Samedi 27 Novembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Affaire Ramadan : Des récits d'une grande violence et des soupçons de collusion

Single Post
Affaire Ramadan : Des récits d'une grande violence et des soupçons de collusion

Les deux femmes qui accusent Tariq Ramadan de viols ont décrit des scènes d'une très grande violence au cours d'investigations qui ont aussi révélé des connexions entre les plaignantes et des opposants au théologien musulman, alimentant des soupçons de collusion pointés par la défense.

. Les viols décrits par les plaignantes

Lors de leurs auditions dont l'AFP a eu connaissance, Henda Ayari et la seconde plaignante connue sous le pseudonyme Christelle ont raconté, de façon détaillée, les événements qui ont précédé leur rencontre avec Tariq Ramadan. D'abord, des contacts via internet de plus en plus fréquents avec celui en qui elles voient alors un guide spirituel. Puis la naissance de rapports de séduction, avant un rendez-vous à l'hôtel en marge d'une conférence donnée par l'intellectuel.

Christelle l'accuse d'avoir changé soudainement de comportement une fois dans la chambre, et de lui avoir imposé une relation sexuelle d'une grande brutalité, le 9 octobre 2009.

"Lorsque je me suis retournée, j'ai vu que son visage avait changé. Un visage terrifiant comme si j'avais le diable face à moi", selon la plainte de Christelle.

Elle l'accuse ensuite de lui avoir donné de "larges claques au visage, aux oreilles, aux bras, aux jambes, sur les seins et des coups de poing au ventre" afin de la "mettre KO", ainsi que d'avoir recouru à des pratiques sexuelles qui l'ont blessée physiquement.

Henda Ayari a elle aussi raconté une relation à distance qui, lors de leur seul rendez-vous fin mars/début avril 2012, bascule dans la violence: "Il m'a étranglée très fort et giflée violemment car je résistais", a-t-elle dénoncé dans sa plainte.

Avant cet accès de violence, elle avait accepté de se mettre en sous-vêtements dans la chambre d'hôtel de M. Ramadan.

Toutes deux se décrivent comme ayant été alors sous son "emprise", Christelle évoquant "un lavage de cerveau".

Tariq Ramadan a toujours contesté tout rapport sexuel avec les accusatrices.

. L'ombre d'une collusion dénoncée par la défense

Dans une contre-attaque, les avocats de M. Ramadan ont porté plainte pour subornation de témoins en visant nommément l'essayiste Caroline Fourest, adversaire de longue date de l'islamologue.

Dans leurs investigations, les enquêteurs ont mis au jour que les deux plaignantes ont partagé des contacts réguliers avec plusieurs détracteurs de l'intellectuel.

Selon un procès-verbal dont l'AFP a eu connaissance, les relevés téléphoniques ne font apparaître aucun contact direct entre Henda Ayari et Christelle entre le 6 mai et le 6 novembre 2017.

En revanche, ils montrent des communications fréquentes de chacune avec la ligne de Fiammetta Venner, une intime de Mme Fourest (116 fois pour Christelle et 156 pour Mme Ayari), sur cette même période de six mois.

Alors que les plaignantes affirmaient ne pas se connaître, l'enquête a montré qu'elles s'étaient parlé plusieurs années auparavant. Elles ont invoqué une méprise car elles n'avaient alors eu que de brefs échanges téléphoniques parmi d'autres contacts avec de potentielles victimes. Le tout dans un climat, selon elles, de menaces de l'entourage de Tariq Ramadan.

Les plaignantes et d'autres personnes entendues ont évoqué devant les enquêteurs les liens noués, avant le premier dépôt de plainte, avec d'autres femmes disant avoir été agressées sexuellement par M. Ramadan, mais aussi avec des opposants à l'islamologue.

Parmi ces derniers, la femme du chercheur Gilles Kepel, spécialiste de l'islam et lui aussi adversaire du théologien, a raconté début décembre avoir rencontré "il y a huit ou neuf ans", à Paris, Christelle en compagnie d'une animatrice de la radio Beur FM, dans un procès-verbal dont l'AFP a eu connaissance.

Après cette entrevue, Christelle a été présentée à Caroline Fourest puis l'a accompagnée sur le plateau d'une émission de télévision, où elle débattait précisément avec Tariq Ramadan.

Le numéro de l'animatrice radio apparaît également dans le relevé téléphonique établi par les enquêteurs: elle a été en contact 151 fois avec Christelle et 57 fois avec Henda Ayari sur la période mai/novembre 2017.

Des éléments qui pourraient être utilisés par la défense de Tariq Ramadan pour discréditer les témoignages des plaignantes en les accusant de s'être concertées. Les plaignantes, elles, décrivent leur besoin de nouer des contacts pour faire front face à l'entourage de l'intellectuel.


affaire_de_malade

13 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (00:59 AM)
    il est clair qu*il s*agit dùun vaste complot pour liquider TAREK RAMADAN dont les instigateurs ont recours à d*ignobles mensonges mal ficelés...les violences subies n*ont bizarrement provoqué aucune réaction immédiate des victimes ou laisser des traces physiques!!!Au vu de la fréquence des communications entre les victimes supposées et FOURREST.il est quasi certain que tout ceci a été manigancé et coordoné par Fourrest et certains milieux sionites et d*extrême droite!!!
  2. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (04:49 AM)
    Seneweb vous faites honte. Chauque fois que vous parlez de l'actualité internationale, vous copiez et collez simplement les articles des medias occidentaux sans réfléchir. C'est ça votre profesionnalisme!!! C'est domage que vous soyez encore au moyen-Age. Si les medias occidentaux bafouent aujourd'hui la présomption d'innocense parce qu'il s'agit d'un intellectuel musulman qui a longtemps cloué le bec à leurs philosophes tous qu'ils sont, vous au moins,à défaut de le défendre (pour le service rendu à l'Afrique et à la Ouma car il a défendu les pays du tiers monde face à l'impérialisme occidental dans ses débats) soyez probes et intègre dans vos analyses.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (06:54 AM)
    ...  :jaaxle:  :jaaxle:  :jaaxle:  :jaaxle:  :jaaxle:  :jaaxle:  :jaaxle:  :jaaxle:  :interrogation:  :interrogation: ...



    ... HA HA HA .... LA VULVE DE LA DEESSE ALLAHT....



    .... :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono:  :nono: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (08:07 AM)
    Les franc-macon, laïcs et ennemis de Dieu ne respectent aucune loi, meme morale, quand il s'agit de l'islam ou de ses symboles.

    Ce procès rappel, à bien des égards, l'affaire Drefus.

    Les irrégularités évidentes de l'avant-procès et les violations flagrantes de la loi par certains juges proches du dossiers montrent qu'il s'agit d'un complot de haut niveau cherchant à le discréditer auprès des musulmans.

    Mais ils se trompent de stratégie.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (09:16 AM)
    femmes arretez de rentrer dans les chambres d'hotel des hommes et en sortir et crier à tue tête " il m'a violé"!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!'
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (09:44 AM)
    je suis rassure c un complot
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (12:00 PM)




    Publication du HUFFINGTON POST : 11/02/2018 21h48 CET Mis à jour: 12/02/2018 08h31





    "Quand l'Affaire Tariq Ramadan fait mal à la France"



    Depuis mardi, le professeur Tariq Ramadan est en détention provisoire. Une décision contestée par ses représentants légaux. Cette décision est d'autant plus particulière que l'équipe d'avocats du professeur Tariq Ramadan a fourni un alibi qui n'a pas été vérifié avant la garde à vue. Une pièce maîtresse qui aurait pu donner une toute autre tournure à cette enquête.



    Une enquête avec des zones d'ombres



    Certains éléments sont troublants. Michel Debacq, un juge employé par le service responsable de l'interrogatoire de Tariq Ramadan, aurait pu avoir eu accès à son dossier. L'équipe juridique de Tariq Ramadan a appelé à une enquête ouverte. Ce même juge s'est apparemment réuni, en 2009, avec la seconde accusatrice "Christelle" accompagnée de Caroline Fourest, une adversaire politique de longue date de Tariq Ramadan. Beaucoup d'interrogations légitimes autour de ce dossier se posent alors aujourd'hui.



    En effet, "L'accusation soutient que sa remise en liberté présente un risque de fuite et a donc eu recours à l'option extrême de le maintenir emprisonné malgré la coopération manifeste dont il a fait preuve jusqu'à présent. Il s'est rendu en France il y a plus d'une semaine pour rencontrer les enquêteurs, pleinement confiant en son innocence. En dépit de sa bonne volonté et de sa confiance dans le système, le juge n'a apparemment pas envisagé d'autres alternatives, telles qu'un dispositif de surveillance électronique et d'assignation à résidence, qui auraient pu permettre d'assurer sa présence en France le temps de l'enquête."*



    Alors que Tariq Ramadan nie toutes les accusations portées contre lui et dépose des poursuites en diffamation contre ses accusateurs, il est toujours en détention provisoire. Alors que la société française tente d'avancer sereinement, des événements de la sorte ne peuvent que créer des clivages et un rapport à l'altérité traumatique. En effet, Il y a un ressenti en France, très prégnant ; la justice serait à géométrie variable. Ce propos aujourd'hui je le comprends. Quel message envoie-t-on aux citoyens lorsque l'on enferme un homme toujours présumé innocent, tandis que d'autres hommes actuellement tout aussi accusés jouissent de la présomption d'innocence ? Le problème n'est pas la liberté, mais l'enfermement.



    Une affaire qui laissera des stigmates dans la société et l'inconscient collectif



    Sociologiquement donc, cette histoire marque et marquera la société française créant un trauma dans les inconscients collectifs. Pour les uns, le symbole d'un enfermement politique, pour d'autres le reflet d'une loi qui ne protège pas l'individu comme elle le devrait et pour d'autre encore une justice discriminante à géométrie variable.



