Samedi 31 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

International

Un ministre et deux hauts responsables de la sécurité convoqués dans le cadre de l’enquête sur les explosions à Beyrouth

Single Post
Explosion au Port de Beyrouth, un ministre convoqué
Un ministre et deux hauts responsables de la sécurité au Liban ont été convoqués et seront entendus comme témoins ces prochains jours, dans le cadre de l'enquête sur l'explosion meurtrière et dévastatrice du port de Beyrouth, a affirmé mardi une source judiciaire. L'explosion du 4 août a tué plus de 190 personnes et fait plus de 6.500 blessés, dévastant des quartiers entiers de la capitale. 

Un juge d'instruction libanais, Fadi Sawan, a été chargé de l'enquête par les autorités libanaises, qui n'ont en revanche pas donné suite aux appels en faveur d'une procédure internationale. Le ministre du Transport et des Travaux publics, Michel Najjar, qui fait partie du gouvernement démissionnaire, sera entendu jeudi, tout comme le chef de la Sûreté d'État Tony Saliba, a précisé la source judiciaire s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. “S'il s'avérait qu'il y avait eu négligence de leur part, ils pourraient alors devenir des suspects et être interrogés à ce titre", a ajouté cette source. L'influent directeur de la sûreté générale, Abbas Ibrahim, sera entendu également lundi comme témoin, d'après la même source. 

 Une quantité de nitrate moins importante 

 De l'aveu même des autorités, la déflagration a été provoquée par une importante quantité de nitrate d'ammonium stockée depuis plus de six ans "sans mesures de précaution" dans un entrepôt du port. Quelque 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium avaient été initialement stockées. Mais, selon des informations relayées par certains médias citant des documents officiels, la quantité présente dans le hangar au moment de l'explosion aurait été beaucoup moins importante, notamment en raison de vols ces dernières années, facilités par l'existence d'une brèche dans l'entrepôt en question. 

Les principaux dirigeants de l'État, en premier lieu le président Michel Aoun et le Premier ministre démissionnaire Hassan Diab, avaient été avertis des dangers que représentait cette cargaison. Face à l'indignation provoquée par la tragédie du 4 août, les responsables se sont rejeté la responsabilité. Dans un communiqué après l'explosion, la Sûreté d'État a rappelé avoir alerté les autorités dans un rapport détaillé, citant un chimiste, selon lequel les quantités de nitrate d'ammonium stockées pourraient, en cas d'inflammation, provoquer une énorme explosion. 

 25 arrestations

 Au total, quelque 25 personnes ont été arrêtées après le drame, notamment le directeur général du port, Hassan Koraytem, le directeur général des douanes, Badri Daher, le directeur général du transport maritime et terrestre, Abdel Hafiz Al-Kaissi, et quatre officiers. Il y a aussi parmi eux trois travailleurs syriens ayant effectué des travaux de soudure, quelques heures avant l'explosion, dans l'entrepôt abritant le nitrate d'ammonium.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email