Mardi 22 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Turquie : Erdogan régularise la situation de 1444 Sénégalais

Single Post
Turquie : Erdogan régularise la situation de 1444 Sénégalais

data-cke-saved-src=

Les relations entre le Sénégal et la Turquie sont au beau fixe. En effet, après la fermeture des écoles Yavuz Selim installées au Sénégal sur demande d'Ankara, le président Recep Tayyib Erdo?an a décidé de régulariser la situation de 1444 Sénégalais qui étaient en situation irrégulière dans son pays.

À cet effet, l'ambassadeur du Sénégal à Ankara, Moustapha Mbacké, a été reçu, le jeudi 26 octobre 2017, par Suleymane Soylu, le ministre de l'Intérieur de la Turquie.

"Les entretiens ont permis de magnifier l'excellence et l'exemplarité des relations bilatérales qui se sont traduites par des avancées concrètes à travers la réalisation de grands projets mutuellement bénéfiques pour les deux pays, comme cela a été mis en exergue lors de la 4eme Session de la Commission Mixte entre le Sénégal et la Turquie, tenue à Dakar, les 05 et 06 septembre 2017. Dans ce cadre, Son Excellence Monsieur Suleymane Soylu a bien voulu accéder à la requête de Son Excellence Monsieur le Président de la République Macky Sall concernant la régularisation de la situation administrative de 1444 sénégalais qui vivent en Turquie", note un communiqué de l'ambassade du Sénégal en Turquie parvenu à la Rédaction de Seneweb.

Le Ministre Soylu a indiqué que les intéressés pourront dès à présent s'enregistrer sur la plateforme électronique (e-ikamet.goc.gov.tr) des Services de l'émigration de la Turquie en vue d'obtenir leur carte de séjour.


Article_similaires

13 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (15:57 PM)
    Looooool,

    Yavuz Selim ..

    Eh ben
    • Auteur

      Le Salaire Du Tirailleur Apr

      En Octobre, 2017 (16:10 PM)
      pendant ce temps combien d'enseignants se brutalement retrouvés au chômage ???
      a côté de cela, combien d'élèves sénégalais ont vu leur scolarité brutalement bouleversé ???
      a côté de cela, combien d'honnêtes entrepreneurs turques ont été spoliés de leurs biens qu'ils avaient légalement acquis ???
      cette article c'est une honte sans nom !
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2017 (17:43 PM)
      veillez revoir vos chiffres svp...
      et au passage je ne m'inquiète pas pour les élèves de yavuz sélim,
      ils trouveront où atterrir il y a assez d'écoles privées pour priviligés dans ce pays qu'on rompt nos accords avec la turquie faudra plus qu'une simple école
      qui était déjà chère à la base et à la portée d'une minorité
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2017 (10:22 AM)
      ca ne fait pas 1 444 personnes wala tu ne sias pas compter. reveillez vous: l'etat n'a pas d'état d'âme mais des intérêts. l'intérêt du sénégal ce n'est pas de sauver yayou selim, proprièté d'un putchiste !!! si ce putchiste arrive au pouvoir (dieu fasse qu'il n'arrive pas à ses desseins, ce type à la solde des américains au détriment de celui qui défend l'islam comme aucun président sur terre), on pourra changer d'avis sur cette école, au nom de notre intérêt encore une fois
  2. Auteur

    Lébou

    En Octobre, 2017 (15:58 PM)
    Régulariser 1444 tout en sacrifiant plus de 3000 étudiants et plus de 500 enseignants . nos autorités ne sont pas à la hauteur de leure mission . J'ai honte pour mon peuple
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2017 (16:23 PM)
      les 3000 eleves auront ailleurs ou se former!!! les 500 enseignants ne chomeront pas !!! ils seront recrutés ailleurs ou vont s'unir et ouvrir une ecole s'ils ne sont pas des fonctionnaires déja!!!! 1444 personnes c'est une grosse manne financiere qui permet justement de nourir au moins 1000 familles et donc plus de 7 mil personnes en considerant que les 444 ne sont pas soutiens.... il y a des decisions strategiques!!! les enfants qui vont à yavuz ne sont pas des gens qui se preocuppent des premieres necessités alors que les familles des immigrés oui!!! un peu de bon sens!!! les eleves sont la les professeurs sont la il ne s'agit pas d'ètre einstein pour savoir que l'on peut tout mettre en oeuvre pour ouvrir une ecole avec les memes eleves et les memes enseignants!!!!
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2017 (17:33 PM)
      hum revoyez un peu vos chiffres meme l'université de dakar avec ses 80 mil etudiants n'a pas 500 enseignants!!! 3000 mil eleves pour 500 enseignats c'est 1 enseignant pour 6 eleves!!! dire la verité oui mais avec un peu de bon sens voyons!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (16:18 PM)
    Echange de 1444 modou-modou contre 3000 élèves.