    Pour ma part, je reste profondément interloquée de l'acharnement aussi bien médiatique que juridique, interloquée par le nombre de figures intellectuelles et/ou médiatiques qui ont pris la parole par voie de presse, en parlant du professeur Tariq Ramadan comme 'coupable' alors que nous sommes dans un processus d'enquête à charge et à décharge. Alors que nous pourrions nous appuyer sur les lois dans un processus de société saine, la non-connaissance de celles-ci laisse le champ ouvert à toutes les dérives aussi bien psychiques que sociétales.



    D'ailleurs comme nous avons pu l'entendre récemment dans les médias de l'avocat Dupont-Moretti au sujet de cette affaire : "Il y a autant de chemins qui séparent la plaignante de la victime, que l'accusé du condamné". Le fait que certains aient eu envie de parler dans les médias du Professeur Tariq Ramadan 'au passé' dit quelque chose d'un effacement que l'on cherche à créer autour d'un homme, toujours présumé innocent, dont l'apport intellectuel depuis trente ans a fortement influencé certains pans de la société internationale.



    L'enquête d'un homme ou de ces idées?



    Cet acharnement attire l'attention sur un fait : il est un homme à abattre. Est-ce symptomatique d'un malaise de la société française ? Est-ce lié à ce que cet homme représente ? Une chose est sûre, la société française, à force de vivre ce type de réaction politico-médiatique, verra se former un clivage de plus en plus profond entre les générations, entre les communautés mais aussi avec les autres pays qui observent la France, nous jugeant de plus en plus prisonniers d'une forme de discrimination rongeant le cœur de notre société. Si la France avait un inconscient, quelle histoire y trouverions-nous ? Quel trauma ? Quelle souffrance ? Quelle réponse ?



    Aujourd'hui, en France comme dans d'autres pays, une campagne pour la libération du

    Professeur Tariq Ramadan a été lancé demandant à ce qu'il soit immédiatement libéré "au nom de la présomption d'innocence et du droit à la dignité durant tout le déroulement du procès et de l'enquête".*



    Ce qui se passe est très grave et nous en sommes tous témoins. Le professeur Tariq Ramadan, pourtant toujours innocent, passe ce soir une autre nuit en détention provisoire. Des questions se posent. Ne restons pas silencieux.
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme Cheikh

    En Février, 2018 (12:25 PM)
    dakar est vraiment infestee de pions de lobby obscurs de reseau alimenté par ces leucodermes européens ou américains,leurs seuls objectifs nuir a cet cher senegal,ses valeurs culturelles et morales.Seneweb un peu plus de dignité,ne vendez pas votre ame au diable.entre senegalais on se connaît.









     :sunugaal:  :sunugaal: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme Dom Rewmi

    En Février, 2018 (14:21 PM)
    Aucune presse occidentale surtout française n'a violé la présomption d'innoncence à dans l'affaire TARIQ Ramadan LA PRESSE FRAN9AISE QUE JE LIS TOUS



























    Arretez de raconter des conneries aucune presse occidentale surtout pas française que je lis tous les jours n'a violer la présomption d'innocence de Tariq Ramadane Ce monsieur profitait beaucoup de sa position médiatique soit disant islamoloque pour avoir certains avantages ou passer des messages heineux, il y'a 3 ou 4 ans il est venu dire aux sénégalais qu'ils sont colonisés sous forme de boutade qui est sans doute vrai .La justice française n'est pas la justice de merde sénégalaise pour reprendre expression PAYS DE MERDE de TRUMP Tariq Ramadan va méme bientot trouver la liberté si l'expertise médicale se confirme à savoir qu'il souffre de la SCOLROSE EN PLAQUE qui est maladie neurologique trés grave Je suis pas pro khalifa mais les sénégalais feraient mieux de se mobiliser pour libérer kalifa sall SINON CELA CONFIRMERA LES PROPOS DE TRUMP LES PAYS DE MERDES















     :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Bikita

    En Février, 2018 (14:31 PM)
    N0 4 : Le jour où les CONS voleront ... tu seras CHEF D' ESCADRILLE !!!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (14:36 PM)
    N0 4 : Le jour où les CONS voleront .... Tu seras CHEF D' ESCADRILLE !!!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Alan

    En Février, 2018 (15:43 PM)


    Musulmenteur arreter de mentir ce Tariq Ramadan est un grand domerame arreter de defendre quelqu un simple parcequ il est musulman il faut bien analyser la verite

    en plus ces nars vous considerent comme des esclaves
    {comment_ads}
    Auteur

    Hagh

    En Février, 2018 (14:33 PM)
    Les commentaires du n° 7 sont très réfléchis et je pense qu'il y a beaucoup de gens qui veulent la disparition de Tariq Ramadan. Il dérange beaucoup les occidentaux et même certains musulmans qui ne veulent pas qu'il continu à éveiller les esprits des musulmans avec une religion saine et moderne.

    La présomption d'innoncence existe en France donc Tariq doit être libérée tant qu'il n'y a aucune preuve.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email