Jeudi 23 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Le personnel de l'aéroport de Paris sous haute surveillance

Single Post
Le personnel de l'aéroport de Paris sous haute surveillance

Contrôle du personnel ayant accès aux avions, visionnage de la vidéosurveillance... Depuis le crash de l'avion d'EgyptAir, des enquêteurs sont à pied d'œuvre à l'aéroport parisien de Roissy, déjà sous haute surveillance depuis les attentats de 2015 pour détecter d'éventuels salariés radicalisés. Après les attaques djihadistes de l'an passé à Paris, les autorités ont décidé de passer au crible les 86.000 autorisations d'accès à la zone dite "réservée" de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

Saisie de badges

Au total, entre janvier 2015 et avril 2016, plus de 600 personnes se sont vu retirer ce sésame, ou refuser son attribution ou son renouvellement. Parmi elles, 85 étaient soupçonnées de radicalisation, selon les autorités françaises. Malgré cela, on dénombre encore sur la plateforme "400 cas inquiétants de radicalisation", affirme une source proche du dossier. Aucune piste privilégiée Depuis jeudi, des membres du personnels au sol qui ont eu l'occasion, de près ou de loin, d'approcher l'avion de la compagnie égyptienne qui s'est abîmé en Méditerranée dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu'il reliait Paris au Caire, sont entendus par les enquêteurs.

Ces derniers assurent toutefois ne privilégier pour l'heure aucune piste. Escale à Roissy La gendarmerie des transports aériens (GTA), la police aux frontières (PAF) et les services de renseignements travaillent à reconstituer le film de l'escale de l'Airbus A320 d'Egyptair à Roissy. Arrivé du Caire à 19H55 GMT mercredi, il en a redécollé à peine plus d'une heure après, peu après 21H00 GMT, un laps de temps très court.

Selon une source proche de l'enquête, "aucune faille ou personne suspecte" n'a pour l'instant été identifiée. Parcours La tâche est en outre compliquée par le fait qu'avant de décoller de Paris, l'appareil est passé par l'Egypte, l'Erythrée et la Tunisie. La liste des passagers est elle aussi auscultée. "Il est beaucoup trop tôt pour dire s'il y a ou non un profil qui pose problème,ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de soupçons", a déclaré une source proche de l'enquête.


Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email