Mercredi 11 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Insolite

Un Homme Battu Raconte Son "Enfer"

Single Post
Un Homme Battu Raconte Son "Enfer"

L'association SOS Hommes battus organise lundi un colloque pour alerter sur les violences conjugales au masculin. Une victime a accepté de lever le tabou.

Épaules carrés, barbe blonde, visage avenant : Nicolas semble être un homme solide et équilibré. Pourtant, ce trentenaire a vécu un "enfer" que beaucoup n'osent pas raconter : pendant plusieurs mois, il a été battu par sa femme. "Socialement, c'est nié et intellectuellement, c'est inacceptable", résume Nicolas, qui a témoigné pour Metro afin de briser le silence sur une situation qui touche 140 000 hommes chaque année, selon l'observatoire national de la délinquance.

Son histoire d'amour avait commencé de belle manière : "Il y a trois ans, je me suis lancé dans un tour du monde. En Asie centrale, j'ai rencontré une femme de nationalité turque, enseignante à l'université. Nous avons vécu ensemble trois mois, ca se passait très bien." Puis le couple décide de s'installer en France. Pour des raisons administratives – et "parce que j'étais amoureux d'elle"– Nicolas se marie au printemps 2011.

"La première fois, j'étais sidéré"

Très vite, leur relation se détériore. La jeune femme se montre jalouse, le soupçonne d'avoir des liaisons, lui demande de détailler "minute par minute" son emploi du temps. Puis surviennent des crises. "Cela commençait par de la violence verbale, des insultes d'une vulgarité étonnante, puis de la violence physique : coups de pieds, de poing, morsures. Elle a essayé de m'étrangler, de me poignarder. La première fois, j'étais sidéré. J'essayais de parer les coups, mais j'ai cet interdit depuis l'enfance : on ne frappe pas les femmes."

Après un deuxième accès de violence, Nicolas essaie de partir, mais il est pris dans un engrenage. "Elle me demandait pardon, jurait que cela n'arriverait plus, qu'elle irait voir un psychiatre." Crise, départ, retrouvailles. Le scenario se répète. Le jeune homme n'ose pas en parler, par honte ou pour ne pas accabler sa femme. Il se replie alors sur lui-même, se coupe de sa famille et de ses amis.

"Si j'avais été une femme…"

"En novembre 2011, après une dispute, je suis allé me coucher, raconte Nicolas. Deux heures après, je sens une lame de cutter sous la gorge. Je me suis dit, je vais crever." Il appelle la police. "L'appartement était dévasté, il y avait du sang partout. Les policiers ont dit à ma femme de sortir se calmer. Si j'avais été une femme, ils l'auraient sûrement arrêtée." Nicolas dépose une main courante, mais ne porte pas plainte. "Je pensais qu'elle était malade et que c'était mon devoir d'aider ma femme." Quelques mois après, il franchit le pas, fait appel à la justice et quitte sa femme, sur les conseils de sa famille.

Aujourd'hui, Nicolas a changé de ville et de métier. Il va prochainement entamer une procédure de divorce. Il ne ressent plus que de la "haine", celle d'une "victime envers son bourreau". Des mots très durs, qu'il profère avec un calme désarçonnant. "Je ne suis plus la même personne qu'avant, explique-t-il. Je vois quelqu'un en ce moment, mais je suis très fermé, je n'exprime plus aucun sentiment."

  Le prénom a été modifié.




Source Métro

Article_similaires

5 Commentaires

  1. Auteur

    Je Te Souhaite Cas Meme Du C

    En Novembre, 2013 (14:12 PM)
    je reve ou quoi ,j'ai du mal a y croire malgres que j'ai une photo en face de moi .courage mon frere, ainsi que tous ceux qui sont dans ta situation .Le seul conseil que je puisse te donner est de quitter cette dame avant que le pire ne se produise, mon frere.
  2. Auteur

    Degg Rekk

    En Novembre, 2013 (14:23 PM)
    C'est vrai, des millions d'hommes vivent ce

    drame quotidiennement en silence:

    On doit parler aujourd'hui de l'émancipation

    de l'homme , de la protection des hommes

    " faibles" et abusés . L'exploitation des hommes

    par les femmes, l'infériorité de l'homme par

    rapport à la femme.

    Tout ça a été possible parce que selon les lois

    Modernes créées par les " hommes" pour

    les femmes ont relégué l'homme derrière

    Les " femmes".

    Heureusement il existe toujours des femmes

    qui connaissent leur place vis-à-vis de l'homme .

    On doit changer la loi de ces "hommes"

    mais est-ce que c'est pas trop tard???

    Sauve qui peut.

    • Auteur

      Degg

      En Novembre, 2013 (15:10 PM)
      c'est du montage, ceci est inadmissible. comment un homme peut accpeter de subir tt ceci d'une femme.niaka foula waye
    Auteur

    Codou Yandee Biram

    En Novembre, 2013 (16:43 PM)
    La réelle violence contre les hommes se déroule dans les tribunaux ou les hommes ne sont percus que comme banque de sperme et de sous. Resultat: toute une generation d'enfants qui grandissent sans ou avec le minimum de contact avec leur père.

    au Senegal l'influence des ONG s'activant sur le crenau "genre" (bcp de $$$) est maléfique. Ces gens ont a l'oeil les "magistrats" qu'ils forment a Saly (vacances payees), les notes selon les decisions d'audience, et assiste a leur promotion a travers leur réseau.

    Les hommes sénégalais ne sont meme pas conscients, étant pour bcp victime de leur inertie, ignorance (immaturité) et manque d'organisation. La plupart se contenteront de rire, se moquer et clamer leur machisme par des idioties comme "niak foula", jusqu'a ce qu'ils se retrouvent dans la chambre de Mme la Presidente du Tribunal qui va allouer 800,000CFA a ta dame qui veut coute que coute te divorcer tout en gardant tes enfants et ta maison.

    La prochaine guerre mondiale ne sera pas confessionnelle mais genre.
    • Auteur

      @codou Yandee Biram

      En Novembre, 2013 (18:27 PM)
      tres bien dit.c'est une politique globale de destruction de la famille en tant que telle.ici par exemple beaucoup d'enfants grandissent sans leur pere.resultat: des enfants hors de controle.... qui deviennent des problemes pour eux meme et pour la societe meme si je ne generalise pas il ya des exeptions.
    • Auteur

      Codou Yandee Biram

      En Novembre, 2013 (20:06 PM)
      bizarre que vous servez ce symptôme d'enfants hors contrôle: je viens juste de voir le fils (15 ans) d'une amie passer 1 mois en taule pour vol. l'amie refusait que le papa ait son enfant en garde comme le tribunal l'avait ordonne, le père adoptif était condamne quoiqu'il faisait (il était méchant s'il corrigeait, il ne les aimait pas s'il laissait faire). maintenant elle pleurniche que le vrai père vienne prendre ses responsabilités. inutile de dire que celui ci lui retourne le meme traitement lorsqu'il réclamait son fils: silence zero). resultat: un enfant qui est bien parti pour une vie ratée de criminel (il boit et de drogue deja a cet age).
      le phenomeme est assez répandu pour ceux qui vont voir rouge et parler de généralisation gratuite.
    Auteur

    Moulay Teuss

    En Novembre, 2013 (17:31 PM)
    Ca existe au Sénégal depuis toujours. A Kolda, un militaire, grand, très fort bien barraqué se faisait bastonner tous les jours par sa femme, qui l'enfermait parfois toute la journée, selon ses humeurs !!!
    Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2016 (10:21 AM)
     :fbhang: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email