Mardi 28 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Education

Enseignement supérieur : L’Institut de formation agricole et rurale dépend désormais de l’Université de Bambey

Single Post
Enseignement supérieur : L’Institut de formation agricole et rurale dépend désormais de l’Université de Bambey

Près de 55 ans après son ouverture par l’ancien président Léopold Sédar Senghor, les statuts et les buts de l’Ecole nationale des cadres ruraux (Encr) réformés par décret en 1991, 2005 et 2014 donnent plus d’envergure à cette école multinationale. Creuset incontestable de formation, cet institut de formation agricole et rurale qui dépendait de l’Université de Thiès  fait sa mue pour poursuivre les missions que lui confère l’Etat du Sénégal avec l’Université Alioune Diop de Bambey. Ainsi en ont décidé les autorités en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Une décision saluée et encouragée par le Conseil départemental de Bambey lors de sa session de débat d’orientation budgétaire tenue, samedi dernier, à la mairie de ladite localité.

Madame la présidente du conseil, Aïda Mbodj, a saisi l’annonce faite par le Pr. Lamine Guèye, recteur de l’Université de Bambey, pour l’interpeller sur l’apport de son institution pour un projet de développement agro-industriel. Cela, afin de confirmer l’intention de l’Etat à poursuivre les efforts consentis sur une carte universitaire harmonieuse qui prend en compte les préoccupations des populations et la politique définie par le chef de l’Etat. Pour rappel, l’Ecole nationale des cadres ruraux de Bambey (Encr) qui avait  pour vocation de former des « ingénieurs des travaux » dans les domaines de la production végétale, animale ou forestière au niveau du conseil pour la formation au développement, faisait partie intégrante de l’Université de Thiès. Transformée en Institut supérieur de formation agricole et rurale (Isfar) en 2005, l’Encr est désormais dans le dispositif administratif de l’Université Alioune Diop de Bambey.

En prenant cette décision, le chef de l’Etat répond ainsi favorablement à une disparité géographique, scientifique et  de logique administrative. Des rencontres et réunions techniques ont été tenues pour que tout se passe de façon concertée et continue. La formation, d’une durée de trois ans, est toujours sanctionnée par un diplôme d’ingénieur des travaux. L’Isfar qui accueille des candidats étrangers est une fierté pour l’Afrique.


Article_similaires

6 Commentaires

  1. Auteur

    Sonio

    En Janvier, 2015 (20:09 PM)
    Le chainon manquant c'esl les lycée agricoles qui forment de CAP BEP Brevet de Techniciens, Bac Agricole et BTS Agricoles sur tous les domaines et au moins un gros lycée par département rattaché au ministére de l'agriculture. Chaque lycée départementale travaille sur un tonc commun et des modules spécifiques à chaque région naturelle et des modules de qualification basé sur les envies des apprenant et des modules d'approfondissement en fonction des opportunités d'investissements et besoins du moment. La ce seronts des exploitants, des ouvrier agricole, agro alimentaire, services en milieu rurale, labo analyse et biotechnologies, services de gestion etc... Ce sont des miliers et des milliers d'emplois. C'est aussi la meilleure façon d'aménager le territoire.
    • Auteur

      Lisez

      En Janvier, 2015 (21:51 PM)
      il faut lire " l'agriculture sénégalaise de 1958 a 2012/ analyse systemique et prospective" pour comprendre
  2. Auteur

    Ouf Ouf

    En Janvier, 2015 (20:17 PM)
    un poids enlevé à l'université de Thiès. Des incapables capables de rien, un institut des plus informel au monde et un état de délabrement nul part égalé avec des incapables à son sommet.
    Auteur

    Lamine Ndiaye

    En Janvier, 2015 (23:06 PM)
    Malheur pour le Sénégal nous ( commençant par nos autorités) pensons à tout sauf l'essentiel. On nous parle toujours de politiques agricoles jamais mises en applications.

    C'est pas par des paroles qu'on va pouvoir développer notre agriculture mais par des actes concrèts. Et pourtant nous avons toutes les ressources pour nécessaires.

    Isfar dans l'Université de Bambey, c'est bien mais ce qui me désole dans tout ça c'est le faite que la réforme n'est qu'une simple volonté politique et rien de plus. J'en ai pour preuve que jusque là Ya pas eu un document ou projet pour cette réforme indiquant le pourquoi et/ ou la pertinance de L'ISFAR dans L'UADB.
    Auteur

    Da

    En Janvier, 2015 (13:35 PM)
    Bonne initative. Isfar ne peut pas être à deux pas de l'université de Bambey et dépendre de luniversité de thiès. c'est insensé. Aussi Bambey est une zone fortement à agricole.
    Auteur

    Peulh

    En Janvier, 2015 (15:39 PM)
    mOI JE PENSE K TOUT REVIENT AU MEME SI C4EST UNE VOLONT2 POLITIQUE QUE MARY TEUW NIANE FASSE TRES ATTENTION.QUIL N'ESSAIT MEME PAS DE TOUCHER A L'INTEGRIT2 DE CETTE INSTITUT SI CE N'EST DE LES AIDER A MIEUX VALORISER LEUR DIPLOME.L'ISFAR EST VEILLE MAIS IL A TOUJOUR SON ?OTS A DIRE EN TERME DE POLITIQUE AGRICOLE ICI
    Auteur

    Sortant De L'isfar

    En Janvier, 2015 (11:49 AM)
    peu importe rattaché à thiès ou Bambey ça revient au même cette institut à besoin des moyens pour former au mieux les cadres de demains. :sn: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email