Lundi 23 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Les Bulgares élisent un président russophile, le Premier ministre démissionne

Single Post
Les Bulgares élisent un président russophile, le Premier ministre démissionne

Les Bulgares ont largement élu dimanche un président russophile, le socialiste Roumen Radev, provoquant la démission du Premier ministre conservateur Boïko Borissov au risque d'une nouvelle période d'incertitude pour leur pays. L'ancien pilote et chef de l'armée de l'air est crédité d'une confortable victoire avec près de 60% des suffrages, selon les décomptes de deux instituts de sondage, contre un peu plus de 35% à son adversaire soutenue par M. Borissov. L'élection de Roumen Radev constitue un échec cinglant pour le chef du gouvernement qui a aussitôt annoncé sa démission, comme il en avait averti les électeurs avant le scrutin.

Si les Bulgares "désirent une crise politique, ils l'auront", avait prévenu M. Borissov, 57 ans, dont le mandat courait jusqu'en 2018. "Les résultats montrent clairement que la coalition au pouvoir n'a pas de majorité", a-t-il observé. Le départ de Boïko Borissov devrait entraîner des législatives anticipées et une période d'incertitude pour ce pays pauvre de l'UE, qui avait connu en 2013 des manifestations massives contre la corruption, plusieurs mois d'instabilité politique... et une première démission du Premier ministre Borissov, alors au pouvoir depuis 2009.

Le général Radev, élu pour cinq ans et totalement novice en politique, aura créé la surprise de bout en bout, devançant dès le premier tour sa rivale, Tsetska Tsatcheva, critiquée pour son manque de charisme et cible de la déception des électeurs à l'égard de la majorité. Sans étiquette mais soutenu par les socialistes (PSB, ex-communiste), M. Radev ne cache pas vouloir favoriser le dialogue avec la Russie. Il a confirmé, après sa victoire, son intention de "travailler étroitement avec le gouvernement, et avec les collègues de l'UE, en vue d'une levée des sanctions" européennes contre Moscou.

"Le président qui représente le pays dans les relations internationales doit être actif", a-t-il ajouté. Il avait estimé durant la campagne que "la Crimée (péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014) est de fait russe". Le rôle du président bulgare est essentiellement protocolaire, c'est le gouvernement qui définit la politique générale, y compris la politique étrangère. Dramatisant l'enjeu, le parti de M. Borissov (Gerb - "Citoyens pour un développement européen de la Bulgarie") avait appelé à la mobilisation contre "le général rouge". Mme Tsatcheva avait mis en garde contre "un isolement international" du pays.

Dans un entretien paru dans la presse autrichienne dimanche, le président sortant Rossen Plevneliev, issu de la majorité, s'est dit inquiet des tentatives de la Russie de "déstabiliser l'Europe", accusant notamment Moscou de financer des mouvements hostiles à l'Union européenne, y compris en Bulgarie. Le pays est largement dépendant du gaz russe. M. Radev défend sa neutralité en rappelant être "général de l'Otan formé aux Etats-Unis" et a souligné que l'"appartenance à l'UE et à l'Otan n'a pas d'alternative".

La présidente du parlement s'était présentée en candidate de la stabilité pour le pays mais "les gens en ont assez d'écouter Gerb se vanter, alors qu'ils ne voient pas d'amélioration de leur niveau de vie", selon Antoniy Todorov, professeur de sciences politiques à la Nouvelle université bulgare. Parvan Simeonov, directeur de l'institut Gallup, parle d'un "vote de protestation" dans un "contexte international qui encourage la volonté de changement: écroulement des autorités traditionnelles en Europe occidentale, changement radical aux Etats-Unis, hausse des ambitions de la Russie".

Une élection présidentielle avait également lieu dimanche en Moldavie et a vu un prorusse, Igor Dodon, battre une candidate proeuropéenne, Maia Sandu. Le président sortant va charger les responsables de partis de former un nouvel exécutif puis en cas d'échec, quasi certain, nommer un gouvernement intérimaire. Son successeur, qui entrera en fonction le 22 janvier, convoquera des élections anticipées, au plus tôt en mars 2017. Boïko Borissov reste malgré tout favori pour remporter ces législatives tout comme il était revenu au pouvoir en 2014, un an après sa première démission.


Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Novembre, 2016 (12:40 PM)
    L'AFRIQUE NE VEUT PAS DE L'AGENDA HOMOSEXUEL



    Nous sommes confrontés à la plus grande menace internationale contre nos familles, nos enfants, la santé et la moralité, dans l’histoire de l’Organisation des Nations-Unies. Cette menace aura une incidence directe sur nos nations, et elle exige une action immédiate.





    Un bureau de l’ONU du médiateur pour l’agenda homosexuel a été créé en Juin dernier. Il a déjà été rempli par un militant radical des « droits » des homosexuels. Ce bureau va effectuer des enquêtes et des investigations intrusives. Il créera des obligations pour les Etats, en vertu du droit international. Il va les forcer à abandonner leurs lois protégeant nos familles et nos enfants. Il exigera que les pays favorisent, à la place l’autonomie sexuelle, l’homosexualité et la transsexualité, le tout sous prétexte de promouvoir les droits de l’homme.



    Signez cette pétition pour empêcher LGBT et l’ONU de détruire nos enfants



    http://www.citizengo.org/fr/fm/37963-lagenda-homosexuel-na-rien-faire-lonu



    Le non-respect des directives de la communauté LGBT se traduira par une pression internationale accrue, le mépris et la dérision, voire par des menaces directes sur les aides de première nécessité. Vous trouverez davantage d’information (en anglais) dans l’article ci-dessous.



    Nous avons l’occasion de supprimer le nouveau bureau de LGBT au cours de l’Assemblée générale en Novembre. Cela a déjà été fait par le passé. Il est possible et réalisable de stopper l’agenda homosexuel aux Nations Unies. Et, il est nécessaire de protéger la famille et nos enfants. Mais pour cela, nous devons nous unir pour y parvenir. Au-delà de nos petites divergences.



    Certains pays craignent que de s’opposer à LGBT conduira à une confrontation avec les États-Unis, l’Union européenne, et d’autres pays riches et puissants ; et que cela aura des répercussions négatives pour eux, à l’échelle nationale et même personnellement.



    Signez cette pétition pour empêcher LGBT et l’ONU de détruire nos enfants



    http://www.citizengo.org/fr/fm/37963-lagenda-homosexuel-na-rien-faire-lonu



    Mais providentiellement, les pays africains qui savent mieux que les occidentaux ce qu’est une famille, ont la possibilité de proposer une motion à l’Assemblée générale afin de supprimer le nouveau bureau LGBT. Tous les croyants et les gens de bonne volonté doivent se lever maintenant et nous devons les encourager à agir pour leur propre bien, contre le « régime » agressif et intolérant qu’est LGBT international. Nous avons besoin de votre aide pour faire en sorte que les chefs religieux, les politiciens et les diplomates suppriment ce nouveau bureau afin de protéger la famille et nos enfants.



    Signez cette pétition pour empêcher LGBT et l’ONU de détruire nos enfants



    http://www.citizengo.org/fr/fm/37963-lagenda-homosexuel-na-rien-faire-lonu



    Stéphane Duté et toute l’équipe de CitizenGO



    Article à lire (en anglais)



    https://c-fam.org/friday_fax/un-appoints-global-lgbt-ombudsman-nations-push-back/



    PS : Mise à jour du 13 novembre 2016



    Nous recevons beaucoup de commentaires positifs sur cette pétition que j’ai adressée, il y a dix jours, aux pays d’Afrique. Elle fonctionne très bien et nous vous en remercions. Mais nous avons besoin de davantage de signatures que le vote est imminent. Enfin, des nouvelles positives de l’ONU ! Les pays africains se réunissent pour rejeter la résolution 32/2 du Conseil des droits de l’Homme proposée à l’Assemblée générale des Nations Unies.



    Cette résolution est la pire menace internationale pour la famille dans l’histoire des Nations-Unies et les dirigeants des pays concernés l’ont découvert grâce à cette pétition.



    Merci de nous aider à atteindre notre objectif de 100 000 signatures d’ici la fin de la semaine prochaine. Nous enverrons cette pétition à plus de 104 Etats membres. Veuillez signer et partager cette pétition avec vos amis et votre famille immédiatement, et particulièrement dans les pays suivants dont nous attendons le vote :



    Antigua & Barbuda (près de la Guadeloupe), la Barbade, la Dominique, L’île de la Grenade, la Guyana, la Jamaïque, Saint Kitts & Nevis, Sainte Lucie, Saint Vincent, les Iles Grenadines, la République de Trinité-et-Tobago.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR