Dimanche 20 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

La Cdes n’est pas du tout contente

Single Post
La Cdes n’est pas du tout contente

La Confédération des entreprises du Sénégal (Cdes) n’est pas contente du Conseil national du patronat (Cnp). Son président, qui était face à la presse ce mercredi, a confié les raisons de leur mécontentement. «Lors de la concertation inclusive du baromètre du climat des affaires du Sénégal, organisé le 13 janvier 2017 et présidé par le Cnp au Radisson Blu, nous déplorions la non implication de la majorité des entreprises composées de 80% des microentreprises », a déclaré son président Babacar Diagne, ce mercredi face à la presse. 

En effet, explique-t-il, durant ladite rencontre, le vice-président de la confédération nationale des entreprises du Sénégal, a relaté «les vraies questions qui interpellent les Pme Pmi». Aussi, M. Babacar Diagne de Sedima a évoqué «l’accaparement des marchés par les entreprises étrangères et la question sur la préférence nationale». Des communications que M. Diagne et ses camarades des Pme ont magnifiées. Mais, souligne-t-il, «à notre grande surprise, toutes ces questions ont été étudiées et non prises en compte par le modérateur de cette rencontre qui pourtant a été organisée par le Ministère de l’Economie». Ils lancent ainsi, un appel, au Président de la République. Ce, afin qu’il renforce davantage l’implication de tous les acteurs économiques «pour un patronat uni et fort en vue d’une croissance de qualité pour notre économie», indique-t-il.

Youssouf SANE


Article_similaires

12 Commentaires

  1. Auteur

    Reveil

    En Janvier, 2017 (11:14 AM)
    Je l'ai toujours dit et ne cesserait de le répéter avec ce ministre de l'économie et des finances le nommé Amadou BA qui prend le malin plaisir asphyxier les PME et PMI en leur privant leur droit aux investissements de projets, les mènent droit à leur perte.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (11:15 AM)
    PME et PMI yi amoulène xaliss kone Amadou BA doulène diokh touss ndakh meunou si lékkkk !!!
    Auteur

    Confirmation

    En Janvier, 2017 (11:19 AM)
    Vous êtes mal barré Mr Babacar Diagne en plus de vous ignorer pour privilégier les entreprises étrangères, ce argentier économique vient de demander l'ajout d'un nouveau impôt nommé (C.E.L) c'est à dire Contribution économique locale avec deux composantes pour vous enterrer définitivement.
    Auteur

    Pme Et Pmi

    En Janvier, 2017 (11:21 AM)
    C'est quoi ce nouveau impôts dénommé (C.E.L) qu'il veut faire voter et appliquer pour les PME, PMI et micro-entreprises ??? L'on n'arrive même pas à payer nos patente et GGU annuel à cause du manque de financement que nous accusons de l'instance ministérielle de l'économie, des finances et du plan et de la charretée de la vie qui fait que nos entreprise peinent à fructifier, et il veut y rajouter ce dit impôt !!! Wouh Yaye té ma youkhou !!!!
    Auteur

    Pillage Et Ressources

    En Janvier, 2017 (11:35 AM)
    «l’accaparement des marchés par les entreprises étrangères et la question sur la préférence nationale»



    CE REFRAIN COMMENCE à NOUS AGACER ; POURQUOI ON FAIT DES SUBVENTIONS AUX INDUSTRIES AUX AGRICULTEURS DANS D AUTRES PAYS LESQUELLES ENTREPRISES ON ATTRIBUE NOS MARCHE SENEGALAIS

    ON AIDE SES ENTREPRISES NATIONALES A TRÈS COMPÉTITIVES EN LES FAVORISANTS .;COTE TECHNOLOGIE , ELLE EST MONDIALISÉE MAIS LES CAPITAUX ON LES RÉUNIS AVEC BIEN ENTENDU AVEC L AIDE DES AUTORITÉS PUBLIQUES ,L ETATS VOILA CE QUE FONT CES ENTREPRISES ÉTRANGÈRES

