Lundi 23 Novembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

International

Comment l'homme derrière le meurtre de Khashoggi a mené les opérations sur Skype

Single Post
Prince Salmane d'Arabie

Il gère les réseaux sociaux en Arabie saoudite pour le compte du prince héritier Mohamed ben Salman; il a mené l’opération ayant conduit à l’arrestation de centaines de membres de l’élite saoudienne au Ritz-Carlton, son nom apparaît dans la détention, il y a un an, du Premier ministre libanais Saad Hariri. Et, selon deux sources au sein des services de renseignement, c’est encore lui qui a orchestré le meurtre de Jamal Khashoggi à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul en donnant ses ordres sur Skype.

Saud al-Qahtani, directeur adjoint de l’Agence nationale du renseignement et considéré comme le bras droit de Mohamed ben Salman (MBS), a été démis de ses fonctions samedi pour apaiser l’indignation internationale suscitée par l’affaire Khashoggi. Son influence ces trois dernières années dans l’entourage du prince héritier a été telle qu’il sera difficile pour les autorités saoudiennes de rejeter toute la responsabilité du meurtre sur lui sans soulever de questions sur l’implication de Mohamed ben Salman, dit-on dans l’entourage de la Cour royale.

“Cet épisode ne va pas renverser MBS, mais son image a été écornée et il va mettre du temps à s’en remettre, s’il s’en remet un jour. Le roi le protège”, explique une source proche de la cour. Qahtani en personne a dit naguère qu’il ne faisait rien sans l’accord de son chef. “Pensez-vous que je prenne des décisions tout seul ? Je suis un employé et j’exécute fidèlement les ordres de mon seigneur le roi et de mon seigneur le prince héritier”, écrivait-il cet été sur Twitter.

Le bras droit de MBS n’a pas répondu aux sollicitations de Reuters. Ces derniers jours, sa biographie sur Twitter a été modifiée: il est désormais président de la Fédération saoudienne pour la cybersécurité, la programmation et les drones, un poste qu’il avait déjà occupé par le passé. Un représentant saoudien informé de l’avancée de l’enquête sur la mort de Jamal Kashogghi a dit samedi qu’aucun ordre d’enlèvement ni d’assassinat n’avait été donné par le royaume.

Mohamed ben Salman, a-t-il précisé, ne savait pas qu’une opération spécifique serait menée au consulat saoudien d’Istanbul. Ryad a changé plusieurs fois de version, à mesure que la crise s’aggravait, niant d’abord la mort du journaliste, puis reconnaissant son décès dans une bagarre avant de dire qu’il avait été tué accidentellement par une prise d’étranglement au cours d’une altercation. Une source bien informée a dit à Reuters que les meurtriers avaient tenté de dissimuler ce qui s’était passé, et que la vérité n’émergeait que maintenant.

Mais les Turcs rejettent cette version des faits, arguant qu’ils sont en possession d’un enregistrement sonore qui permet d’établir ce qui s’est passé le 2 octobre à l’intérieur du consulat. Le royaume saoudien a survécu à d’autres crises par le passé, dont l’enlèvement de courte durée de Saad Hariri en novembre 2017. Selon des sources diplomatiques saoudiennes, arabes et occidentales, le Premier ministre libanais aurait été humilié verbalement et battu.

Et qui dirigeait son interrogatoire ? Saud al-Qahtani. La France était intervenue pour obtenir la libération de Saad Hariri, mais les Occidentaux n’ont pas réprimandé Ryad pour avoir détenu un chef de gouvernement et Mohamed ben Salman en est ressorti plus fort, dit-on de source saoudienne. Cette fois, la situation est différente. Les capitales occidentales condamnent fermement la mort du journaliste et jugent les explications de Ryad insuffisantes.

UN APPEL SUR SKYPE

Pour apaiser les tensions internationales, le prince héritier a laissé Qahtani porter le chapeau pour le meurtre de Khashoggi, dit-on appris de source proche de Ryad. Une autre source indique que Qahtani a été placé en détention après son limogeage par décret royal, l’homme continuant cependant à utiliser Twitter. Les deux sources s’accordent pour dire qu’elles ne croient pas vraiment à la détention de Qahtani.

