Mardi 19 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

L’AVIS DE L’ECONOMISTE MOUBARACK LO : L'enfer pour les ménages et une bonne nouvelle pour l'économie

Single Post
L’AVIS DE L’ECONOMISTE MOUBARACK LO : L'enfer pour les ménages et une bonne nouvelle pour l'économie

La succession rapprochée de la Korité, de l’ouverture des classes et de la Tabaski, en raison des dépenses importantes que ces événements engendrent, ne fait que du bien à l’économie nationale. Par contre pour les ménages, c’est une mauvaise nouvelle, du fait des répercussions qu’elle aura sur leurs bourses, et leurs conditions de vie.
Les dépenses faramineuses auxquelles les ménages ont consenties, avec l’enchaînement de la Korité, l’ouverture des classes et la Tabaski, catalyse l’économie qui ne s’en porte que mieux. «Dans l'économie normalement sur le court terme si les ménages dépensent plus, cela contribue à relancer une économie. Donc, les consommations des ménages entre septembre et novembre, dans les paramètres de la conjoncture surtout qu'il y a l'ouverture des classes aussi, normalement on a dû constater une augmentation de la consommation des ménages. Donc, du point de vue strictement économique, l'enchaînement des fêtes et de l'ouverture est une bonne nouvelle pour l'économie», a diagnostiqué l’économiste Moubarack Lô.

La prolongation des fêtes par les travailleurs, peut créer des problèmes de productivité

Seul revers de la médaille, la non reprise du travail, par la main d’œuvre au lendemain de la Tabaski, qui risque de créer des problèmes de productivité. «Cela fait un petit effet sur la productivité au mois de novembre. On verra que globalement, l'économie a perdu quelque peu en termes de productivité». Mais rassure-t-il, «il y a possibilité de rattrapage».

En ce qui concerne le prolongement des fêtes, devenu une habitude au Sénégal où les travailleurs trouvent toujours le moyen de ne pas aller au bureau la veille, le jour et le lendemain de l'événement, M. Lô reconnaît ses effets pervers sur l’économie. Ce qui est plus lié à notre rapport au travail qu'au nombre de fêtes. Parce que précise-t-il : «des pays comme la Corée ont beaucoup de fêtes, et plus que nous d’ailleurs». Mais là où les Coréens «nous battent, c’est dans la durée du travail», martèle-t-il. En à croire M. Lô, «ils travaillent plus que nous dans l’année parce qu’ils ont des journées plus longues, il y a moins de grèves et ils sont plus productifs». Et c’est pourquoi relève-t-il : «les Coréens font partie des champions mondiaux du travail mais avec beaucoup de fêtes».

«le problème ce n’est pas d’avoir des fêtes, mais de trouver l’équilibre et de garder l’efficacité dans le travail»

Et cela prouve, selon lui que : «le problème ce n’est pas d’avoir des fêtes, mais de trouver l’équilibre et de garder l’efficacité dans le travail». Et l’essentiel, selon lui, c’est «de garder cet équilibre entre le travail, repos et spiritualité». C’est pourquoi montre-t-il que, «certaines entreprises notamment celles qui bénéficient d'une demande accélérée avant les fêtes notamment les entreprises qui font des produits demandés pendant les fêtes, les cahiers, les tissus, les produits alimentaires, tous les produits qui sont consommés pendant les fêtes, ces entreprises, on peut penser que leurs travailleurs travaillent plus que d'habitude avant les fêtes».

Une menace sur le développement social

Si la succession des fêtes ajoutée à l’ouverture des classes, ne fait que du bien à l’économie, les ménages elles, et leurs bourses la ressentent mal. En raison des dépenses lourdes que ce trio d’événements engendre, cela peut même avoir des répercussions sur les conditions de vie des ménages. «Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour le développement social, en termes de condition de vie des ménages, notamment en termes de disponibilité d'épargne, et également de disponibilité de fonds. Parce que ce qui s'est passé, c’est ce qu'on appelle des dépenses exceptionnelles qui interviennent sur une très courte période. Maintenant il faut qu’ils gèrent tout le mois», indique-t-il.
Les techniques de survie des ménages

Et les ménages usent de deux mécanismes pour faire face à ces difficultés : «soit prévoir ces dépenses et épargner, soit faire des prêts ou bien tout simplement réduire des dépenses extérieures et concentrer les dépenses sur ces événements exceptionnels». Et pour l’après Tabaski, après que les ménages ont épuisé toutes leurs ressources après ce trio d’événements coûteux, «ça va être très difficile», prévient M Lô. Mais, «il y a des stratégies de survie qui ont été déployées dans le passé, que les pères de familles n’hésiteront pas à réutiliser», car «beaucoup de pères de familles ont déjà connu cette expérience». Aussi, «Il y a le fait que ce qui est dépensé le jour de fête n’est pas consommé intégralement le jour de la fête. C’est une dépense qui peut être consommé sur plusieurs jours. Donc cela atténue l’effet négatif sur le pouvoir d’achat après fêtes», indique t-il.




13 Commentaires

  1. Auteur

    Un Inconnu

    En Novembre, 2011 (18:27 PM)
     :-D  :-D  :-D  galsen le pays le plus riche du monde :-D  :-D  :-D  :-D  :-D 
  2. Auteur

    Azou

    En Novembre, 2011 (18:48 PM)
    Il raconte des histoires. Les pertes pour l'économie avec une succession de jours sont colossale en termes financiers et économique ! Plus 20 milliards par jour, qui ne sont jamais récupérés ! Il ferait mieux de s'occuper de son vrai métier de statisticien et laisser l'économie aux économistes !
    • Auteur

      Andre Kally

      En Novembre, 2011 (19:05 PM)
      azou,
      vous avez tout à fait raison. ce type est un charlatant. il n'a même pas le raisonnement d'un semblant économiste.
    • Auteur

      Senewebois

      En Novembre, 2011 (22:54 PM)
      vous 2 @azou et @andre vous n'avez pas compis ce ue ce gars essaye d'expliquer. c'est pas la quantité d'heure de travail qui import mais la qualité de travail dans l'heure c'est pourquoi il a pris l'exemple de la corée qui a plus de jour de fetes que nous mais qui plus productif que nous !
    Auteur

    Andre Kally

    En Novembre, 2011 (19:02 PM)
    Ce type ne raconte que des bobards. On pourtant des économistes, y en plein au Sénégal, et ils laissent des minables comme celui là parler à leur place. Le monde est vraiment à l'envers.
    Auteur

    Paco

    En Novembre, 2011 (19:07 PM)
    Quel raisonnement avec un pays ou le système du crédit et de ses cartes ne fonctionnent pas a merveille, c'est une gageure que de dire ca. Je peux comprendre ce raisonnement dans un pays développé ou presque toutes les fetes jadis religieuses sont devenues plus commerciales qu'autre chose car tout un chacun a une capacité de dépenser plus que ses limites parfois en usant de ses cartes débit et de crédit. Mais dans un pays comme le Sénégal ou moins d'un pour cent de la population dispose d'une carte bancaire ou de cédit, ce raisonnement ne tient pas. Il cherche juste à atténuer le choc des lendemains qui déchantent ce monsieur qui a troqué son veste depuis longtemps.
    Auteur

    Bour

    En Novembre, 2011 (20:05 PM)
    Je ne suis pas économiste mais ce que dit ce monsieur ne tient pas la route. Les paramètres qui relancent l'économie en Europe ou dans un pays développé ne sont pas les mêmes qu'en Afrique. En Europe si les ménages consomment plus, cela relance l'économie c'est vrai. Par exemple si les ménages ont confiance et changent de voiture les usines vont produire plus de voiture et cela se rejaillit sur l'économie... Nous ne produisons que des produits agricoles, ... comment la consommation de la tabaski avec des moutons venant de la mauritanie et du Mali, des bazins et autres tissus venus d'ailleurs peut elle relancer l'économie. Elle ne fait que creuser le déficit de la balance commerciale...
    • Auteur

      Dof Bi

      En Novembre, 2011 (08:57 AM)
      et la balance des capitaux ? des devises vont sortir du pays !
      et l'autre saignée : le pèlerinage à la mecque avec toute la foi que j'ai en l'islam fragilise la balance des capitaux du sénégal ? ha, où sont les économistes de ce pays !
    • Auteur

      Andre Kally

      En Novembre, 2011 (15:46 PM)
      voilà un bon raisonnement. pour clore tout, il n'est vraiment besoin d'être économiste pour savoir que ce type raconte des bobards.
    Auteur

    Sa Matt Goloniaye

    En Novembre, 2011 (21:03 PM)
    "Bour" a bien repondu ce gas vraiment ne s'y connait pas!.



    Ce que Ce Moubarack raconte n'est vrai que si l'on est dans un pays producteur des biens de consomations.



    Au Senegal, c l'oppose qui se produit, l'epargne est sabotee ce qui peut bien annuler les investissements importants et cela ralentit l'economie.



    Voila, ou cela conduit, lorsque l'on apprend par coeur ses lecons sans reflechir!



    Article nul!

    Auteur

    Layewade

    En Novembre, 2011 (04:20 AM)
    Y'a pas besoin d'être économiste pour tenir de tels propos qui du reste sont très discutables.

    Analyse trop superficielle basée sur aucune donnée scientifique.

    Les relations entre Investissement, Consommation et Epargne et leur influence sur l'économie est beaucoup plus complexe que cela car dépendant fortement de facteurs endogènes et exogènes au système.
    Auteur

    Intérêt Général

    En Novembre, 2011 (09:22 AM)
    Je n'ai pas besoin de lire l'article d'un spécialiste de la gesticulation. En tout cas de folles dépenses ne riment pas avec l'épargne qui est bon indicateur pour des pespectives d'investissements locauux.
    Auteur

    Bobo

    En Novembre, 2011 (11:33 AM)
    Ce Monsieur moubaracke ne connait rien il raconte des histoires.
    Auteur

    Lagaffe

    En Novembre, 2011 (13:55 PM)
    L'exemple de la Corée qu'il donne est inapproprié et inadapté à nos économies. Et puis, que connait Moubarack de la Corée si ce n'est le Taekwondo? A quoi sert une économie qui se "porte bien", si elle étrangle les ménages,si le "gorgorlou" a le ventre vide, la poche vide et donc, devient contre productif? :hun:  :hun:  :hun:  Et , il nous pale de "rattrapage? :hun:  :hun:  :hun: 
    Auteur

    Esco

    En Novembre, 2011 (14:10 PM)
    le consultant alimentaire
    Auteur

    Taroudant

    En Novembre, 2011 (21:29 PM)
    essayons de ne pas trop critiquer comme cela et ceci à l'emporte piece. les remarques de mr moubarack lo sont parfaitement fondées.avec la tabaski les produits que j'ai confectionnés ont parfairement marché.j'ai réussi à en écouler une grande partie. cela a été un plus pour moi.sous cet angle il y a eu relance de la consommation. le seul problème c'est qu'au sénégal il y a très peu de gens qui travaillent.en effet un salarié fait nourrir au bas mot dix personnes dans une concession.aussi quand les fetes se succèdent il est difficile pour un salaire de relever le défit de ces trois évènements successifs que sont korité ouverture des classes et tabaski. le raisonnement de mr lo serait davantage plus pertinent si un plus grand nombre de sénégalais avait un salaire digne et constant. pourquoi. parce que le sénégalais estun des plus grands consommateurs au monde. il s'aime, il aime les bonnes choses.il est donc pret à casser sa trirlire pour faire plaisir et se faire plaisir.j' en ai une une expérience quotidienne dans le cadre de mon travail.sur le plan de la productivité mr lo a aussi raison. son analyse est juste.alors ou je vous parle je n'ai encore vu personne sur mon lieu de travail.mes collaborateurs sont encore entrain de jouer les prolongations avec la tabaski.le sénégalais est un grand fetard. les diverses cérémonies en sont un témoignage éloquent.regardez en ce moment les diverses rues et ruelles de dakar.la circulation y est aisée et comme l' ont noté cetains internautes, cele va nous couter des points de croissance.la corée et le sénégal étaient au meme niveau de développement en 1965. QU EN EST IL AUJOURD HUI.
    Auteur

    Jah

    En Novembre, 2011 (17:08 PM)
    je me demande ou il a eu ses diplomes je ne souhaite pas que mes enfants ne frequentent ses etablissement. un economiste qui n aime pas travail.merci

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email