cireur de souliers d'ici la fin de son quinquenat

    Pourtant le roi du Maroc est resté chez lui et chaque fois c'est le prèsident français élu qui se rend au Maroc avant meme de recevoir les petits sous-prèfets africains en ordre d'allégance

    Ils n'ont aucune dignité j'ai été déçu par Macky Sall né après les indépendances et il est plus servile que Senghor envers la France
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (19:35 PM)
    du n'importe quoi ces journaliste. peut-être alassane dramane avait tout simplement un autre agenda plus serré dans les jours à venir et a ainsi négocier un arrangemeent

    Auteur

    Lebaolbaol Tigui

    En Juin, 2017 (19:57 PM)
    Preter des sentiments aussi cons à de hautes autoritès comme le chef d etat d'un pays frere c'est insulter tout un peuple.........Ado est une persinne digne et tres corect........Ceux sont les soit disant journalistes senegalais qui sont bourès de complexes......DEJA FACHES QUE NE SOIT PAS PREMNIER PRESIDENT A RENCONTRER LE NOUVEAU PRESIDENT DE FRANCE ......Cette torchon de seneweb ca va marer aux francais.......Une presse digne doit etre au dessus des details........Seneweb de vrais annes ! :frustre: 
    Auteur

    Moulaye Sylla

    En Juin, 2017 (19:57 PM)
    Kou amoul respect sii sa bop doo respecter kenene wakhatoumak ton propre president kol?ne fall t?ye 2 jour apres gu?ne nek si kawame vous attader trop sur le president et son gouvernement sou di?khel? vous attader encor sur le nouveau di guene khar ba d? t? dol?ne sii guene car wakh goudi wakh bethieuk vous passer tout votre temps a critiquer vous serez bientot a la retraite sans travailler parceque vous avez perdu trop de temps a parler du president
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (20:00 PM)
    Ils sont pareils. Esclaves des francais
    Auteur

    Bjk

    En Juin, 2017 (20:53 PM)
    Voilà des choses qui font honte à l'Afrique; que des présidents d'Afrique francophones se bousculent, après 57 ans d'indépendance, pour être le premier reçu au palais de l'Elysée par un nouveau président. Pour quelle motifs? Pour recevoir la feuille de route de la politique africaine du nouveau patron et se vanter auprès des autres d'être l'homme de confiance?

    Comme les pays anglophones et arabophones d'Afrique, les francophones doivent se ressaisir en gagnant un tant soit peu en maturité et en dignité. Le Maroc a mille raisons de s'en orgueilir car le nouveau président français lui réserve sa première vraie visite d'un pays africain. Au Mali, c'était une visite aux armées françaises déployées dans ce pays pour le protéger .
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (21:11 PM)
    postit 53 ,ne nous fatigue pas ! gouverné ce n est pas avec analyse anti france périmée

    dans ce monde tout le monde a besoin d alliés et la france est notre allié ,la été et le sera toujours !

    si tu préfére autres choses ,au lieu de pleurnicher ici va t engagé en politique voir si tu sera capable d attirer du monde pour ta petite politique boutikou nar ! macron élu qu a t il fait ? tout de suite il est partit en allemagne ! le monde a des régles de fonctionnement qui t échappe ,moi inclus ! mais je sais que notre lien avec la france est la meilleure ! si tu as mieux t a cas le démontrer par ton élection !  mbeulei  mbeulei  mbeulei  mbeulei  mbeulei  mbeulei 
    Auteur

    Xeme

    En Juin, 2017 (21:18 PM)
    Dans la duperie en cours, sous forme d'un macabre bal masqué, le nouveau chef de guerre (et nouveau distributeur d'attentats terroristes) reçoit ses deux premiers préfets.

    Pour l'un, il annonce un renforcement des accords militaires pour faire face au terrorisme. Des accords militaires qui ont atteint un niveau tel que l'armée française peut bombarder le palais présidentiel du président élu, envoyer des commandos le capturer avec famille et l'humilier, cette accord, donc, sera renforcé. Je crois que cette fois il va permettre à l'armée française de trouver le président dans les toilettes du Palais de la république. Mais cela ne sera pas dit comme cela. C'est pour combattre le terrorisme. Mais quel terrorisme ? Celui que la France implante pour ensuite venir le combattre, s'installer pour exploiter et rapatrier chez elle les ressources du pays conquis sous cette nouvelle forme ?

    Les derniers attentats dits djihadistes islamistes dans un hôtel de Ouaga ont été perpétrés par des terroristes envoyés depuis la Côte d'Ivoire par Blaise Compaoré, le nouvel émir islamiste. On aura beau s'enfouir la tête dans le sable pour ne pas voir et comprendre la vérité, on ne pourra pas nier que cette accusation de terroristes envoyés par Blaise Compaoré est une accusation de la justice burkinabé. On ne pourra pas nier que pour desserrer la pression du mandat d'arrêt burkinabé contre Blaise, le pouvoir ivoirien de Ouattara a bien accepté de sacrifier les quelques gradés de l'armée burkinabé qui avaient fuient pour rejoindre Blaise, en les livrant à l'état burkinabé. Ce seront les sacrifiés qui seront accusés d'avoir commandité les attentats djihadistes islamistes. Blaise pourra souffler pour quelques temps. La fraternité entre légionnaires a bien fonctionné.

