Mardi 17 Mai, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Economie

Une croissance africaine solide en perspective sur fond d'inégalités (Africa's Pulse)

Single Post
Une croissance africaine solide en perspective sur fond d'inégalités (Africa's Pulse)

La croissance économique en Afrique subsaharienne demeure solide et devrait s'établir à 4,9 % en 2013 pour atteindre 5,3 % en 2014 et 5,5 % en 2015, même si les inégalités demeurent, selon les prévisions d'Africa's Pulse, une publication de la Banque mondiale (BM)."Près d'un tiers des pays de la région affichent une croissance de 6 % ou plus et il est désormais courant de voir des pays africains figurer parmi les pays dont la croissance est la plus rapide au monde, selon la nouvelle édition d’Africa's Pulse, une analyse des enjeux façonnant les perspectives économiques de l'Afrique publiée deux fois par an par la Banque mondiale", indique une note transmise à l'APS. 

Le document relève que "soutenue par une augmentation des investissements privés dans la région et par des envois de fonds qui gonflent les revenus des ménages et représentent désormais 33 milliards de dollars par an, la croissance du produit intérieur brut (PIB) en Afrique se poursuivra pour s'établir à 5,3 % en 2014 et à 5,5 % en 2015". Les taux de croissance vont dans le même temps continuer en Afrique, "la région étant de plus en plus prisée pour les investissements et le tourisme". Africa's Pulse "note que la pauvreté et les inégalités y demeurent +à un niveau inacceptable, tout comme l'est la lenteur des progrès accomplis en vue de leur réduction+", mentionne la même note. 

"Près d'un Africain sur deux vit dans la pauvreté extrême aujourd'hui. D'un point de vue optimiste, ce taux devrait baisser pour se situer entre 16 % et 30 % d'ici 2030. Le rapport souligne que, d'ici 2030, la majorité des pauvres du monde vivront en Afrique", précise le document. "Si soutenir la croissance sur le long terme permettrait de réduire de manière significative la pauvreté, ainsi qu'à la population de mieux résister face à l'adversité, cet objectif ne sera pas facile à atteindre étant donné les risques internes et externes auxquels les pays d'Afrique restent confrontés", a déclaré Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique.

 "La récurrence de désastres naturels tels que la sécheresse et les inondations ainsi que la persistance de conflits (comme ceux qui ont récemment affecté la République centrafricaine et le Mali), illustrent la nécessité de combiner les efforts de paix et de développement", a-t-il dit. Selon lui, "c'est pourquoi la Banque mondiale s'est engagée, en mai dernier, à investir 1 milliard de dollars pour apporter paix et développement à la région des Grands Lacs en améliorant l'accès à l'éducation, la santé, l'emploi, l'électricité et en favorisant le commerce intra-régional (…)". 

De l'avis de Africa's Pusle, "la croissance grandissante de l'Afrique est soutenue par de solides investissements privés. La formation brute de capital fixe dans la région a augmenté de manière continue, passant d'environ 16,4 % du PIB en 2000 à environ 20,4 % en 2011". La note de la Banque mondiale souligne que cette augmentation des investissements "a directement contribué à la croissance économique et a aussi contribué à accroître la capacité de production de l'économie de la région". Les destinations touristiques continuent d'avoir le vent en poupe dans l'ensemble de Afrique où les entrées de touristes ont augmenté de 4 % par rapport à la même période l'année dernière, ajoute-t-elle par ailleurs.

 Parmi les destinations pour lesquelles des données trimestrielles sont disponibles, celles qui connaissent le plus de succès sont le Cap-Vert (hausse de 18 %), les Seychelles (hausse de 13 %), l'Afrique du Sud, (hausse de 4 %), le Swaziland (hausse de 2 %) et l'Ile Maurice (hausse de 1 %), signale-t-on. Africa's Pulse signale aussi que les exportations en provenance de l'Afrique subsaharienne "sont demeurées limitées à quelques matières premières telles que le pétrole, les métaux et les minéraux". 

 L'étude montre que les pays de l'ensemble de la région ont diversifié leurs partenaires commerciaux et les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) représentent désormais 36 % des exportations de la région. Selon le document, "ces exportations ont atteint 144 milliards de dollars en 2012, soit presque le même niveau que celui des exportations de l'Afrique à destination de l'Union européenne et des États-Unis combinées qui s'élèvent à 148 milliards de dollars". 

 OID/BK

affaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email