Mercredi 14 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Education

Crise au Cesti : Le Saes se défoule sur Dominique Mendy

Single Post
Crise au Cesti : Le Saes se défoule sur Dominique Mendy

Il n’a pas fallu plus de 24 heures pour que le Saes-Cesti porte la réplique au Sudes. Et cette fois-ci, certes le syndicat dit maintenir ses accusations contre la directrice et qualifie ce qui s’est passé au Bénin de ‘’banditisme académique’’. Cependant, dans le communiqué, c’est moins Cousson Traoré qui est visée que Dominique François Mendy, coordonnateur de la section Sudes du Cesti. Un syndicat qui, selon le Saes, ne compte que Mendy lui-même et Cousson Traoré, la directrice. 

‘’Nous sommes surpris par l’acte lâche de M. Dominique François Mendy. S’il est un syndicat qui cultive bien l'art de l'esquive, c'est bien le Sudes/Esr. La Section Saes-Cesti dans sa lettre ouverte adressée au président de la République du Bénin et dans ses différents communiqués a posé des questions de fond auxquelles elle attend toujours des réponses : sur quels critères ont été déclarés admis les 52 journalistes béninois ?  Dans quel cadre les délibérations ont été faites ? Avec qui ? Sur quelle base juridique ? Où est le procès-verbal qui sanctionne ces délibérations ? Où sont les notes ?’’, s’interroge le Saes-Cesti. 

Les camarades de Moumimy Camara sont formels. Jamais une réunion du comité pédagogique ne s’est tenue à Cotonou. Et cela a été établi, disent-ils, lors d’une séance dudit comité le lundi 05 août 2019 au Cesti. 

Et lorsque le Sudes accuse le Saes de mener un combat personnel, allant jusqu’à faire allusion au handicap de la directrice, ce dernier réplique en ces termes : ‘’La victimisation ne passera pas. Mettre en avant l’handicap et le genre de Cousson Traoré Sall pour essayer de disqualifier un combat fondé sur des principes est lamentable’’.

En outre, le Saes affirme que, contrairement à ce que dit le Sudes, la formation n’a pas été arrêtée du fait d’un désaccord entre l’Etat béninois et l’ancienne direction du Cesti. Si l’on en croit le syndicat, l’interruption a été la conséquence de la survenue de l’alternance politique au Bénin. 

Sur la question des prébendes, seuls motifs d’agitation des enseignants du Saes, selon le Sudes, le syndicat affirme que sur les154 720 000 francs CFA, l’ancien directeur et le chef de projet n’ont pas encaissé un franc, alors qu’ils pouvaient se prévaloir de l’arrêté ministériel sur la fonction de service pour empocher 15 millions. Par contre, ajoute le Saes, si c’est deux enseignants se sont gardés d’en tirer  profit, ce n’est pas le cas pour leur collègue du Sudes. 

‘’Curieusement Dominique François Mendy a empoché 800 000 francs CFA dans le cadre de ce projet, pour un travail de coordonnateur pédagogique qu’il n’a jamais accompli. S’il y a quelqu’un qui cherche des prébendes, c’est bien lui. Si ce n’est pas de l’escroquerie, cela y ressemble. C’est peut-être le prix de son soutien à Cousson Traoré Sall’’, charge le Saes. 

Si l’on suit le Saes, Mendy est très mal placé pour donner des leçons, car de toute l’histoire du Cesti, affirme le syndicat, il est l’unique directeur des études ayant organisé, en 2010, le seul concours d’entrée annulé et repris, parce que s’étant déroulé ‘’dans des conditions douteuses’’.   



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email