Samedi 23 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

CCR - Amadou Bâ, ministre de l’économie: « Le Sénégal n’a jamais eu d’agrégats macroéconomiques aussi sains »

Single Post
Amadou Bâ, ministre de l'Economie et des Finances
Le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan qui faisait une présentation sur « le Financement de l’économie », a affirmé que le Sénégal n’a jamais eu des agrégats macroéconomiques aussi sains. Sous le régime de Macky Sall, a assuré Amadou Bâ, le Sénégal va battre des records et dépasser le montant du budget de 2016 qui est arrêté à 3.022,390 milliards de FCfa.

La leçon du ministre de l’Économie, des Finances et du Plan a été accueillie avec satisfaction par les cadres républicains qui ont été satisfaits par les bonds réalisés en moins de trois ans par le président Macky Sall et son gouvernement. Avec forces détails et chiffres à l’appui, Amadou Bâ a démontré que le Sénégal est en marche, et à son avis, personne ne peut attester le contraire. « Aujourd’hui, on peut affirmer qu’on a rarement eu, dans notre histoire, des agrégats macroéconomiques aussi sains », a affirmé le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan.
« Le montant du budget de 2016 est de 3.022,390 milliards de FCfa.
Je vous demande de l’oublier car vous en verrez de plus grands bientôt », a promis Amadou Bâ, en soutenant que le Sénégal battra des records dans les années à venir, avec des performances qui seront de plus en plus élevées. « Ces 3.022 milliards de FCfa vont paraître petits par rapport à tout ce que le président Macky Sall va réaliser sous son magistère », a-t-il déclaré.
Selon le ministre Amadou Bâ, le Sénégal est, en termes de performance de croissance, la deuxième économie de l’Afrique de l’Ouest après la Côte d’Ivoire qui a, aujourd’hui, une croissance de 9,5 %. « Ce que le Sénégal est en train de faire est extraordinaire. Quand on analyse la croissance, le pays maintient une croissance soutenue au moins sur les trois dernières années et l’on a des projections qui traduisent les performances de l’économie », a-t-il indiqué, en rappelant que 2015 marque la première année de mise en œuvre du Pse, après son lancement en 2014.
« Les indicateurs que nous avions en 2014 laissaient présager, pour les analystes, les résultats de 2016. Le Pib du Sénégal a évolué sur ces dix dernières années surtout depuis 2012 où l’on avait 4,4 % de croissance. Nous avions fait une projection de 5,4 % et nous voilà aujourd’hui au moins à 6,4% », s’est-il félicité, en se réjouissant que cette croissance ne soit pas accompagnée d’une inflation.
« Cela veut dire qu’en termes de richesse, il y a l’accroissement de la richesse réelle. Le déficit, aujourd’hui, c’est l’endettement. Il avait atteint 6,7 % en 2011 et depuis lors on le réduit. Les prix sont stables, avec un déficit qui se réduit », a-t-il dit. « Ces données, personne ne les conteste. Sur les tendances générales, on doit être fier de la vision de Macky Sall », a-t-il relevé.
« Nous participons à la création de richesses. Cette année, on est à 1283 milliards de FCfa. Si l’on fait un travail d’audit et qu’on puise sur les dépenses publiques et les orienter vers les dépense productives et qu’on dépense dans l’économie 1.283 milliards, cela explique la croissance. Si l’on a pu le faire, c’est grâce à une meilleure maîtrise des dépenses de personnel qui ont augmenté mais qui sont mieux maîtrisées », a expliqué Amadou Bâ.

1.595 milliards de FCfa d’investissement
Le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan a annoncé qu’il y aurait, en 2016, 1.595 milliards de FCfa d’opportunités d’affaires à saisir par le secteur privé national ou de la zone Uemoa. Ce montant, selon Amadou Bâ, correspond à 52 % du budget de 2016.
« Avec 1.595 milliards de FCfa à dépenser, on ne peut pas ne pas faire de la croissance ». C’est la conviction du ministre Amadou Bâ, soulignant que personne n’ose, aujourd’hui, sous Macky Sall, faire un projet qui n’est pas « solide et bancable ». Amadou Bâ a, en outre, prévenu des risques surtout avec certains secteurs comme l’alimentation qui connaissent des difficultés et des risques de retard sur la mise à disposition de ressources suffisantes.
« Quand on parle de financement de l’économie, on a d’autres instruments. Nous avons nos ressources propres. Sur les investissements, on est à 611 milliards de FCfa. On a aussi le soutien de la communauté internationale. On a 3.950 milliards de FCfa qui sont signés et qui engagent l’Etat, nous avons d’autres instruments que sont les banques », a dit le ministre.
Selon Amadou Bâ, les données provisoires montrent que la masse monétaire a augmenté de 919 milliards de FCfa. Il en est de même du taux de liquidité qui a augmenté de 48% nonobstant la hausse du Pib. Les crédits à l’économie ont aussi connu une hausse de 646 milliards de FCfa. Idem pour les crédits au secteur privé qui sont passés de 28 % en 2011 à 34 % en 2014.
« Les chiffres de 2015 sont encore beaucoup plus satisfaisants », a assuré le ministre en listant les autres instruments créés par l’Etat, à savoir la Bnde, le Fonsis, le Fongip, le pôle de Diamniadio qui permettent de gérer le patrimoine de l’Etat de manière plus optimale.

Par Samba Oumar FALL


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email