Vendredi 01 Mars, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Entretien

Ibrahima Ndao (Coordonnateur de projet au Forum Civil) : “Les activités des CICA ont permis de toucher 1142 élèves des collèges et lycées du Sénégal dont 418 garçons et 724 filles”

Single Post
Ibrahima Ndao (Coordonnateur de projet au Forum Civil) : “Les activités des CICA ont permis de toucher 1142 élèves des collèges et lycées du Sénégal dont 418 garçons et 724 filles”
Suite de la la série d’entretiens de Seneweb avec des Coordonnateurs du Forum Civil, section sénégalaise de Transparency International dirigée par Birahime Seck, déployés dans les différents départements du Sénégal. Avec Ibrahima Ndao, Coordonnateur de de projet de la section de Rchard-Toll, nous avons évoqué, notamment, les activités menées dans le cadre des Clubs d’Intégrité et de Citoyenneté Active (CICA). Projet qui, selon lui,  a suscité un engouement fort auprès des élèves et de leurs encadreurs.


Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Ibrahima Ndao Géographe de formation, spécialisé en Environnements, Territoires, Populations et Santé. Je suis membre de la section Forum Civil de Richard-Toll. Je suis le Coordonnateur du Projet de lutte contre la Corruption et de Promotion de la Redevabilité Territoriale (PCR2) financé par notre partenaire OSIWA.

Pouvez-vous nous présenter le projet ?

Le Projet de lutte contre la Corruption et de Promotion de la Redevabilité Territoriale est financé par OSIWA pour une durée d’un an. Le Projet est constitué d’activités de redevabilité sur la gouvernance des ressources publiques dans plusieurs secteurs notamment halieutique, forestier, foncier, hydraulique etc. Dans sa phase première, le Projet s’est aussi développé autour d’activités de prévention contre la corruption relativement au plaidoyer pour la réforme du système de déclaration de patrimoine au Sénégal, de l’adoption de la loi sur l’accès à l’information, à la mise en place d’un Parquet National Financier (PNF), de la redevabilité parlementaire etc.

Avec l’accord du Ministre de l’Education nationale, Monsieur Mamadou Talla, que nous remercions vivement, le Projet a développé beaucoup d’activités, de sensibilisation et de formation au profit des élèves à travers nos Clubs d’intégrité et à la Citoyenneté Active (CICA) mis en place dans toutes les régions du Sénégal.

Le projet s’est enfin intéressé aux cadres de gouvernance scolaire comme les Comités ou Cellules de Gestion des Écoles (CGE)) par des activités de renforcement des capacités de leurs membres.

C’est un Projet que nous co-exécutons avec WATHI et le groupe E-MEDIA.

Quels sont les objectifs du projet ?

Le projet a pour objectif d’intensifier la lutte contre la corruption et la promotion de la transparence dans le secteur public au Sénégal à travers la documentation, la formation et la sensibilisation dans les milieux associatifs et scolaires dans toute les régions du pays et la sensibilisation via les médias et les réseaux sociaux. Il s’agit spécifiquement de suivre et de faire des publications sur la gouvernance des ressources publiques, de créer des cadres d’incubation et de citoyenneté active à travers l’installation et la formation des membres des Club d’Intégrité et de Citoyenneté Active (CICA) et de faire des activités de sensibilisation via les médias et les réseaux sociaux sur la lutte contre corruption, et la promotion de la transparence et  de la redevabilité.

Quelles sont les activités réalisées dans le cadre du projet ?

Dans la mise en œuvre du projet, la planification des activités a connu une exécution intense et satisfaisante. Nous avons tenu des ateliers d’échanges sur la transparence dans la gestion des ressources naturelles au Sénégal.

En matière de gouvernance des ressources en eau, nous avons organisé des fora d’intégrité sur la transparence hydraulique dans plusieurs localités avec des thèmes différents.

Le 17 juillet 2021, nous avons organisé avec la section Forum Civil de Maleme Hodar, une rencontre, sous le thème « forum d'intégrité pour l'accès à l'eau potable en quantité dans le département de Malème Hodar ».

“Pour imprégner les journalistes sur les difficultés que rencontrent les populations pour accéder à l’eau potable, nous avons tenu à Dakar un forum d’intégrité sur la transparence hydraulique”

Le Projet a accompagné le journaliste Babacar Gueye Diop (en ce moment il était au quotidien LeQuotidien) pour la réalisation d’une enquête sur la réforme de l’hydraulique dans le monde rural. Cette enquête a permis de constater les impacts de la réforme de l’hydraulique rural sur le quotidien des populations du monde rural en termes de difficulté d’accès à la ressource, de potabilité et de disponibilité régulière.

Le Projet s’est aussi intéressé à l’accès à l’eau dans la zone Est du pays notamment à Bakel où nous avons réalisé une vidéo de plaidoyer sur les difficultés d’accès à l’eau potable des populations. Ce reportage a été réalisé avec l’apport déterminant de notre section à Bakel et des dignitaires de la Commune de Bakel.

Pour imprégner les journalistes sur les difficultés que rencontrent les populations pour accéder à l’eau potable, nous avons tenu à Dakar un forum d’intégrité sur la transparence hydraulique en présence de plusieurs anciens ou actuels gestionnaires de forages ruraux. Nous avons à nouveau réuni au siège du Forum Civil des journalistes spécialisés en la matière pour un échange sur le thème : « l’accès universel à l’eau potable, à l’épreuve des faits ».

Les activités sur la transparence hydraulique ont été bouclées par un forum sur l’accès équitable de l’Eau en Milieu Urbain : cas Grand Dakar. C’est l’occasion de remercier Monsieur le Maire Jean Baptiste DIOUF qui a toujours soutenu les actions du Forum Civil depuis la mise en place du Comité Local de Certification jusqu’à l’installation de Comité Territorial pour la Justice Fiscale (CTJF). Nous remercions aussi tous les membres du CTJF de Grand Dakar en faisant une mention spéciale à son Président Monsieur Amadou Lamine SALL.

Le Projet a enregistré l’exécution de plusieurs activités pour la transparence dans la gestion des ressources forestières.

Ainsi, nous avons organisé un forum d'intégrité sur la transparence dans la gestion des ressources forestières à Bignona suivi d’une sortie et forum écologique de sensibilisation sur la déforestation en Casamance avec les membres du Club d’Intégrité et à la Citoyenneté Active mis en place par notre section à Bignona. Ces deux activités sont suivies par un autre forum d’intégrité sur la transparence environnementale tenu à Kolda. Il a été déroulé par notre section à Kolda en collaboration avec l’ensemble des organisations citoyennes qui œuvrent pour la lutte contre la déforestation et la protection de l’environnement dont l’Association Sénégalaise des amis de la nature, Vision verte, Urgence écologique, Education environnementale changement climatique, l’Observatoire sur le territoire de Coumbacara, du Club des jeunes filles leader de Médina Yoro Foulah, de Innovation & action Dinguiraye, de SOS. Environnement etc.

 

Cette rencontre était baptisée « Forum d’Intégrité Environnementale Régionale (FIER) ». Elle était sanctionnée par une Résolution adoptée par l’ensemble des participants.

Dans le cadre des fora d’intégrité, le Forum Civil a accompagné le Collectif pour la Préservation et la Valorisation des Terres Paysannes (CPVT) de Mbour à tenir à Saly une rencontre de deux (2) jours pour disséquer l’essentiel des conflits fonciers du département de Mbour. La rencontre a réuni des Collectifs venant des Communes de Diass, de Nguéniène, de Sindia, de Joal-Fadiouth, de Séssène, de Ndiaganiao, de Saly et de Thiadiaye. Cette rencontre est sanctionnée par un rapport qui a été revue et actualisé. Il fera bientôt l’objet d’une dissémination.

En matière de transparence dans la gouvernance du secteur halieutique, nous avons tenu à Goudomp un forum d’intégrité réunissant les principaux acteurs de la pêche continentale du département. Lors de cette rencontre, les participants ont soulevé pas mal de problèmes relatifs à l’augmentation de la salinité de l’eau, à la dégradation de la mangrove, à l’avancée du fleuve, aux actions de l’homme sur l’environnement, aux conflits entre les pêcheurs de zones différentes, à l’absence de matériels modernes etc. Les participants ont aussi formulé des recommandations, notamment la restauration de la mangrove, de faire une étude sur les impacts environnementaux des projets de pêche, de redynamiser et d’équiper les Comités locaux et les Cadres de concertation, d’équiper le service de pêche en matériels et en personnels pour assurer le contrôle et le suivi des activités de pêche, d’assainir les cotes souvent pollués par les ordures etc.

Par ailleurs, dans l’objectif de créer des cadres d’incubation de la transparence, du civisme et de la citoyenneté active au niveau local, des ateliers d’intégrité ont été tenu sur l’ensemble du territoire national. Il s’agissait d’installer dans les établissements scolaires et professionnels des Clubs d’Intégrité et à la Citoyenneté Active (CICA) et de former ses membres qui sont principalement les membres des Gouvernements Scolaires sur des thématiques liées à la bonne gouvernance, au civisme et à la citoyenneté.

Dans un premier temps, nous avons installé des CICA et tenu avec ses membres des conférences sur le thème : « Réseaux sociaux, civisme et vie scolaire ». Pour les CICA bénéficiaires, on peut citer les CICA du Lycée de Bounkiling, du CEM Diattacounda de Goudomp, du Lycée Ameth Fall de Saint-Louis, du Lycée Ibrahima Ka de Maleme Hodar, du Lycée Maba Diakhou Bâ de Nioro, du CEM « Les Pionniers du Syndicalisme Africain » de Rufisque, du CEM de Koungheul, du CEM Ndiawar DIAGNE de Thiaroye, du Lycée Khassim Mbacké de Guinguinéo.

Le thème sur : « Réseaux sociaux, civisme et vie scolaire » est également déroulé avec les CICA mis en place au Nord du pays avec le soutien du Collecttif des Chefs d’Etablissements de Matam (COLCEMA). Il s’agit des CICA du CEM Ourossogui, du CEM Sinthiou Bambe1, du CEM2 Kanel, du CEM2 LES Agnams, du CEM2 Mamadou TOURE de Matam, du Lycée Amady Ounaré, du Lycée de TAIBA- Nabadji Civol, du Lycée de Thilogne, du Lycée Kanel, du Lycée de Odébèré

Nous avons organisé trois grandes conférences régionales réunissant chacune plus de 200 élèves sur le thème : Quelle éducation citoyenne pour un patriotisme actif au service de la République ?

La première conférence s’est tenue à la Salle Amady Aly DIENG de l’Harmattan à Dakar. Elle était animée par le Professeur Massamba GUEYE et le Colonel Abdoulaye TRAORE des Forces Armées. Elle avait enregistré la présence de Madame Khar, Directrice Pays de Oxfam et du Capitaine Ndongo Dieye de la Gendarmerie nationale.

La deuxième conférence s’est tenue à Thiès. Elle était animée par le Professeur Baro Cissé, le Professeur d’Histoire et de Géographie, Cheikh Ahmed Tidiane DIA et de Monsieur Mody DIOUF de la Fédération des Parents d’Élèves.

La troisième conférence s’est tenue à Guinguinéo dans la région de Kaolack. Elle était animée par Monsieur Mame Birame Faye, Chef de Service Départemental de la Jeunesse, le Lieutenant Fokina Mané, Chef de Service Départemental des Eaux, Forêts et Chasses et de Monsieur Ousmane Ba, Inspecteur de l’Education et de la Formation.


“Les activités de formation sur les thématiques relatives au civisme, à la citoyenneté, à la préservation des biens naturels communs, à la transparence, à la lutte contre la corruption, à la bonne gouvernance ainsi que les activités relatives au test de connaissance et de sensibilisation sur le terrain ont été déroulées”

Les Clubs d’Intégrité et à la Citoyenneté Active ont bénéficié de formations sur les thématiques relatives à la lutte contre la corruption, la transparence et la redevabilité territoriale. Ils ont aussi été formés sur le civisme, la citoyenneté, le respect de la patrie et la préservation des biens naturels communs.

A la suite de ses formations, des tests de connaissance ont été organisés par les encadreurs pour voir si les élèves ont maitrisé les thèmes. Ensuite, ils ont eux-mêmes organisé des activités de terrain pour sensibiliser leurs camarades sur les méfaits de la corruption, sur la nécessité de préserver l’environnement et l’importance d’exercer des actions de redevabilité.

Pour mettre en pratique l’exercice de redevabilité, les CICA du lycée Pikine EST A de Guédiawaye, du Lycée Ibou Diallo de Sédhiou, et celui de Mbacké ainsi que des CEM de Mbirkilane, de la Zone de recasement de Keur Massar ont organisé des séances de dialogues avec les représentants de l’Etat des dites localités.

Par la même occasion, nous remercions Madame Ndèye Déguène SOW, ancien Préfet de Keur Massar et Madame Ngoné Cissé Camara, Préfet du Département de Sédhiou. Nos remerciements vont aussi à l’endroit de Messieurs Amadoune DIOP et Abdou Wakhab Talla respectivement Préfets de Mbacké et de Mbirkilane ainsi que Monsieur Malick Thiaw, Sous-Préfet de Wakhinane-Nimzatt.

Le CICA du CEM Ndiawar Diagne de Thiaroye s’est déplacé dans les locaux de l’Office national de lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) pour permettre aux élèves d’être en contact direct avec « les gendarmes de la fraude et la corruption ». Nous réitérons nos remerciements à l’endroit de la Présidente de l’OFNAC, Madame Seynabou Ndiaye Diakhaté.

Les activités de formation sur les thématiques relatives au civisme, à la citoyenneté, à la préservation des biens naturels communs, à la transparence, à la lutte contre la corruption, à la bonne gouvernance ainsi que les activités relatives au test de connaissance et de sensibilisation sur le terrain ont été déroulées dans les CICA du Lycée de Goudiry, du CEM Koungheul Commune 1, du Lycée de Mbacké, du CEM Macodou Ndiaye de Sokone, du CEM Gouye de Tambacounda, du Lycée Khar KANE de Gossas, du CEM Ousmane Ngom de Thiès, du Lycée Elhadji Baba Diongue de Podor, du CEM Diattacounda de Goudomp, du CFP de Ranerou, du Lycée Elhadji Ibrahima Ka de Maleme Hodar, du Lycée Ibou Diallo de Sédhiou, du Lycée de Bounkiling, du CEM Mamour Ndary BA de Nioro, du CEM Macodou Sall de Kébémer, du Lycée Mixte de Mlomp à Oussouye, du Lycée Aminata Sow Fall de Patte d’Oie, du Lycée Pikine EST A de Guédiawaye, du Lycée Chérif Samsdine Aidara de Vélingara, du Lycée Khassim Mbacké de Guinguinéo, du Lycée de Médina Yoro Fulah, du CEM Ndiawar Diagne de Thiaroye, du CEM de Bakel, du CEM de Mbirkilane, du CEM Ngodiba de Kaffrine, du Lycée Ahoune Sané de Bignona, du CEM Zone de Recasement de Keur Massar, du Lycée de Kanel et dans plusieurs lycées et CEM à Kolda.

Quelles sont les zones d’interventions du projet ?

Le projet intervient sur toute l’étendue du territoire national soit dans les 46 départements.

Quels sont les cibles du projet ?

Le Projet cible les acteurs des secteurs de la pêche, de l’eau, du foncier et la forêt. Il cible les acteurs territoriaux et, surtout, les acteurs du milieu scolaire (élèves, professeurs, parents d’élèves, agents techniques etc.). Il cible aussi les journalistes et les artistes.

“La plus grande satisfaction du projet découle de la mise en place et de l’animation des Clubs d’Intégrité et à la Citoyenneté Active (CICA)”

Pouvez-vous nous décrire quelques résultats importants du projet ?

Le Projet a permis d’avoir la cartographie de l’essentiel des conflits fonciers dans le département de Mbour avec l’aide du CVPTP. Nous espérons que notre partenaire OSIWA nous accompagnera pour le partage du rapport avec les autorités locales mais, aussi avoir la possibilité de renouveler cette expérience dans les départements restants.

L’enquête du journaliste Babacar Gueye Diop sur les réformes de l’hydraulique rurale a aussi fait beaucoup d’effets auprès des décideurs. D’ailleurs, nous recevons chaque jour des demandes d’accompagnement pour des enquêtes sur la gouvernance des ressources publiques.

“Les corps habillés (l’Armée, les Services des Eaux et Forêt) ont joué pleinement leur rôle dans l’accompagnement des élèves à comprendre les concepts de civisme, citoyenneté”

La plus grande satisfaction du projet découle de la mise en place et de l’animation des Clubs d’Intégrité et à la Citoyenneté Active (CICA). Nous avons constaté un engouement fort auprès des élèves et de leurs encadreurs. Les tests de connaissance ont permis de savoir que les membres des CICA ont une bonne maîtrise des concepts relatifs à la lutte contre la corruption, de bonne gouvernance, de transparence et de réédition des comptes. Le Projet a permis de réaliser un glossaire sur la bonne gouvernance qui sera partagé aux membres des CICA.

Les corps habillés (l’Armée, les Services des Eaux et Forêt) ont joué pleinement leur rôle dans l’accompagnement des élèves à comprendre les concepts de civisme, citoyenneté et les biens naturels communs. Il nous reste à consolider cet acquis collaboratif.

Les autorités déconcentrées ont aussi compris l’importance des CICA. C’est pourquoi ils n’ont hésité à échanger avec les élèves-membres des CICA dans le cadre de l’initiative « Dialogue avec les CICA ». Cette activité sera pérennisée.

Le Projet a fait renaître certains Comités (ou Cellules) de Gestion des Ecoles. A ce niveau, il reste beaucoup à faire pour amener ces cadres de gouvernance scolaire à jouer pleinement leur rôle d’impulsion et de suivi de la gestion des finances et du cadre de vie au sein des écoles.

Les activités des CICA ont permis de toucher 1142 élèves des collèges et lycée du Sénégal dont 418 garçons et 724 filles.

Avez-vous rencontré des difficultés dans la mise en œuvre du projet ?

Mise à part, les effets négatifs de la COVID-19 et des grèves répétitives, nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières. Les élèves ont toujours répondu présents, les encadreurs ont toujours accompagné les élèves et les autorités scolaires et académiques ont fait montre d’ouverture et de générosité. Dans ce sillage nous remercions tous les dirigeants d’établissement qui nous ont facilité l’installation et l’animation des CICA.

Avez-vous des éléments à ajouter ?

Nous profitons de cette occasion pour remercier vivement notre partenaire OSIWA pour sa confiance constante. Nos remerciements vont aussi à l’endroit des militants de toutes les sections du Forum Civil pour la concrétisation des actions sur le terrain. Nous remercions également le coordonnateur Général du Forum Civil Monsieur Birahime Seck pour sa confiance à l’encontre des jeunes qu’il responsabilise en les confiant la coordination de certains projets.


3 Commentaires

  1. Auteur

    En Août, 2022 (19:19 PM)
    Justice pour Adji Sarr
  2. Auteur

    En Mars, 2023 (11:12 AM)
    B­­o­­n­j­­­o­u­­­r, j­e m'a­­p­­­p­­e­­lle Alissia, j'ai 21 ans) Dé­bu­t du mo­­dèle S­E­X­­E 18+) J'a­ime êt­­re photo­­­grap­hiée n­u­e) Veuil­lez noter me­­­s phot­­­os à l'adr­esse su­­­iva­­nte ->>> W­­W­W­­.­X­2­1.­­­F­­U­­­N
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2023 (12:00 PM)
    B­­­o­­n­­­j­­­o­u­­­r, j­­­e m'a­­p­­p­­e­­lle Alissa, j'ai 21 a­­­ns) Dé­bu­­t du mo­­dè­­le S­­E­­­X­­­E 18+) J'a­­ime êt­­­re pho­to­­grap­­hi­­­ée n­­­u­e) V­e­­u­­i­­­l­­lez no­­­ter me­­s phot­­­os à l'adr­­esse su­­i­­­va­­­nte - W­­W­­W­­­.­­­X­­2­1.­­­F­­U­N id02510856
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email