Mardi 22 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

International

[Vidéo] Donald Trump confirme avoir envisagé d'assassiner Bachar al-Assad

Single Post
ASSOCIATED PRESS / /MANUEL BALCE CENETA Donald Trump arrivant à la Maison Blanche le 14 septembre 2020 (photo d
Le président américain avait pourtant démenti, il y a quelques années, avoir envisagé un tel projet.

ÉTATS-UNIS - Finalement, il y a bien pensé. Interviewé ce mardi 15 septembre sur la chaîne Fox News, Donald Trump a confirmé qu'il avait effectivement envisagé d'assassiner le président syrien Bachar al-Assad en avril 2017, après une nouvelle attaque au gaz sarin -imputée au régime syrien malgré ses démentis-, ayant tué plus de 80 civils à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb (nord-ouest du pays).

En représailles, le président américain avait ordonné des frappes sur la base aérienne d'Al-Chaayrate (Centre). Mais il voulait également aller plus loin et frapper directement le président syrien. Interrogé par le journaliste Brian Kilmeade, le président américain explique que son secrétaire de la Défense, James Mattis s'était à l'époque largement opposé.

"J'aurais préféré m'en débarrasser. Tout était prêt mais (James) Mattis ne voulait pas le faire. Ça a toujours été un général bien trop surcoté. Je l'ai laissé partir", a détaillé Donald Trump à l'antenne, assurant cependant qu'il "ne regrette pas" de ne pas avoir finalement assassiné Bachar al-Assad.

En contradiction avec ses déclarations en 2018

En 2018, dans son ouvrage "Fear", le journaliste Bob Woodward assurait que le président américain avait fait pression pour assassiner Bachar al-Assad l'année précédente. James Mattis serait alors allé dans son sens, avant de faire marche arrière en toute discrétion sitôt la réunion terminée.

Après la sortie de l'ouvrage, le locataire de la Maison Blanche avait fermement démenti. "Cela n'a jamais été envisagé, et ça ne sera jamais envisagé", avait notamment déclaré Donald Trump en conférence de presse, taclant le livre de "tissu de mensonge".

James Mattis avait quitté son poste en décembre 2018, critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump. Après l'annonce du retrait des troupes américaines en Syrie, cet ancien général des Marines était dans une position plus inconfortable que jamais, lui qui s'y était vigoureusement opposé.

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011, a causé la mort de plus de 380.000 personnes et le déplacement de plus de la moitié de la population d'avant-guerre. Il a impliqué de multiples acteurs régionaux et internationaux. Le régime de Bachar al-Assad a été accusé d'atteintes aux droits de l'Homme et mis en cause pour de multiples cas de tortures, viols, exécutions sommaires et attaques chimiques.

L'armée du régime syrien est mise en cause pour des attaques à l'arme chimique sur la localité de Latamné (nord) également en 2017 et sur un bastion rebelle près de Damas (plus de 1.400 morts selon les Etats-Unis) en août 2013. Elle a été aussi accusée d'attaques présumées au gaz de chlore.

liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    il y a 6 jours (11:08 AM)
    L'oligarchie occidentale eqt pire que le terrorisme !!
  2. Auteur

    il y a 6 jours (11:13 AM)
    C'est le prototype même du wakh-wakhete qui n'est pas l'apanage du seul Macky Sall
    Auteur

    Nkhson

    il y a 6 jours (11:26 AM)
    Ce président est un criminel, de quel droit veut il attenter à la vie d'autrui, il n'a aucune légitimité pour ce faire. En conséquence il doit être entendu pour complot et tentative d'assassinat, car il ne devrait pas être au dessus des lois pour décider de la mort d'un paire, président comme lui. Ce monde est injuste on laisse ce criminel de Trump pratiquer lois du Western, en imposant sa force, sa vision. Même si Bachar El Assad est un criminel, cela ne lui donne pas libre cour de vouloir écourter sa vie, c'est ignoble de sa part et l'attitude de la communauté internationale est indigne. Les dirigeants de ce monde n'osent pas se prononcer sur cette affaire et condamner l'attitude de ce maniât de Trump habitué à piétiner les règles de droit international. Quelle hypocrisie, ceux que l'on taxent régulièrement de terrorisme sont des petits, les grands terroristes sont les chefs des états puissants, qui imposent leur vision à plus faibles qu'eux par la tyrannie et les crimes.

    • Auteur

      Reply_author

      il y a 6 jours (11:37 AM)
      bashar sera la quand ce teroriste de trump et usa partira! la syrie combat le terosime ocidentale est affilies daes al quadai etc depuis des années ! merci a la syrie!
    • Auteur

      Beug Ndambe

      il y a 6 jours (12:45 PM)
      qui va l'entendre? la cpi dont le procureur vient d’être sanctionnée par les usa parce qu'elle a le culot de s'intéresser sur ce qu'ils ont fait en afghanistan? moom kay nagnouko bayi ak yalla rék un jour viendra.
    Auteur

    il y a 6 jours (11:36 AM)
    Il donne raison à Ben Laden et à ses inconditionnels tueurs. Il ne faut plus nous citer d’exemple américain sur la démocratie chers intellectuels.
    Auteur

    Leux

    il y a 6 jours (12:43 PM)
    TRUMP: Comme SONKO
    Auteur

    il y a 6 jours (12:49 PM)
    IL ETRE TRADUIT EN JUSTICE C'EST UN ASSASSIN. SI TU LE TUE TUSERAS TUE TOI AUSSI BATARD
    Auteur

    il y a 6 jours (12:55 PM)
    nous meme on envisage ton assassinat sale sorcier trump est un grand initié sorcier
    Auteur

    il y a 6 jours (14:55 PM)
    ...8

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email