Jeudi 09 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

Résumé de l’actualité économique internationale du mardi 3 février 2015

Single Post
Résumé de l’actualité économique internationale du mardi 3 février 2015

-ATHENES- Il existe plusieurs moyens techniques d'effacer la dette grecque, dont font partie les dernières propositions du ministre des Finances Yanis Varoufakis, et il n'y a pas de revirement du gouvernement sur le sujet, a affirmé mardi le porte-parole du gouvernement grec Gabriel Sakellaridis.

La notion d'effacement de la dette a été mise en avant par le parti de gauche Syriza durant toute la campagne pour les législatives, qu'il a remportées le 25 janvier. Si le terme sous-entend une annulation pure et simple d'une partie des sommes dues, Syriza n'avait pas précisé les moyens pour y arriver.
Nous n'avons pas fait de culbute sur la question de la dette, a affirmé le porte-parole sur la chaîne de télévision Antenna. Le gouvernement a une position constante qui consiste à dire que la dette grecque n'est pas viable et que pour cette raison, son annulation est nécessaire. Quand nous disons annulation, cela peut se faire à travers plusieurs moyens techniques, a-t-il ajouté. L'une de ces solutions techniques est celle qu'a présentée M. Varoufakis hier aux investisseurs britanniques. La formule évoquée lundi par le ministre des Finances, et rapportée par le quotidien britannique des affaires Financial Times, consisterait en montage sophistiqué d'échanges de titres, et non pas en un effacement pur et simple d'une partie de la dette. Ce qui nous importe en ce moment c'est de rendre cette dette viable, de redonner de l'air au peuple grec, a insisté Gabriel Sakellaridis, en réponse aux critiques reprochant au gouvernement de changer son fusil d'épaule.




-NEW YORK- Pour la troisième séance de suite, le pétrole a fortement monté mardi à Londres et New York, atteignant son plus haut niveau de l'année et profitant d'un accès de faiblesse du dollar et d'éléments jugés encourageants sur une baisse de l'offre.

Le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars a pris 3,48 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), à 53,05 dollars, un niveau que le contrat de référence n'avait plus atteint en clôture depuis le 31 décembre.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a fini à 57,91 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 3,16 dollars par rapport à la clôture de lundi, et à un niveau record depuis le 30 décembre.
A New York, les prix du pétrole ont gagné 8,53 dollars, soit près de 20%, depuis le début de leur rebond vendredi, qui a notamment suivi l'annonce d'une chute hebdomadaire plus forte que prévu du nombre de plates-formes pétrolières en activité aux Etats-Unis.
En plus de ce déclin, de nombreux éléments sont en jeu, a jugé Phil Flynn, de Price Futures Group. On continue d'annoncer des réductions d'investissements dans l'industrie, avec BP aujourd'hui, et j'ai rarement vu une chute aussi rapide des dépenses dans le secteur.
Les groupes pétroliers britanniques BP et BG sont les derniers en date à annoncer une baisse de leurs investissements, après les américains Chevron, ExxonMobil et ConocoPhillips, le français Total et l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, qui ont tous fait des annonces en ce sens lors des derniers jours.



-OUAGADOUGOU-Le gouvernement burkinabé veut enclencher une nouvelle dynamique de la gouvernance économique sous la transition, a-t-on appris mardi auprès du ministère de l’économie et des finances.


Dans ce cadre, le gouvernement, à travers l'Autorité supérieure de contrôle d'Etat (ASCE), a décidé de mener des investigations dans les différents ministères afin de faire la lumière sur les irrégularités commises. « Tous les responsables des départements ministériels impliqués dans des cas de malversations rendront tout simplement des comptes ».
Ainsi, des instructions fermes ont été données par le gouvernement pour que « tous les rapports des structures de contrôle soient désormais suivis d'effets, conformément aux textes en vigueur ».
De même, le gouvernement de la transition indique avoir pris des mesures et des initiatives, au niveau national et international, pour le rapatriement des biens mal acquis ».
Dans le domaine de la gestion des biens publics et des marchés publics, le gouvernement ambitionne d'asseoir également une nouvelle gouvernance, avec la suppression des situations de monopoles et le renforcement de la transparence dans la passation des marchés.