    Les terroristes djihadistes envoyés depuis la Libye vers le Nord du Mali pour y semer le bordel et donner l'occasion à la France de s'installer au Mali ont bien joué leur rôle. Aujourd'hui le Nord du Mali est devenu une zone occupée par l'armée française et interdite à tout malien. Est ce pour chercher des terroristes que l'armée française creuse le sous sol malien ? La manière par laquelle l'armée française a pris possession du Mali, par une duperie des peuples africains, mais avec une belle complicité des dirigeants africains est connue de tous. L'armée malienne a bien vu ses armes bloquées aux Ports de Conakry et Dakar pour l'empêcher de se défendre contre des terroristes djihadistes. Le même blocus n'a pas été mené contre l'armée française qui a coupé l'herbe sous les pieds de la force de la CEDEAO qui était en composition et qui attendait une résolution de l'ONU. L'armée française est entrée au Mali sans résolution de l'ONU. Le rappel est nécessaire pour rafraîchir les mémoires sur la duperie. Les terroristes djihadistes étaient le prétexte fabriqué par la France pour venir au Mali. Mais le programme d'être au Mali précédait l'envoi des djihadistes.

    L'autre préfet quémande que l'Afrique ne doit pas être le ventre mou de la lutte contre le terrorisme. Pourtant, tant que l'Afrique restait le ventre mou de cette lutte contre le terrorisme, l'Afrique a vécu en paix et en sécurité. Mais depuis que les semeurs de terrorisme ont commencé à lancer des lutte contre le terrorisme, tout pays africain qu'ils eurent choisi est resté en guerre jusqu'à ce jour.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (21:37 PM)
    ha oui xeme il est heureux de nous reservir les meme théories sentant le souffre enturbanné kilométrique ! tu nous fatigue xeme avec tes théories a 2 balles qui ne fait meme plus rire franchement ! dis le que tu aurais préféré que nos president aillent prendre leur feuille de route à gaza avec le sinistre hamas ou à théhéran avec la police des meurs ,sinistre agent de la guestape des mollah ! que ça te plaise ou pas ,la france sera toujours notre allié et vu ta cariére politique terminé avec la chutte de ton mantore wade ,tu ne risque pas de pouvoir influé sur les choses ! dieu merci l état inféodé aux mollah dont tu réve reste juste virtuel  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo:  :rigolo: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (22:11 PM)
    A nouveau un article qui n'engage qu un auteur anonyme. A part se monter les uns contre les autres, ( et ca marche a fond quand on lit les commentaires) , je ne vois pas dautres finalites. Des infos objectives, neutres, constructives, positives, c'est vraiment pas possible ? Y'a pas assez de tension dans le monde, cest ca ? perso, la derniere fois que je me connecte a Seneweb.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (22:51 PM)
    ADO a presque 20 ans de plus que Macky et presque 36 ans de plus que Macron. Il devait laisser ces deux jeunes gens se rencontrer et ensuite il vient se poser en doyen ou papa sage et respecté. Hélas, son comportement de bambin en dit long sur la maturité du nègre dit intellectuel.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (01:03 AM)
    @ fgg :nohope: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (02:20 AM)
    Les Nègres courent vers maître Macron,lui va vers le Roi du Maroc.
    Auteur

    Amir Sultan

    En Juin, 2017 (07:11 AM)
    .Le Dajjal : la plus grande épreuve de la fin des temps



    La vie de ce monde est un lieu transitoire dans lequel le bien et le mal, la beauté et la laideur apparaissent, dans lequel les êtres humains sont éprouvés par leurs actions, et dans lequel les croyants et les non-croyants se distinguent les uns des autres. Allah Tout-Puissant, Qui a créé tous les êtres et cette épreuve, a également créé, à toutes les périodes, un ennemi sous forme de négateur et de malfaiteur pour faire face aux croyants dans le cadre de l'épreuve. Ce négateur, qui a affronté les prophètes, les messagers et les croyants à travers l'histoire, apparaîtra à la Fin des Temps à une période annoncée dans les hadiths de notre Prophète (pbsl) où la venue du Prophète Jésus (psl) est attendue sur terre et où apparaîtra Hazrat Mahdi (psl). En d'autres termes, le négateur sera le “Dajjal” ou l'Antéchrist



    Dajjal est le mot arabe, dérivé de la racine “dajl”.  Les dictionnaires définissent le Dajjal comme “menteur, imposteur, comme une personne séditieuse et damnée qui confond les esprits, les cœurs, les bons et les mauvais, qui cache le vrai visage de quelque chose en la dorant, qui erre partout”.



