Lundi 09 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Bolivie: incohérences autour de la nomination de Jeanine Añez

Single Post
Bolivie: incohérences autour de la nomination de Jeanine Añez

En Bolivie, le Tribunal constitutionnel a validé la proclamation de Jeanine Añez en tant que présidente par intérim du pays. Un choix contesté car cette nomination ne respecte pas le protocole défini par la Constitution. La Bolivie a une nouvelle présidente. 48 heures après l’annonce de la démission d’Evo Morales suite à trois semaines de manifestations et d’affrontements, Jeanine Añez a été proclamée présidente par intérim du pays. Malgré les questions qui entourent sa nomination, notamment sur le non-respect de la Constitution, le Tribunal constitutionnel bolivien a entériné la décision.

 « En tant que présidente du Sénat, j’assume de manière immédiate la présidence de l’État qui est inscrite dans l’ordre constitutionnel et je m'engage à assumer toutes les mesures nécessaires pour pacifier le pays », a déclaré l’ancienne deuxième vice-présidente du Sénat, qui était la seule à pouvoir prétendre au poste puisque tous les successeurs d’Evo Morales prévus par la Constitution ont également démissionnés. Le quorum n’a pas été respecté puisque les élus du MAS (Mouvement vers le socialisme), la formation politique d’Evo Morales, majoritaires au Parlement, n’étaient pas présents dans l’hémicycle. Autre incohérence : les lettres de démission, qui ont pourtant été validées par les élus, ne leur sont sont jamais parvenues. Et dernièrement, le Tribunal constitutionnel a validé l’élection, alors que le processus n’a pas respecté le texte de la Constitution. Vers de nouvelles élections ? La nouvelle présidente dispose de 90 jours pour former un gouvernement et organiser un nouveau scrutin présidentiel selon la Constitution.

 Elle a d’ailleurs promis qu’il aurait lieu avant le 22 janvier 2020. Cependant, dans une interview à CNN, la nouvelle présidente a déclaré qu’elle allait former « un gouvernement de transition » avant d’ajouter attendre « que les conditions (soient) réunies pour des élections ». Elle a également récusé les accusations de l’ancien président Evo Morales, exilé au Mexique, qui dénonce « le coup d'État le plus astucieux et le plus odieux de l'histoire». Autant dire que la tâche s’annonce compliquée pour la nouvelle présidente dans un pays totalement divisé ou les affrontements et la violence continuent de faire les gros titres de la presse. Jeanine Añez va devoir trouver des arguments pour convaincre les partisans d’Evo Morales de relâcher la pression.

Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email