    Monsieur le Ministre de l Economie des Finances et du Plan voici ,Mr AMADOU BA ;la voie de l émergence
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (11:36 AM)
    L'opposition ne cesse de crier scandale à longueur de journée que nos investisseurs sont zappés vis à vis des investisseurs étrangers par le gouvernements quand il s'agit de projets de développement. Comment voudrions nous qu'ils soient solliciter s'ils ne sont même pas capable de fédérer derrière des structures patronales ???
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (11:36 AM)
    la preference nationale se merite,il ne suffit pas de la reclamer il faut etre à la hauteur.ce qui ne semble pas etre le cas quand on voit fonctionner la plupart des entreprises senegalaises.
    Auteur

    Satou Dieme

    En Janvier, 2017 (11:41 AM)
    A mon avis même si nos PME, PMI, micro-entreprises et investisseurs nationaux voulaient s'unir autour des structures patronales ça serait peine perdue car ces structures patronales léserait certains le ministère de l'économie, des finances et du plan chargés de l'octroiement de l'investissement de projet car les empêchant toute pratique de magouilles et de chantages qui permet de gonfler leur compte après collaboration avec certains investisseurs.
    Auteur

    Latsabetcha

    En Janvier, 2017 (12:01 PM)
    Babacar Vice-président CDES? Babacar à SEDIMA?
    Auteur

    Pillage Et Ressources

    En Janvier, 2017 (12:47 PM)
    N7 POUR ETRE LA HAUTEUR IL FAUT NÉCESSAIREMENT QUE VOTRE ETAT VOUS SOULÈVE ET VOUS Y AIDES C EST CE QUE FONT EUROPÉENS ET LES AUTRES POURQUOI PAS NOUS

    LES SOCIÉTÉS QUI GAGNENT ICI DES MARCHES SONT AIDES PAR LEUR DIPLOMATIE LEURS BANQUES LEUR DOUANE PAR DES EXONERATION FISCALESETC.....POUR SAUVER LEURS EMPLOYÉS ET EN CRÉER D AUTRES AINSI DIMINUER LE CHÔMAGE ICI ON NOIE LES ENTREPRISES C EST PAS NORMAL
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2017 (16:05 PM)
    Le sénégal a toujours aidé les entreprises. C'est plutot l'homo senegalensis qui est quasi incapable de bien entreprendre parce que pas sérieux, beugue lou yomb, bon viveur, confond sa poche à l'argent qui est destiné à l'entreprise. Ensuite nous ne prenons jamais de risques. Voyez les sénégalais n'investissent que dans le commerce, le trasport, l'informel bref rien de sérieux ni durable. Et puis regardez nos soi disants ingénieurs, ils sont tous dans la fonction publique comme fonctionnaires inutiles avec des paperasses pour un emploi stable. Voila pouquoi nous n'irons pas loin et c'est ce que Maky a compris en faisant souvent appel à l'expertise française pour par exemple réparer le tuyau de keur momar sarr .Quelle honte
    Auteur

    Pas Aider

    En Janvier, 2017 (16:36 PM)
    Depuis qu'un Inspecteur des impôts m'a dit que bénéfice ou pas, il faut payer un impôt forfaitaire de 500000 FCFA, j'ai décidé de surseoir à mon projet. Je veux créer de l'emploi, employer de jeunes sénégalais, les former, les donner les outils et les expériences de conquérir les marchés. J'ai beaucoup de crédit d'impôt, par exemple, d'exonération puisque je suis en début d'activités. Mais me soumettre à un paiement de 500000 FCFA d'impôt alors que je fais pas un rond de profit, c'est de forcer à fermer et d'avoir une dette fiscale. Personne au Sénégal n'a jamais relevé cette incohérence. Dans le même temps, une entreprise fut-elle PME, d'origine étrangère peut se le permettre. Mais pas le natif du pays qui peine à monter sa structure. Conséquence, au moment de compétitionner, le petit français niché à la VDN a un avantage sur moi. Même si mon idée de projet est formidable, génératrice d'emplois. Cet impôt doit être supprimé le plus rapidement possible, par une loi à l'assemblée nationale, dès la toute prochaine législature. Nous attendons, depuis notre retour de l'étranger, de booster notre économie mais svp épargnez-nous des contraintes. Le reste, on s'en occupe.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR