Mardi 20 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Résumé de l'actualité économique internationale du jeudi 30 octobre 2014

Single Post
Résumé de l'actualité économique internationale du jeudi 30 octobre 2014

-WASHINGTON-Les habitants des pays émergents sont considérablement plus heureux dans leur vie quotidienne qu'il y a sept ans. Du côté de l'Europe, les Britanniques et les Allemands sont parmi les plus satisfaits, indique jeudi une étude. Dans des pays émergents comme le Mexique, le Venezuela, le Vietnam, où la Chine, les gens satisfaits de leur vie personnelle sont passés en moyenne de 33% à 51%, indique une étude de l'institut de recherches américain Pew Research Center.


-GENEVE-La Suisse reste la première place mondiale en matière de banque privée. Mais elle devrait connaître ces prochaines années des taux de croissance des actifs sous gestion inférieurs à ceux de certaines places réputées plus dynamiques comme Singapour et Hong Kong. L'an dernier, les actifs sous gestion dans le secteur du private banking pour la gestion de fortune transfrontalière en Suisse se montaient à 2110 milliards de francs, a indiqué l'Association suisse des banquiers (ASB) en présentant une étude réalisée conjointement avec Boston Consulting Group.


-NEW YORK-La croissance économique aux Etats-Unis a augmenté davantage que prévu au troisième trimestre, selon la première estimation du département du Commerce publiée jeudi. Le produit intérieur brut (PIB) américain a progressé de 3,5% en rythme annualisé de juillet à septembre, alors que les analystes tablaient sur une expansion de 3%. Cela représente toutefois un ralentissement par rapport au 2e trimestre. D'avril à juin, le PIB avait gagné 4,6% après la contraction (-2,1%) du début d'année due aux conditions hivernales difficiles.


-PARIS-Après deux mois de repli, la confiance dans l'économie s'est contre toute attente redressée en octobre dans la zone euro. Elle a été soutenue par le secteur de la construction et les services. L'indice de confiance s'est établi à 100,7 points, contre 99,9 le mois précédent, selon des chiffres publiés par la Commission européenne. Il est quasiment revenu à son niveau du mois d'août (100,6).


-ABIDJAN-La BRVM a clôturé sa séance du jeudi 30 octobre 2014 en baisse par rapport à la séance précédente. L’indice BRVM 10 est passé de 254,94 à 254,29 points, soit un repli de 0,25%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a cédé 0,50% à 239,09 points contre 240,29 précédemment. La valeur des transactions s’est établie à 1,39 milliard de FCFA contre 746,97 millions de FCFA le mercredi dernier. La capitalisation boursière du marché des actions se chiffre à 5 811 milliards de FCFA. Celle du marché obligataire s’élève à 1 197,68 milliards de FCFA.

Le titre le plus actif en volume est Ecobank Transnational Incorporated TG avec 549 855 actions échangées. Le titre le plus actif en valeur est SONATEL SN avec 1,12 milliard de FCFA de transactions.



-PARIS- Les Bourses européennes ont progressé jeudi modérément et avec hésitations, les investisseurs s'interrogeant sur les chiffres de la croissance américaine après un discours plutôt rassurant de la Banque centrale américaine.
Les marchés ont suivi "la tendance aux États-Unis, en reculant d'abord avant de rebondir de nouveau alors que les investisseurs ne savent pas quoi penser d'une économie américaine en amélioration mais désormais privée de soutien" exceptionnel de la Fed, a commenté Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets UK.
La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé sans surprise qu'elle mettait un terme à son programme de rachat d'actifs, tout en laissant les taux d'intérêt inchangés, proches de zéro.


