Vendredi 01 Mars, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Soirée cauchemar pour Johnson: les députés votent un report du Brexit et rejettent les élections anticipées

Single Post
Johnson
Il n’a plus de majorité et pourrait être forcé de repousser le Brexit: le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est pris une série de gifles mercredi à la Chambre des Communes, échouant même dans son projet de la dissoudre pour se sortir de l’impasse. 

Les députés ont rejeté mercredi soir la motion qu’il avait soumise à leur vote, destinée à organiser des élections anticipées le 15 octobre, au terme d’une journée catastrophique pour le chef du gouvernement. Et sa tentative d’obtenir une nouvelle majorité pour soutenir sa stratégie sur le Brexit avant le conseil européen des 17 et 18 octobre a été jugée “cynique” par le chef du Labour, le principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn. 

Auparavant les députés avaient fait dérailler ses plans de sortir de l’Union européenne le 31 octobre avec ou sans accord avec Bruxelles, en votant à une majorité de 28 voix une proposition de loi le contraignant à demander un report de trois mois du Brexit sauf si un accord de sortie est conclu. 

 La proposition de loi doit maintenant être examinée jeudi à la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement, qui n’aura que quelques jours pour l’approuver puisque Boris Johnson a décidé de suspendre le Parlement la semaine prochaine pour cinq semaines (suite de l’article sous le tweet). 

 Et maintenant? 

Après l’adoption par le Parlement britannique d’un texte de loi réclamant le report du Brexit de trois mois et le rejet des élections générales convoquées par le Premier ministre conservateur Boris Johnson le 15 octobre, voici les scénarios possibles pour la sortie de l’UE.  

- Nouveau report: Prévu initialement le 29 mars 2019, le Brexit a été déjà reporté à deux reprises, faute d’unanimité du Parlement sur les formes qu’il doit prendre. 

 La loi votée mercredi par les députés contraint Boris Johnson, qui y est farouchement opposé, à demander à l’UE un report de trois mois, jusqu’à la fin janvier 2010. Une “capitulation” à ses yeux. Boris Johnson a aussi affirmé haut et fort qu’en “aucune circonstance” il ne demanderait un tel report, et compte sur des élections anticipées pour le sortir de ce mauvais pas. 

 - Élections anticipées: Même après le rejet du projet de Boris Johnson, elles apparaissent comme une option probable pour sortir de l’impasse. 

L’opposition travailliste ne voulait pas de la date du 15 octobre car elle craignait que le Premier ministre, usant de ses prérogatives, ne les repousse après le 31 octobre, ouvrant ainsi la possibilité d’une sortie de l’UE sans accord. Mais en fait, les travaillistes sont en faveur de la tenue d’élections une fois leur loi sur un report du Brexit entérinée par la chambre des Lords. 

 Elles sont aussi dans l’intérêt de Boris Johnson, qui a perdu mardi sa majorité au Parlement. Le scrutin sera dans tous les cas un pari risqué pour les deux grands partis de gouvernement, qui ne sont pas assurés d’une majorité absolue, dans un paysage politique bouleversé par les clivages sur le Brexit. 

 - Brexit sans accord: Les discussions engagées entre Londres et Bruxelles n’aboutissent pas et Bruxelles, à bout de patience, refuse de reporter une troisième fois le Brexit. Le Royaume-Uni quitte l’Union européenne sans accord de retrait le 31 octobre. 

 Ce scénario est particulièrement redouté par les milieux économiques, qui craignent une dégringolade de la livre, une envolée de l’inflation, voire une récession, avec le rétablissement de droits de douane et le spectre de pénuries de produits alimentaires, d’essence et de médicaments. 

 Le gouvernement de Boris Johnson se prépare activement à ce scénario et multiplie les annonces de milliards destinés à encaisser le choc du Brexit. Même après une sortie sans accord, il devra retourner à la table des négociations avec les Européens pour définir leurs futures relations. 

 - Brexit avec accord: Un scénario très improbable en l’état. Londres et Bruxelles parviennent à décrocher un accord et à s’entendre sur la question cruciale du filet de sécurité irlandais, ou “backstop”, mécanisme visant à éviter le retour d’une frontière en Irlande entre la province britannique du Nord et la république membre de l’UE au sud. 

 Londres devait présenter de nouvelles propositions pour remplacer le “backstop” mais, selon le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney, n’en a rien fait. L’UE a d’ailleurs souligné mercredi que le “risque” d’un “no deal” s’était accru et qu’elle ne croyait pas à un accord avec Londres d’ici le 31 octobre.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email