    Les hadiths de notre Prophète (pbsl) se réfèrent au Dajjal comme étant la plus grande force négative qui apparaîtra à la Fin des Temps. Le Dajjal qui tentera d'imposer le système de Satan au monde entier à la Fin des Temps quand des événements extraordinaires auront lieu, par l'inimitié envers le Prophète Jésus (psl) et Hazrat Mahdi (psl) dont nous verrons bientôt l'apparition par la permission d'Allah, est peut-être l'un des pires négateurs de tous les temps. Notre Prophète (pbsl) a décrit la dimension de la corruption de l'Antéchrist comme suit:



    Depuis la création d'Adam jusqu'à l'Heure, il n'existe pas de plus grande corruption que celle du Dajjal.1



    Il est rapporté dans les traditions que le Dajjal est un séducteur qui présente la vérité comme le mensonge et le mensonge comme la vérité, le bon comme le mal, et le mal comme le bon. Comme on nous le dit dans le hadith:“Il [le dajjal] apporterait avec lui une image de paradis et d'enfer, et ce qu'il appelle paradis serait l'enfer”2, tout ce qu'il appelle bien, beau et juste est en fait un mal qui infligera des catastrophes à l'humanité. Et les valeurs qu'il présente comme le mal sont en fait bénéfiques et dans l'intérêt de l'humanité. Pourtant, puisque certaines personnes ne regardent pas les événements à la lumière des valeurs morales du Coran et de la Sunna du Prophète (pbsl), elles seront induites en erreur par les choses auxquelles le Dajjal les invite et le suivront, tout en tournant le dos avec insouciance à la voie d'Allah qu'elles devraient effectivement suivre. Mais quand elles seront témoins du climat d'oppression que le Dajjal établira, elles verront quelle grave erreur elles auront faite. C'est pour ces raisons que notre Prophète (pbsl) a mis en garde l'humanité et a dit aux gens d'agir en sachant que ce que le Dajjal présente comme mauvais est en réalité bon:



    Le Dajjal apparaîtra. Et il y aura avec lui de l'eau et du feu. Ce que les gens verront comme de l'eau sera un feu ardent. Et ce qui apparaîtra comme le feu sera de l'eau. Toute personne qui le verra, devrait plonger dans ce qu'il voit comme étant le feu car il sera une eau douce et pure.3



    Comme on peut le voir à partir des nombreux signes dans les hadiths, la période que nous vivons est “la Fin des Temps”. Il est clair qu'à partir des hadiths du Prophète (pbsl) que le Fin des Temps se passe en ce moment et, par la permission d'Allah, le retour sur terre du Prophète Jésus (psl) et l'apparition de Hazrat Mahdi (psl) sont également à attendre pendant cette période. Tout comme il est dit dans les hadiths, le Dajjal fait ressentir sa corruption à la Fin des Temps dans laquelle nous vivons, et le manque d'amour, la révolte, le mal, la division, les conflits et la dégénérescence se répandent à travers le monde. Beaucoup de gens se sont ralliés à la corruption du Dajjal, ont tourné le dos aux valeurs morales et ont accepté le système diabolique fondé sur l'incroyance.  



    La plus grande corruption du Dajjal à la Fin des Temps, en termes idéologiques, est le darwinisme. L'idéologie darwiniste, la pire erreur du 19ème siècle, a au début été critiquée. Mais elle s'est répandue dans la société au cours du 20ème siècle sous l'influence du Dajjal, a induit de grandes masses de personnes à croire en elle, a recueilli beaucoup de soutien, et a finalement trouvé sa place dans les manuels scolaires et dans la littérature scientifique. Bien qu'elle soit un terrible mensonge et dépourvue
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (07:13 AM)
    les mendiants , ce ne sont pas seulement les talibés, il ya des mendiants VIP qui prennent l avion, bayyilèène talibé yi
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (08:20 AM)
    Si nous , Africains étions des peuples comme tous les autres du monde, nous n'aurions pas laissé un autre peuple venir jusque chez-nous pour s'accaparer de nos terre, de prendre des esclaves pour les emmener de par le monde, avant de faire de chez-nous leur propriété ! C'est la même domination aujourd'hui, mais sous une forme soft !
    Auteur

    Faux

    En Juin, 2017 (08:40 AM)
    Comment peut-on insinuer des choses pareilles. Faux, il n'y pas de court circuit entre les deux présidents. Vous devez revoir vos manières de penser. N'importe quoi cet article. Le problème c'est le journaliste qui a écrit ces âneries qui est un complexé. Respectez les africains
    Auteur

    Onditout

    En Juin, 2017 (16:47 PM)
    La France ne nous avait pas dit qu elle avait opte pour la multi polygamie avec la Belle Afrique.C'est qui la"Awoo et la niarell?
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (20:34 PM)
    Le grand djébelou de nos couilles molle a l'élysée.

    A quand la libération de l'afrique?
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (05:45 AM)
    le journaliste est un fouteur de merde, ce n'est pas une info çà
    Auteur

    Watt

    En Juin, 2017 (13:35 PM)
    30 minutes ou pas, l'essentiel est d’être le premier à bien négocier et obtenir ce que l'on veut.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2017 (00:00 AM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email