Mardi 02 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Justice

Les libéraux sommés de vider leurs poches

Single Post
Les libéraux sommés de vider leurs poches

La survie du Parti démocratique sénégalais (PDS) préoccupe sérieusement certains responsables libéraux. Car, lors du Comité directeur tenu mercredi, l’ancien député Ibra Diouf Niokhobaye a soulevé la question de l’autofinancement des activités du parti qui, depuis sa chute, est plongé dans la “dèche”, entre ex-arriérés de location de l'Institut libéral et autres retards de salaire, (voir EnQuête numéro 642).


“Après notre défaite, nous avions décidé de nous cotiser pour financer les activités du parti. Mais depuis lors, personne n’en parle plus”, a déploré ce responsable libéral, rapporté par des sources ayant pris part à la rencontre. 
Mais cette question n‘a pas semblé intéresser ses “frères” qui, dit-on, n’y ont pas répondu. Ce qui a révulsé un autre membre du Comité directeur. “Personne n’a daigné réagir à son (Ibra Diouf) interpellation, confie notre interlocuteur. Or, tout le monde sait qu’un parti ne peut pas vivre sans argent. Je me demande comment on va reconquérir le pouvoir”, lâche-t-il inquiet. 
“Il faut que les responsables du parti qui ont pu occuper de hautes responsabilités sortent l’argent qu’ils ont thésaurisé pour financer le parti. Le Pds ne vit plus. Chaque responsable préfère rester dans son petit coin de peur d’être traqué”. 
Des propos que Modou Diagne Fada, président du groupe parlementaire Pds à l'Assemblée nationale, balaie d'un revers de manche. “Ce n’est pas vrai ! Le parti bouge. Maintenant, il faut reconnaître qu’une tournée nationale coûte de l’argent”, répond l’ancien ministre de la Santé. Qui précise : “Cette question a été posée il y a un mois. Nous avions décidé de la soumettre au secrétariat permanent. On attend”. 


En attendant une loi sur le financement des partis politiques... 
Il faut souligner que les députés libéraux se sont engagés, depuis quelque temps, à mettre la main à la poche pour assurer la gestion de la permanence Oumar Lamine Badji et faire face à d'autres problèmes d’intendance. 

“Chaque mois, les députés rassemblent entre eux un million de francs Cfa pour payer les factures d’électricité et d’eau”, avait confié, Modou Diagne Fada à EnQuête. Toutefois, le Pds peut espérer sortir de cette dèche si, un jour, une loi sur le financement des partis politiques est votée. En attendant, le Comité directeur compte réunir un pool d’experts pour déterminer clairement les positions du Parti à propos de cette question, selon un communiqué parvenu à EnQuête. 

Sur un autre registre, le Cd a critiqué le “manque de vision du chef de l’Etat, caractérisé par des errements et tâtonnements”. Lequel, si on n’y prend garde, “risque de conduire tout droit le pays à une situation de blocage lourde de conséquences pour les populations”. 

Pour les libéraux, ce dernier remaniement (…) ne réglera certainement pas les problèmes du pays” du fait de “l’instabilité notée dans des secteurs clefs tels que l’Agriculture, la Sécurité, l’Économie et les Finances, etc.” et qui “ne permet à aucun observateur averti de garder espoir”. 

EnQuête

Il faut souligner que les députés libéraux se sont engagés, depuis quelque temps, à mettre la main à la poche pour assurer la gestion de la permanence Oumar Lamine Badji et faire face à d'autres problèmes d’intendance. 
“Chaque mois, les députés rassemblent entre eux un million de francs Cfa pour payer les factures d’électricité et d’eau”, avait confié, Modou Diagne Fada à EnQuête. Toutefois, le Pds peut espérer sortir de cette dèche si, un jour, une loi sur le financement des partis politiques est votée. En attendant, le Comité directeur compte réunir un pool d’experts pour déterminer clairement les positions du Parti à propos de cette question, selon un communiqué parvenu à EnQuête. 

Sur un autre registre, le Cd a critiqué le “manque de vision du chef de l’Etat, caractérisé par des errements et tâtonnements”. Lequel, si on n’y prend garde, “risque de conduire tout droit le pays à une situation de blocage lourde de conséquences pour les populations”. 

Pour les libéraux, ce dernier remaniement (…) ne réglera certainement pas les problèmes du pays” du fait de “l’instabilité notée dans des secteurs clefs tels que l’Agriculture, la Sécurité, l’Économie et les Finances, etc.” et qui “ne permet à aucun observateur averti de garder espoir”. 

EnQuête

“Chaque mois, les députés rassemblent entre eux un million de francs Cfa pour payer les factures d’électricité et d’eau”, avait confié, Modou Diagne Fada à EnQuête. Toutefois, le Pds peut espérer sortir de cette dèche si, un jour, une loi sur le financement des partis politiques est votée. En attendant, le Comité directeur compte réunir un pool d’experts pour déterminer clairement les positions du Parti à propos de cette question, selon un communiqué parvenu à EnQuête. 
Sur un autre registre, le Cd a critiqué le “manque de vision du chef de l’Etat, caractérisé par des errements et tâtonnements”. Lequel, si on n’y prend garde, “risque de conduire tout droit le pays à une situation de blocage lourde de conséquences pour les populations”. 

Pour les libéraux, ce dernier remaniement (…) ne réglera certainement pas les problèmes du pays” du fait de “l’instabilité notée dans des secteurs clefs tels que l’Agriculture, la Sécurité, l’Économie et les Finances, etc.” et qui “ne permet à aucun observateur averti de garder espoir”. 

EnQuête

Sur un autre registre, le Cd a critiqué le “manque de vision du chef de l’Etat, caractérisé par des errements et tâtonnements”. Lequel, si on n’y prend garde, “risque de conduire tout droit le pays à une situation de blocage lourde de conséquences pour les populations”. 
Pour les libéraux, ce dernier remaniement (…) ne réglera certainement pas les problèmes du pays” du fait de “l’instabilité notée dans des secteurs clefs tels que l’Agriculture, la Sécurité, l’Économie et les Finances, etc.” et qui “ne permet à aucun observateur averti de garder espoir”. 

EnQuête

Pour les libéraux, ce dernier remaniement (…) ne réglera certainement pas les problèmes du pays” du fait de “l’instabilité notée dans des secteurs clefs tels que l’Agriculture, la Sécurité, l’Économie et les Finances, etc.” et qui “ne permet à aucun observateur averti de garder espoir”. 
EnQuête

EnQuête


liiiiiiiaffaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Goor Yomboul

    En Septembre, 2013 (15:41 PM)
    on s'en fou, gnou khaar ba ngéne guéné khaliss bi rec,,,, sathie yi  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email