Lundi 14 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

[ Etats- Unis ] Les enfants d'immigrés cherchent leur rêve américain à l'étranger

Single Post
[ Etats- Unis ] Les enfants d'immigrés cherchent leur rêve américain à l'étranger

Leurs parents se sont installés aux États-Unis pour faire fortune. Mais les enfants d'immigrés sont de plus en plus nombreux à faire le chemin en sens inverse.

 

A Washington, la carrière de Samir N. Kapadia semblait bien commencer : après un stage au Congrès, il a travaillé pour une grande fondation ainsi que pour une société de conseil. Et, pourtant, il avait l'impression de s'être enfermé dans une routine. D'Inde, son pays d'origine, ses amis et ses proches lui parlaient de leur vie dans cette nation en plein boom. L'un d'eux était en train de créer une entreprise d'e-commerce, un autre une société de relations publiques, d'autres encore un magazine, une pépinière d'entreprises ou un site Internet consacré aux people et à l'actualité. "Là, j'ai commencé à me dire que bosser peinard de 9 à 17 heures ne me suffisait plus", se souvient M. Kapadia, 25 ans, qui est né en Inde et a grandi aux Etats-Unis. L'année dernière, il a donc quitté son emploi et s'est installé à Bombay. 

 

Comme lui, aux Etats-Unis, les enfants d'immigrés, diplômes en poche, sont de plus en plus nombreux à partir s'installer dans le pays de leurs ancêtres. Depuis toujours, les Américains, qui ont l'esprit d'entreprise, aiment tenter leur chance à l'étranger. Mais cette nouvelle vague illustre l'évolution des migrations mondiales et les défis qui se posent à la compétitivité et à la suprématie économique américaine. "Les marchés s'ouvrent, les gens ont des idées tous les jours. Il y a tellement de choses à créer", s'enthousiasme M. Kapadia, aujourd'hui employé chez Gateway House, un nouvel organisme de recherche en politique étrangère à Bombay. "Ici, les gens ont une longueur d'avance sur Washington." 

 

L'ère de la "circulation des cerveaux"

 

Depuis des générations, les pays en voie de développement souffrent de la "fuite des cerveaux" - l'émigration massive des meilleurs éléments - vers l'Occident. Ce mouvement existe toujours, mais, à présent, un phénomène inverse s'est amorcé, en particulier vers des pays comme la Chine, l'Inde et, dans une moindre mesure, le Brésil et la Russie. Pour certains intellectuels et chefs d'entreprises, cette vague d'émigration n'est pas nécessairement de mauvais augure pour les Etats-Unis. Selon eux, les jeunes entrepreneurs et les professionnels bien formés sèment les compétences et le savoir américains dans le monde. Ils acquièrent aussi une expérience à l'étranger et construisent des réseaux qu'ils peuvent rapporter aux Etats-Unis ou ailleurs - c'est la "circulation des cerveaux".

 

Mais ces experts soulignent aussi que, dans la course mondiale aux talents, le retour de ces expatriés vers les Etats-Unis n'est plus une certitude. Jonathan Assayag, 29 ans, un Américano-Brésilien originaire de Rio de Janeiro qui a grandi en Floride, est retourné au Brésil l'année passée. Diplômé de la Harvard Business School, il a travaillé au sein d'une société Internet dans la Silicon Valley et a tenté, en vain, de développer une entreprise. "Pendant cinq mois, j'ai passé mes week-ends chez Starbucks à essayer de concevoir une start-up aux Etats-Unis", se souvient-il. Pendant tout ce temps, ses amis de Harvard l'exhortaient à changer de vie. "Ils me disaient : 'Jon, qu'est-ce que tu fais ? Va au Brésil et crée ton entreprise là-bas !'" Une fois à São Paulo, il est devenu "entrepreneur en résidence" au sein d'une société de capital-risque. Il est en train de lancer une entreprise de lunetterie en ligne. "Je parle la langue, je connais la culture, je comprends comment les gens font des affaires", résume-t-il.

 

Souvent, la décision de partir peut déconcerter voire même mettre en colère les parents immigrés de ces jeunes expatriés. Jason Y. Lee, âgé de 29 ans, est né à Taïwan et a grandi aux Etats-Unis. Lorsqu'il était étudiant, il a expliqué à ses parents qu'il voulait se rendre à Hong Kong. Mais pas question pour son père de lui payer un billet d'avion. "J'ai travaillé dur pour t'emmener en Amérique, et maintenant tu veux retourner en Chine ?!" lui disait-il. Depuis, Jason Y. Lee a lancé une entreprise d'import-export entre les Etats-Unis et la Chine, il a fait des études à Shanghai et il a travaillé pour des banques d'investissement à New York et à Singapour. Enfin, il a créé en Inde un site de recherche d'emploi à l'international. Aujourd'hui, il travaille pour une société d'investissement à Singapour. Et son père ne voit plus ses projets d'un si mauvais œil.


Article_similaires

15 Commentaires

  1. Auteur

    Dc

    En Avril, 2012 (03:01 AM)
    DV lottery les resulats sortent le 1 mai

    yalla na gagner barkep serigne touba

    sonena lolou green card bi rek mo manke !
    • Auteur

      Amerique é Foutu, é Vie Q De N

      En Avril, 2012 (09:01 AM)
      this year almost 1,800 people renounced their american citizenship and green cards as published in the federal register, thanks to a costly and timely tax requirement.

      that's because the u.s. is one of the only countries in the world that requires its citizens working abroad to file taxes at home, reports reuters.

      american expatriates are exempt from paying tax on the first $95,100 of income earned abroad as long as they fill in the foreign income exclusion form and prove taxes are paid to the country they reside in. but the process is complicated.

      americans expatriates also have to comply with another regulation that calls for them to disclose information on foreign bank accounts with at least $10,000, explains reuters. banks are required to provide information on those very clients and their funds to the u.s. government.

      considering that an estimated 3 to 6 million americans reside abroad, notes time magazine, less than 2,000 people relinquishing citizenship isn't too high of a number. still, the figure is an indication of a growing trend given that only 502 citizens handed in their passports back in 2009.

      but relinquishing one's u.s. citizenship isn't as simple as one might imagine.

      some ex-americans are still required to file and pay taxes for up to 10 years even after formally deemed a "renunciant" by the u.s. state department.
  2. Auteur

    Libertarien

    En Avril, 2012 (03:02 AM)
    ils ont raison si ton pays va bien key tu retourne au moins ya ta famille, ta culture etc

    jai plein damis immigrans ki retourne o bercail(bresil chili canada chine phillipines inde russie etc), et dautres ki sont des americain pur et dur emigrer
    Auteur

    Realdiaz

    En Avril, 2012 (03:26 AM)
    I love USA
    Auteur

    Dc

    En Avril, 2012 (03:34 AM)
    This article is false that's not true

    Auteur

    Ouzin.ba"tristes Tropiques"

    En Avril, 2012 (08:02 AM)
    ceci ne concerne que les americains dont les parents sont originaires des pays emergents tels que l'inde,le bresil etc, dans ces pays en pleine boom economique ils siont surs de trouver un travail correspondant à leurs qualificationds...
    • Auteur

      Ha Oui

      En Avril, 2012 (08:51 AM)
      c vrai , donc on doit redoubler d'effort au senegal . mais moi c cette justice senegalaise qui me rend malade .
      c pourquoi mon pays me degoute parfois. c dommage mais g mal au coeur si je vois k les vrais crimminels sur tous les axes circulent librement alors k les pauvres goorgorlou croupissent dans nos prisons degueulasses qui manquent de tout .c vraiment decourageant a djoloff
    • Auteur

      Desespoir Galsen

      En Avril, 2012 (10:12 AM)
      les pays émergents bien sûr offrent beaucoup d'opportunité à leurs citoyens. mais le sénégal n'a rien à offrir à ses citoyens. que les jeunes immigrés n'essayent même pas de rentre il y a rien ici que la galère. je ne pense pas que macky sall change quelque chose. au début wade avait aussi de si bonnes intentions jusqu'à ce qu'il s'entoure d'une plétore de ministres voleurs exactement le même nombre que macky sall vient de mettre en place. nous attendons pour voir. un ancien pds ne peut rien changer à notre sort à moins qu'il n'a jamais été libéral dans sa tête. wassalam
    • Auteur

      N'importe Quoi !

      En Avril, 2012 (11:42 AM)
      c'est pas le pays qui offre des opportunités c'est les gens qui les créent.

      la seule chose à prendre aux us c'est la confiance en soi et le goût du risque.

      une personne à dit un jour si les sénégalais mettaient autant d'effort à créer des entreprises qu'ils en mettent à partir en pirogue, le sénégal serait un pays économiquement développé.

      desespoir galsen, la vie c'est comme une grande page blanche que chacun de nous doit remplir.

      la véritable question que tu dois te poser est : qu'est-c que je mets sur ma page.

      debout mon frère !

      just do it !
    • Auteur

      Ttttttt

      En Avril, 2012 (13:56 PM)
      la galere c'est partout, au usa c'est aussi difficile, la sante coute cher .... donc pourquoi accepter de galerer a l'etranger et pas chez vous, si vous rentrer au senegal pour chercher un taff , laisser tomber car vs allez galerer plus pour avoir le meme salaire , les memes avantages... mais si vs etes entrepreneur vous voulez creer une entreprise senegal is the place to be, on a beau etre contre wade mais les reformes nous permettre de creer une entreprie en 3 jours, les gens sont connecte bientot un millions de senegalais sur facebook, de nouveaux usage, des systemes sont entrain d'etre mis en place pour faciliter la vie des senegalais comme payment mobile, des systemes qui ne marcherais jamais en amerique. c'est maintenant qu il faut rentrer toute les multinationale sont a dakar , cisco, microsoft, google, erickson car eux ils ont compris que l'avenir est ici, so it's tme to go back home
    • Auteur

      Du Canada

      En Avril, 2012 (14:09 PM)
      tu as parfaitement vu juste. je suis toujours impressionné quand je suis à dakar de voir le nombre de pme sur la vdn et la route qui méne à l'aéroport.
    Auteur

    They Are Lost

    En Avril, 2012 (09:03 AM)
    Americans Renounce Citizenship Over Taxes
    Auteur

    Cj

    En Avril, 2012 (10:01 AM)
    et les enfants de nos compatriotes senegalais qui sont nes aux usa est ce qu ils pensent comme les autres immigrants je pense que c est pas a la 116 street qu on touvera des jeunes ambitieux
    Auteur

    Nichon

    En Avril, 2012 (10:09 AM)
    Mes nichons  :love:  :love: 
    Auteur

    Mme

    En Avril, 2012 (11:32 AM)
    Trop de negativite envers les enfants immigres senegalais ou Africains en general! .

    Give them a brake.
    Auteur

    Prof

    En Avril, 2012 (11:46 AM)
    le même etat d'esprit anime les immigrés d'europe,mais leurs enfants? nous tous sommes prêts à retourner chez nous pour y demeurer pour toujours.rien ne vaut être chez soi, même si on a rien. au moins on est chez soi et le soleil de ALLAH LE TOUT MISÉRICORDIEU BRILLE POUR TOUT LE MONDE.
    • Auteur

      Badou2

      En Avril, 2012 (13:18 PM)
      peut on avoir le témoignage d'immigrants qui vivent au canada? est ce que c'est le même état d'esprit qui les anime. je me prépare à aller vivre dans ce pays et j'aimerais m'entourer de toutes les garanties si possible.
    • Auteur

      Badou3

      En Avril, 2012 (14:57 PM)
      c'est un très beau pays , vas y mais rêve réaliste , tu ne vas pas y faire fortune mais tu auras un excellent niveau de vie et une tranquillité absolue tant que tu n'as pas de problème avec une femme :)
    • Auteur

      Amie

      En Avril, 2012 (22:26 PM)
      franchement, il faut réfléchir à deux fois avant d'y aller, je connais des gens qui ont tout laissé pour immigrer au canada, mais ils l'ont regrétté. certains sont retourné en catimini au sénégal, les autres se terrent la bas en n'osant plus rentrer. et le pire ce sont leurs enfants qui ont grandi dans un quartier d'immigré de tous pays et qui sont en train de mal tourner. leur niveau de vie a baissé car plus de domestique, de chauffeur mais boulot dodo, froid et blues. alors si tu a un bon boulot ici, je te conseille de rester ou de garder la possibilité de le récupérer en cas de pépin ou de déception.
      bonne chance
    Auteur

    N'importe Quoi !

    En Avril, 2012 (15:25 PM)
    Bravo ta tous dit merci
    Auteur

    Gaz

    En Avril, 2012 (23:24 PM)
    C'est le monde qui change c'est dure partout,comme dit l'americain no free ride anymore...si tu ai un bon travailleur tu arrivera et accompliras bcp de choses il faut realiste.
    Auteur

    116

    En Avril, 2012 (06:18 AM)
    @cj moi jabit pas 116st new York jabite A Bronx Mais toi t jaloux Je frewuente 116 est Jen konai kelks niggas Srx. :sn: 
    Auteur

    Education Education Education

    En Avril, 2012 (12:42 PM)
    Education is the only way out!



    Nos jeunes du pays et de la Diaspora doivent bosser et ne dépendre de personne. Il faut leur apprendre à choisir leurs voies. Voici un excellent site pour l'orientation ciblant les étudiants sénégalais et africains que j'ai découvert sur le web:

    w w w . s e n c a m p u s . C O M.



    ce sont des initiatives comme cela qu'il faut encourager!



    Wa Salam
    Auteur

    Tio

    En Avril, 2012 (15:36 PM)
    pour canada esk ces dur pour les cen papier on peu travaill cen papier merci bon reponce

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR