Vendredi 24 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Economie

Le petit commerce, territoire guinéen au Sénégal

Single Post
Le petit commerce, territoire guinéen au Sénégal
La force de la présence guinéenne à Dakar, nourrie et entretenue par la proximité géographique et culturelle, se traduit par le contrôle exercé par les ressortissants guinéens sur le petit commerce. Un quasi-monopole aux racines profondes.
 
Les Guinéens, une des plus fortes communautés étrangères établies au Sénégal, tiennent de main de maître certains secteurs du commerce informel à Dakar.
 
Il se remarque facilement qu’ils sont propriétaires de la plupart des boutiques de vente au détail. Les ressortissants guinéens sont tout aussi présents dans la vente de fruits et de légumes dans les marchés, de café dans les rues, de jus de coco aux abords des plages.
 
De même sont-ils très présents dans la vente des cartes de recharge téléphonique, de charbon de bois, d’arachide grillée, jusqu’aux sachets d’eau.
 
Les fruits, les légumes, le pain, produits de consommation essentiels, sont aussi sous le contrôle des ressortissants guinéens au Sénégal, autant de secteurs désormais quasiment abandonnés par les commerçants sénégalais.
 
Ibrahima Sory Camara, un citoyen guinéen de 70 ans, installé à Dakar depuis trois ans, n’a pour seule activité au Sénégal que la vente de légumes au marché de Castors, connu pour être un centre d’approvisionnement privilégié de certains ménages de la capitale sénégalaise.
 
‘’Nous sommes tous venus les uns après les autres. Ici, c’est un grand marché dont la fréquentation assure des bénéfices importants. C’est pourquoi nous sommes assez nombreux ici’’, confie le vieil homme, entouré pour une partie de thé d’une dizaine de ses compatriotes, tous vendeurs de légumes. 
 
A Castors, impossible de faire plus de deux pas sans entendre une langue nationale guinéenne. 
 
A quelques mètres du magasin d’Ibrahima Sory Camara, Fatoumata Camara est en train de marchander avec des clients en wolof, langue la plus parlée au Sénégal.
 
Cette Guinéenne de 25 ans, installée à Dakar depuis sept ans, subvient aux besoins de sa famille restée au pays grâce à son commerce de légumes. Elle n’a donc presque pas de temps à perdre pour un entretien. 
 
‘’Nous sommes assez nombreux ici, mais nous nous connaissons tous et nous nous entraidons’’, explique la jeune femme, pressée de répondre aux sollicitations de ses clients.
 
Selon elle, cette forte concentration de ressortissants guinéens à Castors, plutôt que de créer un esprit de concurrence, a favorisé l’instauration de mécanismes de solidarité.
 
‘’Si l’un d’entre nous se trouve dans une situation difficile ou fait face à un cas social, nous nous manifestons tous. Nous sommes une famille ici’’, dit-elle avant de signaler la création d’une association baptisée ‘’Séré Lumière’’.
 
Cette association créée il y a cinq ans n’est composée que de commerçantes guinéennes du marché de Castors. Mamasta Camara en est membre.
 
Installée à Dakar depuis 30 ans, elle exerce dans la restauration. ‘’Je ne vends que des plats guinéens. Etant donné que nous sommes assez nombreux dans ce marché, mon commerce marche bien. C’est d’ailleurs pourquoi j’ai fait venir ma jeune sœur de la Guinée’’, explique-t-elle.
 
Nabinty Camara, la sœur en question, continue pourtant de faire la navette entre Dakar et Conakry, preuve que l’axe reliant les deux capitales compte parmi les lignes de migration intérieure les plus denses en Afrique de l’Ouest. 
 
‘’Quand je fais le commerce depuis quelques années ici, je retourne en Guinée auprès de mon mari et de mes enfants. Ensuite, je suis encore obligée de revenir au Sénégal pour continuer mon commerce’’, confie-t-elle tout en épluchant des légumes.
 
Rue Sandiniéry, place forte de la présence guinéenne
 
Castors, mais surtout la rue Sandiniéry, en plein centre-ville dakarois, symbolise plus qu’ailleurs la force de la présence guinéenne dans la capitale sénégalaise, cette voie marchande étant totalement quadrillée par des ressortissants guinéens spécialisés dans la vente de fruits.
 
‘’Il arrive que des Sénégalais s’essaient à la vente de fruits ici, mais ils abandonnent aussitôt. Ils ne peuvent pas supporter la concurrence des Guinéens qui maîtrisent parfaitement la vente et surtout la conservation des fruits. Ce qui fait que nous détenons le monopole de la vente de fruits dans ce marché’’, souligne Fallou Bah, un Guinéen opérant sur place. 
 
A la rue Sandiniéry, les Guinéens sont comme chez eux. ‘’Ce marché a été créé par les Guinéens. Il existe depuis le temps de [Léopold Sédar] Senghor’’, premier président du Sénégal indépendant de 1960 à 1981. ‘’C’est donc notre fief. Partout où tu dis rue Sandiniéry, on te dira que ce sont les Guinéens qui y sont’’, dit Diallo Thierno Sadou, vendeur de fruits.
 
Pour ce Guinéen de 27 ans, ‘’en Guinée ce n’est pas facile de faire fortune, on est donc obligé de sortir. Ici au Sénégal, il suffit juste de travailler pour gagner de l’argent.’’ 
 
Les fruits écoulés à Sandiniéry sont pour la plupart importés et viennent d’un peu partout. Il arrive ainsi très souvent de trouver des jeunes, tous venus de la Guinée, en train de décharger des conteneurs de fruits. Des cartons et des cartons de fruits qu’ils ventilent à travers les échoppes.
 
‘’Généralement, quand on est arrivé fraîchement au Sénégal, on a forcément un frère ou quelqu’un de notre village qui habite déjà ici. C’est ce parent qui nous héberge pour un temps et qui nous initie au commerce’’, explique Diallo Thierno Sadou, après avoir fini de remercier un jeune déchargeur.
 
Alpha Bah par exemple, qui habite Dakar depuis 2000, est vendeur de fruits pour le compte de son grand frère. ’’Dans notre magasin, dit ce jeune Guinéen de 24 ans, nous sommes tous de la même famille. Nous travaillons tous pour notre aîné.’’
 
Les Guinéens, maîtres dans la distribution de pain à Dakar
 
C’est peut-être qu’il semble plus facile de se mettre à son propre compte dans le secteur de la distribution de pain, que les nationaux semblent avoir abandonné aux Guinéens.
 
’’Les Sénégalais sous-estiment ce travail. Les Guinéens, eux, s’y connaissent bien. Je suis sûr que si les Sénégalais savaient ce que ça donne, le monopole ne serait pas aujourd’hui aux Guinéens’’, fait observer Alassane, actif dans ce créneau.
 
A 18 ans, Mamadou Mouctar Barry travaille lui aussi dans la distribution de pain. Une activité qui ‘’paye bien’’, concède-t-il, sans en dire davantage, avant de s’emparer de son charriot de fortune contenant des pains à distribuer. 
 
‘’C’est un travail que les Sénégalais négligent, mais nous, on sait que c’est rentable. Depuis mon arrivée au Sénégal il y a un an, je ne fais que ça comme travail’’, renchérit Saliou, dont les horaires de travail sont pour le moins flexibles : tous les matins de 6 à 9 h, les soirs de 16 à 18 h.
 
Pour tout dire, les ressortissants guinéens tiennent la quasi-totalité des boutiques, tiennent des tables pour la vente de fruits et de légumes, vendent des beignets, du café dans les rues dakaroises. 
 
‘’Si nous sommes fortement représentés dans le commerce à Dakar, c’est parce que c’est un domaine que nous maîtrisons bien. Et pour gagner de l’argent, mieux vaut exercer une activité que l’on maîtrise’’, tente d’expliquer Moustapha, vendeur de café et cireur de chaussures à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar.
 
De fait, la vente de café se présente comme la porte d’entrée des ressortissants guinéens dans le petit commerce au Sénégal.
 
Dans les rues, coins et recoins de Dakar, les vendeurs d’origine guinéenne et leurs poussettes de café font le décor de la capitale sénégalaise. Ils sont tout aussi présents dans ce créneau que dans les autres. 
 
Mieux, ils font désormais figure de pionniers, avec la montée de la mode du ‘’café Touba’’, un genre de café local dont la vente reste l’apanage de jeunes Sénégalais.
 
‘’Pour les Sénégalais, vendre du café est un travail insignifiant. Mais nous, on ne peut pas penser ainsi. Quand on quitte son pays pour un autre, peu importe le travail que l’on fait, si ce n’est pas du vol, ça va’’, philosophe Oury Bah, un ressortissant guinéen qui s’active dans la vente de café depuis 2007, une activité qu’il exerce à quelques mètres du siège du ministère du Travail.
 
