Vendredi 19 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Economie

CENTIF - Blanchiment de capitaux sur la Petite-Côte : Les français Saly Mbour

Single Post
CENTIF - Blanchiment de capitaux sur la Petite-Côte : Les français Saly Mbour

Le Sénégal aspire à améliorer sa notation en termes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Pour y parvenir, les autorités devraient redoubler d’efforts. En effet, les résultats des études que la  Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) a présentés hier, ont confirmé que l’immobilier, le paiement mobile et électronique constituent des secteurs à hauts risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. L’étude sur l’immobilier a révélé des cas suspects de blanchiment de capitaux concernant des Français dans la zone de Mbour et Saly du fait de son attractivité. 

Des études commanditées par la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) viennent de confirmer que l’immobilier, le paiement mobile et électronique constituent des secteurs à hauts risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Ciblant Mbour, Saly, Dakar, Pikine et Guédiawaye, les résultats de l’enquête sur l’immobilier, qui ont été présentés hier, révèlent des cas suspects de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. La forte évolution des demandes d’autorisation de construire entre 2007 et 2012 révèle que les localités de Mbour et Saly constituent des zones très attractives, notamment pour les étrangers, du fait de leur position géographique (bordure de mer). Le travail de recherche du consultant, Alioune Ndiaye, a ainsi permis de mettre en évidence trois cas suspects. Le premier cas concerne deux français «P.R.P.C et J.P.M.B. Ces deux résidents français (apparemment apparentés) possèdent deux parcelles à Somone dont l’une d’une consistance de 4 172 m2». S’y ajoute un autre cas P.J.L.A. «Ce résident français est propriétaire de deux parcelles dont l’une dans la zone de Grand Mbour et l’autre (n°328) dans la zone Sonatel extension Mbour».

Le document relève également le cas L.N. dans la même zone. Ce dernier, d’après le rapport, «détient cinq parcelles (n°991, n°993, n°990 A, n°990 B, n°746 sur le titre foncier 764 Mb à Château d’Eau Nord) et un terrain à Warang Sérère. Il possède également un immeuble d’une valeur de 720 millions de francs Cfa comprenant des appartements en location-vente et un complexe bar-restaurant dont la déclaration n’apparaît pas dans les livres de la conservation foncière». 

Dans ses investigations à Dakar, Alioune Ndiaye a détecté un cas relatif à une société dénommé B. Investment Sa. «Cette société, au capital de 50 millions de franc Cfa dont le conseil d’administration est composé par un Sénégalais et deux Espagnols, a reçu de l’Etat divers immeubles : Tf: 2446/Dp, 67/Dk, 3966/Dk, 7763/Dkp, 6092/Dk, 3744/Dk. lot B, évalués à 1 milliard 15 millions 574 mille francs Cfa. Et d’autres lots dont un terrain nu d’une superficie de 13 181 m2 faisant l’objet du titre foncier n° 5133/ Grd situé sur la corniche pour une valeur de 420 millions de francs Cfa dans le cadre de la construction de réceptifs hôteliers. En contrepartie, ladite société a cédé à l’Etat du Sénégal, des actions équivalentes à 5% de son capital social et ce taux de participation de l’Etat du Sénégal devrait rester inchangé quelle que soit l’évolution de ce capital», mentionne le rapport. Le caractère léonin de ce contrat au détriment des intérêts du Sénégal, fustige M. Ndiaye, jette un doute sur la transparence de cette transaction. 

Le deuxième cas souligné par l’enquête concerne «la construction d’un immeuble R+4 à usage d’habitation sur le titre foncier 17.339/ GRD par une personne exerçant une profession ne lui permettant pas de disposer des revenus nécessaires pour entreprendre la construction d’un immeuble de cette consistance. On pourrait penser ainsi que cette personne est un prête nom». 

L’autre cas suspect de blanchiment de capitaux est relatif à une «dame MG, conjointe d’un diplomate étranger, qui aurait converti, transféré ou manipulé à travers l’ouverture de comptes bancaires ou d’acquisitions immobilières, des sommes d’argent qu’elle savait provenir d’un crime ou délit dans le but de dissimuler ou de déguiser l’origine illicite desdits biens provenant d’actes de corruption de son conjoint».

Dans la zone de Guédiawaye et Pikine, neuf profils de risque avaient été recensés. Cependant, indique le consultant, «il n’a pas été possible de confirmer les indices de blanchiment et de trouver des éléments de preuves, compte tenu des insuffisances des systèmes d’information au niveau des administrations».

L’expert commis par la Centif rappelle que «le contexte au Sénégal est marqué par des réalités économiques (prédominance de l’économie informelle, faible taux de bancarisation (5%) et des pratiques sociales privilégiant des transactions économiques largement dominées par le recours à la monnaie fiduciaire (espèces) plutôt qu’à la monnaie scripturale et électronique (chèques, virements, cartes bancaires, etc.)». Il estime que «les blanchisseurs profitent sans doute de cette situation pour injecter des capitaux illicites dans le secteur de l’immobilier». Aussi, souligne le consultant, «la lutte contre le blanchiment est encore rendue plus difficile par la modicité des moyens humains, matériels et informatiques dédiés aux organes en charge de cette lutte ainsi qu’à l’hétérogénéité des systèmes d’information en place empêchant ainsi une connexion entre les différentes entités».

Tontines, un créneau à risques

Par conséquent, les blanchisseurs usent de toutes sortes de techniques pour injecter des capitaux dans le secteur. En guise d’exemple, le consultant rappelle un cas qui a été relevé par le Giaba. Il s’agit d’un «délinquant X qui tire profit du fait que les tontines sont bien connues en Afrique, il participe donc avec son argent sale à d’importantes tontines qui offrent des tirages de 10 millions de francs Cfa. 

Il prend 10 «mains» de 1 million de francs chacune. Chaque mois, il contribue pour un montant de 1 million X 10, soit 10 millions de francs. La tontine compte 10 membres qui contribuent pour 1 million chacun, en sus des 10 millions du délinquant. Lorsque son tour arrive, les sommes auxquelles il a droit sont versées dans un compte ouvert auprès de la banque C. Il introduit alors auprès de la banque, une demande de prêt de 100 millions de francs, qu’il obtient. Il investit 20 millions de francs dans l’achat d’un terrain et se fait construire un logement pour un montant de 250 millions de francs, qui comprend une contribution personnelle de 170 millions. Il rembourse le prêt avant l’échéance tout en rachetant les intérêts. Au su et au vu de tous les participants, il répète plusieurs fois la même opération sans être découvert par les autorités compétentes.

Il possède actuellement plusieurs immeubles, des bureaux de change dans la ville X et manipule des milliards de francs Cfa.»

Paiement mobile

Le paiement mobile demeure aussi un secteur à hauts risques de blanchiment de capitaux de financement du terrorisme. Cette situation des services financiers par téléphone mobile est liée, selon Mme Fatou Soumaré, à «l’anonymat potentiel induit par la simplification des procédures, la facilité d’accès aux réseaux soit peu d’éléments de contrôle, la dématérialisation totale qui permet la distance mais réduit le contact humain donc les indicateurs qui en découlent, entre autres». 

La consultante explique que le large accès des populations à la finance est assurément un levier de développement et le téléphone mobile offre cette opportunité aux politiques d’émergence. 

A la différence des services financiers traditionnels, les services financiers sur mobile sont peu coûteux, d’accès facile, d’usage simple et d’exécution rapide. Ils connaissent de ce fait, un succès grandissant dans tous les secteurs socioéconomiques confondus mais plus particulièrement auprès des populations généralement non bancarisées et même non bancarisables. 

Tout service financier peut, en fonction de ses particularités, être détourné comme outil de blanchiment de revenus illicites ou financement du terrorisme par la criminalité organisée, ce qui justifie les mesures lbc/ft auxquelles sont assujettis les acteurs financiers et autres activités professionnelles à incidence financière. Cependant, assure Mme Soumaré, «tous ces risques potentiels ne sont pas forcément réels d’une part et que d’autre part, des mesures d’atténuation sont d’ores et déjà adoptées comme par exemple la surveillance des transactions inhabituelles par analyse automatisée des flux, ou encore le plafonnement des opérations pour, par exemple, la surveillance des transactions inhabituelles par analyse automatisée des flux, ou encore le plafonnement des opérations pour, entre autres, décourager les malversations, ou les détecter plus aisément».

Le secteur du paiement électronique sur lequel le consultant, Elpidio Freitas, a enquêté, présente les mêmes risques.

Le Sénégal veut améliorer sa notation

Face à ces périls, les consultants ont invité les autorités à la vigilance et à prendre des mesures idoines. Entre autres, ils ont suggéré de renforcer le dispositif législatif. A leur avis, une stratégie adaptée aux spécificités de ces secteurs. Une réflexion proactive devra être menée et des actions entreprises dans l’objectif de réduire autant que possible, les risques de blanchiment de capitaux illicites et financement du terrorisme dans ces secteurs au Sénégal. 

