Mercredi 08 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

UEMOA: les Etats invités à ‘’poursuivre l’assainissement de leurs finances publiques’’

Single Post
UEMOA: les Etats invités à ‘’poursuivre l’assainissement de leurs finances publiques’’

Le Conseil des ministres de l’Union économique  et monétaire Ouest africaine (UEMOA) a invité ses États membres à  « ’poursuivre leurs efforts d’assainissement des finances publiques »’  afin de ramener le déficit budgétaire à 3,0% du PIB en 2019 comme prévu  dans le Pacte de convergence, de stabilité, de croissance et  de solidarité entre les États membres de l’UEMOA. 
Le Conseil des ministres, dont la troisième session ordinaire s’est  ouverte à Dakar mercredi, exhorte aussi ses membres à « ’se doter de  marges budgétaires permettant de se prémunir contre d’éventuels chocs  exogènes »’, selon le communiqué final de la rencontre. 
Le texte souligne que les ministres ont relevé que certains risques  pouvant peser sur les perspectives de croissance des pays de la zone  pour l’année 2015 demeurent encore.
Ils ont, par ailleurs, recommandé aux États de poursuivre la mise en  œuvre des mesures visant l’amélioration de l’environnement des affaires  et l’attractivité des économies de l’Union, afin de créer les conditions pour un développement harmonieux de l’investissement privé. 

À cet effet, le Conseil invite les États membres qui ne l’ont pas  encore fait, à « ’prendre les dispositions nécessaires pour intégrer dans leur ordre juridique interne, l’ensemble des textes communautaires  adoptés pour la mise en place des Bureaux d’Information sur le Crédit »’.
Le Conseil des ministres, présidé par le ministre nigérien de  l’Économie et des Finances Saïdou Sidibé, a également examiné et adopté  une décision relative à la compensation et au règlement en francs CFA de  toutes les transactions monétiques impliquant un émetteur et un  acquéreur installés dans l’UEMOA. 
Les ministres ont en outre autorisé l’adhésion de la Banque centrale à  l’Alliance pour l’inclusion financière (AFI) et ont encouragé les États à participer à cette instance, en qualité de membres associés, selon le  communiqué final.

L’objectif de l’AFI est d’offrir une plateforme d’échanges à ses  membres pour partager leurs expériences et développer des politiques  appropriées en matière de finance inclusive, précise le texte.
Sur proposition de la Banque centrale, le Conseil a adopté un  dispositif de soutien au financement des PME/PMI dans l’Union. 
L’objectif de ce dispositif est de créer une masse critique de petites  et moyennes entreprises performantes, en vue d’augmenter la contribution de cette catégorie d’entreprises à la création de richesses et à la  lutte contre le chômage.
Au titre de la BCEAO, relève le communiqué, le Conseil a examiné la  situation économique et monétaire récente de l’Union avec une « ’bonne  tenue de l’activité économique durant le deuxième trimestre 2015 ainsi  que des perspectives économiques favorables dans les États membres pour  le reste de l’année 2015’’. 
En effet, souligne le texte, »’le taux de croissance du Produit  intérieur brut (PIB) en termes réels est estimé à 6,9% au deuxième  trimestre 2015, en glissement annuel, après 6,0% au trimestre  précédent »’.
Les projections pour l’année 2015 laissent entrevoir une croissance  robuste avec une progression de 6,7% du PIB réel, après 6,5% en 2014, à la faveur du dynamisme de l’ensemble des secteurs d’activité.
La troisième session ordinaire du Conseil des ministres statutaire de  l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) s’est ouverte  mardi, au siège de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest  (BCEAO) à Dakar, en vue d’analyser le rapport portant sur la situation  économique dans l’Union au 30 juin 2015.


ADL/ASG


liiiiiiiaffaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2015 (18:38 PM)
    Ils nous ont encore sacrifie avec cette politique monetaire et fiscale qui n'a pas de sens.

    Ces objectifs d'inflation de 2-3% peuvent aller pour des pays deja developes,et qui ne sont pas en recession.

    La BECEAO est entrain de mener une politqie monetaire a l'image de la Banque Centrale Europeene,et surtout en faveur du trsor Francais.

    Nous populations pauvres d'Afrique on ne s'y retrouvent pas.

    Le statu-quo continue,et l'annee rpochaine on aura encore plus de pauvres.

    Les programmes comme le PSE,on le voit ne sont que des leurres electoraux...

    La vrai politique economique de developement qu'il faut aujourd'hui,dans les conditions de notre climat serait d'injecter du credit dans l'economie et de desarrimer le CFA a l'Euro.

    C'est une erreur politique de donner a la BECEAO une independance totale de decider de la Politique monetaire.

    Nos gouvernment, se retrouvent aujourd'hui avec une seule arme: La Polique Fiscale.C'est pourquoi la Douane et le les Impots et Domaines asphyxie l'economie.

    Il ne leur reste qu'a confisquer tout ce qui leur passe sous le nez.
    • Auteur

      Ibou

      En Octobre, 2015 (21:16 PM)
      pertinent !
      la bceao mène l'opposé de la politique qu'elle devrait mener.
      l'absence de souveraineté monétaire sclerose nos économies et nous condamne à un sous développement chronique.
      une politique de crédit agressive est l'ingrédient indispensable à une stratégie de croissance accélérée .... l'europe, les usa se sont développés à credit ! oui disons le vulgairement ... pourquoi nous priver des recettes qui ont marché ailleurs . oui ce mimétisme de la bceao par rapport à la bce est catastrophique pour nos économies.

      a quand des dirigeants africains suffisamment courageux/compétents/visionnaires/indépendants pour corriger le tir ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email