    Je suis allé à Istanbul ils trainent tous dans les marcchés comme ambulants ou guides pour les commerçants Africains et porte-bagages.

    Même quand ill savent que du viens du Sénégal ils essaient de t'arnaquer, de vrais truands et voleurs pour la plupart à quelques exceptions près.

    Ils te conduisent dans des boutiques où ils touchent leur commission, font semblant de négocier en Turc pour toi et en fait ils t'arnaquent avec la complicité du boutiquier Turcs, ensuite tu leur paies 15 000 francs par jour pour servir de guide, sans compter le taxi et la pause-déjeuner que tu leur paie. Ils ne pardonnent pas un lire turque.

    Donc Macky Notorious BIG préfère sauver 1444 ignares plutôt que 3000 jeunes instruits qui représentent l'avenir du pays.

    Après on nous bassine les oreilles avec un Sénégal émergent!!! Comment émerger lorsqu'on encourage l'immigration clandestine au détriment de l'enseignement?

    Erdognan a fait du chantage à notre président qui a troqué nos élèves pour des modou-modou, quelle honte!!!!
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2017 (17:37 PM)
      modou-modou? c'est quoi la signification de modou-modo? c'est être en occident? les étudiants sénégalais en turquie sont ils des modou-mdou? c'est en fait un terme fourre-tout, pour tout compatriotes qui vis en dehors de l'afrique?
    Auteur

    Boy Broolyn

    En Octobre, 2017 (17:10 PM)
    regulariser 1444 sénégalais et mettre 3500 eleves et enseignants a la porte le compte n est pas bon
    Auteur

    Diplomatie

    En Octobre, 2017 (18:27 PM)
    Ils sont vraiment bêtes les internautes. Vous pensez que Macky Sall peut avoir personnellement peur d'Erdogan? Qu'est-ce qui les lie? Les sénégalais ne maitrisent rien en diplomatie et veulent toujours jouer aux guerriers. Vous êtes vraiment nuls: le divorce d'avec la Turquie serait une grande erreur diplomatique. Hélas, peu de gens peuvent le comprendre.
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (18:48 PM)
    ah ah annyme toi tu est un ignorant qui ne connais rient sur ce que tu dis qui sont les 3000 eleves que tu parles ses ce sont la majorite des enfants que leurs parents on devenu riche en volant l argent du peupres l ecole sette ecole que tu parle est cree par qui qui a finance sette ecole sette est finance est par des bonne volante qui sont içi en turquie pour la aide l enfant des pauvres qui sont a Senegal et on a detourne sette aide pour enrichir des gens qui sont es que tu connais vous etten tous des complexe il faut patriote a croire votre pays la turquie tu parle tous ce qu ils gagnes ils l ont en travaillant dur alle travaille les imgire travaillent et fais nourirs des milliers de perssonnes au pays
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (19:25 PM)
    Erdogan domérame maître chanteur
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (20:24 PM)
    TAISEZ VOUS DR YOUSSOUPH NDIAYE CE QUE TU A FAIT A ABASS NDAO ENTRE 2009-2012; CES FAITS QUE TU A RECONNU A LA COUR DES COMPTES EN 2017







    VOLEUR-POLTRON*-GRANDE GUEULE-







    Audit du centre hospitalier : Abass Ndao infecté par la magouille







    17 mars 2015 JOURNAL LEQUOTIDIEN







    Une mission de vérification de l’Inspection des affaires administratives et financières (Iaaf) a été dépêchée au Centre hospitalier de Abass Ndao (Chan), au lendemain du départ de son ancien directeur Dr Youssou Ndiaye. Mais, la lecture du rapport officiel produit par l’Iaaf donne des urticaires. Les enquêteurs laissent voir des anomalies de toutes sortes, pour ne pas dire des combines et combinaisons à la limite mafieuses, qui ont profité à un personnel ou une catégorie de personnel, responsable à 90% de la situation précaire dans laquelle le Chan est plongée depuis des années maintenant. Selon le rapport de l’Iaaf, le Chan est transformé en champ de ruines, qui mettra bien des années, avant de redevenir normal.







    Abass Ndao risque de ne jamais se relever de sa gestion, sous l’ère Youssou Ndiaye. Du moins, si l’on se fie au rapport, produit par l’Ins¬pection des affaires administratives et financières (Iaaf). Cette mission est intervenue dans un contexte de transition du fait du changement de directeur effectué le 7 mai 2014. Pour les enquêteurs, ce changement de directeur semble être le corollaire de la situation tendue au sein du Centre hospitalier de Abass Ndao (Chan) entre Dr Youssou Ndiaye et une bonne partie du personnel depuis 2011.







    L’Iaaf fait remarquer que, sur le plan de la gestion, la structure devait, en fin avril 2014, trois mois d’arriérés de salaire à ses agents. Aujourd’hui, ces arriérés sont épongés et les réclamations portent uniquement sur les primes. Le fonctionnement normal des services techniques comme administratifs pose problème du fait de la vétusté des équipements, de la défaillance de la maintenance, de la rupture fréquente de consommables, de la situation déplorable des ressources humaines.







    Ces manquements, selon les en¬quêteurs, empêchent le Chan de fonctionner normalement et obligent le personnel à réorienter des patients dans les cliniques privées ou d’autres hôpitaux plus nantis en équipements et accessoires avec pour conséquence «une baisse significative des recettes propres. Pendant ce temps, la dette de l’hôpital ne fait que s’accroître. L’urgence est un vain mot, l’accueil et l’orientation inexistants. Le taux d’absentéisme est très élevé. Il en est de même des retards.»







    A propos de la masse salariale, elle n’est pas maîtrisée, selon le rapport. «Les tensions de trésorerie sont avérées et récurrentes, la baisse drastique des recettes peut être constatée sur les différents documents financiers, surtout durant la période (2010-2013). Les services tournent au minimum. Au moment de la prise de fonction du nouveau directeur, tous les contrats avec les fournisseurs étaient en voie de résiliation. La dette sociale avoisine 900 millions de francs Cfa, la dette fiscale plus d’un demi milliard et celle aux fournisseurs dépassent le milliard», lit-on dans le document.
    Auteur

    Anonymetutelle

    En Octobre, 2017 (20:42 PM)
    Dépenses de cuisine exorbitantes et injustifiées : La marmite de toutes les combines

    17 mars 2015



    La cuisine du Centre hospitalier Abass Ndao (Chan) sent également des odeurs de malversation. Selon l’Iaaf, la lecture de la facture Egtf n°267 d’un montant de 1 million 338 mille 120 francs Cfa, qui a été comptabilisée pour un total de 5 millions 146 mille 500 francs, donne des frissons.

    D’autant plus que ce montant a fait l’objet de l’ordre de paiement n°762 en date du 3 avril 2012 ; alors que d’après le procès verbal de la commission interne, seul un total de 1 million 338 mille 120 francs a été réceptionné. Ce qui alimente plus les soupçons, c’est que des pièces du dossier ont été subtilisées. «Nous avons eu recours au double du dossier détenu par l’Acp pour le prouver», font remarquer les enquêteurs dans le rapport. Pour eux d’ailleurs, il faut que cette situation soit clarifiée et le plus rapidement possible.

    Aussi, «l’immixtion du comptable» dans les fonctions de l’ordonnateur par le règlement d’une facture de 30 millions de francs Cfa au profit de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) sans un titre de paiement émis par l’ordonnateur, a-t-elle été relevée dans le document.

    Observations de Dr Youssou Ndiaye sur le rapport : La fiabilité de l’enquête remise en cause



    Sur le rapport n°1/2015 portant mention Mission interministérielle de vérification au Centre hospitalier Abass Ndao (Chan), sont annexées les observations de Dr Youssou Ndiaye que Le Quotidien propose in extenso.

    «Il est troublant que pendant toute la durée de votre vérification, que vous n’ayez ni souhaité me rencontrer, ni consulté tous les actes de gestions (notes de services, décisions, courriers ordinaires et confidentiels etc…) pris par moi en ma qualité de directeur du Chan. Vous n’en faites en réalité aucune référence alors que dans votre rapport, il est aisé de voir que vous reprenez mot pour mot des courriers diffamatoires à mon endroit et rédigés par l’Acp.

    Vous parlez aussi de caisses parallèles que j’ai autorisées, en citant textuellement la lettre que l’Acp avait écrite dans le but de me diffamer et de cacher son incompétence dans la gestion de trésorerie. Pourtant une réponse au courrier de l’Acp existe et n’a pas connu de suite, venant contredire et prouver ses affirmations. Aussi, je vous (l’Iaaf) demande de me donner les preuves montrant que j’ai autorisé l’ouverture de caisses parallèles….

    Vous auriez dû à défaut de me rencontrer, aller aux archives de la direction pour y trouver tous les actes administratifs et les courriers de la tutelle de l’Acp, le rappelant à l’ordre et à un comportement adéquat. Ce qui vous aurait certainement évité les erreurs d’appréciation, les conclusions hâtives empreintes d’une subjectivité qui me font douter de leurs intentions réelles...

    Vous dites que le Ca n’est pas consulté sur les décisions prévues par l’article 8 et vous citez les points 1, 3, 4, 6, 8 et 13 de votre rapport. Je vous mets au défi de me démontrer cette assertion. Vous prouvez encore que vous n’avez pas pris la peine de consulter les budgets des exercices 2011, 2012, 2013…

    Tous les points que vous évoquez ont été débattus et adoptés au moment de l’examen et de l’adoption des budgets. Par ailleurs, tous nos budgets ont été approuvés par la tutelle…

    Pour ce qui est du licenciement de l’employé X et de la radiation des effectifs de Y (nous taisons volontairement leur nom), il est évident que vous n’avez pas lu leurs dossiers encore moins les actes qui ont prononcé ces sanctions. Sachez que ces actes respectent le Code du travail et toutes les procédures qui y sont rattachées.

    Pour ce qui est du Professeur El Hadji Niang, titulaire de Chaire d’imagerie médicale, sa présence se justifie dans tous les hôpitaux qui ont signé une Convention hospitalo-universitaire (Chu). Je vous rappelle que le Chan est le premier Eps au Sénégal, à avoir signé une convention avec l’université. Et donc, le Professeur de même que ses assistants bénéficient de prime comme tous les universitaires. Il n’y a donc rien d’illégal…

    Pour ce qui est de la cuisine, c’est l’Acp qui a doublement payé Emaf (le prestataire) en rapport avec le chef du service administratif et financier, son ami de la Fac dont la loyauté et le manque d’engagement sont de notoriété et qui m’a été affecté par une procédure que j’ai toujours dénoncée. Les recettes issues des activités de la cuisine et encaissées par l’Acp ont eu une destination que personne ne connaît. Vos investigations sur la cuisine devraient vous le révéler...

    Etant donné que vous avez délibérément ignoré le principe sacro-saint de l’équilibre dans la recherche des informations, vous ne pouviez pas réussir de façon objective le diagnostic de la situation du Chan. Autrement, vous comprendriez que l’indiscipline, le sabotage, les comportements clandestins, la défense d’acquis contraires aux intérêts du service public sont la règle au Chan. Ceci dans toutes les catégories socioprofessionnelles et que le management que j’avais instauré et qui a fait des résultats que vous avez volontairement ignorés, sont à l’origine de la conspiration qui s’est manifestée deux ans plus tard…»

    Le rapport transmis à la Présidence

    Après le travail effectué par la Mission interministérielle de vérification au Centre hospitalier Abass Ndao, le rapport définitif a été transmis à la présidence de la République via l’Inspection générale d’Etat (Ige). Selon des sources dignes de foi, le ministre de la Santé et de l’Action sociale elle-même, a tenu à ce que la lumière soit faite dans cette affaire. «Le Pr Awa Marie Coll Seck a transmis le rapport à qui de droit, tout en espérant que toute la lumière soit faite», nous confie un de nos interlocuteurs.

    Trois ordres de paiement de 16 millions à son «bénéfice» : L’IAAF demande à Youssou Ndiaye de rembourser



    Au cours de ses investigations dans le budget, les finances et la comptabilité de l’hôpital, l’Iaaf dit avoir découvert trois ordres de paiement à Youssou Ndiaye, d’un montant total de 16 millions de francs Cfa, soit 5,6 millions deux fois et 4,8 millions de francs.

    Comme justification, il est fait état d’un délibéré du Conseil d’administration en date du 11 juillet 2011. Les enquêteurs écrivent ceci : «Cependant, si ce délibéré admet le principe d’une rallonge proposée par un agent, il n’en précise pas le montant et ne parle pas de rétroactivité. Par ailleurs, même si cela se justifiait, le décompte recèle des erreurs. A partir de la date de prise de service dont le Pv fait état le 26 juillet 2010 jusqu’au délibéré du Ca, en date du 8 juillet 2011, les rappels portant sur les Ordres de paiement n°3529 en date du 22 mai 2014 et n°569 en date du 1er mars 2012, soit 11 millions pourraient se justifier, dans la mesure où cette rallonge dont le montant n’est nulle part mentionnée a été incorporée dans le salaire de l’intéressé à partir du mois d’août 2011 jusqu’à la fin de sa mission au Chan. Partant l’Ordre de paiement n°756 en date du 29 mars 2012, soit 5,6 millions de francs Cfa ne se justifie pas.» Par voie de conséquence, l’Iaaf demande à Youssou Ndiaye de justifier la base de perception de ces émoluments, à défaut, de rembourser les sommes perçues.

    Dans cette même vaine, les enquêteurs ont déniché des caisses parallèles instaurées dans les services sans l’autorisation de l’Acp et échappant à son contrôle ainsi que l’existence de plusieurs comptes bancaires. Raison pour laquelle, ils demandent le respect des dispositions du décret n°2011-1880 du 24 novembre portant Règlement général sur la Comptabilité publique, en ses articles 121 et 122, selon lesquels «les fonds détenus par les comptables publics sont gérés selon le principe de l’unité de caisse. Ce principe s’applique à toutes les disponibilités des comptables qu’elle qu’en soit la nature.»

    «C’est une cabale contre moi…»

    L’ancien directeur de l’hôpital Abass Ndao est dans tous ses états, après que Le Quotidien l’a appelé par téléphone, pour lui faire part de l’existence de ce rapport et des charges qui pèsent sur lui. Dr Youssou Ndiaye est affirmatif : «C’est une cabale». «Je peux même dire que c’est une conspiration, organisée depuis le ministère de la Santé, car comment comprendre qu’on envoie l’Inspection des affaires administratives et financières (Iaaf) au Chan, après juste mon départ ? Je n’ai jamais vu une telle situation dans l’histoire de ce pays !»

    Passé la colère et l’indignation, Dr Youssou Ndiaye fait valoir ses arguments : «Concernant les ordres de paiement d’un montant de 16 millions de francs, il s’agit de deux ordres de paiement (Op) qui figurent dans le document de passation de service que l’Iaaf a elle-même validé le 29 mai 2014. Alors, en prenant service le 26 juillet 2010 à la suite d’une sélection par appel à candidatures, je n’ai pas demandé immédiatement la nature des avantages qui seraient liés au poste, par décence et aussi en tant que citoyen engagé mû uniquement par la volonté de relever les défis de cet hôpital. J’ai donc trouvé que mon prédécesseur qui n’était qu’intérimaire touchait 200 mille comme prime de responsabilité, 200 mille comme prime de logement, 200 mille comme prime de chef. J’ai décidé en son temps de ne prendre que les deux premiers. Je n’ai donc pas perçu de prime de chef. Ainsi la Ca en sa séance du 11 juillet 2011, au vu des résultats positifs qui m’ont valu ses félicitations, décida souverainement de me mettre au même niveau de rémunération que mes collègues des Eps. Le Ca décida à l’unanimité et à huis clos de m’octroyer 600 mille comme prime de responsabilité et 600 mille comme prime de logement avec naturellement effet rétroactif étant entendu que cela aurait dû être fait, dès que ma sélection qui fut matérialisée par décret, avait été faite. Par conséquent, un reliquat de 800 mille francs m’est dû. C’est cela qui représente l’objet des deux Op qui figurent dans le document de passation et qui ne m’ont pas encore été payés.»

    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (22:55 PM)
    PEUT ÊTRE EST IL CONTENT DE SON VASSAL MAKY SALL
    Auteur

    Momotaro

    En Octobre, 2017 (23:03 PM)
    Et qu'est-ce que le Senegal a offert en contrepartie? Nos terres, notre dignite, des largessses a la Turquie qui, comme le Maroc, considere le Senegal comme une province au sud du Sahara.

    J'ai honte pour mon pays!
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (23:49 PM)
    yahuuuuu
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2017 (11:27 AM)
    et la situation du personnel de Yavuz SELIM ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR