Mardi 29 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

International

Hillary Clinton prend ses distances avec Barack Obama

Single Post
Hillary Clinton prend ses distances avec Barack Obama

Hillary Clinton a quelque peu pris ses distances avec Barack Obama dans ses mémoires dont de premiers extraits ont été diffusés jeudi par CBS News: elle explique notamment qu'elle aurait aimé armer les rebelles syriens, contrairement au président américain.L'ouvrage de l'ancienne secrétaire d'Etat, intitulé "Hard Choices" ("Des Choix difficiles"), doit sortir mardi aux Etats-Unis. Le livre est annoncé comme présentant de nombreux détails sur les coulisses et son rôle au département d'Etat. L'éditeur de Mme Clinton, Simon & Schuster, appartient à CBS Corporation et l'ouvrage doit ensuite être publié mercredi en français sous le titre "Le Temps des décisions", chez Fayard. 

 "Il est rare de trouver la bonne solution aux problèmes épineux. Si ces problèmes sont épineux, c'est justement parce que chaque option envisagée paraît pire que la suivante. Et c'est de plus en plus comme cela que la Syrie est apparue", écrit Mme Clinton au sujet du conflit qui, en un peu plus de trois ans, a fait plus de 162.000 morts. Dès les débuts du conflit syrien, elle assure avoir été convaincue qu'armer et former les rebelles était la meilleure des solutions pour contrer les forces de Bachar al-Assad. "L'action et l'inaction comportaient toutes deux des risques élevés, (mais) le président (Obama) était enclin à maintenir les choses en l'état et non à aller plus loin en armant les rebelles", continue l'ancienne chef de la diplomatie américaine.

 "Personne n'aime perdre un débat, et j'en fais partie. Mais c'était la décision du président et j'ai respecté ses réflexions et sa décision". L'ouvrage couvre les quatre années qu'elle a passées à la tête du département d'Etat avant de se retirer au profit de John Kerry en 2013. Dans son livre, Mme Clinton évoque aussi notamment le soutien qu'elle avait apporté en 2002 à l'invasion de l'Irak, à l'époque où elle était sénatrice. "Je croyais agir de bonne foi et prendre la meilleure décision possible avec les informations dont je disposais", raconte-t-elle. "Mais j'avais tort. C'est aussi simple que cela".


liiiiiiiaffaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    Anti-otan

    En Juin, 2014 (10:34 AM)
    Les Etats-Unis, (la France et la Grande-Bretagne, ndt) et l’OTAN ont mis fin à la laïcité en Libye et ont porté des extrémistes islamistes au pouvoir, qui ont commis de nombreux crimes, y compris massacrer des milliers de Libyens noirs immédiatement après la destruction du régime de Kadhafi.



    Mustafa Abdul Jalil, président du Conseil national de transition à Benghazi en 2011, admet : Kadhafi n’a pas ordonné la fusillade qui a été à l’origine de la fausse révolution en Libye. Maintenant, après la destruction de la Libye, Jalil avoue au monde sur Channel One que les manifestants qui ont été tués à Benghazi qui ont été le prétexte fourni à l’ONU et à l’OTAN pour attaquer la Libye ont été tués par un groupe d’espions et de mercenaires qui n’étaient pas de Libye. Il admet qu’il savait la vérité à l’époque mais cela a été fait pour abattre le gouvernement libyen et briser l’Etat. Il admet qu’il a été informé à l’avance que cela allait se produire et que les gens de la Libye n’ont pas reconnu les manifestants morts parce qu’ils portaient des vêtements civils et qu’il n’y a eu personne qui est venu à leurs funérailles comme ils n’avaient pas de parents ou d’amis en Libye.



    Comme nous l’avons dit depuis Février 2011, la soit-disant révolution en Libye était sous fausse bannière. Le peuple libyen pour la grande majorité était heureux et vivait en sécurité. Les groupes extrémistes islamiques étaient illégaux en Libye. Maintenant la Libye est contrôlée par des groupes extrémistes islamiques (d’Al-Qaïda, le Groupe islamique combattant de la Jamahiriya (GICL), les Frères musulmans, Ansar Al Sharia et autres). Le pays est divisé, il n’y a pas de sécurité, des milliers depersonnes ont été illégalement emprisonnées et des centaines torturées à mort. Il n’ya pas de gouvernement, il n’y a plus de ventes de pétrole, plus de 2 millions de personnes sont toujours en exil, les psychopathes ont pris le pays et il est maintenant considéré comme un « Etat ??gris » – sans frontières et sans gouvernement.

  2. Auteur

    Les Laches

    En Juin, 2014 (10:36 AM)
    Ali Zeidan, le collaborateur des chefs d’Etat criminels occidentaux et pro-occidentaux…



    Après avoir été le pays le plus pauvre de la planète, la Libye était, en 2010, le pays le moins endetté de tous.

    Depuis la Révolution Blanche (réalisée sans effusion de sang) en 1969, ce pays progressait, au point de pouvoir mettre en place, avec ses pays frères africains, les Etats-Unis d'Afrique qui auraient permis, aux peuples de ce grand et riche continent, de développer, à leur convenance et en toute indépendance, leurs pays. Les jeunes révolutionnaires, menés par Mouammar Kadhafi, Abou Bakr Younis Jaber, et une centaine d'autres, avaient redonné au peuple libyen, sa dignité, et avaient, avec ce peuple sorti de l'analphabétisme, porté haut le drapeau de la république arabe libyenne puis le drapeau vert de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire Socialiste.

    En 2011, la contre-révolution (durant laquelle le sang a été versé, faisant mourir hommes, femmes, enfants) a permis à des exilés libyens, plus états-uniens que libyens, revenus au pays dans les valises de la CIA, et poussés par un Polichinelle (Bernard-Henri Lévy), faux philosophe, faux écrivain, faux cinéaste, mais vrai agent sioniste du Mossad, de jouer aux petits messieurs et d'accaparer le pouvoir pour mettre en place un système libéral (qui permet à une minorité de s'enrichir en raison inverse de l'appauvrissement de la majorité) partout où il s'impose : ces parvenus, traîtres à la cause arabo-africaine, qui n'ont rien fait pour leur pays, se sont installés dans les fauteuils d'un pouvoir usurpé, obtenu, par la force brutale des bombes, des mains des étrangers.

    Ali Zeidan, comme Mohamed Youssef el-Megaryef, comme Mustapha Abdel Jalil, ont contribué à semer la mort, à détruire le pays et à déstabiliser le pouvoir du peuple, à rappeler les anciens colonisateurs sur le sol libyen. Ils se sont déshonorés en meurtrissant leur pays natal et ont roulé "le drapeau de la honte" de l'ancienne monarchie du roi fantoche Idriss 1er dans la fange de la guerre et dans le sang des Libyens et des Libyennes. Jamais il n'y a eu autant de femmes violées et mutilées, d'hommes torturés, d'enfants traumatisés, de prisonniers maltraités... Il s'agit d'un génocide politique et d'une catastrophe économique, mais aussi d'un chapitre des plus inhumains de l'histoire de ce pays. Et maintenant, ces incapables, ces incompétents, ces criminels fuient la Libye comme des couards, des poltrons, des lâches ! Aujourd'hui, les criminels exilés libyens offrent un spectacle piteux au monde entier : combien d'Occidentaux qui leur ont fait des sourires, se moquent dorénavant d'eux ! Mouammar Kadhafi avait prévu cela. Ces crétins, manipulés comme des marionnettes, ont maltraité, frappé à mort, assassiné l'un des hommes qui leur

    avaient tout donné, y compris la gratuité des études.

    Je suis de cœur et d'esprit avec les Africains et les Africaines (et donc avec les Libyens et les Libyennes) qui renverront les Occidentaux et pro-Occidentaux chez eux : l'Union Africaine a été créée pour rendre les peuples libres, indépendants et souverains. L'Union Africaine doit se faire respecter et amener les Libyens qui dissimulent le lieu d'ensevelissement de Mouammar Kadhafi, de son fils Moatassim et d'Abou Bakr Younis Jaber, à restituer les corps à leurs familles respectives car cette dissimulation est l'un des crimes les plus ignobles qui soit.

    Quant à ces chefs d’État occidentaux qui veulent se mêler des affaires intérieures des autres Etats, de mandat en mandat, ils endettent toujours plus leurs pays, se révèlent incapables d’administrer les affaires qui leur ont été confiées par le peuple, ajoutant le chômage au chômage, la pauvreté à la pauvreté, la misère à la misère : combien de Français et de Françaises vivent dans des logements insalubres, se rationnent sur le chauffage en hiver, l'électricité pour la lumière, l'eau, etc. Les Libyens et Libyennes, qui se plaignaient de la GJALPS, auraient bien dû venir en France effectuer un petit séjour, non pour faire du tourisme, mais pour se rendre compte par eux (elles)-mêmes de l'état de décadence politique, économique, sociale, culturelle, linguistique dans lequel elle se trouve

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email