-WASHINGTON- La Grèce, qui espère s'affranchir de la tutelle internationale plus tôt que prévu, est "encore loin" de pouvoir se passer d'aide financière extérieure, a estimé jeudi le FMI, un de ses bailleurs de fonds.
"La Grèce a réalisé d'importants progrès (...) Mais les événements récents ont montré que la Grèce était encore loin de pouvoir s'appuyer exclusivement sur les marchés pour se financer", a estimé un porte-parole du Fonds monétaire international, Gerry Rice.
La Bourse d'Athènes a été récemment victime de violents plongeons et le taux de l'obligation grecque à 10 ans est monté en flèche, des turbulences attribuées par des experts aux velléités gouvernementales d'écourter la durée de vie du plan d'aide du FMI.
Sous assistance financière internationale depuis 2010 en échange d'une cure d'austérité drastique, la Grèce est placée sous la tutelle européenne jusqu'à la fin 2014 tandis que le plan du FMI doit s'achever en théorie en 2016.
Dans la perspective des élections législatives de début 2015, le gouvernement de coalition droite-socialistes d'Antonis Samaras voudrait toutefois promettre aux Grecs la fin des mesures de rigueur en s'affranchissant de la tutelle internationale en avance sur le calendrier prévu. Début octobre, la directrice générale du FMI Christine Lagarde avait estimé que la Grèce serait en "meilleure position" avec une assistance du Fonds, qui pourrait prendre la forme d'un crédit de "précaution".


-LONDRES- L'euro baissait un peu jeudi face à un dollar revigoré après des commentaires la veille de la Réserve fédérale américaine (Fed) laissant entendre qu'une hausse des taux d'intérêt américains pourrait intervenir plus tôt qu'attendu.
Vers 17H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,2624 dollar - après être tombée vers 12H25 GMT à 1,2548 dollar, son niveau le plus faible en trois semaines et demie - contre 1,2634 dollar mercredi vers 21H00 GMT. L'euro se stabilisait face à la monnaie nippone, à 137,56 yens contre 137,60 yens mercredi.
Le dollar aussi se stabilisait face à la devise japonaise, à 108,96 yens - après avoir atteint vers 12H25 GMT 109,36 yens, son plus haut niveau en trois semaines et demie - contre 108,90 yens la veille.

Comme attendu, la Banque centrale américaine a indiqué mercredi qu'elle mettait en octobre un terme à son programme exceptionnel de rachats d'actifs (bons du Trésor et titres adossés à des créances hypothécaires), citant les "solides gains" sur le marché de l'emploi. La Fed a également maintenu inchangés ses taux directeurs, aux niveaux proches de zéro où ils sont fixés depuis fin 2008.


-PARIS- Les taux d'emprunt des pays solides de la zone euro se sont détendus jeudi sur le marché obligataire, reflétant la prudence des investisseurs après des indicateurs européens moroses.
Dans ce contexte, "les investisseurs ont eu tendance à vendre des actifs risqués comme les dettes [des pays dits] périphériques pour acheter des dettes des pays les plus solides", souligne Nordine Naam, stratégiste obligataire chez Natixis.
"Les mouvements restent toutefois limités", note-t-il. A 18H00, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne a fini à 0,845%. Il avait atteint 0,898% mercredi à la clôture sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. Le taux de la France s'est établi à 1,230% (contre 1,280%).
Parmi les pays du sud de la zone euro, le taux de l'Espagne a terminé à 2,161% (contre 2,142%) et celui de l'Italie a néanmoins un peu baissé à 2,470% (contre 2,505%) après avoir un peu souffert dans la foulée des tests de résistance des banques européennes.
Le taux du Portugal est resté stable à 3,335%, tandis que celui de la Grèce a fortement progressé à 8,081% (contre 7,575%) sur fond de craintes entourant les banques en Europe du sud.
Les investisseurs ont refusé de prendre trop de risques sur le marché obligataire, refroidis par des indicateurs peu encourageants avec notamment une inflation stable en Allemagne en octobre, à 0,8% sur un an, et un taux de chômage inchangé le même mois à 6,7%.

-LONDRES- Les cours du pétrole reculaient jeudi en fin d'échanges européens, pénalisés par un rebond du dollar après la fin du programme de rachats d'actifs de la Réserve fédérale américaine (Fed), dans un marché qui reste pénalisé par une demande mondiale en berne.
Vers 17H00 GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 86,39 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 73 cents par rapport à la clôture de mercredi.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,03 dollar, à 81,17 dollars.
"Les prix du pétrole ont effacé leurs gains de la veille (...). C'est le dollar plus fort qui met sous pression les cours du pétrole", expliquaient les analystes de Commerzbank.
Le dollar a rebondi après l'annonce mercredi de la fin, en octobre et comme prévu, du programme de rachats d'actifs de la Fed.

Depuis deux ans, la Fed a injecté quelque 1600 milliards de dollars dans le système financier à travers ce troisième volet de soutien monétaire exceptionnel, ce qui pénalisait le dollar en diluant sa valeur.



-NEW YOK- Wall Street hésitait à la mi-séance jeudi, digérant le message plus ferme que prévu de la Réserve fédérale, une croissance américaine plus vigoureuse qu'escompté et des résultats en demi-teinte: le Dow Jones prenait 0,56%, aidé par Visa, mais le Nasdaq cédait 0,30%.

Vers 16H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'adjugeait 94,56 points, à 17'068,87 points, tandis que le Nasdaq reculait de 13,62 points, à 4535,60 points.
L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,05%, cédant 0,93 point, à 1981,37 points.
"C'est un peu confus aujourd'hui, il y a quelques bons résultats, comme ceux de Visa, mais les valeurs technologiques star sont à la peine... Les gens hésitent sur la direction future du marché et opte pour un certain attentisme", a commenté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.
Les investisseurs new-yorkais avançaient sans grande conviction depuis le début de la séance, mi-figue, mi-raisin au lendemain de la décision de la Réserve fédérale.


-NEW YORK- Wall Street hésitait en début de séance jeudi, l'annonce d'une croissance américaine plus forte que prévu alimentant des craintes sur un resserrement anticipé de la politique monétaire américaine: le Dow Jones prenait 0,57%, aidé par Visa, mais le Nasdaq cédait 0,11%.
Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average s'adjugeait 97,01 points, à 17.071,32 points, tandis que le Nasdaq reculait de 5,02 points, à 4.544,20 points.
L'indice élargi S&P 500 était quasi stable, cédant 0,16 point, à 1.982,14 points.

La Bourse de New York avait déjà fini légèrement sous l'équilibre mercredi, gardant son calme malgré la fin de l'aide monétaire exceptionnelle de la banque centrale des Etats-Unis (Réserve fédérale, Fed) à l'économie américaine et le ton plus ferme que prévu de son communiqué: le Dow Jones avait cédé 0,18% et le Nasdaq 0,33%.
Les investisseurs new-yorkais se réveillaient sans entrain, mi-figue, mi-raisin au lendemain de la décision de la Fed.
Comme attendu, la banque a mis un terme à son programme de rachats d'actifs, mais elle s'est aussi montrée plus optimiste sur les perspectives du marché de l'emploi américain, ont relevé les experts de Charles Schwab.
L'institution a aussi prévenu que si l'économie américaine se raffermissait, avec notamment une accélération des progrès du côté de l'inflation et de l'emploi, une première hausse des taux pourrait intervenir plus tôt que prévu.

-BERLIN- L'inflation en Allemagne est restée à son plus bas niveau depuis 2010 en octobre, à 0,8% sur un an pour le quatrième mois d'affilée, selon un chiffre provisoire publié jeudi par l'Office fédéral des statistiques, Destatis.
Il s'agit d'une légère déception par rapport aux prévisions des analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires. Ils tablaient sur une petite progression, à 0,9%.
L'inflation allemande végète à 0,8% depuis le mois d'août, lorsqu'elle avait atteint son plus bas niveau depuis février 2010. Première économie européenne, l'Allemagne a un impact sur l'inflation de l'ensemble de la zone euro, qui demeure très loin de l'objectif "inférieur mais proche de 2%" affiché par la Banque centrale européenne (BCE).

Le pays est aux prises depuis plusieurs mois avec une baisse des prix de l'énergie et une hausse très modérée de ceux de l'alimentation.
En octobre, le coût de l'énergie a poursuivi son repli, diminuant de 2,3% sur un an contre 2,2% en septembre et 1,9% en août. Les prix de l'alimentation ont échoué à amplifier leur progression: ils ont gagné 0,7% contre 0,9% en septembre.


Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Anej-fnpj-ajeb-anama

    En Octobre, 2014 (10:18 AM)
    pensez-vous qu'il soit juste que des jeunes qui ont sacrifié 10 années de leur vie afin de servir leur pays dans le domaines de l'emploi soient aujourd'hui jetés à la rue comme des malpropres

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR