Mercredi 21 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Economie

Résumé de l'actualité économique internationale du lundi 3 novembre 2014

Single Post
Résumé de l'actualité économique internationale du lundi 3 novembre 2014

-NEW YORK- Les prix du pétrole ont fini à leur plus bas niveau depuis deux ans lundi à New York, dans un marché plombé par la vigueur du dollar qui reléguait au second plan les espoirs d'une consommation énergétique solide aux Etats-Unis. Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre a reculé de 1,76 dollar, à 78,78 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Il s'agit de son plus bas niveau en clôture depuis le 28 juin 2012.

Le marché s'est nettement cassé la figure, plombé comme le reste des matières premières par le dollar fort et par des craintes sur un tassement de l'économie mondiale, particulièrement en Chine, a commenté Oliver Sloup, de iiTrader. Dopé par la perspective d'une normalisation anticipée de la politique monétaire aux États-Unis, dans un contexte de politiques encore extrêmement accommodantes ailleurs dans le monde, le billet vert grimpe en effet fortement depuis le milieu de la semaine dernière.
Lundi, il évoluait à des niveaux plus vus depuis août 2012 face à l'euro et décembre 2007 face au yen.

Un dollar plus fort décourage les acheteurs de brut munis d'autres devises, car le baril libellé dans la monnaie américaine devient plus cher pour eux.


-DOUALA-Le secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) avec le support de la facilité du Climat des affaires (BIZCLIM) en Afrique-Pacifique et Caraïbes (ACP), organise du 11 au 12 novembre 2014 à Douala, un atelier sous régional visant l’amélioration de l’environnement des affaires dans cette région du continent africain.

Cette rencontre qui verra la participation des dirigeants et des milieux d'affaires permettra de discuter et de valider les premiers résultats de l'étude diagnostique afin d'orienter l'équipe du projet. Il s'agit pour les pays de la CEEAC, de créer des conditions de compétitivité des entreprises locales, pour faire face aux enjeux de la mondialisation, ce qui suppose à terme, la mis en place d'un cadre de réflexion sur la définition d'un Programme régional pour l'amélioration de l'environnement des affaires (PRFA) qui passera notamment par la simplification des procédures.

Cette démarche découle de l'intérêt croissant de nombreux marchés en développement et émergents pour la création des richesses au sein des communautés locales ainsi que le vent de réformes dans le monde des affaires à travers la planète.


-PARIS- Les Bourses européennes ont terminé en baisse en raison d'indicateurs contrastés en Europe et aux Etats-Unis, à l'entame d'une semaine très chargée.
"Le marché ne poursuit pas la hausse entamée vendredi malgré l'action de la BOJ", relève Guillaume Garabédian, un conseiller de gestion chez Meeschaert Gestion Privée, qui souligne que "les banquiers centraux ont du mal à propulser les cours sur des plus hauts".

"Le marché est nerveux et a du mal à tenir le rebond", poursuit-il. "Pour aller plus haut il faut une amélioration de la macroéconomie", avec des investisseurs de plus en plus attentifs aux indicateurs, indique-t-il.
Aux Etats-Unis, les dépenses de construction ont de nouveau reculé en septembre, tandis que l'activité dans le secteur manufacturier a augmenté plus que prévu en octobre. En zone euro, le secteur manufacturier a continué à stagner en octobre.


-DOUALA-Le Cameroun et le Gabon sont présents sur le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) qui abrite pour la première fois depuis son lancement en décembre 2011, deux séances d’adjudication sur des titres émis le même jour par deux pays différents. Les deux Etats qui se positionnent comme les principaux animateurs de ce marché des capitaux tenteront de mobiliser chacun 10 milliards de francs CFA, par émission de Bons du Trésor assimilables (BTA) à treize semaines pour le Gabon et à vingt-six semaines pour le Cameroun.
La tâche s'annonce rude d'autant que 9 des 11 banques agréées comme Spécialistes en valeur du Trésor (SVT) par le Gabon figurent aussi parmi les 13 SVT agréés pour la même opération par le Cameroun.
Sur la base des performances antérieures des deux pays sur ce marché, les titres camerounais sont généralement mieux cotés que ceux du Gabon et cela pourrait encore se vérifier lors de l'opération en cours, car officiellement, 85 pour cent des souscriptions aux titres émis sur ce marché proviennent des institutions ou des opérateurs économiques camerounais.
Le Cameroun revendique un peu plus de 40 pour cent du tissu économique de la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale) devant le Gabon.


-DOUALA-La Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) a retiré le visa à la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) dans le cadre de l’opération d’emprunt obligataire par appel public à l’épargne ‘’BDEAC 4,5 pour cent brut 2014-2021’’. Cette décision est motivée par ‘'l'absence d'actes matérialisant le placement des titres dans la sous région'' de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC).
D'après le régulateur, la BDEAC qui a introduit une demande de visa le 13 février 2014 ‘'pour pouvoir procéder à l'émission d'un emprunt obligataire par appel public à l'épargne dénommé +BDEAC 4,5 pour cent brut 2014-2021+'' d'un montant de 35 milliards de francs CFA, n'a pas matérialisé cette demande à la date impartie.
Par ailleurs, ‘'l'absence d'une demande de prorogation de la période de souscription par l'émetteur auprès de la COSUMAF'' constitue l'une des raisons de ce retrait.
Le communiqué de la COSUMAF signé de son président Rafael Tung Nsue précise que ce retrait du visa entraîne d'office ‘'l'annulation de l'opération de l'emprunt obligataire correspondante'' et que ‘'la BDEAC est autorisée sous réserve de la mise à jour des informations juridiques, économiques et financières à soumettre un nouveau document d'information visa à la COSUMAF''.


-ABIDJAN-La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) a clôturé sa séance du lundi 3 novembre 2014 en hausse par rapport à la séance précédente. L’indice BRVM 10 est passé de 254,59 à 255,03 points, soit une progression de 0,17%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a cédé 0,25% à 237,81 points contre 238,40 précédemment.

La valeur des transactions s’est établie à 810,07 millions de FCFA contre 193,27 millions de FCFA, vendredi. La capitalisation boursière du marché des actions se chiffre à 5779,90 milliards de FCFA. Celle du marché obligataire s’élève à 1 197,68 milliards de FCFA. Le titre le plus actif en volume est Ecobank Transnational Incorporated TG avec 79 124 actions échangées. Le titre le plus actif en valeur est SONATEL SN avec 469,79 millions de FCFA de transactions.


-NEW YORK- Wall Street évoluait sans direction lundi à la mi-séance, reprenant son souffle après avoir atteint de nouveaux sommets vendredi et restant sur ses gardes avant des élections législatives aux Etats-Unis: le Dow Jones cédait 0,14% mais le Nasdaq prenait 0,34%. Vers 17H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average reculait de 24,31 points, à 17'366,21 points, tandis que le Nasdaq avançait de 15,80 points, à 4646,54 points. L'indice élargi S&P 500 grignotait 0,07%, ou 1,51 point, à 2019,56 points.
La Bourse new-yorkaise avait emmené le Dow Jones et le S&P 500 à des niveaux record vendredi, dopée par de bons indicateurs américains et des mesures de relance monétaire au Japon.
"Ce n'est pas un jour très excitant aujourd'hui sur le marché mais cela n'a rien d'étonnant: il faut digérer les derniers sommets" atteints par les indices new-yorkais en fin de semaine dernière, a expliqué Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.


Les indicateurs parus de par le monde n'aidaient pas à trouver une direction.
Aux Etats-Unis, si l'activité dans le secteur manufacturier a augmenté plus que prévu en octobre, dans l'immobilier, les dépenses de construction ont reculé en septembre pour le deuxième mois consécutif, surprenant les analystes qui tablaient sur un rebond.
Outre-Atlantique, le secteur manufacturier de la zone euro a continué à stagner en octobre, et en Chine, l'indice PMI d'activité publié par HSBC montre que la croissance de la production manufacturière chinoise a peu progressé par rapport à septembre.
Les investisseurs s'armaient par ailleurs de prudence avant les élections législatives de mi-mandat mardi aux Etats-Unis.


-PARIS- Les taux d'emprunt des pays du sud de l'Europe ont enregistré des tensions lundi, faisant les frais d'indicateurs d'activité manufacturière en zone euro toujours en stagnation.
"Les pays du sud de l'Europe remontent après la publication de données conjoncturelles qui confirment que le climat reste maussade", a souligné Patrick Jacq, stratégiste obligataire de BNP Paribas. Le secteur manufacturier a en effet continué à stagner en octobre dans la zone euro, une mauvaise nouvelle pour la croissance, malgré un redressement de l'Allemagne et avec d'importantes disparités entre les différents pays de la zone.
"Et comme il n'est pas certain que la Banque centrale européenne pourrait annoncer plus ou mieux dès cette semaine en matière de rachat de dette", cela joue aussi en défaveur des pays les plus fragiles, a-t-il poursuivi. La BCE tient jeudi sa réunion mensuelle de politique monétaire, suivie comme toujours d'une conférence de presse de son président, l'Italien Mario Draghi.
Par ailleurs, le geste supplémentaire annoncé par la Banque du Japon "favorise plus les pays les plus solides car ce sont des investisseurs qui cherchent en général des actifs de très bonne qualité", a-t-il également noté.
"Il y a donc une hiérarchie qui se met en place, le tout dans des volumes étroits", avec un impact "négatif" sur les pays du sud et "peu d'appétit pour le risque", selon lui.
A 18H00, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne a légèrement progressé à 0,853%, contre 0,841% vendredi à la clôture sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.
La situation a été similaire pour celui de la France à 1,212% contre 1,182%.
Le rendement à 10 ans de l'Espagne est quant à lui nettement remonté à 2,143% contre 2,076%, tout comme celui de l'Italie à 2,414% contre 2,348%.
En dehors de la zone euro, le taux britannique à 10 ans a progressé à 2,655% contre 2,642% vendredi. Aux États-Unis, le taux à 10 ans remontait légèrement à 2,365% contre 2,335% vendredi, tout comme celui à 30 ans à 3,085% contre 3,066% la veille. Le taux à 2 ans évoluait à 0,517% contre 0,491%. Dans le pays, les dépenses de construction ont de nouveau reculé en septembre, surprenant les analystes, tandis que l'activité dans le secteur manufacturier a augmenté plus que prévu en octobre.

Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Trt

    En Novembre, 2014 (00:34 AM)
    1er soleil geant rouge aldebaran nord, 2em soleil notre soleil l est 3eme soleil hr5171 batise MS 2171 au sud elle est 5pour cent plus grand que notre soleil actuel elle est aux sud nos 3soleils de notre galaxie et 21planetes habitables et pleins de ressources des minerais et pierres pressieuses et energies propres gazs et petroles nouvelles generations une surprises de tailles dans les plantes les 14bras voie lactee  :sn: fin trt :love: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR