Samedi 16 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Education

[Dossier] - Rentrée scolaire 2021-2022 : Le provisoire, la plaie béante du système éducatif à Sédhiou

Single Post
Manque d
«Tout est urgent à Sédhiou», avait reconnu le président Macky Sall, le 25 février 2015, lors du Conseil des ministres délocalisé.

En effet, depuis sa création en 2008, la région de Sédhiou souffre énormément de son manque d’infrastructures. Chaque année, l’Etat et ses partenaires investissent beaucoup de moyens pour en construire, mais les besoins sont si immenses que les efforts semblent vains, surtout dans le domaine de l’éducation.

A titre d'exemple, l’inspection d’académie et le Centre académique d’orientation scolaire et professionnel (CAOSP) sont en location-convention et étouffent, faute d’espace. L’Inspection de l’éducation et de la formation (IEF), le Centre régional de formation des personnels de l’éducation (CRFPE) sont dans des abris provisoires, dans l’attente de la construction de leurs locaux. Cette dernière institution est logée au sein du lycée Balla Moussa Daffé depuis sa création en 2011. Le lycée s’agrandissant chaque année, la menace d’une expulsion plane comme une épée de Damoclès sur la tête de son administration.

A côté de ces institutions, s’affiche le tableau sombre des abris provisoires dans les établissements. De la petite enfance jusqu’au moyen secondaire, le provisoire constitue la plaie béante du système éducatif, malgré les immenses efforts consentis dans ce domaine.

Aujourd’hui, jeudi 14 octobre 2021, jour de la rentrée des classes, la région affiche 216 écoles préscolaires dont 118 dans le département de Sédhiou, 65 dans celui de Goudomp et 33 à Bounkiling. Ces établissements préscolaires totalisent 129 salles de classe en palissades faites de tiges de bambou, sur les 221 salles physiques.  

A l’élémentaire, le décor est plus préoccupant. Selon les services de la planification des institutions citées plus haut, la région compte 511 écoles élémentaires dont 185 à Goudomp, 168 à Bounkiling et 158 à Sédhiou. Ces 511 écoles élémentaires totalisent 504 salles en abris provisoires sur 2 590 classes qui les composent.

Les collèges et les lycées ne sont guère mieux lotis. On dénombre dans la région 69 CEM et 21 lycées qui totalisent 236 abris provisoires sur les 920 salles en dur. Le proviseur du lycée de Samine, dans le département de Goudomp, explique que la construction de ses 16 salles en palissade lui coûte chaque année près de 2 millions de francs.

Sur le plan pédagogique, poursuit Yaya Biaye, ce sont deux semaines de cours qui s’envolent, à l’ouverture des classes, le temps de la reprise de ces huttes. La solution provisoire qui dure plus de 10 ans, c’est de faire fonctionner d’abord les classes d’examen ou de procéder à des réductions horaires. D’autres chefs d’établissement font des fusions de classes et se retrouvent avec des effectifs pléthoriques difficiles à gérer.

Les enseignants qui officient dans ces abris s’en plaignent. «Vu ma taille, j’ai du mal à me mouvoir dans la salle, car les huttes ne sont pas élevées. Il est aussi difficile de diviser le tableau en trois parties, parce qu’il est trop petit. En période de forte canicule, les rayons solaires aveuglent et les élèves qui ne voient pas bien n'arrivent pas à lire au tableau. S’il est venteux, toute la poussière du haut des palissades se déverse sur nous et tâche tout», se désole Mamadou Mané Bâ.

A ces maux, s’ajoute le manque criard de tables-bancs. Souvent, des salles de classe sont construites, mais ne sont pas équipées. Lamine Manga, le directeur de l’école élémentaire du village de Sitaba, dans la commune de Diendé, est dans cette situation inconfortable. «J’ai des classes construites, mais il n’y a aucun table-banc. Je gère une école de six classes qui n’est pas dotée d’un bloc administratif. Je reçois les gens dans la rue et porte mon bureau dans mon sac».

Des problèmes constatés par les parents d’élèves lors de la traditionnelle tournée des autorités effectuée aujourd’hui dans les écoles de la commune. L’Union régionale de l’association des parents d’élèves (Urap) a remarqué un manque de tables-bancs, ce qui amène les élèves à s’asseoir à trois pendant l’année scolaire. Coumbabang Danso s’est désolé aussi de l’absence des élèves à l’appel du «Ubbi Tey, Diang Tey». «Tous les enseignants étaient présents, mais nos enfants ne sont pas venus. Je vais tout de suite passer à la radio pour sensibiliser les parents qui retiennent encore leurs enfants à la maison pour des travaux domestiques ou champêtres», informe-t-il.

La région de Sédhiou est aussi confrontée au départ massif d’enseignants, dans le cadre du mouvement national. Ces derniers ne sont pas généralement remplacés. L’année dernière, 216 enseignants ont fait leurs adieux à l’académie. Cette année, 394 enseignants sont partis pour d’autres horizons. Le secrétaire général de l’académie qualifie alors la région de laboratoire pédagogique. Lamine Sylla pense qu’il faut aller vers la motivation des enseignants, en zone rurale. «Ailleurs, la mairie octroie des parcelles de terre à usage d’habitation et une enveloppe financière à crédit ou autre pour fixer les enseignants sur place».

Face à ces innombrables manquements, les autorités étatiques, académiques, administratives et les partenaires font des pieds et des mains pour améliorer les conditions d’enseignement-apprentissage. Le Projet d’appui à l’éducation de base en Casamance (PAEBCA) est en train de construire 13 collèges, quatre écoles élémentaires et une école franco-arabe (EFA) dans la région de Sédhiou. Sauf quelques rares exceptions, notamment dans le Goudomp, la quasi-totalité des travaux est déjà livrée. Ces dernières infrastructures scolaires ont redonné au système un souffle nouveau.

 A côté des réalisations du PAEBCA, le budget consolidé de l’Etat (BCI), le Projet d’appui au système éducatif de base (PASEB) et le Projet «zéro abri provisoire» (PROZAP) ont également construit des centaines de salles, améliorant ainsi sensiblement le cadre d’accueil des établissements et le bien-être des apprenants.


8 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 2 jours (13:39 PM)
    dans les abris provisoires les "salles de classe" sont bien aérés ainsi les cerveaux des potaches sont bien oxygénés ils comprennent mieux et vite ainsi ils deviennent plus performants. d'ici peu nous seront submergés de nobel et autres médailles fields 
    Top Banner
    • Auteur

      Nobel De Sciences Physiques

      il y a 2 jours (16:24 PM)
      Scandaleux !  A quelques 14 ans de Futur Senegal dit " émergent " 2035. Priorités d'investissement ratées. Pas facile de copier Dubaï.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    il y a 2 jours (13:42 PM)
    cet article ne reflete pas la réalité en terme d'infrastruture. c'est faux 
    {comment_ads}
    Auteur

    Défenseur

    il y a 2 jours (13:43 PM)
    Bien vu mais bon 
    {comment_ads}
    Auteur

    Suuy

    il y a 2 jours (14:18 PM)
    Pendant ce temps leur président s'achete un avion, un yacht , une voiture de luxe à coup de milliards !!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 2 jours (14:51 PM)
    pourtant ce sont eux qui votent pour le parti  apr
    Top Banner
    Auteur

    il y a 2 jours (16:48 PM)
    Quand Sonko sera président les salles de classes seront climatisées. Il faut les laisser rêver...

    Ce type qui ne peut même gerer ses troupes un millier de personnes, comment peut-il gérer 16 millions de sénégalais. Sonko il parle rek, mais khamoul touss
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 2 jours (18:57 PM)
    Dire que l'Inspection de l'Education est dans un abri est un ENORME mensonge.
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    il y a 2 jours (19:51 PM)
    Les locaux appartiennent bien à l'Etat. C'est construit depuis les années 90. Tu n'es pas bien informé.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email