Jeudi 09 Décembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Entretien

Amy Sakho : « L’Etat est dans l’obligation de faire voter la loi autorisant l’avortement médicalisé »

Single Post
Amy Sakho : « L’Etat est dans l’obligation de faire voter la loi autorisant l’avortement médicalisé »
Coordonnatrice du Comité de plaidoyer sur l’avortement médicalisé en cas de viol ou d’inceste, Amy Sakho fait le bilan à mi-cours. Également chargée de communication de l’Association des juristes sénégalaises, elle a soutenu que 42 % de la population sont pour l’avortement médicalisé en cas de viol ou d’inceste. Dans cet entretien réalisé avec EnQuête et Thiey Dakar, Amy Sakho a toutefois rappelé, que l’Etat du Sénégal doit respecter ses engagements pris, notamment l’article 14 du protocole de Maputo qui autorise l’avortement.

 
Le plaidoyer sur l’avortement médicalisé en cas de viol ou d’inceste est toujours soutenu par la Task-force. Parlez-nous de cette structure.

La Task-force est composée de 22 organisations. C’est un Comité pluridisciplinaire avec des médecins, sages-femmes, journalistes, avocats, des jeunes et beaucoup d’autres organisations de promotion des droits humains. C’est à la suite d’une étude du ministère de la Santé sur les mortalités maternelles qu’on a mis en place ce comité. Lequel porte le plaidoyer pour demander à l’Etat du Sénégal de respecter ses engagements pris notamment l’article 14 du protocole de Maputo qui autorise l’avortement médicalisé en cas de viol ou d’inceste.
 
Le protocole de Maputo, ratifié en 2004, tarde à être harmonisé avec la loi nationale. Qu’est-ce qui justifie ce blocage ?

Depuis lors, le Sénégal n’a pas pris une loi d’harmonisation. Après tout, c’est l’Etat qui est chargé de prendre cette décision, qui peut donner les raisons du blocage. A notre niveau, on peut dire qu’il est dans l’obligation de le faire. Car, comme le stipule la Constitution, en son article 98 : ‘’tous les protocoles et conventions ont une valeur supérieure sur la loi nationale’’. Ce qui fait que l’Etat devait changer sa législation qui interdit l’avortement par l’article 14 du protocole qui l’autorise en cas de viol ou d’inceste. On a essayé depuis lors de porter le plaidoyer, de dialoguer avec toutes les parties prenantes.
 
Y-a-t-il un impact sur le plan politique ?

Il y a une influence parce que le président de la République, Macky Sall a eu à se prononcer sur la question. Il disait qu’il n’y voyait pas d’inconvénient. Mais, il nous a proposé de continuer le plaidoyer avec toutes les parties prenantes. Au niveau de l’Assemblée nationale, tout le monde a vu l’engagement de certains députés dont Moustapha Diakhaté, qui fut président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar. Il avait fait preuve d’un engagement notoire à soutenir ce plaidoyer. Il y en a d’autres. Aussi bien avec la 12ème qu’avec la 13ème législature. L’avancée majeure, c’est la prise en compte de nos propositions par le Comité de révision des dispositions discriminatoires mis en place par le Garde des Sceaux. C’est un impact réel, que nous pouvons citer.
 
Avez-vous noté une autre perception chez les populations si l’on sait que l’argumentaire religieux a toujours été au-devant ?  

Il y a eu un changement dans la perception. Le sondage IPDH, membre aussi du Comité de plaidoyer, dit que 42 % de la population sont pour l’avortement médicalisé en cas de viol ou d’inceste. C’est quelque chose dont on peut se glorifier. Car ce qu’on est en train de dire est entendu par le public. On voudrait quand même qu’il y ait une appropriation car on ne veut pas d’une loi impopulaire. C’est avant tout pour le bien des femmes et des filles victimes de viol ou d’inceste et souvent incarcérées pour avortement ou infanticide. Et qu’on ne pense plus qu’on porte ce plaidoyer pour pervertir les populations ou qu’on déroule un agenda caché. Il faut donc continuer sur cette lancée pour atteindre l’objectif final.

« Si cette loi venait à être harmonisée, certaines personnes auraient une solution légale qui leur permettrait de se soustraire au délit d’infanticide ou d’avortement »

A-t-on remarqué un changement par rapport au traitement de l’information par les médias ?

Depuis le début du plaidoyer, les médias ont toujours été à l’écoute. La presse nous a aidés à poser le débat. Maintenant, certains ne sont pas d’accord. D’autres vont jusqu’à biaiser l’information. Avec l’Association des journalistes, c’est plus facile de donner la bonne information.

Si cette loi venait à être votée, peut-on s’attendre à des retombées positives ? Lesquelles ?

Il y aura des avancées surtout pour celles qui sont victimes de viol ou d’inceste. C’est cette cible qui nous intéresse car elles n’ont aucune solution légale. La donne va changer et elles n’auraient plus besoin de recourir à cela. Dans beaucoup de pays comme l’Afrique du Sud qui l’a adoptée en 1996, c’est ce schéma qui se produit.

L’infanticide est présenté comme l’un des principaux motifs d’incarcération des femmes. Pouvez-vous revenir sur la situation ?

La dernière étude a montré que l’infanticide constitue la deuxième cause d’incarcération des femmes avec 19% dont 3% pour l’avortement. Si cette loi venait à être harmonisée, certaines personnes auraient une solution légale qui leur permettrait de se soustraire au délit d’infanticide ou d’avortement.

A ce niveau du plaidoyer, c’est quoi le message phare ?

Le message phare est destiné aux victimes. Comme un collègue membre du Comité aime à le rappeler : on a deux clans – les souteneurs des violeurs et des personnes qui font des incestes d’un côté ; de l’autre, ceux qui sont pour la protection des victimes. On a choisi d’être avec le second camp. Je demanderai à tout le monde de se mettre à la place d’une fille victime de viol ou d’inceste. Ils verront qu’on doit porter le plaidoyer pour éviter d’avoir des femmes en prison pour infanticide ou avortement. 


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email