Samedi 25 Juin, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Entretien

Spécial-Commémoration du 23 juin: "une fois, Macky Sall a marché de la Place de l'indépendance à la place Soweto, c'est pourquoi…" (Thiat)

Single Post
Spécial-Commémoration du 23 juin: "une fois, Macky Sall a marché de la Place de l'indépendance à la place Soweto, c'est pourquoi…" (Thiat)
Il y a 10 ans, des Sénégalais se sont opposés au vote d’une réforme constitutionnelle, un "ticket présidentiel" considéré comme une tentative de dévolution monarchique du pouvoir de la part de Abdoulaye Wade, Président  à l’époque. S’il n’a pas participé aux évènements du 23 juin (il avait été arrêté avant), Thiat et son mouvement Y en A Marre furent à l’avant-garde de la contestation. Pour Seneweb, il se souvient.

11 ans déjà que le rappeur Thiat du groupe Keur Gui s'est retrouvé derrière les barreaux pour avoir voulu exprimer un droit Constitutionnel, le droit de marche. Mais malgré son arrestation, les manifestations  ont pu finalement obtenir gain de cause, le 23 juin 2001. 11 ans après, Thiat se rappelle ce jour avec des sentiments mitigés.

"Quand je pense au 23 juin, je suis content" lâche-t-il avec un petit sourire et un regard nostalgique. Cette réaction est dûe, selon lui, au fait que ce jour là "au moins, à un moment donné de l'histoire du Sénégal, on eu un président qui respectait le jeu démocratique". Référence faite à Abdoulaye Wade. En effet, le Chef de l'Etat, de l’époque,  avait finalement accepté que l'administration autorise la manifestation. "Il avait laissé les Sénégalais s'exprimer jusqu'à l'invalidation de la loi sur le quart bloquant. A chaque fois que j'y pense, j'ai le cœur joyeux". Thiat, néanmoins, n’arrive pas à se départir d’un sentiment mitigé

"Aujourd'hui, nous faisons face au même cas de figure. Les gens se battent pour le respect de leur droit de manifester", observe le rappeur. En effet, depuis quelques semaines, la tension politique prend des proportions inquiétantes. Le 17 juin dernier, une manifestation prévue par l’opposition n’a pu se tenir faute d’autorisation préfectorale. À la place Dakar et Ziguinchor ont été le théâtre d'émeutes avec un bilan terrible à l’arrivée : trois personnes ont perdu la vie!

"Et pourtant, le Président Macky Sall faisait partie des manifestants en 2011", regrette le membre de Y'en a Marre. D'ailleurs, "entre 2012 et 2014, Macky Sall a fêté le 23 juin, rappelle-t-il. Je me rappelle même qu'une fois, il a marché de la Place de l'indépendance à la place Soweto, c'est pourquoi j'ai un pincement au cœur. Macky Sall ne respecte pas l'histoire du Sénégal".

Pour autant, Thiat ne regrette rien :  "Si c'était à refaire, je n'hésiterai pas. Le seul regret c'est d'avoir élu Macky Sall".

Le membre de Y'en a marre compte bien poursuivre la lutte. Pour rappel, son mouvement a promis de répondre par l'affirmative à l'appel de la coalition Yewwi Askan, si la manifestation n'est pas autorisée. Pour Thiat et cie, il s'agit d'une question de principe.


15 Commentaires

  1. Auteur

    Cc

    il y a 2 jours (09:31 AM)
    ils sont des voyous en perte de vitesse , kilifeu simon
    Top Banner {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      il y a 2 jours (10:01 AM)
      si macky continue de nous tuer il va falloir demander avec des mini vidéos partout sur les réseaux sociaux; que tout le monde participe; qu'on demande l'aide de nos diambars, nos forces militaires qui sont là pour nous protéger et pas pour nous tuer; le moment venu chacun se filme pendant 10 s; comme un hashtag et on leur dit diambars sauvez nous du dictateur en place; je vous jure qu'ils vont le faire; c'est toujours l'armée qui libère son peuple des FDP comme macky
    Top Banner
    • Auteur

      Ndiago

      il y a 2 jours (11:02 AM)
      La majorité silencieuse doit travailler pour que l’on bannisse cette rhétorique de la violence, parce que la violence appelle la violence. La coalition YEWWI a ses militants, et L'APR en a. Si violence il y'a, et que les deux camps se retrouvent dans la rue, il y'aura des morts, et ce sera peut-être ton enfant ou l'enfant du voisin.  l’État du Sénégal est a mon avis trop tolérant, et l'opposition continue a tester les limites. Cependant, le pouvoir a les instruments et doit les utiliser pour faire face à certaines dérives. C’est fondamental que les partis politiques forment leurs militants. Ce n’est pas avec des insultes qu’on s’oppose. Et en plus, il faut arreter de faire appel aux jeunes pour descendre dans la rue. Ce n'est pas le fils de Sonko qui est mort dans ces manifestations, ni celui de Khalifa Sall ou de Guy Marius Sagna. Ce sont les fils des "Badolos" qui sont mort et continuent a mourir. Allez y faire vos manifestations avec vos familles et vos enfants. 
       
    {comment_ads}
  2. Auteur

    il y a 2 jours (09:58 AM)
    Thiat: un corrompu bou gueumoul Dara, apart Khalifa. Quelle honte 
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 2 jours (10:17 AM)
    Un rappeur raté. Mais surtout impoli 
    {comment_ads}
    Auteur

    Nianthio

    il y a 2 jours (11:28 AM)
    Menteurs! Tous ces gens qui s'agitent le font parce qu'ils n'ont pas accès au succulent bol.

    Tous des vautours, la musique ne marche plus et puisqu'ils n'ont pas de métier tous les moyens sont bons pour nourrir sa famille. Dans un pays où le travail prime on ne peut pas se permettre de faire la politique 365j/ 365j. C'est en Afrique où ça se passe. Le temps consacré à la politique si nous le consacrons au travail on serait trop loin.

    C'est inadmissible quand des écoles créées par les gens de la sous région refusent de prendre des sénégalais par ce que disent-ils les sénégalais sont des paresseux.  N ont ils pas raison?
    {comment_ads} {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    il y a 2 jours (11:44 AM)
    les tribalistes foutez nous la paix !!! votre macky sall est un traitre , c'est ca la realite !!!!!!!
    Top Banner
    Auteur

    Nit Kou Nioul

    il y a 2 jours (11:49 AM)
    Il  était une fois Me Abdoulaye Wade un président démocrate  le Sénégal t'oubliera  jamais. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Zeus

    il y a 2 jours (12:20 PM)
    Thiat doit rentrer en Guinée.vous les guinéens.ne vous immisser pas dans la politique du Sénégal sinon.ce thiat n'est pas sénégalais.vive la république
    {comment_ads}
    Auteur

    Soraya

    il y a 2 jours (12:28 PM)
    On reconnait facilement les répondeurs automatiques ndeyssane 
    {comment_ads}
    Auteur

    il y a 2 jours (12:55 PM)
    affaire de visa mo léne yakkal. yen a marre est mort de sa belle mort
    Top Banner
    Auteur

    Nkhson

    il y a 2 jours (13:13 PM)
    Regret, regret et encore regret! Si aujourd'hui devait être le 23 juin 2011, j'aurais laissé Abdoulaye Wade accomplir son vœu de 3e mandat. Il est évident qu'un 3e mandat pour ce dernier, aurait valu mieux que les 2 mandats de l'actuel locataire du palais. Il est inadmissible qu'on ait vécu un recul démocratique, qui nous place 50 ans en arrière avec les méthodes dictatoriales de parti-état. C'est un constat amère, on a été trahi sur toute la ligne avec un discours politique d'antan, en parfaite opposition avec la réalité actuelle. La lutte contre l'injustice était notre principal combat, contre le régime de Wade. Or il se trouve que cette injustice s'est empirée, elle est devenue tout bonnement un mode de gouvernance. La justice rempart de la société est sous ordres, l'administration politisée, les forces de sécurité déviées de leur mission font plus dans la répression. La démocratie est piétinée, avec des processus électoraux viciés et l'absence de consensus observée. Les libertés individuelles et collectives garanties par la constitution sont de plus en plus violées. Nous vivons véritablement une nouvelle ère au Sénégal en ce 21e siècle, l'instauration d'une dictature manifeste. Les lois sont violées dans une volonté manifeste de casser toute dynamique d'opposition. On assiste à des répressions, des brimades, des crimes, des emprisonnements arbitraires. La violence d'état est inouïe et s'exécute de façon illégale et injuste sur des citoyens décidés à exercer leur droit de manifestation pacifique, tel que ordonné par la constitution. Plus que jamais, avec ce régime ci les sénégalais sont en grand danger, car le pays risque fort de basculer dans le chaos. Ainsi il urge d'arrêter ces agissements d'une autre époque, qui ont fini par déstabiliser plusieurs nations. La trajectoire politique historique de notre pays, remarquable sous bien des égards, devrait nous permettre de dépasser cette mauvaise passe. La solution passe nécessairement par le dialogue franc et constructif qui a permis de régler bien des impasses politiques dans le passé. Pour ce faire le Chef de l'état devrait changer de posture pour une fois et être au-dessus de la mêlée, si tenté qu'il tient à la stabilité du pays. Il devrait œuvrer à promouvoir la démocratie, l'expression de la volonté populaire à travers le respect des lois constitutionnelles qui la garantissent. Le Président devrait s'élever, se hisser à la hauteur de sa fonction, afin de pouvoir remplir sa mission exaltée, mener le pays vers le salut et la prospérité. Autrement la voie qu'il est entrain de prendre ne pourrait aboutir qu'à un désastre, dont il serait finalement le grand perdant. Son entourage devrait l'aider à surmonter cette épreuve, si bien évidement il lui reste encore un brin de patriotisme les exhortant à ruminer leur rancœur et à changer leur façon de voir. La paix longtemps cultivée dans notre pays est à ce prix.
    {comment_ads}
    Auteur

