Dimanche 26 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Chambre africaine de l'énergie : Ces deux grandes questions sur le plan de développement gazier

Single Post
La Chambre Africaine de l'Energie (CAE)
La Chambre africaine de l'énergie (CAE) pourrait apporter des réponses sur deux grandes questions susceptibles d'être posées, pour ce qui est de l'optimisation des coûts dans les projets gaziers au Sénégal et en Mauritanie.

Il s'agit, en premier lieu, des plans de développement gazier. Sont-ils principalement axés sur les exportations ou prévoient-ils également le développement de marchés gaziers locaux et régionaux ? Sans aucun doute, la CAE estime que les projets gaziers africains doivent avoir autant de composantes africaines que possible. "C'est pourquoi nous favorisons les partenariats entre les compagnies pétrolières internationales (CPI) et leurs homologues africains. Des partenariats qui impliquent des programmes de formation et des transferts de compétences et de technologies", note le président de la Chambre africaine de l'énergie.

C'est pour ces raisons que  les politiques de contenu local qui sont conçues pour soutenir les entreprises de services dans les secteurs où les fournisseurs africains ont et peuvent obtenir des avantages sont favorisées.

C'est également la raison pour laquelle la chambre est  favorable à l'établissement d'industries basées sur le gaz en Afrique.

En effet, les États producteurs de gaz devraient avoir le droit  et la possibilité  d'utiliser leurs propres ressources, non seulement pour gagner des devises, mais aussi pour transformer leurs propres économies.

Ainsi, alors que le Sénégal et la Mauritanie travaillent avec les IOC pour faire progresser le développement et les exportations de gaz, ils devraient également élaborer des plans pour la gazéification domestique. Ils devraient envisager de conduire le gaz à terre où il pourra être utilisé comme combustible pour les centrales électriques, comme source d'énergie pour les installations industrielles et comme source de matières premières pour les usines pétrochimiques. Autant d'éléments susceptibles de créer des emplois, d'éliminer la pauvreté énergétique et d'élever le niveau de vie, changeant ainsi la vie des gens pour le mieux.

Heureusement, le Sénégal a pris des mesures dans ce sens. Le président Macky Sall a dévoilé des plans visant à utiliser la majeure partie de sa part de production de gaz pour améliorer l'approvisionnement national en électricité. L'entreprise publique de gaz naturel, Sénégal Gas Network (SGN), dirigée par l'ancien directeur de Petrosen E&P, Joseph Médou, a déclaré qu'elle allait construire un gazoduc terrestre pour acheminer une partie de la production des gisements offshore vers cinq centrales thermiques terrestres qui brûlent actuellement du fioul résiduel sale. SGN semble avoir bon espoir de terminer ce pipeline en 2024, à peu près au même moment où les travaux sur quatre nouvelles centrales thermiques devraient être achevés.

C'est également à peu près au même moment que le deuxième projet gazier offshore du Sénégal (Yaakar-Terenga, une fois encore dirigé par BP en partenariat avec Kosmos Energy) est censé entrer en production. Jusque-là, tout va bien ! La Chambre africaine de l'énergie (AEC) est réellement encouragée par les progrès réalisés jusqu'à présent par le Sénégal sur ce front.

Mais elle espère également que le pays explorera davantage les programmes de gazéification à l'avenir, étant donné que de tels programmes peuvent avoir un puissant effet multiplicateur sur l'économie locale.

En termes pratiques, si le Sénégal veut vraiment optimiser ses ressources en gaz sur le long terme, il devrait agir maintenant pour faire du gaz le pilier de sa propre économie, peut-être en regardant au-delà de la production d'électricité et en se tournant vers la pétrochimie ou un autre secteur manufacturier basé sur le gaz. Et il devrait s'assurer que BP et les autres IOC travaillant dans la zone offshore du pays fournissent le type d'aide approprié pour y parvenir.

S'agissant de la seconde question : Est-ce que les plans de développement du gaz ont la flexibilité nécessaire pour répondre aux futurs changements sur les marchés mondiaux de l'énergie ? Une fois encore, l'AEC estime qu'il ne suffit pas de planifier en fonction des besoins du moment. Les tout nouveaux producteurs de gaz africains doivent également se projeter dans l'avenir et réfléchir à la manière d'optimiser leurs ressources dans les décennies à venir, lorsque les marchés mondiaux de l'énergie seront déterminés par des forces dépassant les facteurs actuels, comme la guerre en Ukraine.

