Mercredi 03 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Justice

Affaire Prodac : Mame Mbaye Niang porte plainte

Single Post
Affaire Prodac : Mame Mbaye Niang porte plainte

Le scandale financier présumé au Programme national des domaines agricoles (Prodac) fait des vagues. Le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, a déposé une plainte pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles contre deux sites d’information qui l’ont cité dans l’affaire. Selon le journal Enquête, il s’agit des sites en ligne Samarew.com et Impact.sn. 

Le dossier porte sur de prétendues surfacturations impliquant l’entreprise israélienne Green 2000. Pour tirer les choses au clair, l’Inspection générale financier (Igf) a recommandé l’ouverture d’une information judiciaire pour des «faits de délinquance» contre l’actuel coordonnateur du Prodac, Mamina Daffé, et son prédécesseur, Jean Pierre Senghor.

À l’époque des faits en question, Mame Mbaye Niang était à la tête du ministère de la Jeunesse, qui avait le Prodac sous sa tutelle.


liiiiiiiaffaire_de_malade

20 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (08:19 AM)
    Il y avait aussi un ministre qui aimait attaquer les gens en diffamation quand il etait au pouvoir maintenant il est empeche derentrer dans son pays. Il faut mediter dessus.
  2. Auteur

    Thiam

    En Juin, 2018 (08:19 AM)
    Silence, on se partage un « butin » de la République dans les couloirs du Prodac. Ce programme qui constitue le fer de lance de la politique d’emploi des jeunes du président de la république vit des heures sombres avec son lot de détournements de fonds, d’objectifs, de surfacturation, de concussion et de clientélisme. Un rapport de l’inspection générale des finances en dresse un tableau qui met à nu un crime financier unique dans l’histoire du Sénégal. Les détails d’un scandale sans précédent dans l’article ci-dessous.



    En février 2017, une mission de l’inspection générale des finances débarque au Prodac, à la cité Keur Gorgui, pour débusquer les fissures de la gestion financière douteuse de ce programme initié par Macky Sall pour booster l’emploi des jeunes en milieu rural à travers l’aménagement de 30 000 hectares de terres répartis sur 10 terroirs à travers le pays et l’enrôlement de 300 000 jeunes dans les Domaines Agricoles Communautaires (DAC). On parle bien d’agriculture, alors le rattachement du programme au ministère de l’Emploi et non à celui de l’Agriculture devient une hérésie. Mais l’objectif stratégique de création massive d’emplois pour les jeunes est brandi pour justifier ce choix institutionnel.



    Dès lors, le ministre Mame Mbaye Niang se retrouve avec un gros fromage dans son département. Jean Pierre Senghor est nommé Coordonnateur du Programme avec un plan de mise en œuvre validé par le chef de l’Etat pour un démarrage avec 4 DAC à Séfa (région de Sédhiou), Keur Samba Kâne (Diourbel), Keur Momar Sarr (Louga) et à Itato (Kédougou) pour un coût global de 29 milliards 600 millions de FCFA.



    Forcing et errements au démarrage

    Les dirigeants du Prodac, pressés par on ne sait quel enjeu financier, signent un contrat par entente directe avec la compagnie israélienne Green 2000 sans au préalable avoir le quitus de la Direction Centrale des Marchés Publics (DCMP) et sans pouvoir justifier que Green 2000 est la société ayant l’exclusivité du développement du concept des DAC. L’injonction de la DCMP faite au Prodac de bloquer le marché et de lancer un appel d’offres international n’y fera rien.



    Les techniciens du Prodac seront mis sur la touche et Daniel Pinhassi, patron de Green 2000, dira aux enquêteurs lors de son audition en mars 2017 que ses seuls interlocuteurs étaient le coordonnateur Jean Pierre Senghor et le ministre Mame Mbaye Niang. Ainsi, sans la moindre police d’assurance, ni caution, Green 2000 empoche la rondelette somme de 5 milliards 920 millions 107 mille 200 cents FCFA en guise d’avance et ce suite à des pressions exercées sur LOCAFRIQUE.



    Quid de LOCAFRIQUE !

