Lundi 15 Août, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Alcatel va supprimer 10.000 emplois pour réduire ses coûts

Single Post
Alcatel va supprimer 10.000 emplois pour réduire ses coûts

Alcatel-Lucent a confirmé mardi son intention de réduire ses effectifs mondiaux de 10.000 postes, dont environ 900 en France, dans le cadre de son nouveau plan stratégique qui doit lui permettre d'économiser un milliard d'euros d'ici 2015.Les suppressions d'emplois, présentées dans la matinée aux organisations syndicales, toucheront toutes les zones géographiques. Elles se traduiront par la fermeture d'un site sur deux de l'équipementier télécoms dans le monde.

Ces nouvelles coupes, qui représentent près de 15% des effectifs du groupe, font partie de la stratégie dévoilée par la nouvelle équipe de direction en juin pour repositionner la société en difficulté sur les segments porteurs des réseaux IP (internet protocol) et l'accès au très haut débit."Nous avons engagé le plan Shift pour permettre à Alcatel-Lucent de retrouver un avenir industriel durable. Pour réaliser ce plan, nous devons prendre des décisions difficiles", déclare dans un communiqué Michel Combes, le troisième dirigeant à tenter de remettre sur les rails la société née de la fusion du français Alcatel et de l'américain Lucent en 2006.

Alcatel-Lucent, dont les effectifs ont déjà fondu de plus de 78.000 en 2010 à 68.000 aujourd'hui après plusieurs restructurations successives, prévoit de supprimer 15.000 postes d'ici la fin 2015 mais d'en créer parallèlement 5.000.En France, environ 900 postes pourraient être supprimés dès 2014, précise Alcatel-Lucent dont le siège est situé en France et qui emploie 8.300 personnes dans le pays."La situation est grave", reconnaît-on de source gouvernementale. "Ce n'est pas un choc imprévu de type PSA, cela fait plusieurs années que les choses n'allaient pas bien et n'avaient pas nécessairement été traitées comme il le fallait, mais là il y a un côté remède de cheval qui est extrêmement douloureux."

"Ils investissent aussi pour relancer la machine", note-t-on de même source en évoquant le volet création d'emplois du plan."C'est une réelle hécatombe. Les salariés prennent de nouveau un coup sur la tête, déjà fragilisés par les cinq plans précédents depuis 2007", déplore le syndicat CFDT dans un communiqué. "La CFDT est consciente de la gravité de la situation financière du groupe et la déplore. Mais ce sont encore les salariés qui paient le prix fort."Les sites de Toulouse et de Rennes devraient être fermés rapidement tandis que trois autres implantations du groupe à Eu (Seine-Maritime), Ormes (Loiret) et Orvault (Loire-Atlantique) ont vocation à être cédées d'ici 2015, le groupe ayant l'intention de concentrer ses activités sur les sites de Villarceaux (Essonne) et Lannion (Côtes-d'Armor).

FERMETURE DES SITES DE RENNES ET TOULOUSE
Outre les 900 suppressions d'emplois en France, 900 autres personnes devraient être concernées par des réaffectations au sein du groupe, qui prévoit aussi 200 recrutements dans les nouvelles technologies.La CFDT, qui annonce son intention de combattre le plan initié par le nouveau directeur général d'Alcatel-Lucent Michel Combes, interpelle le gouvernement sur la fonte des effectifs de l'équipementier en France.
 
La France, qui avait déjà perdu près de 1.300 postes dans le cadre du précédent plan de restructuration lancé en 2012, ne devrait plus compter que 5.900 salariés d'Alcatel sur un effectif mondial de 58.000 personnes à l'horizon 2015, soit 10%, contre environ 14% en 2008.En Bourse, l'action Alcatel-Lucent s'adjuge 1,2% à 09h45 à 2,919 euros alors que l'indice SBF120 cède 0,17%."Les réductions de coûts massives vont être bien reçues par les investisseurs qui pensaient que les activités d'Alcatel en France ne pouvaient pas être restructurées", commente un trader basé à Paris.
 
Ces réductions d'emplois font partie du plan stratégique présenté par Alcatel-Lucent en juin, qui vise à repositionner la société sur les segments des réseaux IP (internet protocol) et l'accès au très haut débit.Le plan Shift prévoit un milliard d'euros de réductions de coûts et un montant similaire de cessions d'actifs pour tenter de redresser le groupe qui a perdu de l'argent lors de tous ses exercices à l'exception de 2011 depuis la fusion qui lui a donné naissance en 2006.
Avec Julien Ponthus, Gilles Guillaume et Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez

affaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email