Lundi 17 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

UN ÉCONOMISTE MET EN EXERGUE LES AVANTAGES DE LA FINANCE ISLAMIQUE

Single Post
UN ÉCONOMISTE MET EN EXERGUE LES AVANTAGES DE LA FINANCE ISLAMIQUE

L’économiste Mouhamadou Al Amine Gueye a invité les musulmans à recourir à la finance islamique qui, selon lui, comporte beaucoup d’avantages par rapport à la finance classique.

’’Le modèle de la finance islamique, différent du fonctionnement de la finance classique, s’inspire de la charia islamique et des recommandations l’islam par rapport à l’acquisition et l’utilisation des biens’’, a-t-il dit. 

 M Gueye, chercheur en finance islamique, s’exprimait, samedi, lors d’une conférence religieuse sur le thème : ’’La finance islamique : un outil efficace pour la gestion de nos ressources’’.

’’La banque islamique ne fait pas de prêt d’argent liquide, mais permet à sa clientèle de bénéficier de prêt d’argent pour financer une activité génératrice de revenu. À l’arrivée, la banque partage les bénéfices obtenues de l’activité avec le client dans les règles définies par l’islam’’, a-t-il expliqué. 

 Les banques islamiques donnent la possibilité à leurs clients de faire l’épargne, mais aussi de bénéficier de prêts pour des équipements, sans payer d’intérêts, a-t-il ajouté.

Le conférencier a relevé un manque d’information des citoyens sur la finance islamique.

’’L’opinion n’est pas bien informée et sensibilisée sur les bienfaits de la finance islamique, mais malgré tout, le modèle commence à faire timidement ses pas au Sénégal’’, a-t-il souligné.

Le Sénégal, selon lui, occupe la première place en Afrique de l’ouest en matière de finance islamique.

Le gouvernement, a-t-il souligné, a pris en compte ce modèle dans sa politique économique , ’’ce qui est très salutaire’’.

liiiiiiiaffaire_de_malade

5 Commentaires

  1. Auteur

    Citoyen

    En Juillet, 2015 (15:13 PM)
    ON N'EXPLIQUE PAS ASSEZ LA FINANCE ISLAMIQUE. :frustre:  :frustre: 

    ET POURTANT C'EST INTERESSANT.  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
  2. Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (16:56 PM)
    Combien de banques islamiques y aurait-il au Sénégal, et dans quelles zones seraient-elles situées ?
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2015 (18:34 PM)
      la finance islamique est appliquée au sénégal par la banque islamique du sénégal (bis). il y en a à dakar, thiès, touba au moins. qu'allah en fasse la promotion!
    Auteur

    Bathie

    En Juillet, 2015 (20:37 PM)
    c'est le seul système financier capable de réaliser le développement économique de l'Afrique en luttant contre le chômage et la pauvreté. dommage que nos dirigeants ne sont que des marionnettes à la solde des occidentaux. ils sont adeptes à la mendicité déguisée et ils protègent les intérêts de leurs maîtres. ils sont incapables de poser des jalons pour le futur et le meilleur de notre cher Afrique.

    dommage aussi que nous, la population africaine, avons épousé les tares de la population occidentale. nous avons délaissé notre solidarité contre l'individualisme, l'égocentrisme, l'égoïsme occidental.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2015 (21:33 PM)
      pourquoi donc l'argent arabe est-il gardé dans le système classique en occident, bien au chaud, dans des investissements juteux et côtés en bourse qui, à ma connaissance, ne respectent les règles de la finance isamique. prudence. .
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (22:04 PM)
    Mes chers compatriotes

    ces banques dites islamiques appliquent un taux d interets superieur aux banques normales et en plus j ai essayer a 3 reprises une fois au niger avec une banque islamique et dites vous le taux d interet d'un pret de 5.000.000 etait a 27 %, en Mauritanie une banque islamique fait le taux a 31% au senegal c est moins a peu pres 25%.

    La technique utilisee est simple, vous voullez 50.000.000 fc de pret, je vais vous donner ce pret mais vous devez acheter des cartes oranges de valeur 50.000.000 fc d un laron, que la banque va prendre ces cartes et les remettre au monsieur a la valeur de 41.000.000, calculer les frais et surtout le payment n est pas degressive, si vous devez payer le credit a chaque mois 3.000.000 fc c'est les 3000 000 jusqu a la fin du credit et si vous decider de payer une seule fois ce credit ca sera les les 50 millions plus le manque a gagner des cartes 9 millions et l 'interet a peu pres 29%.

    Donc, c'est faux il n y a rien dIslamique dans ces banques. Toute banque est destinee a faire de l argent sur le dos des clients, ces banques ne sont rien d autres que des mercantilistes .

    C est malheureux au senegal, nous croyons a tout ce qui est tinte de l islam, mais mefiance

    wa salam
    • Auteur

      Imposteur

      En Juillet, 2015 (10:22 AM)
      monsieur taux de 31% au niger et 25% au senegal , sauf le respect que je vous dois, vous étés un affabulateur, la bceao ne laisserait jamais de tels taux être pratiqués dans l'espace umoa. je crois que vous voulez seulement dénigrer gratuitement ces banques islamiques. en plus l’opération dont vous parlez sur les cartes ( peut-etre le tawwaroukh) n'est pratiquée ni au niger ni au senegal. merci d'approfondir vos recherches sur le sujet , il est intéressant mais parfois complexe.
    • Auteur

      Asc

      En Juillet, 2015 (10:15 AM)
      permettez-moi de réagir au commentaire ci-contre d’un anonyme.
      tout d’abord, il faut préciser que le fait générateur de l’intérêt est le prêt de liquidité, au sens de l’islam. donc, quand une structure de finance islamique intervient entre un fournisseur de biens et un client, c’est en vue de réaliser une marge commercial ; d’ailleurs cela a valu aux acteurs de la finance islamique d’être taxés de commerçants (c’est assez illustratif). cela n’est pas étonnant car allah (swt) dit qu’il a rendu licite le commerce et interdit l’usure. il est évident que la frontière entre le commerce et le prêt d’argent à intérêt ou usure (on ne parle d’usure en finance classique que quand le taux appliqué par les banques commerciales est supérieur ou égal à 2 fois le taux directeur de la banque centrale).
      en ce qui concerne la finance classique, le taux affiché n’est illustratif que quand on s’intéresse à la somme des intérêts à la fin de la période de prêt. en effet, les taux d’intérêts, au-delà d’un an, produisent eux même des intérêts : on parle d’intérêts composés. pour être plus clair, la valeur de l’intérêt supporté (ou coût réel) rapportée à la valeur principale du prêt n’a rien à avoir avec le taux affiché au moment du prêt ; il dépasse de loin les pourcentages de marge commerciale de la finance islamique qui semblent vous inquiéter. par ailleurs, il est démontré que dans le secteur de l’habitat que les taux réels de remboursement s’établissent à environ 100% (ils ne communiqueront jamais sur cet aspect de l’intérêt).
      les dangers de l’intérêt ne sont plus à démontrer avec l’insupportable l’encours de la dette des pays du tiers qui a valu le discours mémorable du visionnaire, patriote, révolutionnaire, courageux et panafricaniste thomas sankara à la tribune des nations unies dans les années 80 ; le même problème a été soulevé par le président wade dans les années 2000.
      la vérité est que la finance classique a fini de démontrer ses limites avec la crise de 2008 qui n’a épargné que les économies déconnectées des spéculations boursières ou pratiquant majoritairement la finance islamique (avis d’éminents spécialistes de la finance moderne) ; ce qui avait fait dire au président américain que l’économie classique doit être repensée.
      une étude concernant les banques ouest africaines ne disait-elle pas que les banques sénégalaises n’étaient pas des banques de développement (allez demander au jeunes entrepreneurs, ils vous diront que les banques ne prêtent qu’à ceux qui n’en ont pas besoin ; il ne faut surtout pas essayer de prendre l’opinion des associations de consommateurs de produits bancaires parce que banques leurs interdisent d’exister).
      merci de faire de recherches et de demander l’avis des savants et des spécialistes de la finance islamique avant de s’aventurer à contredire sans fondements des thèses bien établies et qui sont en train de faire leurs preuves un peu partout dans le monde.
    Auteur

    Anonyme

    En Juillet, 2015 (05:59 AM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email