Comme pour Oury, la vente de café est la seule activité exercée par Oumar Diallo à Dakar. "Le Sénégalais n’aime pas les petits boulots. Par contre, pour nous, aucun travail n’est banal. Nous sommes étrangers au Sénégal et nous ne cherchons que de l’argent’’, dit ce Guinéen de 25 ans, dans la vente de café depuis 2015.
 
Un avis tout à fait partagé par Boubacar Bah, 23 ans. ‘’Lorsqu’on est étranger dans un pays, aucun travail n’est à minimiser’’, pense ce jeune homme trouvé à place de l’Indépendance, en plein centre-ville de Dakar, où il s’adonne habituellement à la vente de café.
 
Il assure que cette activité lui procure des revenus ‘’suffisants’’ depuis 2006. ‘’C’est avec ce commerce que je parviens à soutenir financièrement mes parents restés au pays.’’ 
 
Boubacar Bah ajoute qu’il compte beaucoup d’amis vendeurs de café, ‘’tous venus de la Guinée’’. ‘’Le plus souvent, poursuit-il, avant de commencer, on demande conseil à ceux qui font ce travail depuis un certain nombre d’années.’’ 
 
Ce que confirme Moustapha Diallo, installé à l’entrée de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar. ‘’Dès ma venue au Sénégal, je me suis rapproché de mes compatriotes déjà installés ici. Ils sont tous vendeurs de café dans les rues. Étant donné qu’ils s’en sortent bien, je me suis aussi lancé. Et Alhamdoulilah, je ne regrette pas mon choix’’.  


23 Commentaires

  1. Auteur

    En Septembre, 2019 (21:05 PM)
    Le sénégalais est paresseux il cherche ses 400.000 c'est tout!
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2019 (21:09 PM)
    Bravo à eux . Voila des gens qui travaillent n

    ous on continue de se plaindre
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (23:49 PM)
    Il ont rendu malade les senegalais,ils ne sont pas propres Ils vivent dans habitats précaires et très sales pour donner à manger aux Sénégalais stupides qui ne remarquent même pas le degré de saleté du manque d'hygiène de civisme. les installations économiques des guinéens sont la cause de beaucoup d'infections d'épatite b. d'allieur Dakar est devenu trop sale à cause d'eux.la Guinée profite de nos defaillances politiques pour nous envoyer ses malades qui profitent des soins gratuites du senegal et une fois sur place ils vendent des aliments à des citoyens qui se retrouvent malade sans savoir l'origine. . Protégeons nous et pratiquons un embargo sinon ils vont tous fuir leur pays qu'ils ont detruit pour venir empoisoner nos enfants. Enbargo des commerces Guinéens enrichissez pas votre problème ou le problème de nos enfants. sérieusement c'est un problème de sante publique et les autorite et le service d'hygiène doivent au moins exiger un certificat de santé à tous ces gens et exiger un minimum de salubrité et la vérification de la qualité. regardez dans le net la mosquée des Sénégalais de Conakry est tout le temps attaquée et fermée pendant des mois pour des raisons bidons comme le refus de l'imam Sénégalais de prier pour le Silly national, vraiment trop c'est trop.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (23:49 PM)
    Il ont rendu malade les senegalais,ils ne sont pas propres Ils vivent dans habitats précaires et très sales pour donner à manger aux Sénégalais stupides qui ne remarquent même pas le degré de saleté du manque d'hygiène de civisme. les installations économiques des guinéens sont la cause de beaucoup d'infections d'épatite b. d'allieur Dakar est devenu trop sale à cause d'eux.la Guinée profite de nos defaillances politiques pour nous envoyer ses malades qui profitent des soins gratuites du senegal et une fois sur place ils vendent des aliments à des citoyens qui se retrouvent malade sans savoir l'origine. . Protégeons nous et pratiquons un embargo sinon ils vont tous fuir leur pays qu'ils ont detruit pour venir empoisoner nos enfants. Enbargo des commerces Guinéens enrichissez pas votre problème ou le problème de nos enfants. sérieusement c'est un problème de sante publique et les autorite et le service d'hygiène doivent au moins exiger un certificat de santé à tous ces gens et exiger un minimum de salubrité et la vérification de la qualité. regardez dans le net la mosquée des Sénégalais de Conakry est tout le temps attaquée et fermée pendant des mois pour des raisons bidons comme le refus de l'imam Sénégalais de prier pour le Silly national, vraiment trop c'est trop.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (00:00 AM)
    Question : quel peuple le Sénégalais tolère t il dans son pays ? Pas les Français, pas les Libanais, pas les « niaks », pas les toubabs, pas les Guinéens, etc. Fermez vos frontières, ne partez plus à l’étranger pour vous soigner, étudier ou travailler et vivez en autarcie alors.
    Top Banner
    Auteur

    Dagobert

    En Septembre, 2019 (09:39 AM)
    Verite absolue

    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2019 (13:09 PM)
    il faut songer à creer des cartes de sejour annuelles ou bi annuelle et payantes et taxer les revenus pour eviter la fuite des capitaux.et vite!
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2019 (13:09 PM)
    teranga notre malheur
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (15:00 PM)
    Ils attendent leur 400.000 FCFA...lol. Si les sénégalais avaient investi ce marché de petit commerce il yaurai moins de chômage , mais comme on veut le luxe...pouff
    Top Banner
    Auteur

    En Septembre, 2019 (15:28 PM)
    En tout cas moi je donne pas mon argent à aucun guinéen. Je n'achète rien avec eux ils sont sales et indisciplinés. J'achète chez chez nos femmes qui travaillent pour les enfants.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (15:30 PM)
    En tout cas moi je donne pas mon argent à aucun guinéen. Je n'achète rien avec eux ils sont sales et indisciplinés. J'achète chez chez nos femmes qui travaillent pour les enfants.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (15:33 PM)
    C'est vrai moi aussi je vais boycotter car leur donner son argent ou du travaille c'est fortifier l'ennemi de nos enfants qu'ils se preparent à combattre un jour
    {comment_ads}
    Auteur

    Tous Africains Article De Merd

    En Septembre, 2019 (19:36 PM)
    N’oublions jamais l’esclavage, en partie ce sont noirs qui ont vendu des noirs. Les blancs sont encore là pour recommencer. Faites travailler vos cerveaux le monde avance et certains reculent.
    Top Banner
    Auteur

    En Septembre, 2019 (19:44 PM)
    Laissez les guinéens tranquilles, ce sont des travailleurs et ils gagnent leur vie. Vous ne trouverez aucun jeune guinéen chômeur (pour eux, c'est inimaginable qu'ils se fassent nourrir par les parents. Les jeunes sénégalais sont là a attendre et je pesais vraiment pas ce qu'ils espèrent (peut être que le travail frappe à leur porte). Les parents également sont complices (Yalla Bakh na). Non seulement ils lâchent l'école très tôt, mais ils n'apprenent aucun métier. Ils dorment jusqu'a midi et le repas leur est servi gratuitement (par la maman). Si vous allez dans d'autres pays, vous trouverez autant de sénégalais que de guinéens ici et même plus. Ceux là exilés, bossent car c'est une question de survie. Laissez les guinéens, ce sont nos frères et ils gagnent proprement leur vie.

    Ils n'ont pris la place de personne, ils se battent, c'est la concurrence et ils l'emportent. Battez vous mon Dieu au lieu de pleurnicher, levez vous tôt allez cherchez et faites comme le laboureur et ses enfants.



    Bien à vous et ne m'en voulez pas
    {comment_ads}
    Auteur

    Ndiaga

    En Septembre, 2019 (10:10 AM)
    les bonnes sont a 20 dans une chambre et viennent de tous les villages serreres du sine et du saloum. A la mosquee de mermoz et dans certaines rues vous ne manquerez pas de voir des MENDIANTES bien senegalaises......dieupeul en face police passeport, mermoz, cites des eaux, en ville etc.....donc vous etes superstitieux et offrait des habits, sel, chaussures, lait caille, argent, ils PRENNENT ....et le business de la mendicite fonctionne. Maintenant IL ne faut pas OUBLIER qu'en guinee vivent 400.000 senegalais avec leur Famille. Au senegal, pleins de gens se sont maries avec nos PARENTS de la guinee Conackry, qui en realite sont des peuls du fouta toro, partis en guinee avec la vache et le coran pour convertir des ethnies locales paiennes. C'est ce qui explique la mosquee omarienne de Dinguiraye.....A l epoque il ny a vait pas de senegal, MAIS l'AFRIQUE. Donc laissez nos parents AFRICAINS en paix, car nous sommes aussi pigeons voyageurs.....Italie, espagne, France (drogue, vente de fausses marchandises), Afrique centrale (Or, diamant, petits boulots), Angolas (Or , petits boulots, diamants), Gabon (boutique, ouviriers, enseignants), cote d'ivoire (petit commer), mauritanie (meme chose, peche)....DONC FERMEZ LA et Travaillez au lieu d'etre trop fin pour ventre des noix de coco, de la banane ou etes paresseux et jouez les boy towns. Meme nous baol baol, vous nous fatiguez, en nous taxant de sales, de ceci et cela. Basta way
    {comment_ads}
    Auteur

    Thiawespagn

    En Septembre, 2019 (10:19 AM)
    Wakhalou guineens yi sen djiko.

    ils sont bosseurs

    discrets

    solidaire contrairement a nous senegalais, qui nous souhaitons la mort partout ou nous sommes, meme au senegal:

    Jalousie, impolitesse, indiscipline qui empeche notre developpement.

    Avec l'indiscipline, notre capitale est l'une des plus sales d'Afrique. On veut devenir Rwanda, car ces gens sont devenus:

    propre

    bien eduque

    et surtout N'urine pas dans les rues comme le font nos Taximan. Et on pretend etre propre?

    Desole la salete dans Dakar est trop. Il est temps de changer de comportements si nous voulons nous developper.
    {comment_ads}
    Auteur

    Wesh

    En Septembre, 2019 (14:10 PM)
    Tu as tout dit thiawespagne. Dem len liguey mo gueun sen wakh diou bari dji. Fen ak truande dou adouna. Tapale ak tek dil dou defarap rew. Bayi Fethie gou bone ci telle bi, wone seni thieur, oum sen bope.

    on es partout dans le monde. On ne veut pas etre isole comme l'afrique du sud en ce moment personne ne veut aller dans ce pays.
    Top Banner
    Auteur

    Circulatiom

    En Septembre, 2019 (16:21 PM)
    quand je vois ce qui se passe dans la circulation, j'ai envie de pleurer. On dirait des gens sans coeur. Chacun essayant d'humilier l'autre. L'indiscipline sur nos routes a tue beaucoup de personnes. la route de saint-louis doit etre refaite. Certains trochons sont trop etroites comme aloum kagne, thies mbour et Fatick. Ces routes sont particulierement meurtrieres. Mais les chauffeurs doivent aussi faire attention.

    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (09:10 AM)
    Vraiment réfléchissons bien si les guinéens étaient des bosseurs comme ils disent pourquoi la guinée est déserte de partout par ces fils cette guinée qui a toutes les potentialités minières. Pluviométrie etc. Mais ils ne sont pas des bosseurs ce sont plutôt des opportunistes mdrrrrrr mêmes leurs parents peuls sénégalais ne veulent pas d'eux car ils sont mauvais. Aigris jaloux. Et ils passent leurs temps a baiser la femmes de leurs amis frères parents etc moi je préfère être toubab plutôt d'être un peul fouta c'est une race maudite
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (09:10 AM)
    Vraiment réfléchissons bien si les guinéens étaient des bosseurs comme ils disent pourquoi la guinée est déserte de partout par ces fils cette guinée qui a toutes les potentialités minières. Pluviométrie etc. Mais ils ne sont pas des bosseurs ce sont plutôt des opportunistes mdrrrrrr mêmes leurs parents peuls sénégalais ne veulent pas d'eux car ils sont mauvais. Aigris jaloux. Et ils passent leurs temps a baiser la femmes de leurs amis frères parents etc moi je préfère être toubab plutôt d'être un peul fouta c'est une race maudite
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (09:19 AM)
    Et pourtant au Sénégal les toucouleur s les peuls djery etc sont très appréciés par les autres ethnies la preuve on a élu un président toucouleur presque touts nos imams dans les mosquées sont toucouleur s pas tous mais il y ans beaucoup. Don CX ce n'ai pas une affaires de peuls ou toucouleurs. Mais plutôt d étrangers qui viennent gâcher la quiétude de notre CX chère pays
    Top Banner
    Auteur

    Sénégal Rekk

    En Septembre, 2019 (09:27 AM)
    Coup comment voulait vous que des gens qui passent leurs temps a s entretuer dans leurs pays d origine CX ces guinéens s. Puissent s improviser bosseurs mdrrrrrr.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Septembre, 2019 (09:34 AM)
    Dans ce forum ce sont des guinéens qui se font appelé ndiaga etc bref ils se font passer pour des sénégalais
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email