Mardi 23 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Immigration

COUMBA GAWLO : 'WADE A TROP D'IDEES'

Single Post
COUMBA GAWLO : 'WADE A TROP D'IDEES'
Son engagement aux côtés du président Wade ne date pas d'aujourd'hui. Et Coumba Gawlo Seck ne rate jamais une occasion de le revendiquer. Dans cet entretien, à bâtons rompus, l'interprète de Dieuredieuf, du nom de son nouvel album, ne cache guère son admiration pour le pape du Sopi. ‘Le président Wade, souligne-t-elle, est un homme d'une grande générosité. Il a beaucoup d'idées. Dès fois, je me dis, qu'il en a trop ...’. Aussi, Coumba Gawlo aborde entre autres points l'engagement politique des artistes, la question de la pression fiscale, la célébration de l'Année Senghor.

Engagement politique

‘Si aux yeux des gens nous ne sommes pas suffisamment engagés en tant qu'artistes, ce n'est pas par peur. Mais, c'est parce que nous avons beaucoup de gens derrière, qui ne sont pas psychologiquement avancés dans ce domaine. Aux Etats-Unis ou ailleurs, la démocratie est telle que, chacun peut brandir sa pancarte pour afficher son appartenance politique et demain, continuer à s'afficher à la Télévision sans que ses fans se mettent à lui jeter des pierres. J'ai entendu, il y a quelques jours, une personne sur une radio de la place parler d'un artiste sénégalais, en disant que son engagement ne concerne personne. Cela veut dire que les gens ne sont pas assez prêts. Il faut comprendre que l'artiste avant tout a des droits, des pensées et des visions. Il a le plein droit de montrer son engagement. Si un fan n'a pas les mêmes visions politiques, il peut suivre ses visions tout en restant avec l'artiste. Parce qu'avant tout, c'est pour l'art qu'il aime l'artiste. Mon engagement politique, je le démontre tous les jours à travers les messages que je véhicule sur le Sida, la pauvreté etc. Aussi, chaque fois qu'il y a des thèmes politiques qui me concernent, en tant qu'ambassadeur et personnage public de mon pays, je donne mon avis. Mais, j'évite de donner mon avis dans l'enthousiasme. Je ne juge pas la mentalité des gens. Je ne dis pas, non plus, que je suis apolitique. La politique de mon pays m'intéresse et me concerne parce que je suis citoyenne de ce pays. Je suis née au Sénégal, je vis et investis dans ce pays, je paye mes droits et mes impôts comme tout le monde. Tout ce qui se passe dans ce pays doit naturellement et forcément m'intéresser. Le jour où, il y aura le feu dans ce pays, je vais être dans la galère comme tout le monde.’

L'exemple de Nder

‘L'artiste n'a que son art. Nous sommes dans un pays de démocratie. Démocratie signifie développement certes, mais ne nous sommes pas encore avancés. On n'est pas au même niveau que les Etats-Unis. Vous avez vu pour la guerre en Irak, combien d'artistes se sont soulevés pour manifester leur mécontement. Et lors des élections américaines, entre Georges Bush et John Kerry, ils ont donné leur consigne de vote. Si aujourd'hui, Alioune Mbaye Nder se lève pour dire que telle personne est mon candidat, je respecte sa position. J'ai de l'admiration et de l'estime pour lui. On l'écoutera parce que c'est un citoyen qui a des droits comme tout le monde. Il a le droit d'afficher ce qu'il veut ou pense. Cela n'engage que lui. Il est libre. Il serait bien qu'on avance à un certain niveau de démocratie où chacun a le droit de dire ce qu'il pense tout en restant dans les normes. Tant que ce n'est pas hors la loi, je pense que c'est la démocratie qui le veut ainsi. Chacun peut s'engager là où il veut, comme il peut, selon sa volonté.’

Relations avec le président Wade

‘Tout le monde sait que le président Wade, avant d'être président, c'est mon ami, mon père. Je l'adore. C'est un homme que je respecte beaucoup pour plusieurs raisons. Je l'ai côtoyé pendant les moments difficiles, quand certaines personnes le fuyaient. Je me rappelle, à l'époque où il était dans l'opposition, je le fréquentais tous les dimanches. On discutait très souvent. C'est quelqu'un qui m'a toujours considérée comme sa fille. Je lui dois jusqu'à présent le respect et l'admiration que j'ai toujours eus pour lui. La preuve, chaque fois qu'il me voit ou me reçoit au palais, il me dit toujours que je suis sa fille. Il m'appelle devant tout le monde ‘ma fille’. J'avoue que c'est un honneur qu'il m'appelle ainsi. ‘Le président Wade, c'est un homme d'une grande générosité et d'une grande disponibilité. Il a beaucoup d'idées. Dès fois, je me dis, qu'il en a trop parce que c'est un homme intelligent. A chaque fois qu'il se rend aux Etats-Unis et qu'il voit les tapis roulants, par exemple, il veut qu'on les amène au Sénégal. Je sais là où il veut emmener le pays parce que c'est quelqu'un d'une grande spontanéité. Si je dois faire quoi que ce soit pour le soutenir, je le ferai. Mais, j'ai un lourd fardeau parce qu'il se trouve que j'ai des amis partout. Et ce n'est pas parce que je vais souvent chez Wade, qu'il me considère comme sa fille, que je ne vais pas saluer les autres acteurs politiques. Les gens me respectent beaucoup. Que cela soit Ousmane Tanor Dieng, à qui j'ai eu à faire une dédicace et qui s'était déplacé avec feu Babacar Mbaye à l'époque. C'est quelque chose qui m'a touché énormément. J'ai beaucoup d'amis dans cet univers politique, c'est peut-être une chance que je possède.’

L'âge de Wade

‘Ce n'est pas une question d'âge. Le président Wade est un homme qui, malgré son âge assez avancé, reste très dynamique. Je le vois souvent travailler jusqu'à des heures extraordinaires où les gens qui l'entourent se disent même qu'il va tous les tuer à ce rythme. L'intelligence n'a pas d'âge. L'envie de faire des choses n'a pas d'âge. Tant qu'on peut toujours donner les idées, rêver, et que l'âge n'a pas agi sur le cerveau, il n'y a pas de problèmes. Je ne pense pas que cela soit son cas. C'est un homme qui a beaucoup d'idées et d'ambitions pour gérer le Sénégal. Il est vrai que les questions sur l'âge sont souvent évoquées en Afrique mais je vous dis que le président Wade vous impressionne, lorsque vous êtes avec lui. Pour le reste, je ne sais pas trop. Parce que je ne suis pas dans son quotidien. Je ne fais pas aussi partie de ses ministres qui le côtoient tous les jours.’

Rapport avec Sindiély

‘Sindiély, j'ai eu à la rencontrer quand son père était dans l'opposition. C'est une femme de cœur. Elle est assez effacée, humble. C'est bien d'avoir une fille comme elle, assez diplomate à côté de son père pour régler certains problèmes.’

Bilan de l'alternance

‘C'est un bilan positif. Il y a beaucoup de choses qui sont bonnes. Mais, il y en a aussi beaucoup d'autres qui sont négatives. Il faut encore l'étudier et l'améliorer pour donner satisfaction aux populations. Quand je regarde le pays, je vois parfois ces jeunes qui ne sont pas contents parce qu'on les a expulsés. Ils reviennent au bercail et déversent leur colère sur l'Etat. Ce sont, peut-être là, les aspects assez négatifs de la gestion du pays. Et à ce niveau, chacun est responsable. Parce que quand on voyage, il faut avoir aussi les papiers qu'il faut. Il ne faut pas prendre des risques et revenir rejeter la responsabilité à n'importe qui, pour dire que c'est de sa faute. Si ces jeunes avaient du boulot, ils ne seraient pas partis. Je pense que dans les années à venir, on risque de se retrouver avec un pays où il n'y aura que des émigrés. Les jeunes ne veulent même plus aller à l'école pour étudier. Pour eux, étudier c'est perdre du temps. On risque de ne plus avoir d'intellectuels dans nos pays parce que tout le monde veut partir. Il faut que des gens responsables encouragent les élèves dans les études pour avoir de bons cadres à l'avenir. Ce problème de l'émigration me touche énormément. Mais je ne suis pas là pour jeter la pierre aux gens, encore moins les juger dans un sens politique.’