-NEW YORK- L'industrie automobile américaine a démarré l'année sur de bons rails, grâce au pétrole bon marché et à l'amélioration de la conjoncture, qui font affluer les consommateurs chez les concessionnaires.
Environ 1,16 million de véhicules devraient être avoir été vendus lors du premier mois de l'année, en hausse de 14,4% sur un an, selon le cabinet spécialisé Edmunds.com. Les chiffres officiels sont attendus dans la journée. Les trois principaux groupes automobiles américains, le "Big Three", ont renoué en janvier, mois considéré comme le plus mou parce qu'il suit la saison des fêtes de fin d'année, avec leurs niveaux de ventes d'avant la crise. Considéré comme l'un des baromètres de l'économie américaine, GM a vu ses ventes progresser de 18,3% en janvier par rapport au même mois de l'année précédente, grâce notamment à la bonne tenue de ses marques GMC et Chevrolet.Le groupe de Detroit (nord-est) a vendu au total sur le mois 202'786 véhicules et se permet même de dépasser nettement les 200'062 unités qui étaient anticipées par Edmunds.com. Cette bonne santé repose sur les marques Chevrolet (+20%) et GMC (+28,6%). La marque de luxe Cadillac, en pleine restructuration, a vu ses ventes progresser de 2,6% sur un an.
"Les consommateurs ont confiance parce que le chômage baisse, l'économie croît et les prix de l'essence sont bas", explique Kurt McNeil, vice-président en charge des ventes chez GM.


-DAKAR-Le taux d'inflation, en glissement annuel, est ressorti nul à fin novembre 2014 alors qu’il était stable par rapport au mois d’octobre 2014 dans l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).


La stabilité du niveau général des prix à la consommation de l'UEMOA, au cours des derniers mois, est expliquée par « la compensation de la baisse des prix des produits alimentaires et des carburants dans certains pays, par l'augmentation des tarifs de l'eau et de l'électricité dans d'autres Etats membres », selon un communiqué la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) à Dakar. Les prix des produits alimentaires, notamment les céréales locales et les produits importés tels que le riz, le blé et le sucre ont ainsi continué de se replier.
En outre, signale l'institut d'émission, le recul des cours mondiaux du pétrole brut a été répercuté sur les prix à la pompe au Bénin, en Côte d'Ivoire et au Mali. En revanche, il a été enregistré une augmentation des tarifs de l'électricité au Mali et de l'eau courante au Burkina, décidée dans le cadre de nouvelles politiques tarifaires en la matière dans ces pays.
La BCEAO a également fait mention d'un renchérissement des matériaux de construction en Côte d'Ivoire ainsi que des services du logement dans ce pays en rapport avec l'augmentation du SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) de 64%.




-ABIDJAN-La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) et le Fonds de garantie africain (AGF) ont signé, mardi, au siège de la bourse, une convention de partenariat pour le financement des Petites et moyennes entreprises (PME).


Ce sont MM. Edoh Kossi Amenounvé, Directeur général de la BRVM et Félix Bikpo Directeur général de l'AGF qui ont paraphé les documents scellant ce partenariat en vue de mutualiser leurs expériences et mettre en synergie leurs compétences pour accompagner les PME et les entreprises à fort potentialité de croissance dans la recherche de leur financement.
Pour M. Amenounvé, cette convention permettra à son institution de ‘'bénéficier de l'offre de produits d'un Fonds de garantie de stature africaine dans le cadre de la mise en œuvre de solutions innovantes pour le financement des PME par le marché''.
‘'L'appui de l'AGF contribuera à faciliter l'accès des PME au marché financier régional'' s'est-il réjoui, ajoutant que ‘'le fonds est disposé à accompagner ces petites entreprises afin qu'elles jouent pleinement leur rôle de pourvoyeurs d'emplois''.
Pour sa part, M. Bikpo a réaffirmé l'engagement de sa structure à accompagner la place boursière de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) dans la ‘'recherche des solutions au financement des PME''.



-KINSHASA-La tendance baissière du cours du cuivre s’est élargie au niveau des autres matières premières essentiellement exportées par la République démocratique du Congo (RDC), selon les statistiques livrées par le gouvernement à l’issue de sa réunion restreinte tenue lundi à Kinshasa sous la direction du Premier ministre Augustin Matata Ponyo.


Au 29 janvier 2015, indique le gouvernement dans un communiqué dont APA a pu obtenir une copie mardi, la tonne métrique du cuivre s'est négociée à 5.485,00 USD contre 5.741,00 USD, enregistrant une baisse de 4,46%. Le prix du cobalt est passé de 31.818,15, son niveau de la semaine précédente, à 31.752,00 USD, soit une baisse de 0,21%. Quant à l'or, il a perdu 0,21% de sa valeur ; l'once étant vendue à 1.271,35 USD contre 1.291,15 USD.
Concernant l'évolution du cours du pétrole, la semaine sous analyse a vu se relever timidement les prix du baril, note la source qui relève qu à Londres, le baril est passé de 48,63% au 23 janvier 2015 à 52,61 au 30 janvier 2015 (8,2%). Sur le marché new-yorkais, le baril s'est négocié à 47,77 USD contre 45,39 USD une semaine avant (5,24%).
Au 29 janvier 2015, les prix de principaux produits céréaliers, ont tous poursuivi leur tendance baissière. En effet, leurs prix se présentaient comme suit : 10,86 USD (-3,47%) pour le riz; 507,75 USD (-5,97%) pour le blé; et 136,58 USD (-3,63%) pour le maïs.



-ABIDJAN-Les indices de référence de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), ont clôturé la séance de bourse du mardi 3 février 2015 en baisse pour le BRVM 10 et en hausse pour le BRVM Composite. L’indice BRVM 10 est passé de 259,10 à 258,74 points,

soit un repli de 0,14%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a gagné 0,04% à 251,84 points contre 251,75 précédemment. La valeur des transactions s’est établie à 1,15 milliard de FCFA contre 343,06 millions de FCFA, hier lundi. La capitalisation boursière du marché des actions se chiffre à 6166,91 milliards de FCFA. Celle du marché obligataire s’élève à 1 137,71 milliards de FCFA. Le titre le plus actif en volume est Ecobank Transnational Incorporated TG avec 417 884 actions échangées. Le titre le plus actif en valeur est Bank Of Africa NIGER avec 476,24 millions de FCFA de transactions.



-PARIS- Le taux d'emprunt à 10 ans de la Grèce a connu mardi une nette détente, profitant comme la Bourse d'Athènes, de la meilleure tournure prise par les tractations autour de la dette du pays.

L'offensive diplomatique menée par le gouvernement grec visant à rallier des soutiens pour renégocier la dette de plus de 300 milliards d'euros (près de 175% du PIB) du pays avec la zone euro, est perçue de plus en plus positivement par les investisseurs qui craignaient l'intransigeance des nouveaux élus. Le fait que le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, en tournée européenne, évoque dans le Financial Times "un programme d'échange de dettes" incluant des obligations indexées sur la croissance a alimenté l'optimisme.
"L'annonce d'une possible restructuration a vraiment soulagé le secteur bancaire", une nouvelle qui s'est abord répercutée sur la Bourse, puis sur le secteur du crédit avant d'atteindre la dette souveraine, a relevé Olivier de Larouzière, directeur gestion taux d'intérêts de Natixis Asset Management. "Pour autant il n'y a pas vraiment de flux acheteur, il s'agit surtout d'un repositionnement du marché, car la dette grecque n'est pas très liquide" et "cette consolidation intervient après une très forte détérioration", a-t-il poursuivi.

"La toile de fond reste délicate, notamment du point de vue bancaire puisque trois banques grecques ont eu recours au fond d'urgence et qu'il y a beaucoup de retraits de clients, mais comme le gouvernement est en train de négocier, c'est une bonne nouvelle pour les détenteurs de dette grecque", a-t-il développé.


liiiiiiiaffaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email