    Nkhson

    il y a 2 jours (13:13 PM)
    Regret, regret et encore regret! Si aujourd'hui devait être le 23 juin 2011, j'aurais laissé Abdoulaye Wade accomplir son vœu de 3e mandat. Il est évident qu'un 3e mandat pour ce dernier, aurait valu mieux que les 2 mandats de l'actuel locataire du palais. Il est inadmissible qu'on ait vécu un recul démocratique, qui nous place 50 ans en arrière avec les méthodes dictatoriales de parti-état. C'est un constat amère, on a été trahi sur toute la ligne avec un discours politique d'antan, en parfaite opposition avec la réalité actuelle. La lutte contre l'injustice était notre principal combat, contre le régime de Wade. Or il se trouve que cette injustice s'est empirée, elle est devenue tout bonnement un mode de gouvernance. La justice rempart de la société est sous ordres, l'administration politisée, les forces de sécurité déviées de leur mission font plus dans la répression. La démocratie est piétinée, avec des processus électoraux viciés et l'absence de consensus observée. Les libertés individuelles et collectives garanties par la constitution sont de plus en plus violées. Nous vivons véritablement une nouvelle ère au Sénégal en ce 21e siècle, l'instauration d'une dictature manifeste. Les lois sont violées dans une volonté manifeste de casser toute dynamique d'opposition. On assiste à des répressions, des brimades, des crimes, des emprisonnements arbitraires. La violence d'état est inouïe et s'exécute de façon illégale et injuste sur des citoyens décidés à exercer leur droit de manifestation pacifique, tel que ordonné par la constitution. Plus que jamais, avec ce régime ci les sénégalais sont en grand danger, car le pays risque fort de basculer dans le chaos. Ainsi il urge d'arrêter ces agissements d'une autre époque, qui ont fini par déstabiliser plusieurs nations. La trajectoire politique historique de notre pays, remarquable sous bien des égards, devrait nous permettre de dépasser cette mauvaise passe. La solution passe nécessairement par le dialogue franc et constructif qui a permis de régler bien des impasses politiques dans le passé. Pour ce faire le Chef de l'état devrait changer de posture pour une fois et être au-dessus de la mêlée, si tenté qu'il tient à la stabilité du pays. Il devrait œuvrer à promouvoir la démocratie, l'expression de la volonté populaire à travers le respect des lois constitutionnelles qui la garantissent. Le Président devrait s'élever, se hisser à la hauteur de sa fonction, afin de pouvoir remplir sa mission exaltée, mener le pays vers le salut et la prospérité. Autrement la voie qu'il est entrain de prendre ne pourrait aboutir qu'à un désastre, dont il serait finalement le grand perdant. Son entourage devrait l'aider à surmonter cette épreuve, si bien évidement il lui reste encore un brin de patriotisme les exhortant à ruminer leur rancœur et à changer leur façon de voir. La paix longtemps cultivée dans notre pays est à ce prix.
    {comment_ads}
    Auteur

    Gabriel M.m

    il y a 2 jours (14:57 PM)
    soyez activistes et non partisans il est deja tard de se jetter a lassaut le rappel cest se condamner sinon 
    {comment_ads}
    Auteur

    Sénégal.

    il y a 2 jours (14:58 PM)
    Le 23 juin n'a rien servi au final. Wade s'est présenté à l'élection présidentielle pour la troisième fois. Les urnes ont parlé .Le président Maky a gagné sans contestation possible.
    Top Banner
    Auteur

    Soigneur De Fous

    il y a 2 jours (15:06 PM)
    L'homme des Toubabs
    {comment_ads}
    Auteur

    Zeus

    il y a 2 jours (16:01 PM)
    Je cherche à Rappatrier thiat en Guinée.ce rappeur raté.quel est son village d'origine au Sénégal.il insulte notre président et nos institutions.guinéens:vendez vos fruits cherchez votre argent et laissez notre politique.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email