Samedi 30 Mai, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Environnement

Kafountine: Le conseil local de pêche artisanale va en guerre contre les engins prohibés

Single Post
Pêche Senegal
La pêche illicite dans les eaux sénégalaises coûte chère. Environ 150 milliards de FCFA (230,0 millions d’euros) à l’économie sénégalaise chaque année. Qu’il s’agisse des chalutiers étrangers sans permis, des pêcheurs artisanaux s’aventurant hors de leurs zones de pêche, de la pêche d’espèces non matures ou encore de l’utilisation d’engins de pêche non conformes aux lois internationales.
La commune de Kafountine est aussi victime d’une combinaison entre une pêche artisanale très dynamique et une flottille industrielle étrangère accentuant la pression sur la ressource. Elles privent les poissons et les grands mammifères de leur alimentation principale, provoquant ainsi la disparition de plusieurs espèces de poissons, de crustacés et entrainant ainsi la disparition des écosystèmes. 

Abass Badiane, chef de contrôle du quai de Kafountine a expliqué que : « Dans la zone couverte par le conseil local de pêche artisanale, la pêche s’effectue avec une diversité d’engins. On y trouve des filets senne tournantes, senne de plage, filet dormant de fonds, filet maillant dérivant de surface « félé félé »). Les filets dormants de fond sont les plus utilisés ici avec 11226 nappes réparties en 141 unités de pêche ».
Il trouve paradoxale que : « L’utilisation de filets en mono-filament ou en multi-mono-filament en nylon est formellement interdite par l’article 30 du Code de la Pêche depuis 1998, alors que son importation est autorisée par le Code du Commerce’’. 

« Si ces filets ne laissent rien passer en termes de pêche, ils demeurent un désastre écologique, dans la mesure où ils s’accrochent régulièrement sur les récifs et épaves où ils sont abandonnés et ne se dégradent qu’au bout de 500 ans. Ce sont des milliers de tonnes de filets perdus qui étouffent la vie marine de nos côtes et font disparaître nos ressources halieutiques » , constate pour le regretter Abasse Badiane.
Avec l’appui et l’encadrement du projet Usaid/Comfish, les professionnels de la pêche ont pris conscience de la nécessité d’une gestion participative et durable des ressources halieutiques.
Ainsi à travers la création de Conseil local de pêche artisanale(Clpa) des mesures consensuelles sont prises par les acteurs eux-mêmes pour interdire ; par exemple l’usage des mono-filaments et la pêche des juvéniles.

liiiiiiiaffaire_de_malade

3 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (11:39 AM)
    Il est vraiment tant que le conseil municipale de Kafountine prend des dispositions claires pour faire face à la peche illicite dans les eaux de la Commune de Kafountine. :fblike: 
  2. Auteur

    Téo Coly

    En Août, 2015 (12:22 PM)
    vive la casamance  :thumbsup: 
    Auteur

    Jo

    En Août, 2015 (13:46 PM)
    Moi les pécheurs et les forestiers métonnent.

    Quand ont dit de ne pas pécher avec tel ou tel matériel ils disent que si nous ne le faisons pas nous n'aurions rien. Après ils viennent dire que la mer n'a plus rien. Non, il faut que les autorités prennent leur responsabilité. On saisit des tonnes de bois, certains disent que nous n'avons que le bois. Ils oublient que d'ici, peu s'ils ne font pas attention, ils n'auront plus du bois à exploiter. Sont -ils intelligents.



    Voilà pourquoi nos pecheurs ont des problèmes avec ceux de Yoff, de Cayar qaui ont pris la FERME D2CISION de plus laisser d'autres venir piller leurs mer. Quand à la Maurtanie, celui qui s'y avanture recevra purement et simplement une balle. V'est clair.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email