C'est pourquoi il était encourageant de voir que la Mauritanie a signé un protocole d'accord en décembre dernier avec New Fortress Energy (NFE) sur l'établissement d'un centre énergétique offshore capable d'utiliser le gaz naturel pour soutenir la production de GNL, d'électricité et de combustible d'ammoniac bleu. Le document n'est pas contraignant, il ne garantit donc pas que ce projet se concrétise. Mais il ouvre la voie à plusieurs actions importantes pour le pays.

Premièrement, il permet à la Mauritanie d'équiper son centre énergétique offshore de la technologie "Fast LNG" de NFE. Grâce à cette technologie, le pays sera en mesure d'installer des unités modulaires sur une plateforme de forage jack-up ou un autre type d'infrastructure marine héritée pour établir une usine de liquéfaction de gaz de taille moyenne - et il pourra le faire beaucoup plus rapidement et à moindre coût que s'il optait pour une solution plus conventionnelle, comme une usine GNL à terre ou même un navire FLNG comme celui que BP et Kosmos utiliseront à GTA.

De plus, elle pourra, si elle le souhaite, augmenter sa production de GNL en installant des modules supplémentaires. Ainsi, la Mauritanie ne sera pas seulement un producteur et un exportateur de GNL comme les autres, mais aussi un producteur et un exportateur de GNL à faible coût, avec la flexibilité nécessaire pour réagir rapidement si la hausse de la demande justifie un investissement supplémentaire dans la capacité de production.

Deuxièmement, le protocole d'accord prévoit l'expansion de l'approvisionnement national en électricité de la Mauritanie. Il prévoit que le centre énergétique offshore livrera du gaz à Nouakchott-Nord, une centrale électrique existante de 180 MW située dans la capitale Nouakchott, ainsi qu'à une nouvelle centrale à cycle combiné de 120 MW que l'opérateur national Somelec prévoit de construire.

Grâce à cette nouvelle capacité de production, la Mauritanie sera en mesure d'offrir à ses citoyens une vie meilleure et aux entreprises créatrices d'emplois un environnement opérationnel plus attrayant. De plus, en privilégiant la production d'électricité à partir du gaz, elle pourra réduire la pollution. Actuellement, le principal combustible de la centrale de Nouakchott-Nord est le fioul résiduel (RFO) qui brûle beaucoup moins proprement que le gaz.

Troisièmement, le projet est peut-être basé sur le gaz naturel, mais il est également tourné vers un combustible du futur - et par là, je veux dire l'ammoniac. Comme nous l'avons mentionné plus haut, le centre énergétique disposera d'une unité d'ammoniac bleu, dans laquelle le gaz naturel sera utilisé comme matière première pour la production d'ammoniac. Cette installation contribuera à établir un marché pour l'ammoniac, jetant ainsi les bases de la production future d'ammoniac vert, c'est-à-dire d'ammoniac fabriqué à partir d'hydrogène vert produit à partir d'énergie renouvelable. La Mauritanie a tout à gagner de cette expansion de ses capacités en matière de ressources renouvelables, car elle dispose d'un énorme potentiel solaire et éolien, en plus de réserves de gaz substantielles.

Les avantages ne seront peut-être pas immédiats, car il faudra plus de temps pour exploiter ce potentiel, mais ils pourraient être très importants, surtout si le pays atteint ses objectifs de porter la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique à 50 % d'ici à 2030 et de développer plusieurs projets à grande échelle dans le domaine de l'hydrogène vert et de l'ammoniac.


1 Commentaires

  1. Auteur

    En Mars, 2023 (11:15 AM)
    B­­o­n­­j­­o­­­u­­­r, j­­­e m'a­­­p­p­­­e­­­lle Alisia, j'ai 21 ans) Dé­­bu­­t du mo­­­dèle S­­­E­­X­E 18+) J'a­­­ime êt­­re photo­­grap­­hiée n­­u­­e) Veuil­lez noter me­­s phot­­os à l'adr­esse su­­­iva­nte --- W­­W­­­W­­.­­X­­2­1.­­­F­U­­N
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email