Lundi 19 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Aviculture : Vers un moratoire de 7 ans sur l'interdiction d’importation des sous-produits de la volaille

Single Post
Aviculture : Vers un moratoire de 7 ans sur l'interdiction d’importation des sous-produits de la volaille

Les acteurs de la filière avicole ont demandé récemment un moratoire de sept ans pour l’interdiction des importations des sous- produits de la volaille, en vue d’affiner leur compétitivité. L’Etat s’engage à les accompagner dans ce sens, selon le ministre de l’Elevage, Aminata Mbengue Ndiaye.

La visite des nouvelles installations de la Sénégalaise de distribution de matériel avicole (Sedima) a permis au ministre de l’Elevage de se prononcer, hier, sur l’avenir d’une filière avicole sénégalaise assez dynamique mais sérieusement menacée par les importations massives de sous-produits comme les cuisses de poulets. 

Selon Aminata Mbengue Ndiaye, le président Macky Sall a bien raison de protéger les aviculteurs locaux en les aidant ainsi à gagner la difficile bataille de la compétitivité. Le moratoire de sept ans que les acteurs de la filière ont appelé de leurs vœux sera ainsi accepté, a déclaré Mme Ndiaye. 

Par la voix du président-directeur général de la Sedima, Babacar Ngom, les acteurs du sous-secteur de l’aviculture avaient sollicité ce moratoire de sept ans parce qu’« en l’état actuel des choses, la filière n’est pas prête à aller en compétition avec les sous-produits. Ce moratoire va, à coup sûr, booster l’investissement dans l’aviculture nationale ». Ce délai de sept ans  permettra ainsi aux aviculteurs de se mettre à niveau, d’autant plus que le Sénégal a toujours été innovant en investissements par rapport aux autres pays de la sous-région.

Dans ce domaine précis, le ministre de l’Elevage a vivement salué les efforts immenses consentis par le top management de la Sedima incarné par le leadership de son  Pdg. Les nouvelles installations de la ferme avicole de l’entreprise sont situées sur la partie-Est de Dakar. 

A Gorom 2, dans la communauté rurale de Bambilor, l’on peut constater de visu l’élevage à grande échelle  de poulets et d’œufs. Avec à la clé des conditions d’hygiène rigoureuses, les couvoirs  visités ont globalement  une capacité de production de plus de deux millions de poussins de ponte par année et cinq millions de poussins de chair. 

« Au rythme  où la Sedima poursuit sa croissance, elle sera bientôt dans les dispositions de permettre au pays d’être auto-suffisant en poussins de ponte et de chair »,  a soutenu le docteur Diémé, un des responsables de la poussinière de Gorom. 

Le patron de la Sedima  s’engage à tenir le pari de doubler la production de poussins chair à l’horizon 2014 surtout qu’au  Sénégal, la filière  dépense annuellement cinq milliards de FCfa pour acheter des poussins accouvés.

Le ministre de l’Agriculture a demandé aux Sénégalais de s’inspirer de l’exemple du Pdg de Sedima, qui, au moment où il lançait en 1976 une petite unité avicole, n’avait par devers lui qu’un capital de  60.000 FCfa et 120 poussins. 

Aujourd’hui, ce pionnier de l’aviculture sénégalaise s’est retrouvé à la tête d’une société anonyme (Sa) prospère au capital de deux milliards de FCfa et est parvenu à pourvoir 10.000 emplois directs et indirects.

 Vers une interprofession de l’aviculture

Les acteurs de la filière avicole sénégalaise sentent, comme un goût d’inachevé, leur sous-secteur et entendent ainsi faire un saut qualitatif dans l’organisation. C’est tout le sens de leur interprofession qui va bientôt voir le jour et qui regroupera les producteurs, les provendiers, les accouveurs, etc. Cette nouvelle entité va aussi se positionner comme l’interlocuteur unique et crédible des pouvoirs publics, à l’image de ce qui se fait déjà dans des pays comme le Maroc ou la Côte d’Ivoire. 

L’interprofession sera un levier important qui va résoudre les sérieux problèmes d’organisation notés dans le sous-secteur, disent en chœur les responsables de la Sedima, de la Nma, ou de la Fédération des acteurs de la filière avicole (Fafa). 

Le comité ad hoc chargé de travailler sur les projets de statuts et de règlement intérieur de la nouvelle structure va bientôt déposer ses conclusions avant la tenue d’une assemblée générale de mise en place de l’interprofession prévue, au plus tard, le mois prochain, si l’on en croit Idrissa Kama, le président du comité en question.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email