Dimanche 23 Janvier, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Education

Jàngandoo 2016 : 22% de réussite en lecture et maths enregistré au niveau national

Single Post
Jàngandoo 2016 : 22% de réussite en lecture et maths enregistré au niveau national

L’enquête du baromètre Jàngandoo 2016 a révélé un taux de réussite de 22% aux épreuves de lecture, de mathématiques et en culture générale, a annoncé mardi, la responsable de l’équipe Evaluation et gestion de changement de ce programme, le docteur Rokhaya Cissé. 
 
"Le taux de réussite est en deçà de ce qui est attendu à cause des difficultés qu’éprouvent les enfants", a-t-elle déclaré à l’ouverture de l’atelier de restitution du baromètre citoyen, indépendant et périodique pour mesurer la qualité des apprentissages des enfants âgés de 9 à 16 ans.
 
Cette étude menée par le Laboratoire de recherche sur les transformations économiques et sociales de l’Institut fondamental d’Afrique noire (LARTES-IFAN) a touché plus de 16 mille ménages dont 22 mille enfants au niveau des 14 régions du Sénégal avec des résultats représentatifs au niveau départemental.
 
Selon Dr Rokhaya Cissé, ces évaluations ont révélé que seuls les enfants issus des ménages tenus par des femmes ont obtenu des résultats satisfaisants. 
 
Elle a souligné la nécessité de faire "une lecture approfondie des résultats pour pouvoir corréler les informations qu’ils ont sur ces ménages spécifiques et les informations qu’ils ont sur ces enfants". 
 
La responsable de l’équipe Evaluation et gestion de changement de Jàngandoo a toutefois estimé qu’il faudrait prendre les aptitudes des enfants qui rencontrent quelques difficultés dans les épreuves ciblées par ce programme. 
 
De même, elle a préconisé la création de passerelles qui pourraient aider ces enfants à se réinsérer dans un autre système éducatif. 
 
"On doit aider les enfants dans la résolution des difficultés avec des programmes de remédiation", a encore plaidé Mme Cissé, invitant tous les acteurs à se mobiliser autour de cet objectif pour accompagner les enfants dans leur apprentissage.
 
D’après le rapport du baromètre, tous les enfants ont été évalués selon leur choix en français ou en arabe sur des épreuves normées à partir d’un seuil médian. 
 
Cette évaluation est réalisée selon des normes scientifiques éprouvées visant à établir des évidences qui conduisent à la qualité des apprentissages.


affaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    Sathiés

    En Janvier, 2017 (22:51 PM)
    vous n'avez pas enseigné les élèves comment pouvez vous mener une évaluation et conclure que les élèves ne savent pas lire.Mme CISSE allez dans les classes je suis sur et certain que vous ne souhaiterez jamais la réussite des élèves car vous vivez de cela. votre rapport est un moyen de renouvellement de votre contrat :taz-smile:  :taz-smile:  :jumpy2:  :jumpy2:  :brawoo:  :brawoo: 
  2. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (00:25 AM)
    Invraisemblable!!!! C'est cela le cancer du Sénégal. Un pays d'ignorants. Au líeu de prendre ce rapport très au sérieux et de mener une croisade nationale pour largement améliorer le niveau d'apprentissage, on cherche toujours à noyer le poisson, à chercher toujours des excuses. Je me demande ce qui est arrivé à ce pays. Je note sans surprise que les enfants issus de familles dirigées par les hommes sont moins performants. Le pire des pêchés est de sacrifier le plus grand cadeau de Dieu, c'est à dire le cerveau humain. Malheureusement dans ce pays à presque 100 % musulmams et chretiens, politiciens et parents n'ont aucun égard pour l'éducation des enfants, surtout dans les domaines scientifiques tel que mathématiques. Facilité, facilité rek, et wakh wakh rek...j'ai honte, je souffre dans cet océan d'hypocrites .
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (06:59 AM)
    les enfants du clan de maky n etudient dans le systéme public educatif senegalais, ailleurs ils seraient tous virés

    mobilisons nous pour qu ils fassent venir leurs enfants dans l ecole publique senegalaise

    nos pauvres enfants seront dirigés par leurs enfants
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (08:45 AM)
    Les uns et les autres, mettez-vous au travail.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (10:31 AM)
    Tout le monde le sait maintenant, Au Sénégal, ce sont les femmes qui éduquent et qui se soucient du travail de leurs enfants, lorsqu'il y a un problème, c'est elles qui vont à l'école, surveillent l'assiduité des enfants, préparent le petit déjeuner.... Les hommes, bougez-vous, tous les jours vous êtes devant la télé à regarder des matches ou à traîner dans les grands places. Quelle est al contribution masculine à l'éducation des enfants? Il faudra régler ce problème pour que l'école sénégalaise fasse un bond qualitatif.
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (16:41 PM)
    Du courage Mme Cissé toutes nos félicitations tu te soucis au moins sur le sort des enfants qui seront nos futurs Président, Ministres bref l'éminence grise de demain en menant des enquêtes pour avoir ces résultats tu n'es pas restée les bras croisés n'écoute pas les chiens qui aboient.

    du courage et bonne continuation
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2017 (20:37 PM)
    “J'ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l'éducation de l'enfant. Je pense qu'il faudrait des études de base, très simples, où l'enfant apprendrait qu'il existe, lui et tous les humains, et tous les animaux, au sein de l'univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu'il dépend de l'air, de l'eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.

    Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n'ont jamais fait que produire d'autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.

    On lui apprendrait assez du passé pour qu'il se sente relié aux hommes qui l'ont précédé, pour qu'il les admirent là où ils méritent de l'être, sans s'en faire des idoles, non plus que du présent ou d'un hypothétique avenir.

    On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux ados sous prétexte de biologie ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; il apprendrait que sa naissance résulte d'un accouchement souvent douloureux ; il apprendrait que hommes et femmes sont égaux en tant qu'être humain.

    On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible.

    En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle(s) du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d'avance certains odieux préjugés. On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser leurrer par des mensonges trop beaux pour être vrais.

    Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu'on ne le fait”.

    (Texte inspiré de Marguerite Yourcenar)
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email