Dimanche 14 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Faits-Divers

Epinglé par l'audit du Port autonome de Dakar : L’ancien Dg Pathé Ndiaye blanchi après huit ans d’instruction

Single Post
Epinglé par l'audit du Port autonome de Dakar : L’ancien Dg Pathé Ndiaye blanchi après huit ans d’instruction
Il aura attendu huit ans après l’audit qui l’épinglait pour abus de biens sociaux pour être blanchi. Non point à l’issue d’un procès, mais plutôt à la fin de l’instruction qui aura duré huit longues années. En effet, c’est le doyen des juges d’instruction Mahawa Sémou Diouf qui a innocenté l’ancien Directeur général du Port autonome de Dakar, Pathé Ndiaye, par une ordonnance de non-lieu qui lui a été notifiée le 31 mars dernier.

Depuis huit ans, il est traîné dans la boue dans le cadre de l’audit en 2000 des sociétés d’Etat. Depuis huit ans, il est interdit de sortie du territoire national après avoir été mis sous contrôle judiciaire. Mais huit ans après son inculpation pour abus de biens sociaux dans le cadre de sa gestion du Port autonome de Dakar, Pathé Ndiaye vient d’être reconnu innocent. Non point à l’issue d’un procès, mais plutôt à la fin de l’instruction du dossier qui aura duré huit longues années. Aussi, c’est le doyen des juges d’instruction du tribunal régional hors-classe de Dakar, Mahawa Sémou Diouf, qui a blanchi l’ancien Directeur général du Port autonome de Dakar, en prononçant un non-lieu. L’ordonnance en tenant lieu et dans laquelle tous les chefs d’inculpation retenus à l’époque contre Pathé Ndiaye ont été rejetés, lui a été notifiée le 31 mars dernier.

L’ancien Directeur général de la Société nationale du Port autonome de Dakar (Sonapad) est ainsi désormais libre de tous ses mouvements. Pour être blanchi, il n’aura pas eu besoin de transhumer comme d’autres Dg épinglés par ces mêmes audits qui furent autant de moyens de règlements de comptes et de pression pour le président Abdoulaye Wade et son sherpa d’alors, son tout puissant ministre d’Etat, directeur de cabinet, Idrissa Seck, au lendemain de l’alternance politique. Comme Abdoul Aziz Tall (à la Lonase) ou Ibrahima Gaye (Le Soleil), il aura, huit ans durant, refusé toute compromission, portant en bandoulière cette seule innocence qu’il n’aura jamais cessé de clamer.

En fait, la gestion de Pathé Ndiaye avait été mise en cause au lendemain de l’alternance par un audit commandité par l’Etat. Ce rapport d’audit, en date du 9 octobre 2001, avait constaté des écarts entre la trésorerie et la comptabilité de la Sonapad et les soldes confirmés par les banques partenaires, l’existence d’un compte à la Bicis qui n’était pas prise en compte par la comptabilité de la société en cause, l’existence d’un compte dénommé ‘Dons et subventions’ étrangers à l’activité du Port et la signature de contrats par entente directe entre ladite société et certaines structures. Raison pour laquelle il avait été inculpé des chefs d’abus de biens sociaux et de complicité d’abus de biens sociaux et placé sous contrôle judiciaire.

Mais, en réponse à ces accusations, Pathé Ndiaye a toujours nié les faits. C’est ainsi qu’il soutiendra, ainsi que le rappelle l’ordonnance de non-lieu, que le rapport sur la revue limitée des comptes de la Sonapad était établi après son départ et qu’il n’avait jamais rencontré les membres du cabinet d’audit. En outre, il précisait que tous les états financiers du Port avaient été élaborés et adoptés à date échue de 1995 à 1998 et que ceux de 1999 avaient connu un retard en raison du phénomène du bogue de 2000 qui avait nécessité le changement du système d’exploitation économique. Et le juge du premier cabinet aura la confirmation par Djibril Dial, président de la Commission statutaire des marchés (Csm), Ibrahima Ndiaye, membre de cette commission, et Hameth Sall, représentant de la commission nationale de dépouillement qui l’ont soutenu à l’unanimité, que ‘tous les marchés conclus (alors) par la Sonapad avaient été soumis à la commission pour avis et au Conseil d’administration pour approbation’. Il s’y ajoute, précise l’ordonnance de non-lieu, que les membres de la Commission statutaire des marchés de la Sonapad ont déclaré que ‘durant toute la gestion de Pathé Ndiaye, tous les marchés conclus leur avaient été soumis pour avis et il n’y a jamais eu de recours’.

Ainsi, n’ayant pas la preuve d’un quelconque dépassement sur les prévisions budgétaires consacrées aux ‘Dons et subventions’ accordés à des fins conformes aux intérêts de la société, encore moins de paiements effectués pour des travaux non réalisés dans le cadre de la gestion de l’inculpé et n’ayant pas trouvé de griefs à lui reprochés, le juge a prononcé une ordonnance de non-lieu en faveur de Pathé Ndiaye.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email