Dans l’affaire Khashoggi, Qahtani était bien présent, comme il l’a déjà été dans d’autres moments clés de l’ère MBS, mais cette fois-ci, son implication a été virtuelle. Jamal Khashoggi, qui s’était exilé il y a plus d’un an aux Etats-Unis et écrivait régulièrement dans le Washington Post, est entré dans le consulat saoudien à Istanbul aux alentours 13h00 le 2 octobre, pour y récupérer des documents en vue d’un mariage prochain.

Selon des sources au sein des renseignements turcs, il a été arrêté immédiatement par 15 agents des renseignements saoudiens qui étaient arrivés quelques heures plus tôt à Istanbul. Une source de haut rang d’un pays arabe, informée et proche des membres de la cour royale saoudienne, a indiqué à Reuters que Saud al-Qahtani avait été joint par Skype dans une des salles du consulat. Il a tout d’abord proféré des insultes contre Khashoggi, auxquelles ce dernier a répondu, dit-on de source arabe et turque.

Une autre source, au sein des services de renseignement turcs, affirme que Saud al-Qahtani a demandé à son équipe, composée de hauts responsables des services de sécurité et de renseignement saoudiens, de se débarrasser du journaliste. “Apportez-moi la tête de ce chien”, aurait-il dit, selon cette source. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan serait désormais en possession de l’enregistrement de l’appel Skype, ont indiqué les deux sources arabe et turque, qui ont par ailleurs refusé de le fournir aux Américains.

Erdogan a déclaré dimanche qu’il allait informer des éventuelles avancées de l’enquête turque lors d’une rencontre prévue ce mardi avec des parlementaires de son parti, l’AKP. Le haut responsable saoudien qui a exposé la première version de Ryad - selon laquelle le journaliste aurait été pris dans une rixe à l’intérieur du consulat - a déclaré qu’il n’était pas au courant d’un appel passé par Qahtani via Skype.

L’ASCENSION DE SAUD AL-QAHTANI

Saud al-Qahtani, 40 ans, s’est forgé une réputation au sein du royaume d’homme de main chargé d’exécuter les caprices princiers, mais aussi de fervent nationaliste. Certains journalistes et blogueurs insistent sur sa manipulation agressive des médias et sa manière d’élaborer des stratégies dans les coulisses. Sur Twitter, il encense la famille royale sous le pseudonyme de Dari, qui signifie “prédateur” en arabe. Certains de ses détracteurs sur les réseaux sociaux l’appellent Dalim, une figure du folklore arabe qui accomplit les pires bassesses pour atteindre les sommets.

Selon sa biographie sur son compte Twitter, al-Qahtani a étudié le droit et a fait ses classes dans l’Armée de l’air saoudienne en tant que capitaine. Après avoir lancé son blog, il a été repéré par Khaled al Tuwaïdjiri, l’ancien chef de la cour royale d’Arabie saoudite, qui l’engage au début des années 2000 pour diriger une “armée médiatique électronique” censée protéger l’image du Royaume. Qahtani s’est surtout fait connaître après sa rencontre avec MBS, qui faisait partie de la cour de son père Salman lorsque ce dernier était gouverneur de Ryad, puis prince héritier et enfin roi en 2015.

Chargé de contrer l’influence présumée des Qataris sur les réseaux sociaux, Qahtani a utilisé Twitter pour attaquer les critiques du Royaume et plus particulièrement ceux du prince héritier. Il a créé un groupe sur WhatsApp avec des rédacteurs en chef et des journalistes en vogue afin d’édicter la ligne du Royaume. Quand Ryad a instauré un boycott économique contre Doha en juin 2017, Qahtani a intensifié ses attaques contre le Qatar.

Sur Twitter, il appelait les Saoudiens à donner les noms des personnes qui affichaient leur soutien au Qatar en utilisant le hashtag “The Black List” (“la liste noire”). C’est encore lui qui était aux manettes lors de l’arrestation de 200 personnes issues des plus hauts cercles du pouvoir et de la famille royale dans le cadre d’une vaste opération anti-corruption l’an dernier, indique-t-on de sources arabe et saoudienne, précisant que Qahtani avait supervisé certains interrogatoires. Ces derniers avaient été placés en détention dans l’hôtel Ritz-Carlton de Ryad avant d’être libérés. 

L’ENLÈVEMENT DE SAAD HARIRI

De source diplomatique, on estime que l’étendue des pouvoirs de Qahtani a pu être mesurée lors de l’enlèvement du Premier ministre libanais. Les Saoudiens étaient furieux devant l’incapacité de Saad Hariri, musulman sunnite et client saoudien, à lutter contre l’influence des rivaux iraniens et de la milice chiite du Hezbollah dans la région.

Le Royaume lui reprochait de ne pas avoir délivré un message à un haut conseiller du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, lui demandant de ne plus interférer au Liban et au Yémen. Saad Hariri affirmait qu’il avait fait passer le message mais un informateur dans l’entourage du Premier ministre, au service d’al-Qahtani, a fourni aux Saoudiens la retranscription de la rencontre qui montrait qu’il ne l’avait pas fait. Hariri a ensuite reçu une invitation de Ryad pour une rencontre avec MBS.

A son arrivée dans le Royaume, aucun comité d’accueil princier, comme le veut le protocole officiel prévu lors de la visite d’un dirigeant étranger. Il a reçu un appel plus tard lui indiquant que la rencontre avec le prince héritier aurait lieu le lendemain. Dès son arrivée, le dirigeant libanais a été conduit dans une salle où Qahtani l’attendait, accompagné d’une équipe des forces de sécurité, rapportent trois sources familières proche du dossier.

Hariri a été frappé, Qahtani l’a insulté et contraint à démissionner de son poste de Premier ministre lors d’une allocution retransmise par la chaîne de télévision officielle saoudienne. “(Qahtani) lui a dit qu’il n’avait pas le choix, qu’il devait démissionner et lire cette déclaration (...) Il a supervisé l’interrogatoire et le mauvais traitement d’Hariri”, indique une de ces sources.

Une autre précise que c’est l’intervention d’Emmanuel Macron qui a garanti sa libération après l’indignation de la communauté internationale. Le président français s’est attribué le mérite d’avoir mis fin à cette crise diplomatique en mai. Il s’est rendu à Ryad pour convaincre MBS, puis a invité Hariri à venir à Paris. Des sources libanaises confirment que l’intervention rapide d’Emmanuel Macron a permis son retour au Liban.

L’OFFRE À KHASHOGGI

Au moins trois amis de Jamal Khashoggi ont dit à Reuters que quelques mois après l’installation du journaliste à Washington, il a reçu de nombreux appels téléphoniques du bras droit de MBS l’invitant à revenir en Arabie saoudite. Le journaliste a refusé l’offre, disent-ils, craignant des représailles pour ses chroniques dans le Washington Post. Qahtani a tenté de rassurer le journaliste, lui disant qu’il était toujours très respecté, et lui a même proposé un poste de consultant à la cour royale, affirme un de ses amis. Même s’il le trouvait courtois et poli, Khashoggi ne lui faisait pas confiance.

“Jamal m’a dit plus tard ‘Il pense que je vais rentrer pour qu’il puisse me mettre en prison ?’”, confie un de ses amis. Un autre responsable saoudien a confirmé que Saud al-Qahtani avait discuté avec Khashoggi d’un retour en Arabie saoudite. Mais le prince héritier était-il au courant du projet d’enlèvement imaginé par son fidèle conseiller ? La plupart des quinze membres de l’équipe identifiés par les autorités saoudiennes et turques travaillaient pour les services de sécurité, de renseignement, de l’armée et du gouvernement du Royaume.

L’un d’eux, le général Maher Mutreb, qui fait partie de l’équipe chargée de la sécurité du prince héritier, a été vu sur des clichés avec lui lors de visites officielles cette année, aux Etats-Unis et en Europe. De source informée au sein de l’administration saoudienne et des renseignements turcs, on apprend que c’est le téléphone de Mutreb qui a servi à appeler Qahtani pendant l’interrogatoire de Khashoggi. Selon le haut responsable saoudien, c’est le vice-chef du renseignement du Royaume, le général Ahmed al-Asiri, qui aurait recruté les quinze hommes.

Ce dernier a été limogé samedi. Autre personnage clé de cette affaire: le docteur Salah al-Tubaigy, un spécialiste de médecine légale spécialisée dans les autopsies qui dépend du ministère de l’Intérieur. Sa présence - avec une scie à os qui aurait été utilisée pour démembrer le journaliste, selon les autorités turques - est difficile à justifier pour une telle opération, montée pour persuader Khashoggi de revenir en Arabie saoudite, disent désormais les autorités saoudiennes. Tout comme il est compliqué d’imaginer le prince héritier ait pu ne pas être au courant de toute cette opération, dit-on de source proche de la cour royale.

Le responsable saoudien qui s’est exprimé samedi a confirmé l’existence d’un ordre permanent autorisant à “négocier” le retour des dissidents dans leur pays sans exiger d’approbation préalable, mais a ajouté que l’équipe impliquée dans l’opération Khashoggi avait outrepassé cette autorisation. Une autre source saoudienne proche de l’enquête affirme que Qahtani en personne aurait décidé d’organiser l’enlèvement de Khashoggi, qu’il aurait demandé à Asiri de faire partie de l’équipe mais que le plan aurait mal tourné.

L’acte final de Saud al-Qahtani pourrait servir le prince héritier: en assumant la responsabilité de la crise qui touche l’Arabie saoudite, il exonère en effet MBS. Le roi Salman a limogé al-Qahtani et a ordonné une restructuration au sein des services de renseignement. Confiée à Mohamed ben Salman.

Bureaux de Reuters; Arthur Connan pour le service français, édité par Henri-Pierre André



13 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (13:05 PM)
    Limogeage seulement ? Au pays de la Chariha ou on coupe la main pour vol, des assassins sont seulement limoges ? Ou sont les Wahabites Saudiens intolerants et sanguinaires ? Cette famille Saud a usurpe le pouvoir y a environ un siecle en s appuyant sur la religion soi disant et montre maintenant sa face hideuse. Tiens cherchez sur YouTube, un des leurs, un certain Prince Bandar machin, homosexuel, a reside en Angleterre avec son amant, un Noir Saudien, son esclave sexuel pratiquement, qu il a assassine, torture jusqu a la mort. Ces gens de cette famille ont toutes les vices du monde, de l alcool au orgies sexuelles. Qu ils y aient des gens bien parmi eux, sans aucun doute. Mais ceci doit etre connu. Maintenant ils sont des assassins qu on veut couvrir et cela ne doit pas passer, n en deplaise meme a Donald Trump qui est de la meme trampe.
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (15:54 PM)
      non monsieur qui m accuse d etre surement un chiite ! je suis meme un sunnite, un vrai sunnite qui n est pas comme un chien enrage contre les chiites ou d autres musulmans ou non musulmans qui ne m ont rien fait. un ssoi disant sunnite qui tue, vole, viole, fornique et dans ce cas ci decoupe un etre humain en morceaux parcequ il a seulement fait son metier de journaliste, n allons pas loin, celui la n est meme pas un vrai musulman et ne parlons pas de sunnite, car dans le coran allah le destine a l enfer !
  2. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (13:09 PM)
    Maises occidentaux hesitent a prendre des sanctions centre l'Arabie Saoudite, le plus gros acheteur d'armes dans le monde.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (13:42 PM)
    Sales chiens sales criminels MBS et sa putain de bande de scelerats, je vous pisse dessus
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (14:10 PM)
    il doit quitter
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (14:41 PM)
    Les royaumes sont tous bâtis et consolidés sur des morts (la lèse-majesté y est toujours le plus grave crime) et l'Arabie saoudite n'est pas une exception. La seule fumisterie vient de ceux qui veulent leur argent et se bouchent le nez pour feindre d'ignorer l'odeur qui est sur les billets.
    Auteur

    Sam

    En Octobre, 2018 (15:43 PM)
    Graduellement et par des voies qu'ils ignorent, Allah les mènera vers leur propre perte. L'islam n'est pas défendu et ne sera jamais défendu par ces princes au regard voilé. Ils se sont alliés à ce système qui s'émeut de leur méthode après leur avoir autorisé à faire au Yemen ce qu'ils sont en train d'y faire avec leur coalition de bandit. Allah se chargera d'eux car malgré la répulsion des incrédules qui n'ont de yeux que pour ce système criminel qui largue ses bombes au yemen, ce maudit système princier qui utilise la loi d'Allah pour mieux asseoir sa domination avec le démon américain à ses côtés .... Si les musulmans devraient s'inspirer du vécu des princes saoudiens qui vivent d'usures et de corruptions placées dans des institutions financières du monstre, c'est l'islam qui disparait de cette planète. Dieu merci car c'est Lui Allah qui défend sa loi
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (15:52 PM)
    Dieu est juste le chatiment sera implacable
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (16:19 PM)
    ARABIE SAOUDITE, SCEAU DE LA RELIGION MUSULMANE, QUI COMMET DES CRIMES ATROCES COMME AU TEMPS DE LEURS ANCETRES PAIENS. ET L'ISLAM DANS TOUT CELA????????????