    LOCAFRIQUE est la compagnie ouest africaine de crédit-bail. L’Etat du Sénégal a conclu avec elle un contrat de financement du programme des Domaines Agricoles Communautaires pour un montant de 29 600 536 000 FCFA. Les dirigeants de LOCAFRIQUE vivront l’enfer avec cette affaire puisque le contrat n’a été notifié que le 25 juillet 2016 et pourtant (sic) le ministre Mame Mbaye Niang, assurant la tutelle du Prodac, avait déjà émis cinq mois auparavant l’ordre de service de démarrage n°0151/MJECC/SG/CAB/SP du 24 mars 2016.



    Ceci tendrait à prouver la volonté de faire bénéficier à Green 2000 de l’avance de démarrage. Pourquoi le ministre défend-il la compagnie israélienne et non les intérêts de l’Etat du Sénégal ? Une attitude suspecte surtout que Green 2000 a omis de payer le montant de garantie de bonne exécution fixé à 5% du montant du marché augmenté ou diminué. Le Directeur Général de LOCAFRIQUE dira aux enquêteurs que « l’Etat, au regard des nombreux manquements notés dans le cadre de ce projet, a tout intérêt à faire preuve davantage de prudence » !



    LOCAFRIQUE déplorera par la suite la surfacturation de Green 2000 qui voulait empocher une avance TTC de 5 920 107 200 FCFA en lieu et place des 5 016 383 928 FCFA effectivement payés. Aucune des autorités sénégalaises impliquées dans la gestion de ce dossier n’a alors défendu les intérêts du Sénégal. C’était le temps de la parfaite entente entre Jean Pierre Senghor et Mame Mbaye Niang.



    Le clash survenu entre les deux hommes mit le premier hors course au profit d’une administration aux ordres du ministre avec un officier des Eaux et Forêts devenu directeur des opérations du Prodac (et ami du ministre). un transhumant à qui il sera confié la gestion d’un fonds de 47 milliards (toujours ami du ministre) et des fournisseurs choisis un peu particuliers…car ils seraient des parents des décideurs.



    Autre incongruité dans cette affaire : entre mai et août 2016, Green 2000 a bénéficié de virements de l’ordre de 2 311 568 854 FCFA sans au préalable avoir versé les frais d’enregistrement de son contrat. C’est précisément le 23 août 2016 que la société israélienne s’acquittera du versement d’un montant de 250 984 000 FCFA au Centre des services fiscaux de Grand- Dakar et ceci vaudra une demande d’explication servie à Jean Pierre Senghor par le ministre Mame Mbaye Niang.



    Si le comportement de LOCAFRIQUE dans ce dossier est à saluer, plus tard, un autre dossier lié au Prodac prouvera que la compagnie finira par accepter de manger à la table des loups. Toujours est-il que LOCAFRIQUE se devait de s’assurer du respect des modalités de paiement avant de libérer les fonds requis par le Prodac et Green 2000. Jean Pierre Senghor cautionna le payement d’une avance de 3.762.287.946 FCFA et son successeur Mamina Daffé celui de 1.254.095.982 FCFA.



    Les sordides prestations connexes

    Le recrutement de bureaux de contrôle ne changera rien à la gabegie au sein du Prodac. Le cabinet SOTERCO soulignera dans son rapport de février dernier que « à ce jour, aucun décompte ou facture n’a été transmis à la mission de contrôle…le bureau de contrôle n’est pas en mesure de faire une corrélation entre les travaux effectués ou restant par rapport au décompte ». Pire, pour la communication et le transit, le coordonnateur Mamina Daffé a fait, selon les enquêteurs, « preuve de légèreté ayant entrainé un préjudice financier important contre l’Etat ».



    La société TIDA retenue pour la prise en charge des frais de dédouanement et de transport des équipements livrés par Green 2000 du port de Dakar aux sites de destination finale est spécialisée d’après son NINEA en « commerce de détail hors magasin » ! Ce choix du coordonnateur Mamina Daffé surprend l’ancien coordonnateur Jean Pierre Senghor qui confiera aux enquêteurs « être étonné par le procédé puisque le patron de TIDA, Ibrahima Cissé, est un proche du ministre Mame Mbaye Niang ».



    Sur le volet communication, le cabinet 3M Universel sera recruté par le Prodac pour assurer une visibilité au Programme des Domaines Agricoles Communautaires et conseil pour un montant de 63 950 000 FCFA. La gérante dudit cabinet, entendue sur procès-verbal le 20 février 2017, a soutenu avoir été mise en contact avec LOCAFRIQUE par le ministre de la Jeunesse Mame Mbaye Niang. Les enquêteurs attendent jusqu’ici les éléments justificatifs de l’effectivité des prestations prétendument réalisées…







    IMPACT.SN



    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (08:23 AM)
    Silence, on se partage un « butin » de la République dans les couloirs du Prodac. Ce programme qui constitue le fer de lance de la politique d’emploi des jeunes du président de la république vit des heures sombres avec son lot de détournements de fonds, d’objectifs, de surfacturation, de concussion et de clientélisme. Un rapport de l’inspection générale des finances en dresse un tableau qui met à nu un crime financier unique dans l’histoire du Sénégal. Les détails d’un scandale sans précédent dans l’article ci-dessous.



    En février 2017, une mission de l’inspection générale des finances débarque au Prodac, à la cité Keur Gorgui, pour débusquer les fissures de la gestion financière douteuse de ce programme initié par Macky Sall pour booster l’emploi des jeunes en milieu rural à travers l’aménagement de 30 000 hectares de terres répartis sur 10 terroirs à travers le pays et l’enrôlement de 300 000 jeunes dans les Domaines Agricoles Communautaires (DAC). On parle bien d’agriculture, alors le rattachement du programme au ministère de l’Emploi et non à celui de l’Agriculture devient une hérésie. Mais l’objectif stratégique de création massive d’emplois pour les jeunes est brandi pour justifier ce choix institutionnel.



    Dès lors, le ministre Mame Mbaye Niang se retrouve avec un gros fromage dans son département. Jean Pierre Senghor est nommé Coordonnateur du Programme avec un plan de mise en œuvre validé par le chef de l’Etat pour un démarrage avec 4 DAC à Séfa (région de Sédhiou), Keur Samba Kâne (Diourbel), Keur Momar Sarr (Louga) et à Itato (Kédougou) pour un coût global de 29 milliards 600 millions de FCFA.



    Forcing et errements au démarrage

    Les dirigeants du Prodac, pressés par on ne sait quel enjeu financier, signent un contrat par entente directe avec la compagnie israélienne Green 2000 sans au préalable avoir le quitus de la Direction Centrale des Marchés Publics (DCMP) et sans pouvoir justifier que Green 2000 est la société ayant l’exclusivité du développement du concept des DAC. L’injonction de la DCMP faite au Prodac de bloquer le marché et de lancer un appel d’offres international n’y fera rien.



    Les techniciens du Prodac seront mis sur la touche et Daniel Pinhassi, patron de Green 2000, dira aux enquêteurs lors de son audition en mars 2017 que ses seuls interlocuteurs étaient le coordonnateur Jean Pierre Senghor et le ministre Mame Mbaye Niang. Ainsi, sans la moindre police d’assurance, ni caution, Green 2000 empoche la rondelette somme de 5 milliards 920 millions 107 mille 200 cents FCFA en guise d’avance et ce suite à des pressions exercées sur LOCAFRIQUE.



    Quid de LOCAFRIQUE !

    LOCAFRIQUE est la compagnie ouest africaine de crédit-bail. L’Etat du Sénégal a conclu avec elle un contrat de financement du programme des Domaines Agricoles Communautaires pour un montant de 29 600 536 000 FCFA. Les dirigeants de LOCAFRIQUE vivront l’enfer avec cette affaire puisque le contrat n’a été notifié que le 25 juillet 2016 et pourtant (sic) le ministre Mame Mbaye Niang, assurant la tutelle du Prodac, avait déjà émis cinq mois auparavant l’ordre de service de démarrage n°0151/MJECC/SG/CAB/SP du 24 mars 2016.



    Ceci tendrait à prouver la volonté de faire bénéficier à Green 2000 de l’avance de démarrage. Pourquoi le ministre défend-il la compagnie israélienne et non les intérêts de l’Etat du Sénégal ? Une attitude suspecte surtout que Green 2000 a omis de payer le montant de garantie de bonne exécution fixé à 5% du montant du marché augmenté ou diminué. Le Directeur Général de LOCAFRIQUE dira aux enquêteurs que « l’Etat, au regard des nombreux manquements notés dans le cadre de ce projet, a tout intérêt à faire preuve davantage de prudence » !



    LOCAFRIQUE déplorera par la suite la surfacturation de Green 2000 qui voulait empocher une avance TTC de 5 920 107 200 FCFA en lieu et place des 5 016 383 928 FCFA effectivement payés. Aucune des autorités sénégalaises impliquées dans la gestion de ce dossier n’a alors défendu les intérêts du Sénégal. C’était le temps de la parfaite entente entre Jean Pierre Senghor et Mame Mbaye Niang.



    Le clash survenu entre les deux hommes mit le premier hors course au profit d’une administration aux ordres du ministre avec un officier des Eaux et Forêts devenu directeur des opérations du Prodac (et ami du ministre). un transhumant à qui il sera confié la gestion d’un fonds de 47 milliards (toujours ami du ministre) et des fournisseurs choisis un peu particuliers…car ils seraient des parents des décideurs.



    Autre incongruité dans cette affaire : entre mai et août 2016, Green 2000 a bénéficié de virements de l’ordre de 2 311 568 854 FCFA sans au préalable avoir versé les frais d’enregistrement de son contrat. C’est précisément le 23 août 2016 que la société israélienne s’acquittera du versement d’un montant de 250 984 000 FCFA au Centre des services fiscaux de Grand- Dakar et ceci vaudra une demande d’explication servie à Jean Pierre Senghor par le ministre Mame Mbaye Niang.



    Si le comportement de LOCAFRIQUE dans ce dossier est à saluer, plus tard, un autre dossier lié au Prodac prouvera que la compagnie finira par accepter de manger à la table des loups. Toujours est-il que LOCAFRIQUE se devait de s’assurer du respect des modalités de paiement avant de libérer les fonds requis par le Prodac et Green 2000. Jean Pierre Senghor cautionna le payement d’une avance de 3.762.287.946 FCFA et son successeur Mamina Daffé celui de 1.254.095.982 FCFA.



    Les sordides prestations connexes

    Le recrutement de bureaux de contrôle ne changera rien à la gabegie au sein du Prodac. Le cabinet SOTERCO soulignera dans son rapport de février dernier que « à ce jour, aucun décompte ou facture n’a été transmis à la mission de contrôle…le bureau de contrôle n’est pas en mesure de faire une corrélation entre les travaux effectués ou restant par rapport au décompte ». Pire, pour la communication et le transit, le coordonnateur Mamina Daffé a fait, selon les enquêteurs, « preuve de légèreté ayant entrainé un préjudice financier important contre l’Etat ».



    La société TIDA retenue pour la prise en charge des frais de dédouanement et de transport des équipements livrés par Green 2000 du port de Dakar aux sites de destination finale est spécialisée d’après son NINEA en « commerce de détail hors magasin » ! Ce choix du coordonnateur Mamina Daffé surprend l’ancien coordonnateur Jean Pierre Senghor qui confiera aux enquêteurs « être étonné par le procédé puisque le patron de TIDA, Ibrahima Cissé, est un proche du ministre Mame Mbaye Niang ».



    Sur le volet communication, le cabinet 3M Universel sera recruté par le Prodac pour assurer une visibilité au Programme des Domaines Agricoles Communautaires et conseil pour un montant de 63 950 000 FCFA. La gérante dudit cabinet, entendue sur procès-verbal le 20 février 2017, a soutenu avoir été mise en contact avec LOCAFRIQUE par le ministre de la Jeunesse Mame Mbaye Niang. Les enquêteurs attendent jusqu’ici les éléments justificatifs de l’effectivité des prestations prétendument réalisées…







    IMPACT.SN



    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (08:24 AM)
    day doul ce mame mbaye nian nullard il a saboter la politique agricole de macky Sall.tête de conq.on se rappel toujours le cas de jean pierre senghor au prodac....weat and see dina lerre dééé. yallla naniou yalla diappaler nguéénne dioguéé fiiiiii.

    javascript:AddSmiley(' :emoshoot: ')
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (13:58 PM)
      yow khana da gua febar, jean pierre senghor sathie bou makk leu, ki moko dakhone
    Auteur

    Thiam

    En Juin, 2018 (08:42 AM)
    loulou nga wakh mofi diokhone une demande d'explication à jean pierre senghor qui avait versé à la societe israelienne sans l'accord de la DCM une somme de 250984000 f en entente directes le 23 aout 2016.

    ce senghor là a l'air d'un homme sérieux mais il est un grand voleur, un professionnel des surfacturations , du népotisme et du clientélisme.

    je me demande pourquoi , tout son limogeage du prodac, le président l'a casé au secnsa , une structure que LIGF doit aussi revoir et envoyer des inpecteurs pour faire la situation , ce senghor est en train de faire les meme bêtises et folies au secnsa avec des salaires faramineux pour ses amis et parents ,du vrai bamboula .L'IGF ou L'IGE à vos marques.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (08:49 AM)
      mon cher tu n a pas tort.
      tous des voleurs

      certains casés dans des autres ministeres et institutions pour passer inapercus. cases des tous petit, finances, plan.

      khamouna loudoul sathi
    Auteur

    Mame

    En Juin, 2018 (08:42 AM)
    voila quelqu un qui parle difficilement le francais.

    un des incompétent de macky

    C'est triste.

    limogeage pur et simple.



    Prodac: les coodonnateur, les Daf et

    personnes melées, s'ils ne sont pas inquiétés, et jetés en prison, OUI en prison



    Alors je demande aux sénégalais d'amener macky à la poubelles

    car nak, un programme sensé créer autant d'emplois, alors que de magouilles et d'enrichissemnt des personnes types

    C'est que macky a fait échec.





    JUGEZ

    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (15:40 PM)
      vous ne devrez non plus vous exprimez mieux que lui en français. a en juger d'après vos fautes d'orthographe et votre syntaxe hasardeuse... mdr...
    Auteur

    Thiam

    En Juin, 2018 (08:45 AM)
    loulou nga wakh mofi diokhone une demande d'explication à jean pierre senghor qui avait versé à la societe israelienne sans l'accord de la DCM une somme de 250984000 f en entente directes le 23 aout 2016.

    ce senghor là a l'air d'un homme sérieux mais il est un grand voleur, un professionnel des surfacturations , du népotisme et du clientélisme.

    je me demande pourquoi , tout son limogeage du prodac, le président l'a casé au secnsa , une structure que LIGF doit aussi revoir et envoyer des inpecteurs pour faire la situation , ce senghor est en train de faire les meme bêtises et folies au secnsa avec des salaires faramineux pour ses amis et parents ,du vrai bamboula .L'IGF ou L'IGE à vos marques.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (08:53 AM)
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (08:55 AM)
    ce mame mbaye est un vrai cancre il n'a aucun mérite sinon il brulait c'était lui , malick noel seck et abdou mbao qui étaient chargés de bruler les pour encenser la population en 2012.

    il était bien complice de jean pierre senghor quand ce dernier volait l'argent du prodac.

    donc ils ont tous deux de grands bandits auteur du gigantesque carnage financier de ce régime

    ils doivent tous les deux etre limogés. c'est des voyoux.

    Jean pierre senghor , mamina daffé ont tous volé l'argent du prodac sans aucune réalisation au profit des jeunes qui étaient à l'origine de la creation du prodac.

    senghor/ mamina délinquants financiers

    senghor/ mamina délinquants financiers

    senghor/ mamina délinquants financiers

    senghor/ mamina délinquants financiers

    senghor/ mamina délinquants financiers

    senghor/ mamina délinquants financiers
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (09:02 AM)
    Autre incongruité dans cette affaire : entre mai et août 2016, Green 2000 a bénéficié de virements de l’ordre de 2 311 568 854 FCFA sans au préalable avoir versé les frais d’enregistrement de son contrat. C’est précisément le 23 août 2016 que la société israélienne s’acquittera du versement d’un montant de 250 984 000 FCFA au Centre des services fiscaux de Grand- Dakar et ceci vaudra une demande d’explication servie à Jean Pierre Senghor par le ministre Mame Mbaye Niang
    Auteur

    Fawathiathia

    En Juin, 2018 (09:12 AM)
    dans le fawathiathia tout est permis.



    ils n ont rien fait. gouvernement de voleurs à changer pour dé homme integres, san quoi SANCTION du Président.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (09:14 AM)
    mame mbaye daye doule il est le complice principal c'est quand il avait senti les errements de senghor au temps qu'il avait essayé d’étouffer l'affaire en envoyant une demande d'explication a ce senghor pour un versement de 250.984.000f à la societe israelienne GREEN ,sans autorisation du DCMP.
    • Auteur

      Lesvoleurs De La République

      En Juin, 2018 (09:23 AM)
      ttes les équipe doivent répondre de leurs actes.tous les gens qui travaillé la bas sont retrouver et sanctionner
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (09:24 AM)
    Ce gare là est un idiot fils de Macky de plein exercice.Il pense plus malin que tous les Sénégalais mais il se trompe d'ère et de pays !!!
    • Auteur

      Sordides Prestations Connexes

      En Juin, 2018 (09:27 AM)
      les sordides prestations connexes


      la société tida retenue pour la prise en charge des frais de dédouanement et de transport des équipements livrés par green 2000 du port de dakar aux sites de destination finale est spécialisée d’après son ninea en « commerce de détail hors magasin » ! ce choix du coordonnateur mamina daffé surprend l’ancien coordonnateur jean pierre senghor qui confiera aux enquêteurs « être étonné par le procédé puisque le patron de tida, ibrahima cissé, est un proche du ministre mame mbaye niang.

      sur le volet communication, le cabinet 3 m universel sera recruté par le prodac pour assurer une visibilité au programme des domaines agricoles communautaires et conseil pour un montant de 63 950 000 fcfa. la gérante dudit cabinet, entendue sur procès-verbal le 20 février 2017, a soutenu avoir été mise en contact avec locafrique par le ministre de la jeunesse mame mbaye niang. les enquêteurs attendent jusqu’ici les éléments justificatifs de l’effectivité des prestations prétendument réalisées
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (09:42 AM)
    Très belle  :kiss: 
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (10:05 AM)
    Ho les gars un ministre n’est pas administrateur de crédit ni ordonnateur donc c’est les Dg qui rendent compte donc soyons sérieux il a une grande gueule mais très prudent idy a demandé pardon pour l’avoir diffamé
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (10:52 AM)
      nimporte quoi
      donc pour vous le ministre n'a aucune responsabilité .

      mdrrrrrrrrrrrr
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (10:10 AM)
    Donc viré le coordonateur si le rapport existe boy mare môme est très prudent avec sa grande gueule
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (10:15 AM)
    J’ai discuté avec un de ces directeurs il ma dit qu’il était étonné de lui car il refuse même le carburant j’avoue que j’étais vraiment surpris
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (10:46 AM)
      waay carburant pour un ministre c'est biscuit pour un millionnaire.
      il en fait quoi.
      dooor yi c'est ailleurs.

      de ttes facon il est fils d un iman donc il devrait etre djoub loooool
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (11:00 AM)
      je pense que le journaliste vas avoir des problèmes par ce que le rapport n'existe pas encore et que boy nare ne vas pas le raté jai bcp chercher pour le défoncé mais il est cline et les règles de l'administration les disculpent
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (10:41 AM)
    C'est un secret de polichinelle que de dire que les ministres sont les premiers corrompus du régime du Président Sall. S'il ne fait rien, il se rend complice des agissements de ses ministres. Moi je suis d'ailleurs contre le fait d'aller choisir des Israeliens pour faire ce projet mais ceci est un autre sujet.
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (11:01 AM)
    haha le journaliste peut se préparé il vas l'envoyé en taule y a pas encore de rapport
    • Auteur

      Reply_authorr

      En Juin, 2018 (13:06 PM)
      imame wally seck du prodac toi et ta petite bande du prodac arretez de salir les jens, vous pensez que vous faites mal aux dirigeants du prodac non mais a la jeunesse senegalaise.si vous ne voulez pas travailler laissez les gens travailler dande de mechants
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2018 (12:38 PM)
    les plaintes pour diffamation pleuvent ,les tribunaux sont debordés mais je pense qu'il faut assainir le milieu de la presse par des sanctions severes des condamnés ,elle se distingue par ce genre de delit qui ne l'honore pas ,leur credibilité laisse maintenant à desirer.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juin, 2018 (12:49 PM)
      je ne peut pas y croire qu'un journaliste puisse se faire entubé a moins qu'il soit corrompu mais il ny a pas de rapport digf pour le moment il vas pas te raté le ministre

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email