Ces recommandations ne semblent pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Car, à l’issue de la restitution de ces résultats, le président de la Centif a assuré que ces études s’inscrivent dans le cadre de l’approche basée sur les risques, l’une des recommandations du Groupe d’action financière (Gafi). Sur la base de cette recommandation, le Sénégal devrait être évalué en 2016, en termes de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terroriste. Ainsi, déclare Waly Ndour, les recommandations formulées par les consultants et celles des acteurs qui ont pris part à la restitution des résultats, seront utilisées à bon escient afin que la notation du Sénégal puisse être améliorée.



14 Commentaires

  1. Auteur

    Dia

    En Septembre, 2014 (13:36 PM)
    Toute ta commencé depuis le régime de wade :haha:  :haha: 
    Top Banner
  2. Auteur

    Diop

    En Septembre, 2014 (13:44 PM)
    dia arrete de mentir betement comme ça
    {comment_ads}
    Auteur

    Anpej

    En Septembre, 2014 (13:45 PM)
    Monsieur le Président de la République doit objectivement revoir la nomination de M. Amadou Lamine DIENG à la tête de l'ANPEJ. La structure est aujourd'hui terriblement plombée par son caractère acariâtre, son arrogance bref son indiscipline, en dépit des énormes moyens mis à sa disposition. Il a l'insulte à la bouche.

    Pire il joue avec les ressources publiques malgré son statut de conseiller à la cour des comptes, ce qui est horrible.

    M. le Président ressaisissez vous, avant qu'il ne soit trop tard.
    {comment_ads}
    Auteur

    Presii

    En Septembre, 2014 (13:48 PM)
    Macky blanchisseur numero 1
    {comment_ads}
    Auteur

    Vrai

    En Septembre, 2014 (14:11 PM)
    M. Ndiaye, jette un doute sur la transparence de cette transaction. (....).... et le terroriste , il est ou ?? je crois comprendre que lorsque un notable ou dirigeant senegalais souhaite acquérir un bien sans y parvenir et bien,il fait en sorte que son détenteur soit marqué au rouge par n'importe quel moyen ...!! ET ON VOUDRAIS QUE LES INVESTISSEUR VIENNENT AU SENEGAL !!?? MAIS YA QU'A FAIRE LE MENAGE A PARIS OU A BARCELONE AVANT ET ON SERAIS SURPRIS DU NOMBRE DE CAS DE FINANCEMENT OCCULTE .!

    Top Banner
    Auteur

    Reflechissez

    En Septembre, 2014 (14:28 PM)
    On se fait berner par les pays developpes. Ils se sont tous developper avec du cash. Aujourd'hui quiconque detitent du cash est considere comme blanchisseur. Ils vont nous onbliger a tout faire electroniquement ou avec des cheques je ne dis pas non mais on devient parano. En Europe o aux USA quand tu as 1000 dollars ou Euro en poche ca yest il vend de la drogue. Il n'essaie meme pas de comprendre. Les banques ferme les comptes gauche droite s'il te vot mettre du cash

    Nous pays africain ils vont nous imposer de rationaliser ou de mettre un oeil sur tout le monde. Encore je ne dis pas qu'il ya pas de blanchisseur mais de la a vouloir accuser le vendeur de sacs dans les rue de New york ou les vendeurs de t shirts ou le taximan de dealer il ya un gap

    Les gens travaillent durs, Le but c'est d'eiminer le cash qui a fait l'affaire des pays developpe pendant des siecles. mais comme on dit ce sont les hors la loi qui font la loi



    {comment_ads}
    Auteur

    Francs C

    En Septembre, 2014 (14:36 PM)
    Mais moi je croyais qu'ils étaient blancs comme neige ses francs C!

    Comme quoi il ne faut pas toujours se fier aux appats rances...



    Salam
    {comment_ads}
    Auteur

    Français A Bon Dos

    En Septembre, 2014 (14:44 PM)
    @ VRAI ,t as tout bien cerné ! les prédateurs du clan faye sall ,veulent tout simplement bouffé dans des verdures ,datant de l époque de wade le batisseur ! stigmatisé tous les français dans article pompeux et foireux

    c est pas du sérieux ! une chasse aux sorciére de l équipe hyoppopotamus qui continue ! remerciez les retraités français grace à qui saly est un paradis terrestre développé ! saly n aurait jamais été ce qu il est sans cette communauté française ,européenne ,ideme pour ngaparou ! il fait allusion au térrorisme sans meme mentionné avec preuve,,,,,,avéré  :haha:  :haha: c malheureux à dire mais jai plus confiance aux français ,que nos colons noire en cravate inhumain gros bouffeurs ventru égocentriquer
    {comment_ads}
    Auteur

    Dikkenek

    En Septembre, 2014 (16:55 PM)
    Je n'irai pas jusqu'à dire que détenteur de liquidités = blanchisseur. L'article ne nuance pas assez ce fait. Peut-être que le rapport cité le fait... Par contre, nos autorités doivent au moins être plus regardant envers les investisseurs étrangers. Le prix de l'immobilier et le coût de la vie flambent à Dakar et sur la Petite-Côte et cela par la faute de gens qui déboursent des millions dont on ne connaît pas la provenance. Il est plus facile pour la justice sénégalaise d'attraper quelqu'un qui évolue dans l'économie parallèle au Sénégal que quelqu'un qui débarque avec ses millions en espèces sans même avoir été fouillé. Comment voulez-vous que l'honnête citoyen qui trime dur puisse concurrencer ces gens qui viennent recycler leur fric chez nous?
    Top Banner
    Auteur

    Titen

    En Septembre, 2014 (19:18 PM)
    tant q'ils payen les impots je ne vois pas ou est le probleme , le senegal est un pays pauvre et nous avons besoin d'investisseur vu que l'etat ne fout rienpour certaines zones ..... combiens de senegalais ont investi des millions dans l'immobilier ?? je ne pense pas que les USA se sont plein quand macky achetait sa residence tout en sachant qu'il ne pouvait pas se le permettre avec son salaire .... il ne faut pas oublier que les pays comme la suisse , le luxembourg ,les caimans etc sont devenus riches non par qu'ils sont des paradis fiscales mais par ce que tout l'argent qui y rentrait etait majeure partie illicite ( detournements , trafiques, corruption, et surtout d'anciens dictateurs africains.) Et meme le portugal est entrain de faire fortune etant devenu un petit paradis fiscale pour les etrangers qui y achetent une maison ou prennent la residence ..
    {comment_ads}
    Auteur

    Lipo

    En Septembre, 2014 (20:10 PM)
    luc nicol d'ou vient ta fortune ??? c'est le monsieur blanchisseur en chef
    {comment_ads}
    Auteur

    Kirikouna

    En Septembre, 2014 (20:28 PM)
    C'est facile de dire que les français blanchissent a Saly. Les plus grands blanchisseurs sont etablis a Dakar, les politiciens, les chefs de services de l'administration et les marabouts qui contruisent a tout bout de champs. Au contraire ceux de saly creent des emplois alors que ceux de Dakar n'investissent que sur du ciment.
    {comment_ads}
    Auteur

    Citizen 2014

    En Septembre, 2014 (07:49 AM)
    OHOOO CENTIF BOULEEN GNOU DAMEU.

    ALLEZ ENQUETER SUR NOS POLITICIENS D'ABORD C'EST PLUS RAPIDE C'EST TRES PROMETTEUR TE NGHÉÉN BAYI DOF DOFLOU AK SONAL LES POTENTIELS INVESTISSEURS. TEK NGHEEN NIIT YI PRESSION BA ETRE RICHE DEVIENT PECHE AU SENEGAL. CENTIF A GAUCHE CENTIF A DROITE SONAL NGHEEN GNOU.

    AVEC QUEL ARGENT NEW YORK A CONSTRUIT SES BUILDINGS.
    Top Banner
    Auteur

    Goor Yalla

    En Septembre, 2014 (08:21 AM)
    En presentant leur rapport annuel denoncant le blanchiment d argent y ajoute le financement du terrorisme pour brouiller la reflexion des senegalais.Centif n est qu un organe de blocage pour retarder notre developpement et fragiliser notre economie.Mr Elpidio Frateis n a pas developpe son rapport en ce qui concerne le payment electronic.Vouloir une chose et son contraire.Comment recommander aux senegalais de bancariser et ensuite fustiger les payments electroniques.Ces rapport et classement du senegal ne nous menera nul part.Cheres autorites et freres senegalais ouvraient bien vos yeux, centif n est qu un organe d enquete commandite par les occidentaux pour freiner notre economie.partout dans le monde entier la liquidite circule asie amerique europe.ne nous timpanisez a vos sordites rapports de centif et laisser l economie bougee.Senegal ca kanam vive le senegal: :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email