Vendredi 05 Mars, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

États-Unis: Encouragées par Donald Trump, les manifestations anti-confinement se multiplient

Single Post
États-Unis: Encouragées par Donald Trump, les manifestations anti-confinement se multiplient
À travers les États-Unis, les manifestations contre le confinement, imposé dans le cadre de l’épidémie de coronavirus, se multiplient.

New Hampshire, Maryland, Texas : des manifestations demandant la levée des mesures de confinement face au coronavirus ont agité samedi plusieurs villes à travers les États-Unis, encouragées la veille par Donald Trump, accusé d’attiser les divisions.

Certains manifestants cagoulés et armés

Ils étaient environ 400 à manifester, à pied ou depuis leur voiture, devant le Parlement de Concord, capitale du petit État du New Hampshire (1,3 million d’habitants), relativement épargné par l’épidémie avec 1 287 cas confirmés et 37 morts du coronavirus vendredi. Le gouverneur républicain Chris Sununu y a ordonné un confinement au moins jusqu’au 4 mai.

Les chiffres mentent, ou Rouvrez le N.H., disaient certaines pancartes brandies par les manifestants, au milieu de drapeaux américains. Parmi eux figuraient des hommes en cagoules et armés, a constaté l’AFP.

Les gens sont tout à fait prêts à faire ce qu’il faut, mais les chiffres ne justifient pas les mesures de confinement draconiennes que nous avons dans le New Hampshire, a indiqué à l’AFP Skip Murphy, 63 ans, électeur de Donald Trump.

« L’effondrement économique » dénoncé

À Annapolis, capitale du Maryland, les manifestants restaient en voiture, et l’AFP en a vu environ 200 défiler devant le Parlement local. La pauvreté tue aussi, disait une pancarte, je n’obéirai pas à des décrets illégaux, disait une autre.

À Austin, capitale du Texas, État le plus peuplé après la Californie, ils étaient environ 250, armés de pancarte dénonçant notamment l’effondrement économique précipité par la mise à l’arrêt de toutes les activités non essentielles, qui a fait exploser le nombre de chômeurs et fait perdre à beaucoup tout revenu.

Des manifestants contre le confinement à Austin, Texas, ce 18 avril 2020. REUTERS/Callaghan O’Hare
Des manifestants contre le confinement à Austin, Texas, ce 18 avril 2020. REUTERS/Callaghan O’Hare | REUTERS/CALLAGHAN O’HARE
Owen Shroyer, présentateur du site proche de l’extrême droite Infowars, avait appelé ces derniers jours à y participer, avant de voir son compte Twitter suspendu vendredi.

Si ces rassemblements semblaient réunir beaucoup de partisans de Donald Trump, certains participants ont souligné que leurs motivations n’étaient pas politiques.

Dolores, une coiffeuse qui manifestait à Annapolis, a expliqué ne plus pouvoir travailler ni toucher aucune aide gouvernementale, car elle est employeuse et non employée.

Il faut que je sauve mes affaires, je dois travailler pour vivre, sinon je vais mourir, a-t-elle dit à l’AFP.

Cela n’a rien à voir avec Trump ou avec les gouverneurs démocrates ou républicains, a affirmé Skip Murphy à Concord. C’est pour dire que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne, et que le confinement doit s’arrêter là où il n’a pas de sens.

Ne pas politiser l’émotion

De telles manifestations se sont multipliées ces derniers jours à travers les États-Unis, pays le plus frappé par le coronavirus avec plus de 715 000 cas et 37 000 morts, alors que le chômage explose et que beaucoup de gens ont perdu leurs revenus, dans un pays au filet de protection sociale limité.

La plus importante à ce jour s’est déroulée mercredi à Lansing, capitale du Michigan, où quelque 3 000 personnes ont vilipendé les mesures de confinement de la gouverneure démocrate Gretchen Whitmer.

Le président Trump, qui ne cache pas sa hâte de rouvrir l’économie du pays tout en laissant les gouverneurs de chaque État décider quand et comment lever les restrictions, a appelé vendredi à libérer du confinement trois États gérés par des gouverneurs démocrates – Michigan, Minnesota et Virginie.

Le gouverneur de l’État de New York, le plus touché par l’épidémie avec plus de 236 000 cas confirmés et un ordre de confinement en vigueur au moins jusqu’au 15 mai – malgré un nombre de morts journaliers en baisse – a reconnu samedi que certains États, moins affectés, pouvaient adopter des stratégies de relance de l’économie plus rapide que la sienne.

Les chiffres dictent les stratégies, a indiqué le gouverneur Andrew Cuomo lors d’un point presse.

Mais il a implicitement critiqué l’attitude de Donald Trump et de certains responsables républicains qui critiquent le confinement prolongé par les gouverneurs démocrates.

Le confinement est émotionnellement difficile, et économiquement désastreux, a-t-il souligné. Mais comment la situation peut-elle empirer, et empirer rapidement ? Si vous politisez toute cette émotion. Nous ne pouvons pas nous le permettre, a-t-il martelé.  


1 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2020 (09:53 AM)
    qui a dit que trump etait debile vive trump president du monde ;bientot la france va suivre puis lafrique
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email