Lundi 13 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

International

Etats-Unis, Donald Trump face aux faits

Single Post
Etats-Unis, Donald Trump face aux faits
La procédure de destitution menaçant Donald Trump a pris une nouvelle ampleur jeudi, après un vote crucial autorisant des auditions publiques. La presse américaine se fait l’écho de cette nouvelle étape formelle. Du point de vue de l’éditorialiste du Washington Post, Donald Trump et ses soutiens devront maintenant faire face aux faits. Ces derniers ne vont faire qu’empirer les choses pour le président.

Et justement du côté des démocrates il est venu l’heure de ne plus voir la destitution comme une procédure technocrate légale, mais bien comme un processus politique. C’est en tout cas le point de vue de David Leonhardt dans les pages du New York Times. Selon lui pour que leur démarche réussisse il faudra avant tout convaincre les Américains que Donald Trump est inapte à l’exercice du pouvoir.

En tant que telle, la procédure de destitution ne servirait qu’à attirer le regard une fois de plus sur le personnage de dessin animé du président américain, un homme hors norme qui ne fait rien comme les autres. Selon David Leonhardt, ses électeurs ne pourront donc être touchés qu’en faisant ressortir l’argument de corruption au sein de l’affaire des appels téléphoniques entre Donald Trump et son homologue ukrainien. Le message résumé par le co-fondateur du groupe Invisible dans le Washington Post est « cet homme ne se bat pas pour vous comme il l’avait promis. Il fait passer ses intérêts avant tout, et il est prêt à mettre le pays en danger pour cela. »


Le président américain a d’ailleurs annulé les abonnements de la Maison Blanche aux New York Times et au Washington Post. Hier soir son homologue brésilien Jair Bolsonaro a fait une annonce similaire au sujet du Journal la Folha, l’un des plus importants quotidiens du pays.

Les deux présidents utilisent le même chef d’accusation, ces médias sont à leurs yeux des vecteurs de désinformation. « Plus aucun organe de mon gouvernement ne recevra la Folha de São Paulo ici à Brasilia » C’est ce qu’a martelé Jair Bolsonaro lors d’une interview à la télévision Bandeirantes en précisant  : « Non ce n’est pas de la censure. Je ne veux tout simplement plus entendre parler de ce journal qui envenime mon gouvernement ». Plus tard sur les réseaux sociaux il a mis en garde les annonceurs « Attention à vous si vous continuez de travailler avec la Folha. »

Dans la Folha justement les avocats du journal dénoncent « une violation des principes constitutionnels de la moralité et d’impersonnalisation de l’administration publique ». Un comportement typique des gouvernements totalitaires de leur point de vue. Ils citent notamment non sans ironie les dirigeants de gauche vénézuéliens Chavez et Maduro. La rédaction de la Folhadéfend elle les lecteurs à s’abonner pour défendre un journalisme critique et impartial.

La télévision Globo s’est également attirée les foudres de Jair Bolsonaro

En cause, un reportage sur l’assassinat de Marielle Franco, tuée le 14 mars 2018, citant le nom du président. Marielle Franco est une conseillère municipale de Rio devenue le visage de la lutte contre la violence policière et les milices paramilitaires.

Les enquêteurs tentent d’identifier les commanditaires de son assassinat, le fils du président était déjà pointé du doigt. Selon Globo, un des suspects se serait présenté devant le concierge de la propriété de Jair Bolsonaro, alors candidat à la présidentielle, le jour même de la mort de Marielle. Le concierge aurait alors obtenu l’aval de Jair Bolsonaro pour laisser l’homme entrer.

Mercredi, le jour même de ces révélations une conférence de presse a été organisée par l’équipe en charge de l’enquête. Une procureur a alors affirmé que Jair Bolsonaro n’avait aucun lien avec cette enquête. Le journalVeja publie aujourd’hui un article sur la participation de cette même procureur à la campagne présidentielle de Jair Bolsonaro sa parole serait donc biaisée selon le journal. Affaire à suivre.

Brésil : les incendies d’une intensité jamais vue au Mato Grosso do Sul

Le nombre d’incendies dans la région est plus de quatre fois supérieur à celui de l’année dernière, titre le Globo. Fin septembre, avec le début de la saison des pluies, le nombre d’incendies avait diminué, mais la semaine dernière le feu à repris dans la région avec une météo inhabituelle pour la saison explique le journal.

Le thermomètre a atteint les 31 degrés mercredi soir. 55 000 hectares sont maintenant touchés par les feux selon O Estadao. Le quotidien annonce le lancement par les autorités d’une « opération de guerre » pour faire face aux flammes. Le Pantanal est l’une des plus grandes zones humides de la planète, réservoir exceptionnel de la biodiversité.  

liiiiiiiaffaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email