Délestages et pénuries de gaz

‘En tant que citoyenne, je sais qu'il y avait des délestages bien avant l'alternance. Je me rappelle bien, il y a une année avant l'alternance où c'était vraiment le chaos total. Et on était en pleine période électorale. C'était infernal. Jusqu'à présent, nous avons ces problèmes de délestages. Cela veut dire qu'il y a un problème quelque part. Ce problème existe depuis l'indépendance. Il faut réfléchir et trouver les moyens de les résoudre. ‘Je ne sais pas vraiment ce qui est derrière les pénuries de gaz. Cela est dû peut-être au problème de stock qu'il faut résoudre de sorte à aider les populations en général, et toutes ces ménagères qui souffrent de cette situation.’

Ndella Diouf, femme politique

‘Le Sénégal commence à être un pays vraiment démocratique parce que maintenant les gens expriment tout ce qu'ils pensent. Ndella Madior Diouf est une amie mais elle ne m'a pas concertée avant d'entrer dans le monde politique. J'avoue que c'est son droit. Je l'encourage, si c'est son choix. Il faut bien que les femmes s'expriment. C'est une bonne chose. Si elle se sent capable de pouvoir occuper un poste de responsabilité aussi important, cela montre qu'elle s'est préparée. Je crois aux femmes et peut-être dans dix ans, ce serait un bonne chose de voir une femme comme président de la République. Au Sénégal, les femmes sont brillantes. Je vois de brillantes avocates, des femmes comme Penda Mbow, Aminata Tall etc. Des femmes pour qui j'ai beaucoup de respect.’

Scandales financiers

‘Je ne peux pas me prononcer sur des scandales financiers dont j'ignore complètement le dossier. Je ne suis pas dans la politique, ni dans le gouvernement. On ne m'a pas présenté un rapport détaillé qui me donne les informations sur tout ce qui s'est passé pouvant me permettre de me prononcer. Je suis comme tous ces Sénégalais qui entendent parler d'argent en écoutant la radio ou en lisant les journaux sans pour autant savoir réellement ce qu'il en est. Je n'ai pas d'arguments valables pour émettre un jugement.’

Célébration de l'Année Senghor

‘L'année Senghor aurait pu être mieux fêtée. C'est vrai qu'il y a eu une vaste campagne de communication et d'affichage sur l'Année Senghor mais il faut savoir que nous ne sommes pas dans un pays de lecteurs. Les gens veulent plus écouter la radio et regarder la télévision. Dans la célébration de ce centenaire, on devait peut-être organiser des festivités avec de grands concerts qui verraient la participation en plus des artistes locaux, d'autres artistes de renom. Mais il faut apprécier à sa juste valeur les efforts qui ont été faits par les différents comités d'organisation pour fêter l'Année Senghor. A mon avis, Senghor qu'on le fête ou pas, il s'est fêté lui-même. Il a fait un travail remarquable comme une pierre qui a été posée quelque part. Senghor, c'est notre fierté.’

