Dimanche 05 Février, 2023 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Des patrons sénégalais encouragent la création de joint-ventures avec leurs confrères français

Single Post
Des patrons sénégalais encouragent la création de joint-ventures avec leurs confrères français

Le Conseil national du patronal (CNP), l’une des principales organisations patronales sénégalaises, a invité jeudi les hommes d’affaires français à investir davantage au Sénégal, dans des entreprises cogérées par des opérateurs économiques locaux.

Sous la direction de son président Baïdy Agne, le CNP, auquel sont affiliés des patrons français, a eu une réunion de "partenariat d’affaires" avec des membres du Mouvement des entreprises de France International (MEDEF International), dans la capitale sénégalaise.
 
La rencontre a eu lieu en présence de représentants de l’Administration publique sénégalaise, du ministre du Travail, Mansour Sy, des experts de l’Agence chargée de la promotion des investissements et des grands travaux de l’Etat (APIX) et du bureau chargé du suivi du Plan Sénégal émergent (PSE).
 
Un environnement économique "plus attractif de flux d’investissements directs français créateurs de richesses et d’emplois durables, le Sénégal en a besoin", a dit M. Agne dans un discours prononcé au début de la réunion.
 
"Une grande complicité"

Selon lui, cette rencontre, la première entre le CNP et le MEDEF International depuis 2013, en dehors des conclaves tenus dans des cadres plus vastes comme les sommets France-Afrique, devrait "favoriser les échanges fructueux et les joint-ventures entre les hommes d’affaires" des deux parties.
 
Hamidou Diop, le secrétaire général de l’organisation patronale sénégalaise, a abondé dans le même sens en préconisant la promotion d’"alliances de partenariat dans des secteurs stratégiques" entre les deux parties.
 
A la suite de Baïdy Agne, M. Diop a appelé les membres du CNP et ceux du MEDEF International à "créer des co-entreprises" qu’ils vont gérer ensemble et en partager "les risques financiers".
 
"Avec le MEDEF, nous sommes sur la bonne voie. Notre complicité est de plus en plus grande", s’est-t-il réjoui. 
 
Patrice Fonlladosa, le président du comité Afrique du MEDEF International, a loué la teneur des échanges entre le CNP et la délégation de 45 patrons représentant 37 entreprises françaises qu’il conduit au Sénégal pour deux jours.

Emploi des jeunes, transfert de technologies...

"Le bilan est très positif", a-t-il dit à la fin de la réunion. "Nous invitons les entreprises françaises à développer des partenariats avec celles du Sénégal. Les entretiens que nous avons eus ce matin avec le Premier ministre et d’autres membres du gouvernement sénégalais sont très encourageants car ils devraient permettre de replacer les entreprises françaises dans une situation très favorable au Sénégal", a-t-il souligné. 

"Nous ne voulons pas venir faire des opérations et repartir. Nous voulons nous implanter à long terme au Sénégal et participer à la croissance du pays en soutenant l’emploi des jeunes, le transfert de technologies et l’investissement", a ajouté Patrice Fonlladosa.

Des échanges avec les membres du CNP et des experts de l’APIX notamment, il conclut que "les secteurs sont multiples, mais il faut surtout investir dans l’énergie, les transports et l’agroalimentaire".
 
Des représentants de l’APX, dont son directeur général adjoint, Dominique Ndong, ont présenté aux patrons français l’environnement des affaires au Sénégal, en insistant sur les programmes prévus par l’Etat dans les domaines des transports, de l’agriculture, du tourisme, etc.
 
Selon Baïdy Agne, la France est le premier investisseur étranger au Sénégal, et ses entreprises assurent "près du quart" des recettes fiscales et du produit intérieur brut sénégalais.



7 Commentaires

  1. Auteur

    Diomina

    En Avril, 2017 (22:59 PM)
    Le secteur prive sénégalais? Quel malheur! Tout aussi nocif que les politiciens
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2017 (03:33 AM)
    Al Foutiyou avait it: VOTRE COLLABORATION AVEC LES FRANÇAIS N'ABOUTIRA A RIEN,PARCE QU’ILS NE SONT MUE PAR LEUR INTÉRÊTS PROPRES".200 ans après ca n' a pas change.

    Les français ne sont pas des hommes d'affaires,ils travaillent tous pour l’état français comme espions.

    Allez trouver des partenaires anglophones.....
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2017 (10:08 AM)
    Si on veut réduire le secteur privé sénégalais aux organisations patronales tels que la CNES le CNP et le MDES qui n'ont pas beaucoup de membres et qui invitent tout le monde à l'occasion de leurs manifestations alors on se trompe lourdement. Remarquez bien ce sont les mêmes personnes qui les dirigent depuis les indépendances.

    De grâce cédez la place aux moins jeunes et plus dynamiques.
    {comment_ads}
    Auteur

    Crotale

    En Avril, 2017 (10:39 AM)
    D'accord ,d'accord pour des collaborations du genre gagnant gagnant avec un patriotisme déterminant et remarqué mais si le ministre de l économie des finances et du plan Amadou BA y est impliqué alors faites très très attention .SON NOM EST TROP SOUVENT CITÉ DANS DES MIC MAC NON ENCORE ÉLUCIDÉES
    {comment_ads}
    Auteur

    Calamar

    En Avril, 2017 (11:02 AM)
    NEW DEAL C EST DE DONNER AUX VÉRITABLES ACTEURS DE CHAQUE SECTEUR LES RENNES CAR QUI D AUTRES QU'EUX CONNAISSENT LES MEILLEURS MOYENS D UNE RENTABILITÉ AVÉRÉ . L ECONOMIE AUX HOMMES D AFFAIRES BIEN ENTENDU AVEC DES GARDE- FOU .;DANS CE CAS LES FONCTIONNAIRES COMME AMADOU BA MINISTRE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DEVIENNENT DES OBSTACLES
    Top Banner
    Auteur

    Liliane

    En Avril, 2017 (11:14 AM)
    JE NE SAIS PAS QUOI MAIS AU SÉNÉGAL IL Y'A CERTAINS AUTORITÉS QUI VONT MOINS VITE QUE LA MUSIQUE . AUX USA LES GRANDS HOMMES D AFFAIRES PRENNENT LE POUVOIR ex TRUMP ET AVANCENT .MAIS ICI AU SÉNÉGAL SI TEL N EST PAS ENCORE LE CAS LES GRAND HOMMES D AFFAIRES PEUVENT ENCADRER LA POLITIQUE DE LEUR SECTEUR QU ET L ECONOMIE ET ÉCARTER CES FONCTIONNAIRES LENTS ET CORRUPTIBLES . oui vous avez raison Amadou Ba n aura pas sa place
    {comment_ads}
    Auteur

    Batron

    En Avril, 2017 (16:31 PM)
    un patronat sans capital c'est comme une omelette aux champignons sans oeuf. Ce gars là comme Mbagnick Souche ne sont que des vendeurs de vents. Pas un seul emploi crée et ^proposé au jeune sénégalais, mais des séminaires, rien que des séminaires et après ils vont dire devant les médias que tout est donné aux entreprises étrangères alors que l'expertise nationale est là.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email