Samedi 23 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye

Single Post
Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye
Nicolas Sarkozy et David Cameron sont les premiers dirigeants étrangers à se rendre dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi. La visite, prévue à Tripoli et à Benghazi, est placée sous très haute sécurité. Quelque 160 policiers français du Service de protection des hautes personnalités et du Raid ont été acheminés sur place.

 
Les journalistes présents dans la capitale libyenne ont tous été convoqués dans un grand hôtel dans la matinée, Nicolas Sarkozy devrait arriver vers 11 heures.
 
Quelques minutes plus tard, à 11 h 45, un premier point presse est prévu entre le président français et des représentants du Conseil national de transition.
 
Puis, une heure plus tard, le président français mais aussi David Cameron, chef du gouvernement britannique, devraient tenir une conférence de presse commune avec le président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil et Mahmoud Jibril, numéro deux du CNT.
 
Dispositif de sécurité massif et inédit
 
Depuis déjà quelques jours, cet hôtel grouille de gardes du corps français du Service de protection des hautes personnalités (SPHP). Le dispositif de sécurité sera massif et inédit : environ 160 CRS (Compagnies républicaines de sécurité) français  encadrent cette visite, en partie en tout cas.
 
Des hommes peu habitués à ce genre de mission en extérieur, mais c’était peut-être la seule solution parce qu’en Libye il n’y a plus de police. Ce sont des ex-rebelles qui s’en chargent. Ce n’est pas leur métier, ils n’ont pas été formés pour cela.
 
Et à Tripoli les combats ont pris fin il y a seulement trois semaines. Presque tout le monde ici porte une arme à feu en sortant dans la rue. La guerre n’est pas encore terminée et la sécurité doit donc être absolument sans faille ce matin.
 
La France, premier soutien de la révolution libyenne
 
Premier à reconnaître le CNT (Conseil national de transition), premier à soutenir l'intervention militaire de l'Otan, Nicolas Sarkozy sera aussi le premier chef d'Etat à fouler le sol libyen depuis la fuite de Mouammar Kadhafi. Un président courageux disait à demi-mot, mercredi 14 septembre, un représentant du CNT, car la guerre n'est pas finie, et les anciens rebelles ne sont pas encore bien organisés. 
 
En première ligne sur le terrain aux cotés des insurgés, la France s'est investie pour préparer l'après-Kadhafi depuis plusieurs semaines déjà. Le 1er septembre, Paris a accueilli une conférence internationale des amis de la Libye. Les représentants de 60 Etats ont fait le déplacement pour une photo de famille, autour de Nicolas Sarkozy. 
 
Dans un monde en mouvement, la France acteur du changement :  c'est le nouveau credo du président français. Paris avait raté le train de la révolution tunisienne et tente depuis de se racheter une image. 
 
Cet engagement tous azimuts sur la scène libyenne devrait payer et profiter notamment à l'économie française. Le CNT a ainsi promis que ceux qui l'ont soutenu seront récompensés. Le marché de la reconstruction sera certainement juteux pour les entreprises qui arriveront à se positionner. Et la France pourrait aussi se faire une place dorée dans le secteur pétrolier.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email