Lundi 24 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

PRIVATISATION SCANDALEUSE DE LA SONACOS : Chronique d’un bradage organisé

Single Post
PRIVATISATION SCANDALEUSE DE LA SONACOS : Chronique d’un bradage organisé

Scandaleux ! Le terme n’est pas assez fort pour rendre compte de la privatisation de la Société nationale du commerce des oléagineux du Sénégal (Sonacos). Les autorités de l’époque ont cédé la société comme si elles se débarrassaient de la peste. La valeur réelle de la boîte a été presque divisée par trois, sans compter que le repreneur n’a pas respecté l’engagement principal pour lequel il a pu devenir propriétaire, à savoir investir 16,9 milliards en 5 ans.

Au cours des audits menés par l’inspection générale  d’Etat, les enquêteurs se sont fortement penchés sur la privatisation de la Société nationale du commerce des oléagineux du Sénégal (Sonacos). Qualifier de manquements ce qui a été constaté relève de l’euphémisme. Il y a eu un bradage manifeste de ce patrimoine national. Dans le cadre de cette privatisation, l’Etat du Sénégal s’est fait assister par le consortium Bnp/Paribas, indique une source. Cette entité a procédé à l’évaluation des actions de cession. Après avoir utilisé toutes les formes d’évaluation, le consortium a retenu une ‘’fourchette restreinte des valeurs’’ entre 8,5 milliards et 11,5 milliards avant la recapitalisation, y compris les actifs non utiles à l’exploitation. Cette valeur passe entre 21 milliards et 24 milliards après la recapitalisation, avec  une vente séparée des actifs non utiles à l’exploitation.  Une précision à ce niveau : La Sonacos a procédé à la recapitalisation avant sa cession par la conversion des créances de l’Etat, à concurrence de 6,4 milliards.


Dans la procédure de privatisation, il était prévu la mise en place d’une Commission spéciale de suivi du  désengagement de l’Etat. Laquelle commission est chargée de faire l’évaluation et le suivi de l’opération. L’entité devait procéder à un appel à candidatures et comparer les offres. Deux sociétés se sont manifestées : l’une est dénommée Advens et l’autre Guerté Sénégal. Mais cette dernière société a proposé un mandat de gestion de la Sonacos à la place d’une offre de rachat des actions de celle-ci. Son offre a été donc logiquement rejetée. Il ne restait qu’Advens. Dès lors, la Société aurait dû déclarer l’appel à candidatures infructueux et reprendre la procédure comme le veut la législation. Mais la commission a plutôt poursuivi les travaux avec l’unique offre disponible. Ce qui est en soi une violation de la procédure.


Lors d’une réunion qui a eu lieu le 28 juin 2004, Advens, le seul soumissionnaire en course, a fait une offre de 2 843 000 000 F Cfa, selon des sources proches du dossier. Une somme rejetée parce que largement en deçà de la valeur d’une société estimée au moins à 21 milliards. Ce qui est surprenant, ajoute un interlocuteur, c’est que malgré la suite défavorable réservée à l’offre, les négociations se sont poursuivies entre la commission et le partenaire. Et c’est à ce niveau qu’il est fait état d’instructions venant du ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Diop lors d’une rencontre tenue le 8 septembre 2004. Une information réfutée par le ministre.


La valeur de la Sonacos chute de 24 à 8 milliards


 Il n’empêche que la main des plus hautes autorités de l’époque est bien visible dans cette affaire. Car, une commission ad hoc a eu lieu les 21 et 22 décembre 2004 et composée de représentants de l’Etat. La preuve patente que tout est fait au plus haut niveau, selon des sources, c’est que c’est le ministre du Budget lui-même qui informe le président de la République (Me Abdoulaye Wade) des travaux de la commission ad hoc. Cette nouvelle entité va hériter du dossier au détriment de la première commission désormais écartée. Elle  termine les négociations à l’issue desquelles il a été retenu une offre financière et des mesures d’accompagnement.


Surprise ! La nouvelle commission trouve que la société vaut 8 milliards. Alors que Bnp/Paribas avait évalué la Sonacos entre 21 et 24 milliards. Plus grave, le bilan du 31 décembre 2004 montre que les fonds propres de la  Société nationale du commerce des oléagineux du Sénégal s’élèvent à un peu moins de 26 milliards. Les enquêteurs n’ont visiblement pas fait dans la langue de bois, car on indique qu’ils ont clairement signalé que la société n’a pas été vendue à son prix réel.


Après toute cette phase où la Sonacos semble avoir été plus bradée que vendue, arrive la mise en application de la vente. L’Etat a en effet signé un cahier des charges avec le partenaire. Et une commission de suivi mise en place par le ministre de l’Economie et des Finances était prévue. Quand bien même elle a vu le jour, cette commission n’a jamais réellement fonctionné. C’est sans doute ce qui a facilité à l’autre partie toutes les violations des accords qu’elle s’est permise.


Une perte de 21 milliards entre 2005 et 2010


En effet, il était convenu d’un commun accord que le repreneur devait investir 16,9 milliards dans une période de 5 ans. A l’heure du bilan, le montant des investissements s’était arrêté à la moitié de ce qui était prévu, soit 8,4 milliards. Les inspecteurs sont convaincus que ces manquements ont eu des conséquences négatives sur le bilan de la Sonacos. Car elle a perdu 10 milliards en 2005, 3,2 milliards en 2008, 3 milliards en 2009 et 4,8 milliards en 2010.


Il faut signaler à ce niveau que l’IGE n’est pas loin de proposer à l’Etat une reprise en main de la société. Après avoir constaté les manquements du partenaire, ils ont attiré l’attention du président de la République sur les conséquences d’une faillite de la société. Dans un tel cas de figure, 400 emplois salariés seraient supprimés en plus de 6 000 autres emplois saisonniers.


En plus de la privatisation de la Sonacos, il y a les biens non nécessaires à l’exploitation. Il s’agit précisément de biens immobiliers. Ils sont composés d’un immeuble à la rue Calmette, d’une villa sur la rue Docteur Thèze, d’une villa à la rue Joris et de deux appartements à Paris. Tout a été vendu à l’exception de l’immeuble qui sert de siège de la Suneor. Les plus-values de la vente ont généré 536 millions et la location a permis d’empocher 39 millions. Le tout s’élève donc à 575 millions destinés aux actionnaires. La part de l’Etat et de la SNR a été de 500 millions. Allez chercher les 75 millions restants.


liiiiiiiaffaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    Xeme

    En Juin, 2015 (16:48 PM)
    Un pouvoir qui depuis trois ans fait répéter à sa presse que la SONACOS a été bradé. Trois rapports des IGE sur 4 ans, et toujours le même sujet.

    Je vous jure que la SONACOS- SUNEOR n'aura la paix, ne disparaîtra des titres et des rapports des IGE que lorsqu'elle quittera les mains de Jaber pour celles d'une entreprise française ou occidentale. C'est aussi simple que ça.
    • Auteur

      Pfffffffff

      En Juin, 2015 (18:33 PM)
      xeme je ne suis pas apr et j'apprecie parfois tes interventions lorsqu'elles sont legitimes.
      abbas jaber est libanais et reside la majeure partie du temps en france. surtout qu'on ne vienne pas me dire qu'il est d'origine senegalaise, on sait ce que vaut la nationalite senegalaise pour ces gens. alors lui et les francais c'est blanc bonnet, bonnet blanc.
      par contre si enquete il y'a et si la sonacos devrait de nouveau etre cedee, qu'elle le soit a des actionnaires senegalais, il ne manque pas parmi nos chefs d'entreprises locaux de profils ayant la capacite financiere et les competences pour remettre cette compagnie sur les rails.
      et j'espere que vous allez plublier mon commentaire seneweb, car je commence a croire que vous faites de la censure anti apr, ce qui est plus que malhonnete envers nous qui vous lisons chaque jour.
    • Auteur

      Alba

      En Juin, 2015 (21:40 PM)
      qui est derriere jaber?
      qui utilisait l avion de jaber pendant 12 ans?
      qui habitait l' appartement de jaber dans le 16e ?
      le senegalais n'a pas la mesure des degats causes par wade famille,c'est pour l'unique raison pour laquelle wade pere continue de se permettre de parler jusque la.
      bougi comme jaber ont ete les bras-business de karim wade et qui connait la mentalite des emigres du business libano-francais=karim wade=bougi=jabber,detruire l'economie du senegal et repartir chez eux ou aillleurs est le cdet de leur soucis.
      ce rapport sera classe comme tant d'autres,les seuls perdants sont les senegalais qui ont vu leur outil de travail dementele,les immobilisations mobilieres bradees,et l argent place dans les comptes off shore.
      aux ics ,c'est la meme destruction que les prochaines revelations mettront a jour.
      wa salam
  2. Auteur

    Dollileengnou

    En Juin, 2015 (16:59 PM)
    Arrestez abdoulaye Wade et son premier ministre d'alors et son ministre des finances pour haute trahison





    A quoi Bon nous dire que les gouvernants nous volent et puis s'arreter la IGE





    C'est insulter l'intelligence collective des Senegalais



    Un peu comme les contracts miniers signes au detriment du Senegal a l'epoque de Madike Niang aux mines puis Ousmane ngom et de Macky premiers ministres











    Corruption au sommet et sans consequence





    Nous savons que nos gouvernants et leurs semblant de controleur IGE nous volent



    Oui et Alors







    Continuez de nous voler. Nous sommes immunises maintenant







    Allez y dirigeant et elites corrompus





    Wade est libre comme le vent



    Macky libre comme le vent



    Ousmane ngom libre comme le vent



    Madike niang libre comme le vent







    Time will tell





    Diaspora



    Auteur

    Ok

    En Juin, 2015 (17:30 PM)
    Qui était premier ministre en 2005-2006-2007 comme ça on rigole un peu....c'est la même merde
    Auteur

    Abdoulaye Diop

    En Juin, 2015 (17:56 PM)
    il n'a jamais été inquiété alors Que tout passait par lui. Fsipp Et Pse
    Auteur

    Goor

    En Juin, 2015 (18:00 PM)
    Foutez-nous la paix!!!!! Quand Wade avait estimé que la Sénélec a été bradée, il est revenu sur la privatisation et on a avancé. Trois ans après l'arrivée de Macky Sall, on nous parle encore de la Sunéor, foutez-nous la paix, on veut dormir!!!
    Auteur

    Deux Arrestation 2 Pr

    En Juin, 2015 (21:29 PM)
    Macky etait premier ministre Alors





    Arrestez et destituez Macky Sall pour:





    Haute trahison





    Et enrichissement illicite. On ne regarde pas sur le retroviseur Macky repondait a Samuel Sarr sur le trou de 8 milliards sous son magistaire lors de leur passation de service.





    Les deux derniers presidents du Senegal:







    Abdoulaye WDe





    Et Macky Sall







    Doivent etre arretes :







    pour haute trahison des interets du Senegal









    Pour enrichissement illicite en association









    Et pour abus de pouvoir en association





    Sous d'autres cieux ou les citoyens comptent plus que le president ce Serait le cas.



    Je n'exagere pas !



    Et ceux qui vivent dans les pays un tant soit peu normaux ne me contredirons pas.
    Auteur

    Cane

    En Juin, 2015 (11:24 AM)
    NOS DIRIGEANTS NOUS DETESTENT C'EST TOUT, L 'ECONOMIE N'EST PAS MON FORT BIEN QUE J'AI FAIT LA SERIE B A L'EPOQUE MAIS TROP DE CACA DANS CE PAYS. QUI SE LEVE DIT A L'AUTRE QUE TON CUL EST DEHORS SANS SAVOIR QUE LUI MEME A LE CUL DEHORS. C'est triste car le malheur est que, tant qu'on continuera a embaucher des gens qui ne sont pas a la hauteur du boulot, on sera toujours nique par nos politiciens idiots qui nous mene dans le gouffre et maintenant on s'etonne que les jeunes prennent les barques malheureusement. Se remplir les poches qui les interessent. Que Dieu nous en garde des ennemies d'Afrique qui sont nos politiciens. CORRUPTION, CORRUPTION, CORRUPTION, NEPOTISM, ON FINIRA PAR LA REVOLUTION SANS LE VOULOIR.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email