Mardi 12 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

"Le deal avec la Turquie ouvre une voie royale aux terroristes"

Single Post
"Le deal avec la Turquie ouvre une voie royale aux terroristes"

L'accord controversé entre l'Union européenne et la Turquie n'a pas fini de faire parler lui. Prévu initialement pour réduire le flux de migrants illégaux en Europe, cet accord prévoit aussi et surtout une exemption de visas pour les citoyens turcs dans l'espace Schengen pour une durée de nonante jours. Une condition imposée par Ankara qui suscite de nombreuses inquiétudes en Europe, justifiées dans un rapport de la Commission elle-même. Le rapport en question, sur lequel le quotidien britannique The Telegraph a pu mettre la main, confirme les craintes de nombreux pays européens: la suppression des visas pour les Turcs augmenterait considérablement le risque d'attaques terroristes sur le vieux continent.

Un passeport turc, porte d'entrée vers l'Europe Concrètement, les terroristes et autres criminels exploiteraient cette nouvelle libéralisation en tentant d'obtenir, de manière illégale ou non, un passeport turc qui leur ouvrirait automatiquement la voie vers l'Europe, s'inquiète la Commission. Mobilité des terroristes dans Schengen "Cela augmenterait la mobilité des terroristes dans l'espace Schengen, qu'ils soient citoyens turcs ou étrangers", peut-on également lire dans le rapport.

Un accord sous conditions Avant que cet accord ne devienne réalité, la Turquie doit d'abord remplir un certain nombre de conditions. Les hautes sphères européennes exigent notamment à Ankara une meilleure lutte des autorités turques contre la corruption, la négociation d'un accord avec Europol ou encore une révision de la législation du pays sur le terrorisme, ce que refusent catégoriquement les dirigeants turcs.

Passeport biométrique Autre condition, la détention d'un passeport biométrique, comme l'avait indiqué début mai le vice-président de la Commission Frans Timmermans. "Que cela soit bien clair: aucun citoyen turc n'entrera dans l'UE exempté de visa sans un passeport biométrique", avait-il insisté. Malgré tout, les préoccupations restent grandes parmi les États membres en raison des risques accrus pour leur sécurité intérieure. Le rapport de la Commission ne dissipera certainement pas ces craintes.

Le Kosovo, l'Ukraine et la Géorgie aussi au programme Par ailleurs, le rapport mentionne également l'exemption de visas pour le Kosovo, l'Ukraine et la Géorgie, comme l'avait annoncé Jean-Claude Juncker fin 2015. Des pays où le crime organisé y est "endémique." De plus, environ 300 djihadistes de l'Etat islamique en Syrie ou en Irak proviennent du Kosovo, un record européen proportionnellement à sa population. Des combattants que le gouvernement kosovar a bien du mal à intercepter, faute de moyens, rappelle encore le rapport.

 

Mafia turqueEn se reconcentrant à nouveau sur le "problème turc", la Commission s'inquiète aussi de la mafia qui gangrène le pays. Des criminels actifs dans la contrebande d'armes, le trafic de drogue ou encore la traite d'esclaves et de réfugiés qui pourraient aisément étendre leur business en Europe.L'UE tiraillée entre deux sentiments

L'Union européenne est donc tiraillée entre deux sentiments: la volonté de mettre un terme à une crise migratoire qui a considérablement écorné son image et son intégrité; et dans le même temps veiller à sa sécurité intérieure face à la menace terroriste, elle qui panse tout juste ses plaies de Paris et Bruxelles.


Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email