Lundi 18 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Justice

Souleymane Téliko, Ums : "On ne peut pas parler d'indépendance de la justice dans notre pays"

Single Post
Souleymane Téliko, Ums : "On ne peut pas parler d'indépendance de la justice dans notre pays"

"Le mode d'organisation et de fonctionnement de notre justice n'est pas conforme aux standards internationaux". C'est la forte conviction du président de l'Ums (Union des magistrats du Sénégal), Souleymane Téliko qui met les pieds dans le plat des manquements à l'indépendance de la justice au Sénégal. Outre la précarisation des juges, il indexe l'immixtion de l'exécutif dans le judiciaire.

"À l'issue des différentes journées des de réflexion évoquées plus haut, l'Ums avait fait un diagnostic qui faisait ressortir deux choses : ineffectivité des garanties de l'indépendance de la justice que sont le principe d'inamovibilité et le Csm. Le premier étant vidé de sa substance par le recours fréquent aux notions de nécessité de service et d'intérim. Il en résulte une précarisation de la situation  des juges qui fait que plus de 50% sont en situation d'intérim, donc susceptibles d'être déplacés à tout moment", regrette Souleymane Téliko, dans un entretien au quotidien EnQuête de ce vendredi.

"Quant au Csm (Conseil supérieur de la magistrature : ndlr), poursuit-il, il a été inapte à garantir une gestion autonome et transparente de la carrière des magistrats, eu égard à sa composition, à son mode de fonctionnement et à ses attributions. La dépendance du parquet vis-à-vis du ministère de la Justice qui rend possible les immixtions du Garde des Sceaux dans le traitement des affaires judiciaires. Du fait de cette dépendance, un citoyen peut être poursuivi, mis sous mandat de dépôt et maintenu, pendant plusieurs mois en détention par la seule volonté du ministre de la Justice, donc de l'exécutif. Au regard de ce constat sur lequel il n'y a pas la moindre réserve, on ne peut pas parler d'indépendance de la justice dans notre pays".

"Certes, reconnait-il, le Sénégal regorge de magistrats indépendants et d'une intégrité à toute épreuve, mais le mode d'organisation et de fonctionnement de notre justice n'est pas conforme aux standards internationaux qui garantissent une justice indépendante. Affirmer cela, ce n'est point jeter le discrédit sur l'institution judiciaire ; c'est plutôt jeter les bases d'un véritable débat de fond sur le fonctionnement et l'avenir de la justice", conclut le président de l'Ums.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email