La fiscalité

‘C'est très difficile en Afrique et surtout au Sénégal. De plus en plus, nous avons des artistes et des chanteurs. Parmi les chanteurs, malheureusement très peu on eu la chance d'être à l'école et d'être bien encadrés parce qu'il n'y a pas d'école de management dans ce domaine. Ce qui fait qu'il y a toujours eu des problèmes. Certes, les artistes doivent payer les impôts, les redevances, des taxes, j'aurai souhaité qu'on identifie des artistes qui payent et ceux qui ne payent pas. Ce qui se passe, c'est que de nombreux artistes ne savent pas qu'ils doivent payer des impôts, qu'ils doivent faire des déclarations de leurs créations. Il faut trouver des moyens de les encadrer, leur donner des conseils et les aider à savoir ce qui les attend. ‘L'autre problème, c'est que les artistes ne gagnent même pas autant que les gens pensent. Il y a combien de salles de spectacles au Sénégal ? Il n'y a même plus de promoteurs de disques, aujourd'hui. Les artistes qui s'en sortent en général sont ceux qui s'autoproduisent. C'est un problème qu'il faut voir à la base et qui mérite de réunir les acteurs culturels, ceux de la fiscalité, du Bsda, afin d'en discuter et de revoir les normes. C'est une question très complexe.’

Expérience dans les boîtes de nuit

‘Avec l'expérience du Jessy, c'est un investissement que j'ai eu à faire et qui n'a pas marché. Je suis très contente que cela n'ait pas marché parce qu'elle m'a réveillée. J'ai verrouillé les portes et je me suis mieux organisée. Si cela avait marché, je serais toujours restée dans les nuages. Aujourd'hui, j'ai Sophie qui fait partie des mes collaboratrices. Et, avec Ndèye Fatou, elle s'occupe de la promotion dans les boîtes de nuit. C'est ce qu'on appelle ailleurs la promotion club. A ce niveau, les normes changent un peu. Parce qu'en Europe, la ‘chanson club’ est toujours changée, remixée par un Dj de la boîte de nuit. (...) L'autre aspect aussi pour parler de ce travail de club pur et dur, est lié à son volet orchestral. Parce que lorsqu'on joue avec un orchestre et qu'on vienne chanter en boîte de nuit, cela nous permet d'avoir un autre public. C'est important. Aujourd'hui, j'avoue qu'on travaille plus sur ce volet pour présenter l'album soit en club, soit dans les stades avec notamment la tournée Déwénati Tour, qu'on vient de boucler. Et, le nouveau concept Déwénati Show, prévu le 3 février au stade Alassane Djigo, va permettre de boucler la tournée.’

Projet de l'école de Tivaouane

‘Le projet se porte bien. Nous avons réussi à obtenir les moyens qu'on voulait pour la reconstruction de l'école de Tivaouane. Dans les mois à venir, le chantier sera à pied d'œuvre.’

Nouveau look

‘Etant artiste, j'ai aussi des vibrations, des sentiments et j'ai envie de faire certaines choses. Ce qui m'amène souvent à changer, c'est que je veux me retrouver dans la peau de plusieurs personnages. Sur un autre aspect, quand j'ai adopté le look de le crâne rasé, j'ai voulu rester très africaine. J'aime bien rester noire, naturelle et vraie. Si mon public y avait adhéré à cent pour cent, j'aurais pu continuer. Mais il était partagé. Ce sont des choses qui arrivent. Mais l'essentiel c'est de dire que je suis là pour mon public. Je dois leur apporter du plaisir.’

Goûts musicaux

‘J'aime bien écouter tout le monde. J'aime beaucoup les grands artistes comme Miriam Makéba qui est ma marraine, Michael Jackson... Maintenant je suis beaucoup les grandes artistes de chez nous. C'est vrai qu'en écoutant ces différentes musiques du Mali, de la Guinée et d'ailleurs et aussi ces grandes voix de la musique française, cela me donne de l'inspiration. Je me plais dans la musique de chez nous, qui est le Mbalax. Et par rapport au marché international et à une certaine ouverture d'esprit, je cherche à chanter dans d'autres langues.’

Propos rassemblés par Fatou K. SENE & Donald NDEBEKA



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email