Mardi 20 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Résumé de l'actualité économique internationale du jeudi 16 octobre 2014

Single Post
Résumé de l'actualité économique internationale du jeudi 16 octobre 2014

-RYAD- La National Commercial Bank (NCB) d'Arabie saoudite va entrer prochainement en Bourse, espérant tirer 6 milliards de dollars de la vente des actions, une annonce qui suscite l'opposition des dignitaires religieux. NCB a indiqué qu'elle allait proposer à partir de dimanche au public 300 millions d'actions pour 45 riyals (12 USD) chacune, soit 3,6 mds de dollars. 200 autres millions d'actions seront attribuées à un fonds public de retraite, portant la somme totale à 6 mds de dollars.
Cette introduction en Bourse, qui doit être l'une des plus importantes au monde cette année, sera regardée de très très près, a déclaré Beshr Bakheet de la compagnie privée Osool and Bakheet Investment Company.
D'autant qu'Abdallah Al-Moutlaq, membre du Conseil des oulémas du royaume, haute autorité religieuse du pays, a qualifié de haram (illicite) cette introduction en Bourse.
Ce qui est clair pour moi maintenant, c'est que cela n'est pas permis par la charia, a-t-il souligné sur une chaîne de télévision, en ajoutant que plusieurs investissements de NCB --la dernière banque saoudienne à ne pas encore avoir été introduite en Bourse-- étaient aussi interdits par la charia.
Beshr Bakheet a souligné que le succès de l'introduction en Bourse dépendrait de l'attitude du public vis-à-vis de cette mise en garde des oulémas. Vont-ils suivre les principes internationaux du système bancaire moderne ou vont-ils adhérer strictement à ce que (leur) disent certaines autorités religieuses', s'est-il interrogé.
Une commission interne à la banque NCB, chargée d'examiner les décisions au regard de la charia, a affirmé de son côté que l'introduction en Bourse respectait la loi islamique. Après de nombreuses réflexions et délibérations à ce sujet, la banque considère que l'introduction en Bourse est permise par la charia, a-t-elle indiqué dans un communiqué.
Plus des deux tiers des activités de la banque respectent la loi islamique et NCB prévoit que l'ensemble de ses activités le soit dans un délai raisonnable, a-t-elle ajouté.
Seules trois des douze banques d'Arabie saoudite se conforment pleinement à la loi islamique. Les autres proposent des produits compatibles avec la charia mais aussi avec des services des banques classiques.
Le système bancaire islamique diffère du système conventionnel dans le sens où l'emprunt n'est pas soumis à un taux d'intérêt, assimilé à l'usure, interdite par la religion musulmane.
Les banques islamiques ne versent pas non plus d'intérêts à taux fixe aux déposants, mais leur proposent une rémunération indexée sur la performance (bénéfices ou pertes) des investissements réalisés.

-NEW YORK-Wall Street a terminé sur une note contrastée. La bourse de New York parvient à relever la tête alors que les informations économiques positives diffusées aux Etats-Unis et l'espoir d'un éventuel coup de pouce de la Réserve fédérale apaisaient un peu l'anxiété des investisseurs. Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a perdu 0,15% ou 24,50 points à 16'117,24 points, terminant en baisse pour la sixième séance consécutive.
Le Nasdaq, à dominante technologique, s'est lui apprécié de 0,05% ou 2,07 points à 4217,39 points. L'indice élargi S&P 500 a grignoté 0,01% ou 0,27 point à 1862,76 points.
Wall Street limitait ainsi la casse après avoir été fortement secouée hier et en début de séance par une exacerbation des inquiétudes sur l'économie mondiale.
Le marché obligataire a terminé en forte baisse après avoir démarré la séance en hausse. Signe d'un intérêt moindre, le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,153% contre 2,090% hier soir, et celui des bons à 30 ans à 2,936% contre 2,876% mardi.


-NEW YORK- Les cours du pétrole coté à New York ont rebondi jeudi, à l'issue d'une séance très volatile, dans un marché retrouvant de l'appétit après une forte baisse des réserves d'essence aux Etats-Unis, un bon signe pour la demande du premier consommateur mondial de brut.
Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre a fini en hausse de 92 cents, à 82,70 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il était tombé vers 11H10 GMT sous les 80 dollars le baril pour la première fois depuis fin juin 2012.
Au total, sur l'ensemble de la séance, les cours du brut new-yorkais ont évolué dans une fourchette inhabituellement large (de l'ordre de 5,05 dollars) de 79,78 dollars jusqu'à 84,83 dollars en deuxième partie de séance officielle.
Le rebond est intervenu dans la foulée de la publication des chiffres sur les réserves pétrolières aux Etats-Unis la semaine dernière, a relevé Bob Yawger, de Mizuho Securities.
Si les chiffres des stocks de brut ont gonflé bien plus que prévu, de 8,9 millions de barils au cours de la semaine achevée le 10 octobre, selon le département américain de l'Energie (Doe), les stocks d'essence ont de leur côté plongé de 4 millions de barils, là aussi plus qu'attendu.

-DOUALA-Le prix du coton au Cameroun pourrait chuter dans les prochains mois en raison des fluctuations du marché international, étant donné que des cours mondiaux ‘’ont perdu 30 pour cent de leur valeur depuis août 2013’’, selon une note de conjoncture obtenue auprès de la Société de développement de coton (SODECOTON). Selon des sources, la Chine, qui contrôle actuellement 60 pour cent du marché mondial du coton, cumule des stocks estimés à 11 millions de tonnes.
Ce qui laisse croire que ‘'les exportations de coton d'Afrique en Chine pourraient alors tomber à 120 000 tonnes en 2015, soit deux fois moins qu'en 2014 et trois fois moins qu'en 2012'', a-t-on appris.
Dans ce contexte, la SODECOTON dont l'une des principales destinations des exportations est la Chine et dont la production en 2014 est projetée à 240 000 tonnes pourrait connaître une décote du prix de son coton.
Cette production du fleuron industriel camerounais représente le double l'ensemble des prévisions des exportations africaines vers la Chine en 2015, soit 120 000 tonnes.

Cette situation pourrait augmenter l'évasion de la production camerounaise vers le Nigéria, déjà fort préjudiciable à l'entreprise, puisqu'il s'agit des circuits informels qui ne profitent en réalité qu'aux trafiquants.


-ABIDJAN-La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM, basée à Abidjan), a clôturé sa séance du jeudi 16 octobre 2014 en légère baisse par rapport à la séance précédente. L’indice BRVM 10 est passé de 265,80 à 265,61 points, soit un repli de 0,07%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a cédé 0,23% à 250,52 points contre 251,09 précédemment. La valeur des transactions s’est établie à 1,12 milliard de FCFA contre 925,50 millions de FCFA, mercredi.

Les capitalisations boursières des marchés - actions et droits - se chiffrent respectivement à 6 088,82 milliards de FCFA et 3,50 milliards de FCFA. Celle du marché obligataire s’élève à 1 200,06 milliards

de FCFA. Le titre le plus actif est SODE CI avec 15 957 actions échangées pour 877,71 millions de FCFA de transactions.



-PARIS-Les marchés ont relevé la tête jeudi après-midi, dans un climat toujours très tendu. Ils ont récupéré un peu du terrain perdu en matinée lorsqu'ils ont semblé paniquer devant la dégradation de l'économie mondiale. La Bourse de Paris a finalement terminé en baisse limitée de 0,54% et celle de Londres a contenu ses pertes à 0,25%. Francfort est même parvenue à se hisser dans le vert en clôture (+0,13%). Les bourses des pays du sud de l'Europe, plus volatiles, ont terminé de manière plus marquée dans le rouge, Milan cédant 1,21%, Madrid 1,72%, Athènes 2,22% et Lisbonne 3,21%.
Les bourses européennes ont progressivement remonté la pente dans l'après-midi, après avoir subi des baisses très marquées dans la matinée, ressemblant à un début de panique avec des replis supérieurs à 3% sur plusieurs places. Le tout au lendemain d'une séance noire, avec de forts décrochages.
Les investisseurs semblaient donc se calmer un peu et retrouver leurs esprits. "A la mi-journée, la place a connu un mouvement de panique, avec des flux vendeur sur tout, ce qui l'a conduite à des niveaux techniques très bas. En fin de séance, le marché a un peu moins baissé", a résumé Renaud Murail, un gérant de Barclays Bourse.

Signe de la détente, l'obligation allemande à 10 ans, traditionnelle valeur refuge des investisseurs, se stabilisait après la ruée de la veille. En revanche, les taux des pays du sud de l'Europe --qui évoluent en sens inverse de la demande-- ont continué à monter.
Logiquement l'or, autre valeur refuge, se stabilisait après sa poussée du jour précédent. Les cours du pétrole, bon indicateur de l'activité future des entreprises, sont restés mal orientés.
Les indicateurs macroéconomiques américains publiés jeudi, plutôt bons, ne sont pas pour autant parvenus à dissiper l'aversion au risque des investisseurs.
Le coup de chaud de jeudi matin s'est produit sans réelle raison, si ce n'est une émission obligataire espagnole en partie ratée et une confirmation de la très faible inflation en zone euro en septembre (+0,3%).

-KOWEIT- Les bourses des monarchies du Golfe ont chuté jeudi, terminant une semaine difficile marquée par la baisse des cours du pétrole et le repli des principales places bourses mondiales sur fond de craintes pour la croissance.
Les sept bourses des riches monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont terminé la journée et la semaine dans le rouge, menées par celles de Dubaï et d'Arabie saoudite.
L'indice Saudi Tadawul a perdu 3,6% pour clore à 9.547,46 points, un plus bas en quatre mois, après avoir récupéré certaines de ses pertes lorsqu'il avait plongé en séance de plus de 5%.
L'ensemble des 15 secteurs du plus grand marché arabe étaient à la baisse, avec 151 des 161 titres cotés ayant accumulé de nouvelles pertes. Sabic, le géant de la pétrochimie, a plongé de 5,7%.
L'indice du Dubai Financial Market a perdu 4,95% pour terminer la séance à 4.270,43 points. Il a marqué un repli de 13,6% en une semaine, mais reste toujours en hausse de 26,7% par rapport à sa valeur à la fin de l'année dernière.
L'action d'Emaar, le titre phare de la bourse de Dubaï, est passée sous le seuil psychologique de 10 dirhams, alors que la firme de construction Arabtec a plongé de 8,7%.
La Bourse d'Abou Dhabi, le deuxième marché des Emirats arabes unis, a reculé de 2,3% à 4.768,10 points, et 6,1% en une semaine.
L'indice de la bourse du Qatar est tombé sous le seuil psychologique de 13.000 points pour terminer la séance à 12.942 points, cédant 3,53% pour la journée et 6,4% sur la semaine.
Le marché du Koweït, qui était stable cette semaine, a perdu 1,73% pour clore la séance à 7.410,3, alors que les deux petites bourses d'Oman et de Bahreïn ont reculé respectivement de 3,26% et de 1%.

Les sept bourses ont perdu quelque 80 milliards de dollars de leur capitalisation cumulée, qui s'établit désormais à 1.090 milliards de dollars, selon le Fonds monétaire arabe.
Les recettes pétrolières constituent près de 90% des revenus des gouvernementes des monarchies du CCG.


-MARRAKECH-L’Afrique a accompli d’importants progrès sur la voie de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), mais cette performance s’est faite de manière « inégale » et « trop lente », selon le 7ème rapport 2014 de « l’examen mutuel de l’efficacité développement en Afrique : promesses et résultats », lancé jeudi à Marrakech, lors de la 9ème édition du forum sur le développement de l’Afrique (ADF-9).
Elaboré par la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) et l'Organisation de Coopérations et de développement économique (OCDE), le rapport se veut un outil concret à l'intention des dirigeants politiques et des décideurs et porte sur l'Afrique dans son ensemble, tout en tenant compte de l'extraordinaire diversité qui caractérise le continent.
Comme les précédents, le rapport couvre quatre domaines : croissance économique durable, investissement dans le capital humain, bonne gouvernance et financement du développement.
Selon le document, la pauvreté demeure un défi de taille, le chômage massif en particulier parmi les jeunes, contribuer à creuser les inégalités et le changement climatique représente une menace grandissante pour le développement à long
terme.
L'Afrique commence à recueillir les fruits d'une amélioration continue de la gestion macroéconomique et d'une intégration accrue dans l'économie mondiale, souligne le rapport, relevant que quatre des dix économies qui ont connu la croissance la plus rapide au monde en 2013 se trouvent dans le continent.


-LAGOS-La forte demande en dollars par les concessionnaires, mercredi, a entraîné la baisse de la valeur de la monnaie nationale du Nigeria, le naira, qui a chuté de 0,24 % par rapport au dollar. La monnaie locale s'est établie à 164,58 nairas le dollar, chutant de 164.18 nairas. Elle a été fixée mardi, malgré les changes de grandes quantités de dollar par le premier producteur de pétrole au Nigeria, la compagnie pétrolière Shell.
Le dollar et les autres devises sont fortement demandées au Nigeria en raison des préoccupations liées à la chute du prix du pétrole et son impact sur l'économie nigériane qui repose essentiellement sur les recettes de la vente de pétrole brut ainsi qu'aux craintes relatives à l'issue possible de l'élection présidentielle prévue en février 2015 dans le pays.
Les concessionnaires ont attribué la forte performance du naira, lundi, à la vente de dollars par la compagnie pétrolière nationale du Nigeria, la NNPC, notant que l'effet de cette vente avait été affaibli par la hausse de la demande pour les devises.
Ils suggèrent cependant une forte intervention de la banque centrale pour soutenir la monnaie locale qui est sous pression.




Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Quris

    En Octobre, 2014 (23:22 PM)
    Giresse doit être limogé

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR