Mardi 26 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Le secteur privé réclame l’envoi d’une mission de la Cour des comptes sur la gestion de la Chambre de Commerce

Single Post
Le secteur privé réclame l’envoi d’une mission de la Cour des comptes sur la gestion de la Chambre de Commerce
Une mission de la Cour des comptes et de l’Inspection générale des finances  (Igf), c’est ce que réclame la Coalition «And Défarat Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad)». Par cette demande, la structure qui a animé une conférence de presse, ce jeudi, entend pousser les autorités étatiques à faire la lumière sur la gestion de Mamadou Lamine Niang et de son équipe à la Cciad entachée, selon elle, de dysfonctionnements et de incongruités qui affaiblissent dangereusement leur structure.
 
 
Une demande qui s’explique selon Birane Yaya Wane, opérateur économique, par ailleurs, animateur de la rencontre, par le fait qu’une décision de la justice a mis «un terme aux fonctions du président de la Cciad, Mamadou Lamine Niang». Il s’agit de la Cour d’appel de Dakar qui, le 19 Février 2015, a apposé la formule exécutoire des arrêts N°01, 40 et 41 de la cour suprême». Ce qui, selon lui, entraine «l'effet légal et immédiat» de remettre «en cause la légalité et la légitimité de l'Assemblée générale de la Cciad), mise en place le 16 septembre 2010».
 
Face à la presse, M. Wane a tiré la sonnette d’alarme sur la situation «cahoteuse» que traverse la Cciad. «La Chambre de commerce ne marche pas. Elle est paralysée. Nous avons tenu à adresser des correspondances aux autorités concernées. La Cciad gère, entre autres, les ponts bascules, aujourd’hui ses caisses devraient être pleines». Or, regrette-t-il, des départs récents ont montré que des retraités peinent à percevoir leur droit. «Nous soupçonnons une mauvaise gestion. Nous pensons donc que ces deux structures doivent contrôler l’état des ressources de la Cciad», a indiqué l’opérateur économique.
 
«Ce qui se passe à la Cciad est quand même pathétique. Aujourd’hui, si au Sénégal, on a un secteur privé quasi inexistant, les sociétés sont mourantes. A l’instant où nous parlons, devant un cadre institutionnel inexistant on ne peut pas parler de Pse. Tout Etat qui veut aujourd’hui, sortir le Sénégal de l’ornière doit régler ce problème. Aujourd’hui, ce sont des gens qui n’ont même pas le droit de traverser la place de l’indépendance qui sont aux responsabilités dans cette structure. Ce qui nous désole, à la limite ce M. Lo qui en tant que «vice-président en charge de la section industrie gère les sous-sections (établissements financiers, les industries de productions et de transformation et les autres entreprises de services) alors qu’il n’a pas la capacité et qu’il est analphabète », regrette le sieur Wane.
 
«Nous attachons du prix à l’exécution cette décision. Sommes prêts à tous pour que cette décision soit exécutée. M. Niang avait introduit un rabat d’arrêt, qui avait obligé la Cour de statuer à nouveau sur le dossier. La cour qui s’est réunie l’a débouté. Aujourd’hui, si le discours de Macky Sall est toujours de rigueur, à savoir que ‘’nous sommes dans un pays de droit’’, ces décisions ne doivent pas dormir dans les tiroirs. Nous avons saisi le président de la République. C’est, aujourd’hui, le premier point de presse d’une série de rencontre que nous comptons tenir fréquemment jusqu’à ce que cette décision soit exécutée», averti M. Wane.


9 Commentaires

  1. Auteur

    Faye Dakar

    En Mars, 2015 (21:32 PM)
    Merci Monsieur il faut aussi délocaliser cette bataille dans les régions car laba c'est pire les présidents des chambres de commerces font que manger le budget. A Zinginchor on exécute le budget sans vote à Tambacounda le président n'est laba que par nom il ne faut rien et laba aussi il faut qu'il ait le passage de l'inspection d'Etat. Le Président qui a fait laba 24 ans ne réuni ses membres que pendant le vote du budget et c'est fini il bouffe tout.

    Nous réclamons des votes rapides au niveau des chambres de commerce et pas de section des chambres commerces
  2. Auteur

    Lere

    En Mars, 2015 (22:20 PM)
    pont bascule yi boulene ko fate
    Auteur

    Acteur Du Secteur Privé

    En Mars, 2015 (08:31 AM)
    Tous ces rats doivent disparaitre sinon le secteur privé n'avancera jamais. Sinon, il faut faire disparaitre ces structures inutiles dirigés par des faucons qui ne veulent pas céder la place aux autres.
    Auteur

    Nit Ndiaye

    En Mars, 2015 (10:06 AM)
    LAMINE C'EST PLUS DE 20 ANS A LA CCIAD ET UN BILAN NUL ET DU VOL A N'EN PLUS FINIR.
    Auteur

    Ancien Cciad

    En Mars, 2015 (10:13 AM)
    M. Niang est à la tête de la cciad depuis plus de 20 ans. On dirait qu'il n'y a pas au Sénégal des personnes competentes la relève.
    Auteur

    Mamgore1

    En Mars, 2015 (11:08 AM)
    Vivement que cet audit soit fait!!!! Cette meme chambre de commerce a reçu et detourné en 2008 le financement d´un programme ( Plusieurs millions) appelé . FIT FOR EUROPE . pour la formation de senégalais candidats pour l´emmigration. Depuis la diaspora où je suis (Espagne) en appui avec des partenaires de chambres de commerce europeennes, nous avons fait toute sorte de pression pour faire derouler le programme mais en vain... C vraiment une honte pour le Sénegal. Finalement on a laissé tomber...
    Auteur

    Xou (allemagne)

    En Mars, 2015 (12:00 PM)
    Rappel



    dans Economie / le 26 décembre 2013 à 19:38 /

    S’il y a quelqu’un qui se souviendra, jusqu’à la fin de ses jours, des élections à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), c’est bien sûr ibrahima Diagne, l’ex-challenger du président sortant Lamine Niang. Pour cause, non seulement il a perdu les élections en question, mais aussi ses camarades d’hier de la liste “And Défarat Chambre de commerce de Dakar” qu’il dirigeait. Et tout ça, du fait de l’omniprésence et de l’omnipotence de Macky Sall.

    Actusen.com est en mesure d’écrire que ces derniers n’adressent presque plus la parole à leur mentor d’hier. Au motif qu’Ibrahima Diagne n’a pas fait dans la résistance tout-terrain, quand le président de la République, Macky Sall, lui a tordu le bras. Et s’est farouchement interposé à la reprise des élections, comme exigée par la Cour suprême. Pour rappel, quand les élections ont été reprogrammées pour le 19 Mai 2013, c’est l’actuel chef de l’Etat qui avait pris la responsabilité sur lui de déchirer l’Arrêt rendu par la Cour suprême. En disant au ministre du Commerce qu’il n’entendait point organiser la tenue du scrutin.

    A l’époque, comme l’avait révélé Actusen.com, Macky Sall avait demandé à Mimy Touré, ministre de la Justice d’alors, si la Cour suprême pouvait lui imposer la tenue d’un nouveau scrutin, cette dernière lui avait rétorqué que la seule condition pour qu’il n’y ait plus de vote était que les deux parties parviennent à un protocole d’accord, dans lequel elles prenaient l’engagement de renoncer à une énième élection. Mais, dans la foulée, le locataire du Palais avait demandé au ministre du Commerce de se débrouiller. Car, des élections, il n’en voulait plus. C’était lors d’une audience accordée aux deux prétendants à la Présidence de la Chambre de commerce.

    Et depuis ce jour, Ibrahima Diagne a, selon des sources de Actusen.com, décidé de renoncer à cette élection. En dépit de tous les efforts humains et financiers consentis, pour détrôner Lamine Niang qui a fait trente-cinq ans sur les lieux. Mais ses camarades de “And Défarat Chambre de commerce” refusent jusqu’ici de lui pardonner. Car, selon eux, Ibrahima Diagne devait suer sang et eau pour refuser que le chef de l’Etat lui torde le bras. Ce qu’il n’a pas fait, au motif qu’il ne saurait se battre contre un Etat, de surcroît le président de la République, dont il était ami bien avant son accession à la Magistrature suprême.

    Pire, ses anciens frères d’armes se réunissent depuis lors et poursuivent la bataille judiciaire, loin d’Ibrahima Diagne devenu plus que jamais esseulé. C’est dire que nul ne saurait lui en tenir rigueur, si, pour les restant de son existence, Ibrahima Diagne se mettait à maudire Macky Sall, à la simple évocation de son nom. Parce qu’à cause de lui, il a perdu et le beurre et l’argent du beurre.

    Auteur

    Xou (allemagne)

    En Mars, 2015 (12:19 PM)
    Suite



    condition pour qu’il n’y ait plus de vote était que les deux parties parviennent à un protocole d’accord, dans lequel elles prenaient l’engagement de renoncer à une énième élection. Mais, dans la foulée, le locataire du Palais avait demandé au ministre du Commerce de se débrouiller. Car, des élections, il n’en voulait plus. C’était lors d’une audience accordée aux deux prétendants à la Présidence de la Chambre de commerce.Et depuis ce jour, Ibrahima Diagne a, selon des sources de Actusen.com, décidé de renoncer à cette élection. En dépit de tous les efforts humains et financiers consentis, pour détrôner Lamine Niang qui a fait trente-cinq ans sur les lieux. Mais ses camarades de “And Défarat Chambre de commerce” refusent jusqu’ici de lui pardonner. Car, selon eux, Ibrahima Diagne devait suer sang et eau pour refuser que le chef de l’Etat lui torde le bras. Ce qu’il n’a pas fait, au motif qu’il ne saurait se battre contre un Etat, de surcroît le président de la République, dont il était ami bien avant son accession à la Magistrature suprême.Pire, ses anciens frères d’armes se réunissent depuis lors et poursuivent la bataille judiciaire, loin d’Ibrahima Diagne devenu plus que jamais esseulé. C’est dire que nul ne saurait lui en tenir rigueur, si, pour les restant de son existence, Ibrahima Diagne se mettait à maudire Macky Sall, à la simple évocation de son nom. Parce qu’à cause de lui, il a perdu et le beurre et l’argent du beurre.
    Auteur

    Constat4

    En Mars, 2015 (12:31 PM)
    SALY cité balnéaire envahie par les « bayefall « qui chantent avec sono surpuissante toutes les nuits, impossible de dormir ! les résidents partent un à un, les touristes sont exténués. Le maire qui demande des moyens ne fait rien alors que déguerpir les trottoirs du centre encombrés par des tables, des barbecues, des antiquaires, des picpokets, ne demandent aucun moyen et c’est la loi. C’est un capharnaüm incroyable, infecte, une insécurité notoire, le tourisme est mort définitivement ., la saleté et l’incivisme règne, c’est une cité de non droit ou les élus sont laxistes et incompétents . Attaques à main armée, vols, cambriolages, Ils sont inconscients de ce qui se passe. De plus les bars et resto sont fermés à minuit : il faut savoir si on veut des touristes oui ou non ! L’administration à tué SALY avec ses fermetures d’établissements de nuit et ses licences supprimées. Les « spécialistes » se promènent toute la nuit avec des sacs à dos chargés d’outils pour effraction et cambriolage. Pour déguerpir les trottoirs (inexistants), pour nettoyer la ville, pour faire appliquer la loi (bruit nocturne), il n’y a pas besoin de moyens ! faire votre travail monsieur le maire. Ne cherchez pas les responsables ailleurs, les études vont démontrer rapidement que c’est votre laxisme qui à tué SALY et le tourisme. Tout est à vendre içi mais il est déconseillé d’investir surtout avec la pléthore de mosquées qui réveillent les résidents et invités à 5 heures du matin, c’est à qui fera le plus de bruit.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email