Jeudi 29 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Baisse des prix sur les cigarettes : Les dessous de la guerre du tabac

Single Post
Baisse des prix sur les cigarettes : Les dessous de la guerre du tabac

La taille du marché n’ayant pas augmenté depuis une décennie, Philip Morris a profité de la stratégie fiscale de l’Etat pour baisser ses prix et s’aligner sur son concurrent direct pour lui grignoter des parts de marchés.Ainsi, au-delà du problème moral déduit de la baisse du prix des cigarettes Marlboro, se cache la guerre du tabac entre Philip Morris et Mtoa qui contrôlent à eux deux 99 % du marché sénégalais du tabac. 

 

La guerre du tabac aura bien lieu. Loin d’inciter les adultes à fumer davantage, la baisse du prix de la cigarette, constatée récemment sur la gamme commercialisée par Philip Morris Sénégal, cache mal la guerre du tabac entre cette dernière et son grand concurrent, la Manufacture des tabacs de l'ouest africain (Mtoa).

Jadis alliés lorsque la Mtoa commercialisait les cigarettes du second sous licence, leurs rapports se sont dégradés depuis que la multinationale a jugé nécessaire d’établir une usine au Sénégal, privant ainsi son partenaire d’une grosse part de marché. En effet, selon un document de la direction du Commerce intérieur, intitulé ‘Proposition d’évolution de la structure des droits d’accise sur les cigarettes au Sénégal’, trois marques de cigarettes produites localement (Marlboro, Excellence et Houston) se sont taillé 99 % du marché sénégalais. Et, jusqu’en octobre dernier, ces marques étaient groupées en deux catégories, à savoir celle Premium, où l’on retrouve les cigarettes de la gamme Marlboro de Philip Morris, et celle dite Economique avec les autres. La première, cataloguée cigarette de luxe, était taxée à 40 % tandis que la seconde, dite bas de gamme, l’était à 20 %.

 

Cette différentiation dans la taxation des cigarettes résulte d’une structuration des droits d’accises (impôt indirect perçu sur la consommation, Ndlr) appliqué depuis 2001. Laquelle est basée sur un système ‘multi-tiers’ selon lequel des taux d’imposition différents s’appliquent sur chaque catégorie de prix. Les augmentations successives de ces taux ont creusé l’écart d’imposition entre ces deux catégories, au désavantage de la classe Premium, au moment où le nombre de fumeurs est presque resté constant au Sénégal durant la dernière décennie. Ainsi, face à l’érosion des parts de marché de la marque Marlboro, résultant de l’écart de prix croissant rendu possible par le système de droits d’accises différenciés, Philip Morris Sénégal n’avait d’autre choix que de baisser le prix de vente au détail recommandé de cette marque de 650 à 400 francs Cfa en novembre dernier. Ce qui pourrait lui permettre d’accroître sa part de marché qui était, selon des chiffres officiels, de 39,9 % en 2010, avec 160 francs Cfa de droits d’accise sur chaque paquet de cigarettes, contre 45,8 % pour la gamme Excellence et 13,1 % pour Houston, tous de la catégorie Economique et avec des droits d’accises de 60 francs Cfa sur chaque paquet vendu.

 

Le nombre de fumeurs n’ayant presque pas augmenté en 10 ans, Philip Morris a ainsi préféré, avec la stratégie fiscale de l’Etat, s’aligner sur la concurrence pour être taxé à 20 % et grignoter sur les parts de marchés de son concurrent. Il espère ainsi faire adopter ses cigarettes aux fumeurs qui n’en avaient pas les moyens.

 

L’Etat, le grand perdant

 

Cependant, cette guerre du tabac entre la multinationale Philip Morris et la Mtoa pour le contrôle du marché sénégalais risque d’avoir des conséquences pour le Trésor public si l’Etat ne revoit pas sa politique de taxation de ce produit dont les effets néfastes sur la santé ne connaissent pas de gamme encore moins de catégories. Car, ce repositionnement de Philip Morris aura pour conséquence une baisse des droits de 100 francs par paquet sur l’ensemble des volumes de Marlboro. Et sachant que les volumes de vente d’octobre dernier de Philip Morris avaient, selon cette source, atteint 60,7 millions de cigarettes, c’est un manque à gagner pour l’Etat de 340 millions de francs Cfa par mois que ce changement de régime de taxation va induire. Ce qui va rendre incertaines les prévisions de collecte d’accises par l’Etat. Qui, selon des chiffres officiels, avait récolté 9,6 milliards de francs Cfa en 2010 sur l’ensemble des cigarettes vendues dans le pays.A noter qu’au Sénégal, le marché des cigarettes est soumis à une imposition globalement stable, avec une croissance moyenne des volumes annuels de 0,2 % entre 2002 et 2010.

 

Jusqu’en janvier 2002, la structure des droits d’accises sur les cigarettes au Sénégal était basée sur un système ‘ad valorem’ à un taux unique, c’est-à-dire un pourcentage appliqué sur la valeur des produits lors de leur première vente à la sortie de l’usine. Mais, depuis février 2002, cette structure a évolué vers un système ‘multi-tiers’ sur des taux ‘ad valorem’ différenciés selon les deux catégories de prix. Et selon le document, quand un gouvernement met en place un tel système, il subventionne indirectement les consommateurs qui choisissent les marques sur lesquelles le niveau de taxation est le plus bas. Ce qui fait que, entre 2002 et 2010, les revenus du gouvernement sont négativement impactés du fait des taux différenciés de taxation.


affaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    Ama

    En Décembre, 2011 (08:21 AM)
    A hauteur de phillip morris sur la route nationale on est obligé de fumer par force tellement ca pu .certainement que jusque la ca derange personne.jamais des voix ne se sont soulevees pour signaler cette polution qui est toxique et represente un danger reel pour les populations.pendant que partout dans le monde les gouvernements s efforcent a proteger les non fumeurs avec differents types de politique de restriction,au senegal senegal on incite les gens a fumer.on n est pas sans ignorer la corruption quise fait au plus haut niveau car apres tout l continent africain est le paradis des multinationales du tabac.qu on le veuille ou pas on fume par force
    Top Banner
  2. Auteur

    Boy London

    En Décembre, 2011 (00:20 AM)
    sllt je fai hors sujet car g un soucis je vis a londres deui 5 ans et je suis parvenu a economiser 15millions et lá je veu rentré sur dakar essayer d'investir puis rester avc ma femme mai jai peur de rentrer car g pas de papier et je sais pas nnon plus si cette somme est suffisante pour investir o galsen et rester pour vivre avc ma femme merci pour votre attention
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email