    ARABIE SAOUDITE, SCEAU DE LA RELIGION MUSULMANE, QUI COMMET DES CRIMES ATROCES COMME AU TEMPS DE LEURS ANCETRES PAIENS. ET L'ISLAM DANS TOUT CELA????????????



    ARABIE SAOUDITE, SCEAU DE LA RELIGION MUSULMANE, QUI COMMET DES CRIMES ATROCES COMME AU TEMPS DE LEURS ANCETRES PAIENS. ET L'ISLAM DANS TOUT CELA????????????
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (17:45 PM)
    On ne critique pas les arabes, enfants de Dieu qui nous ont apporté la Religion.

    Ils ont appris aux Noirs à croire en Dieu et détestent les Noirs plus que tout.

    Nous sommes les esclaves dévoués et dociles des arabes depuis des générations

    et pour l‘éternité.

    Nous, les Noirs, honorions les ancêtres arabes en prenant tous leurs prénoms

    en effaçant les nôtres, et en propageant leurs cultures.

    Arrêtez de vous offusquer et de vous indigner pour ça.

    N’oubliez pas….Grâce aux arabes nous croyons en Dieu.

    Les arabes ont tous les droits.

    De vie et de mort sur les Noirs depuis toujours, ça on connait, on sait.

    Alors, un peu de Respect pour nos Maitres Arabes.

    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2018 (21:40 PM)
      tu racontes n´importe quoi ! les arabes enfants de dieu ? d´où tiens tu cette ignominie ? tu connais l´islam ou au moins le coran ou à la riguer une des religions monothéistes ? si c est non, alors la fermer au lieu d´étaler des aneries ! nous vénérons allah et suivons la sunnah du prophète qui est un etre humain comme nous. les arabes ne sont pas mieux que nous en rien, et c´est le prophète lui meme qui l´a dit. quant aux idiots de noirs complexés, ils le sont aussi devant tous les blancs et feront des courbettes devant n´importe quel toubab.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (18:43 PM)
    il faut rompre nos relations diplomatiques avec ce pays autoritaire et archaique
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (22:23 PM)
    Ou sont les Ibadou les faux docteur ahmad lo lautre connard de sall mouratda gueye vous en pensez quoi
    Auteur

    Mimi

    En Octobre, 2018 (14:03 PM)
    depuis que ce roi avait succédé ses frères paisibles, le royaume saoudien sort son vrai masque, mais pire avec ce gamin barbu, on a rien vu encore, car c'est lui le roi en dessous des choses, qui téléguide, domine et monopolise les affaires du royaume, il a tout fait pour monter son père contre ses oncles héritiers de coutume, c'est lui Med Salmane, le vrai danger, attention, que Dieu nous en Garde, il y'aura un temps, où ce royaume dont est né cette Grande Véridique Sainte Religion, qui est l'islam symbole de paix et salut, où sera interdit à plusieurs musulmans en particulier de faire du Hadjj, il faut s'y préparer, car c'est de la prophétie même révélée et ça se réalisera, notre bien aimé Messager de Dieu (PSL) avait dit : "faites le pélerinage à temps, quand vous le pouvez, avant qu'il ne soit trop tard, pour vous et que les bédouins vous en empêcheront" ! en effet ces pachas et rois du pétroles ne sont que ces descendants jadis de ces bédouins nomades qui se déplacaient pieds nus, avec leurs chameaux dans le désert, rien n'à voir avec les vrais arabes, dont notre Loué Prophète (PSL) en est un de leur noble semblable béni, qui est le vrai arabe digne par excellence, s'en suivent ses compagnons braves et soldats de Dieu, quant aux autres compagnons braves, eux aussi ils sont d'autres horizons, dont salmane al farissi, et notre héros afro-arabe "bilal" qui a honoré la race noire en particulier de sa bravoure de foi, rien à voir avec ces tyrans de diables modernes ! mais l'amitié de ces saoudiens avec ces occidentaux et leurs cousins les judas ! vont se casser en inimitié chaude ! vraiement j'espère que l'affaire de leur compatriote khachogui se terminera bientôt car ça commence à nous agacer, les gens doivent passer à autre chose, car à chaque jour on entend des horreurs dans ce monde boulversé par Satan ! donc j'espère que ces agaçants de presses médiatiques se tairont leurs langues bienôt sur ce meutre !
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2018 (16:00 PM)

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email